Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 19:24

 

 

Commission de suivi de site Fort de Vaujours

un règlement intérieur moins contraignant pour l'industriel Placoplatre

que pour son voisin l'industriel Sita ?

 

A vous de juger

 

 

Sur la même commune de Courtry se trouve le fort de Vaujours, propriété pour partie de Placoplatre et sur le trottoir d’en face la décharge Sita.

 

Or à la lecture du règlement intérieur imposé par les représentants de l’ETAT nous nous apercevons que Placoplatre n’a pas les mêmes contraintes que son voisin Sita.

 

 

Concernant la Commission de Suivi de Site

Pour Placoplatre (1) :

 

Organisation des réunions

«sauf cas d’urgence, la convocation est transmise quatorze jours avant la date à laquelle se réunit la commission de suivi de site. Les documents ne sont communicables au public qu’après la commission»

 

 

 

Pour son voisin l’exploitant de décharge Sita (2)

il en est tout autrement :

 

Organisation des réunions

«Sauf cas d’urgence, la convocation et les documents de séance sont transmis quatorze jours avant la date à laquelle se réunit la commission de suivi de site. Ces documents sont communicables au public »

 

En effet il n’est pas imposé à Placoplatre de fournir les documents de séance avant la réunion de la commission CSS et si les documents sont fournis ils ne sont pas communicables au public avant la réunion.

 

Pourquoi cette différence de traitement

entre

Placoplatre et son voisin Sita ?

 

 

Le règlement intérieur de la CSS Placoplatre Fort de Vaujours a été imposé par les services de l’ETAT et non adopté par les membres de la commission de suivi de site (1) alors que la circulaire du 15/11/2012 le prévoit (2)

pour extrait :

« Le fonctionnement de la commission est défini dans le règlement intérieur adopté lors de la réunion d’installation de la commission de suivi de site conformément aux dispositions des articles R 125-8-3 à R 125-8-5 du code de l’environnement. »

 

 

Un manque de transparence ?

A vous de juger

 

 

Pour tous renseignements complémentaires nous vous conseillons de vous rapprocher de :

M. Philippe Galli préfet du 93

M.Jean-Luc Marx préfet du 77

(1) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/12847/91890/file/AI%20de%20cr%C3%A9ation%20de%20la%20CSS%20du%20Fort%20de%20Vaujours%20sign%C3%A9%2018%206%202014.pdf

 

(1)http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/15504/109936/file/CR%20CSS%20VAUJOURS%202%20juillet%202014%20.pdf

(2) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/11132/69473/file/AP%20cr%C3%A9ation%20CSS%20111%20du%2025%20oct%202013.pdf

(2) Circulaire du 15/11/12 relative à la mise en application du décret n° 2012-189 du 7 février 2012 relatif aux commissions de suivi de site

Annexe 1, article 4 http://www.ineris.fr/aida/consultation_document/22379

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 20:50

 

 

Paru sur le site de Michel Billout, sénateur de Seine et Marne :

 
Environnement
Fort de Vaujours

Michel Billout et Aline Archimbaud interpellent la ministre

 

 

Par Michel Billout / 11 mai 2015

Suite à la commission de suivi du site du Fort de Vaujours, co-présidée par les préfets de Seine-et-MArne et de Seine-Saint-Denis, qui s’est tenue le 5 mai dernier, Aline Archimbaud et Michel Billout ont sollicité une rencontre avec madame la Ministre en charge de l’environnement.


 

Courrier adressé le 7 mai 2015 à madame la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

 

 

Madame la Ministre,

 

Nous avons participé, mardi 5 mai, à la sous-préfecture du Raincy, à une réunion de la commission de suivi du site du Fort de Vaujours, co-présidée par les préfets de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis.

 

Au lendemain de cette réunion, nous souhaitons vous faire partager notre profonde consternation et notre grande inquiétude quant au traitement de ce dossier très sensible. Cette commission de suivi a en effet été mise en place pour répondre aux interrogations des riverains, des élus et des associations sur le devenir de ce site, connaître les mesures envisagées pour la sécurité de sa dépollution et un diagnostic sur les éventuels dangers sanitaires qu’une démolition puis d’une exploitation sans précaution pourraient engendrer pour les populations environnantes.

