Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 19:04


 
Projet de stockage de déchets de gaz carbonique CO2 

sur la décharge Rep Veolia de Claye-Souilly

 

Le site sera-t-il classé Seveso ?

 

Les riverains de Claye-Souilly, Fresnes sur Marne, Charny …

doivent se préparer à cette éventualité

 

Pourquoi les riverains sont-ils toujours les derniers informés ?

 

 

 Réaction de riverains du sud de la Seine et Marne qui viennent d’apprendre qu’ils habitent près d’un site SEVESO

 

 

 Extrait article paru dans  Le Parisien de Seine et Marne

Simulation d’accident au site Seveso
Des habitants de Savigny-le-Temple ont simulé hier matin un accident toxique devant Kuehne & Nagel. Ils réclament le départ de l’entrepôt classé à hauts risques

Marine Legrand | 15.10.2009,

« Je n'aurais jamais acheté ma maison si j’avais su qu’il y avait un site Seveso juste à côté ! Personne ne nous a rien dit à l’époque. L’entrepôt est classé seuil haut depuis 2002 et nous ne l’avons appris qu’en avril 2009, grâce au bouche-à-oreille. » Laurent ne décolérait pas, hier, devant le site Kuehne & Nagel de Savigny-le-Temple.

Cet habitant fait partie des 6 150 riverains de Savigny et Cesson à vivre dans le périmètre particulier d’intervention (PPI) de ce vaste entrepôt de 67 500 m 2 , capable de stocker jusqu’à 70 000 t de produits phytosanitaires (engrais, herbicides…). Un site qui présente de gros risques d’accidents toxiques : incendie, explosion, dégagement de gaz dangereux…

« Et maintenant, tout le monde s’effondre au sol, nous sommes morts ! »


Hier matin, une cinquantaine d’habitants ont donc mené une action coup de poing devant l’entrepôt. « Pas question de laisser durer cette situation », tempêtent les riverains. Leur objectif : réduire drastiquement le tonnage de produits stockés pour déclasser le site et diminuer ainsi les risques. Combinaisons blanches sur le dos et masques chirurgicaux sur le visage, ils ont allumé des fumigènes et simulé un incendie propageant des fumées toxiques

……..

 

L’article complet :

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/simulation-d-accident-au-site-seveso-15-10-2009-674926.php

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 11:23

Claye-Souilly, Fresnes sur Marne, Charny :
 Projet pilote de stockage CO2 

Pourquoi les services de la sous préfecture de Meaux
n’ont pas connaissance de ce projet ?


Pourquoi les riverains
n’ont aucune information ?


Que nous cache-t-on ?

 

 

Lors de la CLIS du 5 mars 2009, Monsieur le Sous Préfet de Meaux n’avait pas accepté de mettre à l’ordre du jour :

-         projet pilote de captage, stockage et transport CO2 sur le site de la REP de Claye-Souilly annoncé par Veolia le 13.3.2008.

 

En juillet dernier nous avons réitéré notre demande voici la réponse de Monsieur le Sous Préfet de Meaux :

Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 11:54

  STOCKAGE DE DECHETS INDUSTRIELS
 GAZ CARBONIQUE CO2


Quelles contreparties pour les communes

de Claye-Souilly

Fresnes sur Marne

Charny ?

 


 « A Jurançon, les membres de l’association CJE se souviennent des premières réunions où le candidat aux municipales, Michel Bernos, était le plus tonitruant opposant au projet de Total. Sitôt élu, le Maire Bernos et son équipe municipale, négocient avec le pétrolier : ils encaissent 1 500 000 € en contrepartie de l’injection de CO2 à Rousse1. »

 
Extrait d’un article paru sur le blog de l’association « Coteaux de Jurançon Environnement »

 

 Pour plus amples informations consultez : http://asso-cje.over-blog.com/


*** 

Paru sur le site Mieux Vivre Jurançon, Michel Bernos

 

04 mai 2009


Convention de Mécénat Total / Jurançon







                                                                     total2

Total réalise à Lacq un projet de captage et de stockage de CO2, dont les injections doivent être réalisées sur le site des installations gazières du puits de Rousse. A ce titre, le groupe TOTAL et la Commune de Jurançon se sont engagés dans une politique de mécénat.

