Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 10:05

 

 

Pour favoriser

 l’implantation de la carrière Placoplatre à ciel ouvert

remblayée

 par des  déchets « dits inertes »

 

 Le Conseil Général de Seine et Marne 

va-t-il autoriser  

la construction d’un pont sur la RD 105 (1) ?

 

 Pour le savoir, nous vous conseillons de contacter :

 

Madame Michèle Pélabère, conseillère générale du canton de Claye-Souilly

Monsieur Vincent Eblé, président du CG 77

 


  placo construction d'un pont sur la RD 105

 

Projet Placoplatre :

Construction d’un pont sur la RD 105

Liaison entre la carrière de gypse de Le Pin/Villevaudé et son extension future sur la commune de Villevaudé

Permettant le transport des matériaux de découverture et le remblayage et de remblayage par camions et du gypse par convoyeurs à bande.

 

Cheminement de la promenade de la Dhuis inchangée pendant la phase de construction.

 

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/F01114P0034_cle6bafc9.pdf

 

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DRIEE-SDDTE-2014-041_cle714d9a.pdf

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 18:43
Paru dans actu environnement :
Fort de Vaujours : l'ASN demande à Placoplatre de revoir son programme de surveillance radiologique

Gestion des risques  |  Aujourd'hui à 11h49  |  Actu-Environnement.com

Réduire la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer cette pageEnvoyer par e-mail

Le 2 juillet, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé avoir rendu le 13 mai un avis sur le programme de surveillance radiologique mis en œuvre par la société Placoplatre dans le cadre des travaux de démolition des bâtiments de l'ancien site du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) situé sur le Fort de Vaujours. 

Pour rappel le Fort de Vaujours, qui présente des points de contamination radioactive, est au cœur d'u
ne polémique qui a rebondi depuis que Placoplatre a annoncé vouloir exploiter le gisement de gypse sur le site. 

"Les documents transmis par Placoplatre demeurent imprécis sur les dispositions envisagées en matière de radioprotection des travailleurs et de surveillance de l'environ
nement", explique l'Autorité, précisant qu'"en particulier, (…) il convient de réviser la méthode de détection employée afin de l'adapter à la recherche d'une éventuelle contamination en uranium des bâtiments et des gravats". 

Revoir l'ensemble du dossier 

L'ASN considère que les documents transmis par Placoplatre sont globalement imprécis ou incomplets. 

En matière de démolition des bâtiments, "l'ASN considère [qu'il] convient, en amont de toute opération [de] revoir la méthode de détection employée afin de l'adapter [à] l'uranium [et de] présenter (…) u
ne analyse de risques, afin d'évaluer le risque d'exposition, notamment interne, des travailleurs et du public".

Concernant les mesures de protection radiologique des travailleurs, l'ASN explique que "l'absence d'analyse de risques
ne [lui] permet pas (…) de se prononcer sur l'adéquation des mesures proposées de suivi et de protection radiologique aux risques d'exposition, notamment interne".

En matière de surveillance de l'environ
nement, l'ASN ajoute "que des compléments (…) doivent être apportés". Il convient, pour la phase de démolition, de mener "une réflexion plus approfondie" sur le dimensionnement et l'adaptabilité du dispositif de surveillance, sur site et en bordure du site, pour garantir la maîtrise des impacts sur l'environnement et le public. "Placoplatre devra également prévoir des modalités d'information des populations riveraines quant aux résultats de cette surveillance", ajoute l'ASN. De même, l'ASN demande à Placoplatre de justifier l'absence de contrôle des eaux de ruissellement et de prendre des dispositions contre la dispersion des poussières si l'analyse de risques mettait en évidence un risque de dispersion de poussières contaminées. 

Enfin, l'ASN demande à l'entreprise de compléter le dispositif de contrôle radiologique des gravats. Il s'agit de "[justifier] la valeur de contamination massique en uranium retenue pour la gestion opération
nelle des gravats et [de préciser] les opérations envisagées en cas de dépassement de ce seuil". De même, la méthode de caractérisation des gravats ne garantie pas que les seuils fixés soient respectés, explique l'ASN, préconisant "de privilégier l'usage plus systématique de méthodes de mesure permettant une meilleure détection de l'uranium et de réaliser un nombre de prélèvements pour analyse par spectrométrie gamma qui puisse être statistiquement représentatif". Et Placoplatre doit "[démontrer] l'absence d'impact significatif sur l'environnement des modes de gestion sur site retenus pour les déchets".

http://www.actu-environnement.com/ae/news/fort-vuajours-asn-placoplatre-radioprotection-22142.php4

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 19:41

La commission de suivie de site du  Fort de Vaujours

doit être ouverte au public

 

 

 

 

Hier s’est réunie à la Préfecture de Melun la 1ère commission de suivie de site du Fort de Vaujours.