 

Le premier point qui pose problème est l’absence de communication d’informations préalables quant à l’ordre du jour de cette réunion : recommandations de l’ASN pourtant rendues depuis le 20 mars, protocole élaboré par Placoplâtre respectant les préconisations de l’ASN...
Ainsi, l’Autorité de Sûreté Nucléaire a paru découvrir en même temps que nous le protocole modifié de Placoplâtre sous la forme d’un simple diaporama qui a suffi à cette autorité pour juger ce protocole "conforme", à notre plus grande stupéfaction.

 

Le décret R125-8-3 qui encadre ce type de commission ne nous semble pas avoir été respecté. En effet, il stipule que la commission a pour mission de "Créer entre les différents représentants des collèges mentionnés au I de l’article R. 125-8-2 un cadre d’échange et d’information sur les actions menées, sous le contrôle des pouvoirs publics, par les exploitants des installations classées en vue de prévenir les risques d’atteinte aux intérêts protégés par l’article L. 511-1 ; ".

 

Comment peut-il y avoir "échanges" alors que les informations sont données le jour même et donc sans possibilité de diagnostic et d’analyse préalable de notre part ?

 

Tout d’abord nous sommes choqués que l’ASN puisse donner un avis favorable sur la base d’un simple diaporama. Ensuite, nous sommes consternés d’apprendre que l’ASN n’a mandaté la société Subatech que pour une seule expertise préalable, sans informations du reste sur les modalités de recrutement de cet expert (procédure de marché public, rémunération, cahier des charges).

 

Nous demandons clairement que l’ASN s’engage à expertiser régulièrement les travaux de démolition du site. De plus, compte tenu de la poursuite de la défiance concernant ce suivi très aléatoire par les pouvoirs publics, nous soutenons la demande des élus et des associations de la mise en place d’une seconde expertise.

 

Alors que ces conditions d’expertises indépendantes ne sont pas remplies, nous apprenons ce matin par la presse que le préfet de Seine Saint-Denis a envoyé un communiqué de presse indiquant son autorisation de reprise des travaux de démolition, en contradiction totale avec le contenu des débats de la commission de suivi. Ce communiqué de presse n’a par ailleurs pas été transmis aux membres de la commission. Faut-il rappeler qu’au tire II du décret cité plus haut, ces derniers doivent être informés "des décisions individuelles dont ces installations font l’objet, en application des dispositions législatives du titre Ier du livre V ".

 

Au vu de l’urgence et de la gravité de ces éléments, nous sollicitons un entretien afin d’aborder ce dossier de manière sérieuse et responsable.

 

En espérant une réponse rapide à notre requête, nous vous prions d’agréer Madame la Ministre, l’expression de nos salutations respectueuses.

 

Michel BILLOUT Aline ARCHIMBAUD

http://www.michelbillout.fr/Fort-de-Vaujours.html

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 20:58
Nous remercions les 2 sénateurs membres de la commission de suivi de site Fort de Vaujours du soutien qu’ils apportent aux populations très inquiètes.
Le département de Seine et Marne compte 6 sénateurs mais Michel Billout est le seul sénateur du 77 qui s’investit dans ce lourd dossier.
Ils étaient deux à le suivre voici quelques mois, mais la sénatrice Hélène Lipietz (EELV) que nous avions rencontré 2 fois et qui nous soutenait a dû rendre sa place de sénatrice à Nicole Bricq (PS), qui n’a pas été reconduite comme Ministre.
Michel Houël (UMP), sénateur et ancien maire de Crécy La Chapelle, membre de cette commission ne s’était même pas déplacé la semaine dernière à la réunion au Raincy.
Quant aux 4 autres sénateurs nous ne les entendons pas évoquer le sujet, il s’agit de :
- Nicole Bricq (PS), sénatrice et ex ministre de l’écologie
- Vincent Eblé (PS), sénateur et ancien président du CG 77
- Jean-Jacques Hyest (UMP), sénateur
- Colette Mélot (UMP), sénatrice.
Souhaitons qu’afin de protéger la santé des populations du nord-ouest 77 ces 5 sénateurs rejoignent dans sa démarche le sénateur Billout.