Comme annoncé durant la campagne, nous voulons mettre en place plusieurs projets à Jurançon :

- un pôle intergénérationnel (construction d'une maison de retraite sur l'ancien stade de rugby, près de l'Ecole Jean Moulin et de la Crèche)
- un pôle sportif, avenue du Corps Franc Pommiès (installations de terrains de football et de rugby, près du Gymnase Lichanot et des terrains de tennis)
- un pôle culturel, dans le Quartier du Bernet. Les 2000 m2 de bâtiments de l'ancienne usine Odoul vont être partiellement démolis. Le bâtiment le plus récent, d'une superficie de 800 m2, va être réaménagé en salle de spectacle.
- un pôle touristique (restructuration et embellissement du "Quartier de Rousse" par des aménagements valorisant notre patrimoine culturel, viticoles, ...)


Durant 5 ans, TOTAL apportera donc son soutien financier à la Commune de Jurançon, pour réaliser ces Projets. 1 000 000 € seront versés à la signature de la Convention, puis
500 000 € l'année suivante.


Un Comité de Pilotage, constitué de membres du groupe TOTAL, d'élus et d'employés communaux, sera mis en place pour suivre le bon déroulement des opérations.


http://vivrejurancon.canalblog.com/

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 08:42

***

A l’heure où des projets de stockage,
captage et transport  CO2 doivent voir le jour en France,
une question se pose :

« le transport du CO2 » :

 

Le transport  de déchets industriels co2 sur le site de la décharge Rep Veolia Claye-Souilly, Fresnes sur Marne, Charny, sera-t-il effectué par pipeline, ces installations vieillissantes, qui pour la plupart ont plus de 40 ans d’existence ?


A cette question comme à toutes les autres nous n’avons toujours pas de réponse
.

 

Voici plus d’un mois que nous avons demandé à Monsieur le Sous Préfet de Meaux l’organisation d’une réunion supplémentaire de la CLIS de la décharge Rep Veolia, avec pour ordre du jour :


« projet pilote de captage, stockage et transport CO2
sur le site de la REP de Claye-Souilly
 annoncé par Veolia le 13.3.2008 »

courrier à ce jour resté sans réponse.

 

***

A Jurançon les associations sont inquiètent :

Pour extrait compte-rendu de la CLIS du 22/6/200, paru le 15/7/2009 sur le site CJE :

.....

"à Jurançon, la canalisation amenant le gaz de Lacq a été testée et séchée. L’oxycombustion du CO2 est prévue le 30 juin 2009 et durera 3 semaines. "

 

….

"Un dossier a été remis à l’Administration sur les canalisations ( raclage et réfection). Nous signalons la fragilité du pipe-line : les sites de Lacq et Rousse1 sont sécurisés par une clôture, alors que le pipe, sur 27 km, est de l’emprise industrielle puisqu’il n’est pas clôturé, simplement signalé, seules les parties aériennes sont protégées par un grillage."

 
Article complet : http://asso-cje.over-blog.com/

 

***

Extrait article France Nature Environnement du 10/8/2009 suite à la pollution due à la rupture d’un oléoduc dans la réserve de Crau :

« Cela relance de manière générale la sécurisation des oléoducs vieillissants qu’il convient de remettre à niveau et exige rapidement des investigations pour évaluer cette fiabilité dans l’attente de lourds travaux d’investissements à entreprendre », poursuit Raymond Léost, administrateur responsable du réseau juridique de FNE. « A la société du Pipeline Sud-Européen de garantir sur le terrain cet objectif majeur de sécurité et à L’Etat de se donner les moyens d’assurer le contrôle et la surveillance de ces équipements » ajoute Raymond Léost…..