 

Dans un souci de transparence   Nature Environnement 77 a demandé à ce  que cette commission soit ouverte au public.

 

Madame Nicole Klein, préfète a indiqué que c’est le bureau nommé hier qui en décidera.

 

Attendons la réunion de ce bureau.

 

 

 

 

Affaire à suivre…..

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 21:44

 

Paru sur le site de l'Agence de Sureté Nucléaire :

Fort de Vaujours : l’ASN considère que la société Placoplatre doit préciser son programme de surveillance radiologique avant la reprise des travaux de démolition

02/07/2014 14:00 Note d'information

L’ASN a rendu le 13 mai 2014 un avis sur le programme de surveillance radiologique mis en œuvre par la société Placoplatre dans le cadre des travaux de démolition des bâtiments de l’ancien site du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) situé sur le Fort de Vaujours1

L’ASN a saisi son appui technique, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), afin de rendre un avis sur le programme de surveillance radiologique établi par la société Placoplatre et transmis à l’ASN le 6 mars 2014. Ce programme définit les modalités de radioprotection, de surveillance de l’environnement et d’évacuation des déchets envisagées par Placoplatre pour les opérations de démolition de bâtiments. A la suite de l’examen du programme de surveillance radiologique par l’IRSN, l’ASN a rendu le 13 mai 2014 un avis technique aux préfets de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis. Le 2 juillet 2014, cet avis a été présenté à la commission de suivi de site (CCSS) lors de sa réunion d’installation.

L’ASN considère dans cet avis que les documents transmis par Placoplatre demeurent imprécis sur les dispositions envisagées en matière de radioprotection des travailleurs et de surveillance de l’environnement. En particulier, l’ASN considère qu’il convient de réviser la méthode de détection employée afin de l’adapter à la recherche d’une éventuelle contamination en uranium des bâtiments et des gravats. Sur ce point, l’ASN souligne qu’une approche historique de l’exploitation passée des bâtiments et des éventuels travaux d’assainissement qui y ont été menés pourrait utilement contribuer à identifier les bâtiments auxquels une attention plus particulière doit être portée. Il conviendra par ailleurs que Placoplatre réalise une évaluation du risque d’exposition, notamment interne, des travailleurs et du public et justifie les mesures envisagées pour le suivi et la protection radiologique des travailleurs, du public et de l’environnement, au regard de cette analyse des risques. Placoplatre devra également définir les modalités d’information des riverains sur les résultats de la surveillance environnementale du chantier. Enfin, l’ASN considère que les dispositions relatives à la gestion des déchets et des gravats méritaient d’être précisées.

L’ASN considère que des réponses satisfaisantes aux questions soulevées dans cet avis devront être apportées par Placoplatre avant la reprise des travaux de démolition sur le site du Fort de Vaujours.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 09:35

ADENCA

une association qui fâche ?

 

ADENCA

une association qui n’est financée

Ni par les industriels, Ni par les collectivités territoriales

 

 

Après avoir été mise à l’écart

 par

Monsieur Jean-Paul HUCHON

Président du

Conseil Régional IDF

 des réunions de concertation

PREDEC

Plan Régional d’élimination des déchets de chantier

 

 

Une seconde mise à l’écart

par

Madame Nicole Klein

préfète de Seine et Marne

qui ne nomme pas notre association

membre de la

Commission de suivie de site

Fort de Vaujours

 

L’association de Défense de l’Environnement de Vaires qui en avait fait également la demande n’a pas été retenue non plus dans cette commission, ni même le Collectif « Sauvons la Dhuis ».

 

 

La démocratie existe-t-elle encore dans ce pays ?

A vous de juger

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 22:26

Dans la revue

« Seine et Marne Magazine » n°94 de mai/juin 2014,

nous lisons page 18 :

Le Département utile au quotidien :

Si le département disparaissait :

Les forêts au nord-ouest 77 seraient-elles moins bien protégées ?