 

 

Paru dans le Parisien 77 :
Fort de Vaujours : réunion au Sénat des élus et associations

11 Mai 2015, 17h40 | MAJ : 11 Mai 2015, 17h40

Fort de Vaujours : Aline Archimbaud et Michel Billout, deux sénateurs à l’écoute des populations

Le sénateur PCF Michel Billout (photo) et sa collègue Aline Archimbaud (EELV) rassembleront élus et associations au Sénat pour parler du fort de Vaujours.(LP/C.G.)

 

 

Abasourdis par la commission de suivi de site du 5 mai dernier, à l’issue de laquelle la société Placoplâtre a obtenu le feu vert de l’Autorité de sûreté nucléaire pour reprendre la...

Partager cet article
Repost0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 17:52
Carrière de gypse Placoplatre Villeparisis remblayée par des déchets "dits inertes"

Carrière de gypse Placoplatre Villeparisis remblayée par des déchets "dits inertes"

 

 

Alors que les populations de Seine et Marne ont l’espérance de vie la plus faible d’Ile de France. (1)

Alors que les taux de mortalité en Seine et Marne sont les plus élevés d’Ile de France.(1)

 

Alors que les populations de Seine et Marne sont les plus touchées d’Ile de France par les décès par maladies de l’appareil respiratoire (non cancéreuses) (1)

 

Alors que la Seine St Denis est le département le plus marqué par les nouvelles affections de longue durée pour maladies respiratoires.(1)

 

C’est dans ces deux départements que la multinationale St Gobain a choisi d’ouvrir une carrière de gypse à ciel ouvert sur le fort de Courtry/Vaujours qui a été utilisé par le CEA pour effectuer des essais atomiques.

 

Vous savez c’est le genre de projet qu’on appelle « pilote ».

Un projet « dit pilote » est un projet qui n’a été effectué nulle part ailleurs en France.

C’est un essai, les riverains servent en quelque sorte de « cobayes », on verra à long terme si c’est dangereux et on renouvellera ou non une exploitation de ce type ailleurs.

 

 

Sur le trottoir d’en face à Villeparisis une autre exploitation « dite pilote » a été réalisée en 1995 dans une ancienne carrière de gypse transformée en décharge de déchets dangereux exploitée par SITA FD :

La stabilisation/solidification des REFIOM et REFIDIS (cendres d’incinérateurs les plus dangereuses provenant d’incinérateurs d’ordures ménagères et de déchets dangereux) (2).

 

Qu’en est-il 20 ans après du retour d’expérience concernant les risques de pollution de notre nappe phréatique, nous n’en savons rien, ce que nous savons seulement c’est que cette décharge vient d’être classée SEVESO à hauts risques, notamment à cause du stockage de ce type de déchets.

 

 

(1) Etude ORS 2007/2010 (pages 16, 18, 44,45)

http://www.ors-idf.org/dmdocuments/2015/reperesSanteAvril2015.pdf

(2)http://www.inertec.fr/inertec/inertec_fr.nsf/0/ED22F30AE8B044EFC12572750034BE02/$file/R%C3%A9sum%C3%A9%20fran%C3%A7ais.pdf

 

 

Décharge de déchets dangereux SITA Villeparisis  SEVESO à hauts risques située dans une ancienne carrière de gypse

Décharge de déchets dangereux SITA Villeparisis SEVESO à hauts risques située dans une ancienne carrière de gypse

Partager cet article
Repost0
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 14:57

 

 

ci-dessous photo de

Villevaudé 

 le Bois Gratuel et les terres agricoles

qui devraient disparaître pour être transformés 

en carrière de gypse à ciel ouvert remblayées 

par des déchets "dits inertes"

 

Les services de l'ETAT

vont bientôt pouvoir retirer le panneau

indiquant  

le passage d'animaux sauvages

 

Les  nord seine et marnais : des serfs au service de l’Ile de France ?

 

 

 

La Révolution

devait abolir les privilèges

mais il semble que cela ne soit pas le cas.

 

Après avoir déversé la majorité de ses ordures sur nos terres agricoles de Brie, la Région Ile de France a décrété que le gypse était une ressource d’intérêt national et le Conseil Régional a voté un Schéma Directeur qui validait cette option.