 

Article complet : http://www.fne.asso.fr/fr/plaine-de-crau--pas-de-securite-pour-la-biodiversite.html?cmp_id=33&news_id=1168&vID=49

 

D’autres articles sur le même sujet :

 

L'enjeu du CO2 (Ineris)

http://www.ineris.fr/index.php?module=doc&action=getDoc&id_doc_object=3230

 

Usine nouvelle 12/8/2009

http://www.usinenouvelle.com/article/cinq-questions-sur-la-securite-des-oleoducs.N115775

 

Metro 8/8/2009

http://www.metrofrance.com/planete/fuite-d-un-oleoduc-les-associations-ecologiques-reagissent/mihh!JwAcOdKWBnIy6/

 


 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 16:40
Allons nous servir de cobayes ?

*

Pour extrait : Article paru sur le site Canal Académie
Comment capturer le CO2 émis dans l’atmosphère...

*

La séance de l’Académie des sciences du 19 mai 2009 était consacrée à la séquestration du CO2. En effet, une des solutions envisagées consiste à capturer le gaz carbonique émis par des sites industriels, et à le stocker dans des formations géologiques profondes. Canal Académie vous propose d’écouter la retransmission de cette séance en trois parties. Dans cette première partie, retrouvez la présentation générale de Claude Allègre de l’Académie des sciences, Eric Favre du Laboratoire des Sciences du Génie Chimique et Alain Bonneville, géophysicien à l’Institut de physique du globe de Paris.

…….

 

 


Alain Bonneville, Laboratoire de Géosciences Marines, Institut de Physique du Globe de Paris

« Le CO2 peut être stocké sous forme gazeuse, solubilisé dans l’eau, sous forme de composé ionique et sous forme de carbone.
Il peut être stocké dans des aquifères salins profonds (eau non potable) ainsi que dans les veines de charbon non exploitées, à ceci près qu’on connaît encore très peu les potentiels de ces zones de stockage.

Utiliser les anciens gisements d’hydrocarbures comme "réservoirs" offre plusieurs avantages :
 ces gisements sont étanches
 ils sont connus géologiquement

Injecter du CO2 dans les veines de charbon pourrait permettre par la même occasion de récupérer du méthane.

Enfin, pour les aquifères salins profonds, ils sont encore mal connus et leurs tailles souvent gigantesques s’avèrent pour l’instant encore trop compliquées à gérer.

Il existe déjà plusieurs usines de stockage un peu partout dans le monde. Le premier a vu le jour en 1996 à Sleipner en Norvège. Il stocke le CO2 dans un aquifère salin profond.
Celui de Weyburn au Canada qui a vu le jour en 2000, est surtout l’objet d’études approfondies sur le sujet.
Une usine de stockage s’est ouverte également à In Salah en Algérie. Il injecte entre 2000 et 3000 tonnes par jour de CO2.

Enfin le site "CO2 Sink" en Allemagne fait office de laboratoire grandeur nature. Ce site (qui à la différence des autres, n’est pas industriel) élabore un guide de bonnes pratiques de stockage du CO2.
Les scientifiques sur place observent parallèlement la "migration" du gaz carbonique, son comportement en profondeur. Ils cherchent aussi à conserver l’intégrité de la couverture et du réservoir. »

Au total, sur 9 sites existants, plusieurs millions de tonnes de CO2 ont déjà été injectés sous terre.
Mais il faudra encore 5 à 10 ans de recherches avant de passer à l’échelle industrielle.

 

 

Pour plus amples informations : http://www.canalacademie.com/Comment-capturer-le-CO2-emis-dans.html

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 14:04

 

Nous avons assisté hier à une réunion avec un groupe de scientifiques qui étudie

les risques sur le stockage, captage et transport de déchets industriels Gaz Carbonique

CO2 (aquifères salins comme à Claye-Souilly, réservoirs  gaziers comme à Jurançon….)

 

Beaucoup d’incertitudes demeurent, nous faisons un court résumé des points essentiels que nous avons retenu :

 

Comment seront acheminés les déchets industriels Gaz carbonique CO2 ?