 

Le Conseil Général 77

a la compétence obligatoire « préservation des forêts »

 

Mais que fait-il pour préserver la forêt plus que centenaire

de Montgé en Goële ?

 

Récemment il a rejeté la demande d’Adenca de classement d’arbres remarquables au bord de cette forêt.

Le carrier Knauff projette d’exploiter une carrière à ciel ouvert sur cette forêt, que fait le conseil général 77 pour la protéger, il semble bien muet dans ce dossier.

 

 

Mais que fait-il pour préserver le bois Gratuel  de Villevaudé ?

 

Le carrier Placoplatre projette d’exploiter une carrière à ciel ouvert sur le bois Gratuel à Villevaudé, que fait le conseil général 77 pour le protéger, il semble bien muet dans ce dossier.

 

Il semblerait que seule la forêt de Fontainebleau intéresse cette collectivité

Voir sur le site du CG 77 http://www.seine-et-marne.fr/la-foret-de-fontainebleau :

 

"La forêt de Fontainebleau

Erigée en réserve biologique, la forêt de Fontainebleau - considérée comme le "Poumon vert" de l'Ile-de-France - s'étend sur plus de 20 000 hectares. Célèbre pour ses chaos rocheux de grès et ses déserts de sable, elle offre une extraordinaire variété de paysages et plus de 300 kilomètres de sentiers pédestres balisés.

 

Reconnue de façon internationale comme la plus remarquable des forêts de plaine de l'Europe occidentale, la forêt de Fontainebleau est classée depuis 1998 "réserve mondiale de la biosphère". Plus de 5 000 espèces végétales et plus de 6 600 espèces animales y sont recensées. Ce lieu unique, premier site naturel de France et d'Europe en terme de visiteurs, abrite également une importante faune sauvage : cerfs, chevreuils, sangliers, renards, petits mammifères, oiseaux... 

La forêt possède 300 kilomètres de sentiers balisés dans ses zo
nes les plus attrayantes. Cet endroit est donc le lieu idéal pour s'aérer, faire du sport, et tout simplement se détendre ! A condition toutefois de respecter certaines règles : ainsi, sachez que les sentiers balisés sont réservés aux seuls piétons ; tous les autres véhicules sans moteur doivent emprunter les allées forestières. …"

 

Un millefeuille administratif

pour protéger

 les Forêts du Nord-Ouest 77?

 

En effet nos deniers publics servent à rémunérer :

 

Des élus et des employés des collectivités qui s’occupent de protéger ces forêts :

- Conseil Général 77

- Conseil Régional

- IAU...

 

Des employés des services de l’ETAT

- DDT

- ONF

- Préfecture....

 

Un millefeuille administratif

pour

en arriver à quoi ?

 

Pour que les carriers

 finissent

quand même

 par détruire nos forêts et nos bois ? 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 22:34

 

ADENCA

sera-t-elle invitée à la prochaine CLCS de Placoplatre ?

 

Nous n'en savons rien

 


près de 4 mois

après l'envoi de notre courrier

la sous préfecture de Torcy

n'a ni accusé réception, ni répondu à notre lettre

 

SOUS PR2FET CLCS

 

 

Nous regrettons que la sous préfecture de Torcy, organisme d’ETAT,

n’ait pas souhaité nous répondre.

Une autre association du nord-ouest 77 qui avait demandé à participer à

cette commission n'a également reçue aucune réponse de la sous préfecture.

 

 

Pour mémoire obligations des agents de l’ETAT

Obligations de l'administration dans ses échanges avec les usagers


Mise à jour le 24.01.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Principe
Loi prévoyant qu'un silence de 2 mois de l'administration vaut acceptation  - 23.01.2014

La loi relative à la simplification des relations entre l'administration et les citoyens prévoit que le silence gardé pendant 2 mois par l'autorité administrative sur une demande vaut décision d'acceptation et non plus de refus.

Ce texte ne s'appliquera qu'à partir du 13 novembre 2014 pour les actes relevant de l'État et du 13 novembre 2015 pour les actes des collectivités territoriales.

Les informations contenues dans cette page restent d'actualité.