 

 

Comment les élus du Conseil Régional de ce département
ont-ils pu
voter favorablement pour un tel schéma
 alors qu'ils savaient
que cela allait  achever de détruire le cadre de vie
des populations du nord-ouest 77 ?
 

 

Les intérêts des actionnaires des multinationales du plâtre

auraient-ils été privilégiés au détriment

de la santé et de l’environnement

des populations du nord-ouest 77 ?

 

A vous de juger

 

 

Villeparisis carrière Placoplatre remblayée par des déchets "dits inertes"

Villeparisis carrière Placoplatre remblayée par des déchets "dits inertes"

Nous sommes cernés de toutes parts par  des carrières de gypse mais les carriers n'en ont jamais assez et veulent ronger jusqu'à l'os notre sol seine et marnais, alors les projets de carrières de gypse à ciel ouvert  se multiplient :

 

Sur l’ancien fort de Courtry/Vaujours qui a servi à faire des essais nucléaires mais pas seulement, à quelques kilomètres de là à Villevaudé le même exploitant Placoplatre veut ouvrir une autre carrière à ciel ouvert et détruire le Bois Gratuel et des espaces agricoles.

 

A 15 kms de là dans la forêt régionale de Montgé en Goële, la région IDF a autorisé la multinationale Knauf a exploité une carrière de gypse à ciel ouvert, détruisant « le Bois des sables », aujourd’hui Knauf en veut encore plus et souhaite étendre son exploitation en détruisant la magnifique forêt régionale de Montgé en Goële pour y implanter une carrière de gypse à ciel ouvert.

 

Là encore la Région IDF va-t-elle autoriser l’implantation d’une carrière à ciel ouvert

et permettre  la destruction totale de la forêt régional de Montgé en Goële ce qu’elle a refusé dans le Val d’Oise ?

 

On aurait aimé que Monsieur Huchon et Mme Rufet ainsi que nos élus du conseil régional de Seine et Marne  s’expriment sur ces

3 dossiers car pour l’instant ils semblent bien muets.

 

Riverains de ces futures installations n’attendez pas non plus  à ce que Mme Royal vous reçoivent elle a bien trop à faire avec les industriels qui eux  on les portes grandes ouvertes dans son ministère.

 

Mais rappelez-vous également avant les élections de président de la République les deux principaux candidats étaient venus visiter l’usine Placoplatre de Vaujours, n’était-ce  pas un signe avant coureur de ce qu’on allait nous faire supporter ?

 

Pour savoir ce qu'en pense vos élus du conseil régional 77, nous vous conseillons de vous rapprocher d'eux :

 

Mme Hamida Rezeg (UMP) adjointe au maire de Meaux 

M. Éric Jeunemaître (UMP) adjoint au maire de Provins

Mme Chantal Brunel (UMP) Maire de Bussy Saint Georges

M. Gilles Battail (UMP) Conseiller municipal Dammarie les Lys

Mme Claudine Thomas (UMP-PR) adjointe au maire de Chelles

M. Frédéric Valletoux (UMP) Maire de Fontainebleau

Mme Marie-Pierre Badré (UMP) adjointe au Maire de Couilly Pont aux Dames

M. Gérard Ruffin (Nouveau Centre)   ancien maire de Lésigny

M. Jean-Marc Brulé (Europe Écologie) ancien maire de Cesson

Mme Marie Richard (PS et app.) conseillère municipale de La Ferté sous Jouarre

M. Jean-Paul Planchou (PS et app.) ancien maire de Chelles

Mme Geneviève Wortham (PS et app.) présidente de l’Ordif

M. Jean-François Pellissier (FG) membre commission consultative Predma

Mme Liliane Pays (Europe Écologie) de Fontainebleau

M. Pascal Marotte (Europe Ecologie) conseiller municipal de Moret sur Loing

Mme Brigitte Eude (PS et app.) conseillère municipale Torcy

M. François Kalfon (PS et app.) conseiller municipal Melun

Mme Fatna Lazreg (Europe Écologie) de Melun

M. Philippe Sainsard (PS et app.) conseiller municipal Combs la Ville

Mme Julie Nouvion (Europe Écologie) Marne la Vallée

M. Philippe Camo (FG) adjoint au maire Brétigny sur Orge (91)

Mme Josette Mollet-Lidy (PRG) conseillère municipale de Coulommiers

M. Thibaud Guillemet (Europe Écologie) Maire de Thorigny sur Marne

Mme Roseline Sarkissian (PS et app.) conseillère municipale de Fontainebleau

de la conseillère régionale du 91 :