Probablement par canalisation souterraine.

 

Les déchets  industriels Gaz carbonique CO2 pourront-ils venir de l’étranger ?

Probablement par navire de type GPL, puis acheminement par canalisation souterraine.

 

Maîtrise du risque stockage CO2 ?

Encore énormément d’incertitudes.

 

Pourquoi implante-t-on des sites pilotes dans des régions à forte densité de population ?

(Jurançon près de Pau 50 000 habitants et Claye-Souilly dans le Bassin Parisien).

A cette question nous n’avons pas obtenu de réponse.

 

Dans le monde y-a-t-il des projets pilotes comme en France dans des zones à forte densité de population ?

A cette question non plus nous n’avons pas obtenu  de réponse.

 

Si après stockage de 200 000 tonnes de CO2 dans les aquifères salins à Claye-Souilly,  les scientifiques constataient un danger pour la population comment ces 200 000 tonnes de CO2 seraient-elles retirées des aquifères salins ?

A cette question non plus nous n’avons pas obtenu non plus de réponse.

 

Comment les nouvelles  technologies (et notamment de stockage CO2) pourront être acceptées par la population et notamment les riverains ?

Un débat public national devrait être organisé sur l’opportunité des projets concernant les nouvelles technologies (comme le demande notamment l’Association des Côteaux de Jurançon sur le captage CO2), il faudra tenir compte des avis de la population quant au choix des nouvelles technologies.

 

***

RIVERAINS VOUS N’AVEZ PAS LA PAROLE

 

Aujourd’hui nous sommes bien loin du débat public, l’avis des riverains du projet Veolia de stockage CO2 à Claye-Souilly, Fresnes sur/Marne, Charny, ne semble intéresser personne,  pour mémoire :

-      Monsieur Jean-Louis Borloo n’a pas invité lors de sa visite du 16.2.2009, sur le site Veolia de Claye-Souilly, les représentants des associations environnementales nommées à la Commission Locale d’Information et de Surveillance de la décharge Rep Veolia.

 

-      Madame Chantal Jouanno n’a pas accepté de recevoir notre association.

 

-      Monsieur le Sous-Préfet de Meaux n’a pas accepté de mettre à l’ordre du jour

de la Commission Locale d’Information et de Surveillance  du 5/3/2009 de la décharge Rep Veolia Claye-Souilly « le projet de stockage CO2 par Veolia ».

 

      -        Messieurs Yves Albarello Député-Maire de Claye-Souilly et Jean-François

               Coppé Député-Maire de Meaux  n’ont pas accepté de nous recevoir.


-      La Sté Veolia n’a pas accepté de participer à la réunion publique de Juin 2008 et

               depuis nous n’avons pu obtenir aucuns renseignements sur le projet.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 13:45

*                                                                                                    

Que nous cache-t-on ?

Pourquoi les riverains sont-ils mis à l’écart ?

*

Alors que le 5 mars 2009 lors de la réunion de la commission locale de surveillance de la décharge REP Veolia Claye-Souilly l’exploitant a répondu que le projet de stockage et captage CO2 était à l’étude de faisabilité et qu’il n’avait pas connaissance du résultat, nous apprenons par les medias  que cette société a déposé un dossier auprès de l’Ademe, ce dossier devait être déposé avant le 30.11.2008. http://www.dr6.cnrs.fr/SPV/spip.php?article73

 

 

 

Nous demandons

la restauration d’une démocratie écologique

 

Le respect de la convention Aarhus

http://www.ineris.fr/aida/?q=consult_doc/consultation/2.250.190.28.8.551

 

L'organisation d'un débat public

par la Commission nationale du débat public

http://www.debatpublic.fr/debat-public/principes.html

 

 

 

Nous sommes entièrement solidaires des associations

France Nature Environnement

Sepanso

Sepanso Béarn

Coteaux de Jurançon Environnement.

http://www.fne.asso.fr/fr/feu-vert-au-projet-total-de-stockage-souterrain-de-co2-les-associations-vont-saisir-la-justice.html?cmp_id=33&news_id=1064&vID=1

 

Article paru sur le site de l’Usine nouvelle :
Captage et stockage de CO2 : qui sont les pionniers français ?