Dans ses échanges avec les usagers, l'administration de l'État (préfectures, trésoreries, ministères...), des collectivités territoriales (communes, départements, régions), des organismes de Sécurité sociale ou de tous autres organismes chargés d'un service public administratif est tenue de respecter certaines règles relatives notamment à l'information sur la réception de la demande formulée et sur la suite donnée à cette demande.

·                                 Accusé de réception

·                                 Information si le dossier est incomplet

·                                 Redirection d'une demande

·                                 Coordonnées de la personne chargée de la demande

·                          Réponse dans le délai prévu

·                          Références

Accusé de réception
Obligation

Les administrations doivent accuser réception des demandes qu'elles reçoivent, quel que soit le support utilisé pour faire ces demandes (papier libre, imprimé, formulaire ou courrier électronique).

L'accusé de réception mentionne :

·                           la date de réception de la demande et la date à laquelle, à défaut de réponse écrite, celle-ci sera réputée acceptée ou rejetée,

·                           la désignation, l'adresse postale (et le cas échéant, électronique), le numéro de téléphone du service chargé du dossier.

Cet accusé doit indiquer également si la demande peut faire l'objet d'une décision implicite de rejet (la demande est refusée si l'administration garde le silence pendant un certain délai) ou d'une décision implicite d'acceptation (la demande est accordée dans les mêmes conditions de silence).

Il mentionne dans le premier cas les délais et voies de recours contre la décision de  rejet, et dans le second cas, la possibilité de se voir délivrer une attestation en cas d'acceptation.......

 

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2547.xhtml

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 20:05

placo manif 17.5.2014 3

Photo Daniel Bernal

 

 

Nos vies pour du plâtre ?

Pollution radioactive non merci.

Vos jours sont comptés

 

C’est ce qui était inscrit sur les pancartes portées par les manifestants

 


placo manif 17.5.2014 2

Photo Daniel Bernal

 

Une manifestation réussie, en effet près de 500 manifestants étaient présents, parmi eux de jeunes parents accompagnés de leurs  enfants dans des poussettes.

Des manifestants groupés autour des élus qui étaient venus les soutenir, on reconnaissait  notamment la sénatrice du 93 Aline Archimbaud (EELV) qui travaille activement sur ce dossier depuis de longs mois, Xavier Vanderbise (DVD), maire de Courtry, plusieurs adjoints au maire et élus de Coubron 93.

 

Des absences remarquées, notamment celles d’Yves Albarello (UMP), député de la 7ème circonscription du 77 et maire de Claye-Souilly, de Michèle Pélabère (PS), conseillère générale du canton de Claye-Souilly et élue de Villeparisis et d'Hervé Touguet (UMP) maire de Villeparisis.

 

Des membres entres autres des associations Arivem, Coordination eau Ile de France…. étaient venus soutenir les populations.

 

placo manif 17.5.2014 

Photo Daniel Bernal

Partager cet article
Repost0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 16:49
Paru sur le site du Parisien 77 :
Fort de Vaujours : une pollution radioactive 10 à 20 fois supérieure à la normale

Marion Kremp | Publié le 15.04.2014, 17h32 | Mise à jour : 17h47

L’Autorité de sûreté nucléaire vient de publier, ce mardi, les résultats des mesures de radioactivité du site du Fort de Vaujours, à l'est de Paris à la limite entre la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne. Elles ont mis en évidence « un niveau de rayonnement 10 à 20 fois supérieur au niveau naturel dans une casemate », a indiqué l’ASN dans sa note d’information publiée sur son site.



Ces mesures ont été réalisées par l’ASN, l’ACRO (Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’ouest) et la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité) à la demande de la préfecture de Sei
ne-et-Marne. En effet, le site racheté par Placoplatre, filiale de Saint-Gobain, est voué à devenir une carrière de gypse à ciel ouvert. 

C’est la première fois qu’un organisme d’Etat reconnaît une pollution radioactive sur cet ancien site d’expérimentation du Commissariat à l’énergie atomique, fermé en 1997. C’est là que, durant 40 ans, des essais de détonique à l’uranium ont été réalisés à l’air libre et en casemates, notamment le détonateur de la première bombe atomique française « Gerboise bleue ». 

Depuis plusieurs années, les associations locales se battent pour que la pollution du site soit reconnue. En 2011, l’association Sauvons la Dhuis y avait relevé un « point chaud » 30 fois supérieur à la norme. U
ne mesure que l’IRSN à l’époque avait balayée.