Mme Charlotte Blandiot-Faride (FDG) adjointe au maire de Mitry-Mory 

Forêt régionale de Montgé en Goële

Forêt régionale de Montgé en Goële

Partager cet article
Repost0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 09:21

 

 

Riverains vous qui devriez subir les dangers de cette carrière à ciel ouvert sur un ancien site où ont été réalisés des essais atomiques "en secret" à la fin du siècle dernier, il semblerait que le scénario se reproduise :

 

un manque de transparence ?

 

A vous de juger

 

Vous n’avez même pas pu assister à la commission de suivi de site réunie hier à la sous préfecture du Raincy sous la présidence des préfets du 93 et 77, l’ETAT a pourtant donné cette possibilité sous conditions d'acception des membres du bureau, mais pour le fort de Courtry/Vaujours le représentant de Mme Royal a donné un avis défavorable suivi par la majorité des membres du bureau.

 

Les membres de la commission auraient dus recevoir au moins 14 jours avant la réunion les documents présentés à la séance mais M. le Préfet du 93 Philippe Galli n’a pas souhaité les fournir avant la réunion, c’est par le journal « Le Parisien » que ces membres ont appris avant la réunion le contenu du rapport de l’ASN.

 

Pour faire court :

- l’ASN autorise Placoplatre à reprendre la démolition sous conditions, la Subatech devrait surveiller les travaux.( voir communiqué ASN en suivant le lien 1)

 

Il semblerait que l’ASN ait conclu ce marché avec Subatech sans publicité d'appel d’offres  et sans contrat écrit, tout au plus elle a peut-être demandé 3 ou 4 devis a des fournisseurs potentiels, la législation française le permettant quand les contrats ne dépassent pas un certain montant (2), l’ASN n’a pas souhaité fournir plus amples informations aux membres de la CSS.

Pourquoi l’ASN n’a pas choisi la CRIIAD ? Nous n’en savons rien.

 

- Quant aux  dangers des pollutions aux métaux lourds (munitions explosés, substances pyrotechniques)  aucune étude n'est prévue pour l'instant.

 

- quant à l’étude épidémiologique que vous réclamiez vous riverains, vous ne l’aurez pas, c’est M. Claude Evin, président de l’ARS qui n’a pas souhaité donner suite à votre demande.

 

- quant aux déchets qui devraient être évacués du site, certains pourraient se retrouver dans vos décharges ISDI ou carrières remblayées par des déchets « dits inertes » qui ne possèdent en général pas de portique de contrôle de la radioactivité.

 

A noter les interventions remarquées des associations notamment d’Environnement 93 et Nature Environnement 77, des maires de Courtry, Coubron et Vaujours et des sénateurs Archimbaud et Billout qui tout au long de la réunion ont posé de nombreuses questions, le sujet principal de leurs préoccupations étant les risques sur la santé des travailleurs et des riverains de ce site et l'élimination des déchets.

 

La prochaine CSS  devrait se réunir en Septembre 2015.

(1) http://www.asn.fr/Informer/Actualites/Fort-de-Vaujours-l-ASN-conditionne-la-reprise-des-travaux-de-demolition

(2)http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F23371.xhtml

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 17:54
carrière Placoplatre Villeparisis remblayée par des déchets "dits inertes"

carrière Placoplatre Villeparisis remblayée par des déchets "dits inertes"

 

 

De l’inquiétude des riverains du fort de Courtry/Vaujours

à celle des futurs clients de Placoplatre

le pas semble être franchi.

 

 

 

En effet la médiatisation faite autour du projet a fait monter la pression, aujourd’hui ce n’est pas seulement les riverains qui sont inquiets mais les clients de Placoplatre qui semblent également inquiets.

 

Les questions qu’ils se posent :

 

Les riverains :

Quels risques sur notre santé d’une telle exploitation à ciel ouvert (pollution de l'air  par des matières radioactives, métaux lourds, particules... bruit...) ?

 

 Les clients :

Quels risques sur notre santé de l’utilisation dans nos habitations de plaques de plâtre qui proviendraient du fort de Courtry/Vaujours  ?