03/06/2009

Le marché est des plus stratégiques à six mois du sommet de Copenhague. L'Ademe a jeté son dévolu sur cinq projets français, dans le cadre de son fonds de démonstrateurs de recherche.

…….

Les 5 dossiers captage et stockage de CO2

Cinq dossiers ont été réceptionnés dans le cadre de l'Appel à manifestation d'intérêt (AMI) lancé par l'Ademe. Parmi ces projets, un projet a déjà été accepté par le comité de pilotage : le projet Pil-Ansu. Les quatre autres sont en cours d'instruction.

Alstom, EdF, GdF Suez et Armines avec « Pil Ansu »
….
Alstom et EdF avec les amines 
….
Véolia à Claye-Souilly
En partenariat avec Geogreen, ce projet de captage et stockage annoncé à Claye-Souilly (Seine-et-Marne) par Véolia est le troisième en France, derrière celui de Lacq (Pyrénées-Atlantiques) et du Bassin parisien. Le CO2 sera produit par des unités de valorisation énergétique de biogaz déjà existantes et sera injecté dans un aquifère salin situé à plus de 1 500 mètres sous terre pendant plusieurs années.

Arcelor Mittal à Florange

…..
 Total dans le bassin parisien
……

Pour plus amples informations :

http://www.usinenouvelle.com/article/captage-et-stockage-de-co2-qui-sont-les-pionniers-francais.165810

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 10:36

 

ENFOUISSEMENT DECHETS INDUSTRIELS

GAZ CARBONIQUE CO2

sur le site de la plus importante décharge de France

REP VEOLIA

CLAYE-SOUILLY, FRESNES SUR-MARNE, CHARNY

 

Pourquoi la commune de CLAYE-SOUILLY

s’est-elle portée volontaire ?

 

A l’image de ces communes qui se portent actuellement  volontaires pour enfouir des déchets radioactifs sans concertation avec les populations, la commune de Claye-Souilly, dont le député maire est Monsieur Yves Albarello, s’est portée volontaire pour la réalisation d’un 1erprojet pilote en France d’enfouissement de déchets industriels gaz carbonique CO2 dans les aquifères salins sans même une réunion publique d’information, ni même une concertation avec la population.


(source journal La Marne 19/3/2008)

 

Combien versera REP VEOLIA

à la commune de Claye-Souilly

en contrepartie ?

 

 

Extrait d’un article paru sur le blog de l’association « Coteaux de Jurançon Environnement »

 

« A Jurançon, les membres de l’association CJE se souviennent des premières réunions où le candidat aux municipales, Michel Bernos, était le plus tonitruant opposant au projet de Total. Sitôt élu, le Maire Bernos et son équipe municipale, négocient avec le pétrolier : ils encaissent 1 500 000 € en contrepartie de l’injection de CO2 à Rousse1. »

 

 Pour plus amples informations consultez : http://asso-cje.over-blog.com/

 


Négociation pour l’enfouissement des déchets nucléaires :

 

Extrait d’un article du blog Accid

(propos tenu par Monsieur Namy, président du Conseil général de la Meuse) :

…..

« Pour l'heure, le président Namy préfère penser aux millions que la filière nucléaire, EDF en tête, verse chaque année au GIP Objectif Meuse pour l'accompagnement du laboratoire. "J'ai l'appui d'Hubert Falco, le ministre de l'Aménagement du territoire pour faire passer la dotation annuelle de 20 à 30 millions d'euros", précise-t-il. "Pour l'enfouissement, il faudra être beaucoup, beaucoup, beaucoup plus exigeants", prévient Arsène Lux. La Meuse ne se vend tout de même pas pour si peu. »

 

 Pour plus amples informations consultez : http://accid.over-blog.com/article-29886002.html

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 16:00

 

 

Projet pilote de stockage de déchets industriels gaz carbonique (CO2) dans les aquifères salins sur le site de la décharge Rep Veolia Claye-Souilly, Fresnes sur-marne, Charny.