LeParisien.fr

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/fort-de-vaujours-une-pollution-radioactive-10-a-20-fois-superieure-a-la-normale-identifiee-15-04-2014-3770425.php

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 19:15

Extrait Décret du 18 avril 2014 portant promotion et nomination 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000028861183&dateTexte=&oldAction=dernierJO&categorieLien=id

Par décret du Président de la République en date du 18 avril 2014, pris sur le rapport du Premier ministre et des ministres et visé pour son exécution par le grand chancelier de l'ordre national de la Légion d'honneur, vu les déclarations du conseil de l'ordre portant que les présentes promotions et nominations sont faites en conformité des lois, décrets et règlements, sont promus ou nommés pour prendre rang à compter de la date de réception dans leur grade :

……..

Economie,
redressement productif et numérique

 

 

Au grade d'officier

Pierre-André de Chalendar 

président-directeur général de Saint-Gobain, administrateur de Veolia Environnement et de BNP Paribas 

Jean-Dominique Senard

président-directeur général de Michelin et adminstrateur de Saint Gobain

….

 

Extrait article paru sur le site le Figaro :

 

Ces patrons promus dans la promotion de la légion d'honneur de Pâques

 

Par Thomas Oliveau, Marie Bartnik ·  Mis à jour le 20/04/2014 à 17:47

 

 

Parmi eux Marc Simoncini, le fondateur de Meetic ou encore Axel Dauchez, PDG de Deezer. Les représentants du monde économique représentent plus de 30% des personnalités récompensées.

 

Un tiers de la promotion de Pâques de la légion d'honneur appartient au monde économique. Sont récompensés des profils de chefs d'entreprise ou de dirigeants on ne peut plus divers puisqu'y figurent, aux côtés de patrons de multinationales comme IBM, Plastic Omnium ou Michelin, un ancien patron pêcheur ou la présidente d'une fromagerie.

En élevant Pierre-André de Chalendar au grade d'officier, l'Ordre national de la légion d'honneur récompense un capitaine d'industrie dont le groupe pèse aujourd'hui plus de 42 milliards d'euros de chiffre d'affaires et emploie 190.000 personnes dont près de 50.000 en France. Des chiffres qui légitiment la présence dans les médias du président-directeur général de Saint-Gobain sur des sujets tels que le redressement industriel ou l'exploitation du gaz de schiste. Diplômé de l'ESSEC et de l'ENA, Pierre-André de Chalendar débute sa carrière à l'Inspection générale des Finances qu'il quitte en 1987 pour intégrer le ministère de l'Industrie et de l'Aménagement du territoire. Entré en 1989 chez Saint-Gobain en tant que directeur du plan, il occupe différentes fonctions dans le groupe avant de succéder à Jean-Louis Beffa au poste de président-directeur général le 3 juin 2010. Âgé de 56 ans, il est administrateur de Veolia Environnement et de BNP Paribas et également président d'Entreprises pour l'Environnement.

 

L'hebdomadaire Challenges l'a classé 13ème patron le plus performant du CAC 40 en 2013. Proposé par les membres du conseil d'administration, le renouvellement de son mandat sera décidé par les actionnaires de Saint-Gobain lors de l'assemblée générale du 5 juin prochain.

Le PDG de Michelin Jean-Dominique Senard, 61 ans, est promu au grade d'officier de la légion d'honneur dix ans après avoir été élevé au rang de chevalier. Diplômé d'HEC en 1976 et titulaire d'une maîtrise de droit, Jean-Dominique Senard dirige le numéro un mondial des pneumatiques depuis 2011, d'abord en binôme avec Michel Rollier puis seul depuis 2012. Il est le premier président-directeur général de Michelin non issu de la famille. Entré dans le groupe en 2005 au poste de directeur financier, il avait auparavant travaillé successivement chez Total, Saint-Gobain (dont il est aujourd'hui administrateur) et Péchiney. Le comte Jean-Dominique Senard est également vice-président de la Réunion de la Noblesse Pontificale……

http://www.lefigaro.fr/societes/2014/04/20/20005-20140420ARTFIG00122-ces-patrons-promus-dans-la-promotion-de-la-legion-d-honneur-de-paques.php

 

Partager cet article
Repost0

Recherche