 

 

 

Aujourd’hui n’est-ce pas l’image même

de

Saint Gobain

qui pourrait en être écornée ?

 

 

Car la multinationale ne doit-elle pas  contenter en priorité ses clients et non ses actionnaires ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 14:46

 

 

Le 5 mai prochain aura lieu la commission de suivi de site du Fort de Courtry/Vaujours une représentante de Nature Environnement 77 sera présente et soutiendra vos demandes.

 

 

Qu’est-ce que Nature Environnement 77 ?

http://www.environnement77.fr/

 

C’est une fédération départementale d’associations environnementales, elle regroupe environ 50 associations seine et marnaise, elle a été créée en 1972 et est agréée protection de l’environnement, elle est membre de FNE Ile de France http://fne-idf.fr/ et de France Nature Environnement http://www.fne.asso.fr/

 

Sa présidente est Jane BUISSON.

 

 

 

 

 

 

Article paru dans le Journal la Marne du 29/4/2015

 

 

Riverains du Fort de Courtry/Vaujours : Nature Environnement 77 une fédération d’associations environnementales à votre écoute.
Partager cet article
Repost0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 16:53
carrière Placoplatre Villeparisis remblayée par des déchets "dits inertes"

carrière Placoplatre Villeparisis remblayée par des déchets "dits inertes"

 

Alors qu’on est entrain de détruire nos espaces agricoles de Seine et Marne en y déversant des ordures, alors qu’on veut ouvrir une carrière de gypse à ciel ouvert sur un site où on a effectué des essais nucléaires, Mme Royal se rendra ce 5 mai 2015 à un colloque organisé par l’Agence des Espaces Verts, cette AEV qui a autorisé l’ouverture d’une carrière de gypse à ciel ouvert au Bois des Sables détruisant une partie de la forêt de Montgé en Goële.

 

Mme Royal se rendra à ce colloque à la rencontre de « l’élite parisienne » qui s’intéresse entre autres aux nouveaux paysages nourriciers :

« Les sols pollués, épuisés, fragmentés questionnent nos désirs d’une agriculture urbaine pour demain. Entre fantasmes et réalités, ouvrons une fenêtre sur ces nouveaux paysages nourriciers qui inventent des alternatives à partir des nouvelles dynamiques de l’écologie urbaine: maraichage participatif, cueillette urbaine, ferme à bananes et prés comestibles »(1)

 

Il est vrai qu’après avoir déversé encore et encore ses ordures sur les terres nourricières de Brie « l’élite parisienne » va devoir rechercher d’autres territoires pour se nourrir.

 

Venir à la commission de suivi de site CSS du Fort de Vaujours le 5 mai 2015, à la rencontre des populations de l’est parisien, vous n’y pensez pas, en plus la réunion aura lieu dans le 9/3 un département peu fréquenté par « l’élite parisienne » et de surcroît avec les « bouseux de Seine et Marne ».

 

Mais ne vous faites pas de souci, Mme Royal a donné des instructions aux services de l’ETAT afin que cette CSS ne soit pas ouverte au public, cela contrarie peut-être les riverains mais pas l’industriel : n’est-ce pas le principal ?

 

 

Riverains du fort de Courtry/Vaujours

comme quand on a effectué les essais atomiques

on vous demande seulement :

« De Subir et de vous Taire, surtout de vous Taire »

 

 

 

(1) http://www.colloque-aev-paysage.fr/le-colloque/presentation-generale/

 

http://www.colloque-aev-paysage.fr/le-colloque/les-intervenants/

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 10:46
Dossier avis autorité environnementale 25/3/2015 page 4 (dossier complet en lien 1)

Dossier avis autorité environnementale 25/3/2015 page 4 (dossier complet en lien 1)

 

Dernière minute

 

Placoplatre demande l’autorisation à l’ETAT d’exploiter sa future carrière en bordure de la promenade de la Dhuis à l’aide d’explosifs.

 

Oui vous avez bien compris la multinationale veut exploiter une carrière de gypse en bordure d’un site où se promènent des familles, à l’aide d’explosifs, alors qu’elle le fait actuellement par ripage mécanique dans sa carrière de Villeparisis/ Le Pin (1), un procédé bien moins dangereux pour les populations.