 

ALLONS-NOUS  ACCEPTER
DE SERVIR
DE COBAYES ?

 

Extrait article paru le 16.4/2009 dans actua environnement :
Stockage du CO2 : le BRGM crée une unité dédiée à la sécurité et aux impacts de la technique


GESTION DES RISQUES - Actu-Environnement.com - 16/04/2009

 

Face à la multiplication des projets de recherche et d'expérimentation dédiés au stockage du CO2 dans des formations géologiques, le BRGM crée une unité spéciale qui se concentrera sur les risques liés à cette technique.

…….


Garantir la sécurité

 

La technique ne pourra donc être généralisée au-delà des opérations de démonstration que si des garanties suffisantes sont apportées sur la sécurité et les mesures correctives possibles - BRGM

 

 

Les caractéristiques du CO2 n'en font pas un gaz dangereux mais les quantités qui seraient stockées et la durée de stockage envisagée nécessitent des garanties. Compte tenu de la durée d'utilisation du charbon et du temps de résidence du CO2 dans l'atmosphère terrestre, le BRGM fixe à 1.000 ans environ la durée d'un stockage. La technique ne pourra donc être généralisée au-delà des opérations de démonstration que si des garanties suffisantes sont apportées sur la sécurité et les mesures correctives possibles, explique le BRGM.

 

Les questions clés à résoudre seront notamment la compréhension des impacts locaux du stockage notamment sur les aquifères d'eau potable situés au-dessus ou sur la stabilité géomécanique du réservoir et de la couverture.

Dirigée par Hubert Fabriol, cette nouvelle unité tachera donc d'analyser les scénarios d'évolution normale des stockages en aquifère profond et les comportements altérés (remontées de CO2), de caractériser les impacts sur l'environnement en particulier sur les autres aquifères, de proposer des critères de sécurité et de contribuer à l'élaboration des réglementations françaises et internationales en la matière.

Pour plus amples informations :

 

http://www.actu-environnement.com/ae/news/brgm_securite_stockage_co2_7182.php4

 

                                                 §§§§

 

Nous vous rappelons que BRGM est actionnaire de la Société Geogreen.

Extrait de la présentation de cette Sté sur son site  :

 

« Geogreen est une société internationale de services d’ingénierie dédiée au transport et au stockage géologique du CO2.

Geogreen est le fruit de l’union de trois acteurs majeurs français du domaine : l’IFP, la société Géostock (stockage souterrain d’hydrocarbures), et le BRGM (Bureau de Recherche Géologique et Minière). Ils mettent en commun leurs compétences respectives afin de se positionner sur le marché mondial du stockage géologique du CO2, et contribuer ainsi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La parfaite complémentarité technique de ses experts permet à Geogreen de proposer aux industriels concernés un éventail très large de services sur l’ensemble de la chaîne du transport au stockage géologique du CO2, de l’expertise amont à l’ingénierie et au développement de projets. A plus long terme, elle proposera des prestations d’exploitation, de contrôle et de maintenance de sites d’injection, ainsi que des services de suivi liés à la fermeture de sites de stockage. »

…………

pour plus amples informations, consultez le site : http://www.geogreen.fr/fr/01_profil.html

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 09:39

 

 

PROJET PILOTE DE CAPTAGE CO2 A JURANCON

 

TOTAL A CONCLU AVEC LA COMMUNE DE JURANCON UN CONTRAT DE  MECENAT

                                     DE 1 500 000 € SUR 5 ANS.

 

COMBIEN D’ARGENT VA PROPOSER VEOLIA  AUX COMMUNES DE  CLAYE-SOUILLY, FRESNES SUR MARNE, CHARNY  POUR AUTORISER LE PROJET DE STOCKAGE DE CO2 ?? ?