 

 

 

Nous apprenons qu’en date du 17/1/2014 la Sté Placoplatre a déposé auprès de la DRIEE une demande de prolongation d’exploitation de carrière de gypse au lieudit Bois le Comte à Villeparisis/Le Pin et d’extension sur une surface de près de 50 hectares sur la commune de Villevaudé lieudits « Mazarins et Bois Gratuel » en bordure de la promenade de la Dhuis.

Ce dossier a fait l’objet d’un rapport de l’autorité environnementale en date du 27/3/2015. (2)

 

Dossier avis autorité environnementale 25/3/2015 page 3 (dossier complet en lien 1)

Dossier avis autorité environnementale 25/3/2015 page 3 (dossier complet en lien 1)

 

 

L’extraction moyenne de gypse serait environ de

14 millions de tonnes sur 21 ans.

 

Quant au remblaiement des carrières par des déchets

« dits inertes » il pourrait avoisiner les

16 millions de tonnes sur 30 ans (3)

Dossier avis autorité environnementale 25/3/2015 page 10  (dossier complet en lien 1)

Dossier avis autorité environnementale 25/3/2015 page 10 (dossier complet en lien 1)

Il semblerait que la multinationale ait un allié de poids en la personne du député de la circonscription Yves Albarello, rapporteur du projet du Grand Paris.

 

Un stockage de 16 millions de tonnes de déchets « dits inertes » une aubaine pour M. Yves Albarello qui recherche depuis des mois des lieux de stockage des déchets du Grand Paris.

 

Mais me direz-vous la circonscription de M. Albarello est couverte de sites polluants ou dangereux (décharges, carrières remblayées par des déchets, incinérateurs….et également 8 sites SEVESO, un site polluant et dangereux de plus n’inquiète-t-il pas M. le Député ?

 

 

 

Pour mémoire :

Extrait article du journal de l’environnement :

Les travaux du Grand Paris en mal d’exutoires et de partenariats

Le 03 juillet 2013 par Stéphanie Senet

 

La destination des déchets de chantier pose quant à elle un problème de poids. Evalué à environ 60 millions de tonnes selon Yves Albarello, ils seront constitués aux trois quarts par la construction des tunnels, précise la Société du Grand Paris. «La région francilienne n’a aujourd’hui pas les capacités de traitement. Il va falloir ouvrir des installations de stockage de déchets inertes supplémentaires et couvrir des carrières de gypse», assure Yves Albarello. Autre problème: ces déchets contiendront de la bentonite, une argile colloïdale également connue sous le nom de «terre à foulon», qui s’avère toxique….Pour référence, le déblaiement de 2.000 tonnes de déchets par jour nécessite le convoi de 75 camions….(4)

 

Extrait de l’intervention de M. Albarello lors de la commission de suivi de site du 2/7/2014 Placoplatre projet d’implantation d’une carrière de gypse à ciel ouvert sur le site de l’ancien CEA de Courtry-Vaujours :

« Monsieur ALBARELLO attire l’attention de Placoplatre sur les travaux engagés pour le Grand Paris et le traitement des 80 millions de tonnes de terres que ces travaux vont générés.

La solution serait de remplir les carrières par ces terres qui seraient ainsi traitées sur le site de Placoplatre. »(5)

 

(1) http://www.batiactu.com/edito/du-gypse-a-la-plaque-de-platre---une-histoire-d-ea-35549.php

(2) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/15566/110320/file/27-3-15%20Avis%20AE%20Placoplatre.pdf

 

(3) (420 000 m3 par an x 30 ans )  1m3 = 1.33 tonne (selon l’évaluation des services de l’Etat de l’Oise)

http://www.oise.equipement-agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/F_161_ISDI_Lachelle_cle0b1ea7.pdf

(4) http://www.journaldelenvironnement.net/article/les-travaux-du-grand-paris-en-mal-d-exutoires-et-de-partenariats,35438

(5)http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/15504/109936/file/CR%20CSS%20VAUJOURS%202%20juillet%202014%20.pdf

 

 

Pour aller plus loin :

Dangers des explosifs utilisés dans les carrières

http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=437

 
Partager cet article
Repost0

Recherche