COMBIEN DE TEMPS ALLONS-NOUS PERMETTRE AUX INDUSTRIELS DE CONTINUER A POLLUER  NOTRE ENVIRONNEMENT CONTRE DE L'ARGENT?

 

NE LAISSONS PLUS NOS ELUS DECIDER SEULS,

DEMANDONS UN REFERENDUM SUR LE

PROJET DE CAPTAGE CO2.

 

Extrait article paru sur le site Alternatives Paloises

Lundi 30 mars 2009 par Jean Yves Spinelli


LE CO2 LE DEBAT S’ORGANISE


Quand, le 8 février 2007, TOTAL annonçait le lancement du projet pilote de Capture et Stockage du CO2 (CSC) dans le bassin de Lacq, avec l’appui inconditionnel du gouvernement, pouvait-il imaginer l’ambiance deux ans plus tard ? Si oui, se serait-il alors lancé dans cette galère ? Rien n’est moins sûr !...


En 2007, que pouvait peser l’opposition de quelques dizaines de Jurançonnais, face :
➢ au soutien de toute la classe politique locale,
➢ à la volonté politique de tous les gouvernements des pays développés qui, sans exception, faisaient du CSC un axe stratégique de recherche pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre,
➢ aux perspectives de pouvoir poursuivre le développement de l’exploitation pétrolière et gazière au même rythme,
➢ aux perspectives de ventes de cette technologie à l’étranger,
➢ au rêve de la nouvelle image de TOTAL qui, de pollueur non payeur, se changeait brusquement en écologiste, sauveur du dérèglement climatique et adepte du développement durable.
Mais, depuis 2007, bien des choses ont changé :
➢ les expériences menées ailleurs dans le monde se sont avérées décevantes et ont singulièrement refroidi l’enthousiasme des gouvernements (cf. mon article précédent) ;
➢ le marché à l’export est moins prometteur qu’il n’y paraissait, en raison principalement de l’éloignement entre les zones potentielles de captage et celles de stockage ;
➢ l’opposition, non pas au projet, mais au principe du CSC lui-même, se développe, tant dans le monde politique que scientifique ;
➢ enfin l’image de TOTAL dans l’opinion publique ne s’est pas améliorée, c’est le moins que l’on puisse dire : son appel dans le procès Erika, son annonce quasi simultanée de bénéfices records (14 milliards d’euros) et d’un plan de restructuration qui supprime 555 emplois dont 25 en Béarn ne la positionne pas vraiment comme une société solidaire des préoccupations actuelles des français, en pleine crise économique et envolée du chômage...

………

Le 13 mars dernier, l’association Coteaux de Jurançon Environnement a adressé au préfet une lettre ouverte dénonçant des « Manquements à l’Ethique », avec notamment :
➢ une absence d’évaluation indépendante et un conflit d’intérêts, le BRGM étant rémunéré par TOTAL pour évaluer un projet dans lequel il est lui-même impliqué,
➢ des comportements cavaliers de la part de la CLIS en réponse aux demandes de l’association,
➢ une enquête publique biaisée, dont l’avis favorable ne faisait pas ressortir l’opposition franche des jurançonnais au projet
➢ un financement litigieux, TOTAL achetant le « droit de polluer » par l’octroi d’une importante somme d’argent la commune de Jurançon,
➢ des insuffisances sur la sécurité et le devenir à long terme.
Le texte intégral de cette lettre au Préfet se trouve sur le site :
http://blog.ifrance.com/coteauxdejuranconenvironnement


Le 27 mars, le Conseil Municipal de Jurançon a approuvé la conclusion d’un contrat de « Mécénat » entre TOTAL et la commune de Jurançon, qui prévoit le versement, par TOTAL, d’une somme de 1 500 000 € sur 5 ans (la durée du projet pilote) dont 850 000 en 2009, avec pour seules conditions que cet argent soit utilisé par la commune pour financer des actions « développement durable » .

 

Pour plus amples informations consultez :

http://www.alternatives-paloises.com/article.php3?id_article=2285

 

Partager cet article
Repost0

Recherche