Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 14:35

Quelle concertation avec les riverains de Claye-Souilly et ses alentours ?

A notre connaissance aucune

 

Quelle concertation avec les associations environnementales siégeant à la Commission Locale d’Information et de Surveillance  de la décharge Rep Veolia Claye-Souilly ?

Aucune

COMMISSARIA

GÉNÉRAL AU

Extrait du rapport « Les  filières industrielles stratégiques de l’économie verte »

MEEDDM  Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer Commissariat général au développement durable

Mars 2010

…..

page 81 et suite

7. Filière « CAPTAGE, STOCKAGE et

VALORISATION DU CO2 »

La filière du captage, stockage et valorisation du dioxyde de carbone (CO2) regroupe l’ensemble         des activités visant à capter le CO2 des sites industriels et à le transporter jusqu’à des sites de stockage géologique ou des unités de valorisation. La chaîne de valeur de la filière est constituée de trois briques. Il s’agit du captage du gaz issu des grandes centrales thermiques et des unités industrielles, de son transport puis de son stockage….

 Le marché du captage, stockage et valorisation du CO2 de taille industrielle reste à construire : il se structurera essentiellement dans les secteurs les plus fortement émetteurs de CO2, en forte croissance et au coût d'abattement faible, mais également dans des secteurs de niches où les coûts de captage du CO2 sont faibles.. Dix-sept industries (production électrique, aciéries,cimenteries, raffineries, …) sont directement visées par la filière. Les principaux émetteurs sont les centrales à charbon, largement en tête pour leurs émissions de CO2 (8350 Mt/an au niveau mondial) et les centrales au pétrole et au gaz. Ces centrales qui produisent de l’électricité génèrent à elles seules près de 42% des émissions totales de CO2. …….

 

2. Potentiel de croissance du marché

……Le captage de 3 à 4 Gt de CO2 par an à horizon 2030 nécessite une forte montée en

puissance du nombre de sites dédiés au captage et au stockage du CO2, soit entre 300 et

500, sachant qu’environ 20 petits pilotes seulement seront opérationnels vers 2010. …

…….

II. Ambitions pour la filière

1. Ambitions

L’ambition française concernant cette filière est de :

- Faire de la France un centre d’excellence mondial en ingénierie pour la filière,

- Structurer une filière avec des acteurs français compétitifs à l’exportation de procédés,

- Equiper les installations les plus polluantes afin de réduire ses émissions de GES.

2. Objectifs

La filière captage, stockage et valorisation du CO2 doit faire face aux enjeux suivants :

- Positionner la France comme chef de file de la filière de captage, de stockage et de

la valorisation du CO2 avec des entreprises et des organismes de recherches

leaders……

3. Conditions de succès

……

Outre les problématiques purement technologiques et financières, deux autres enjeux sont essentiels : l’acceptation par le public, et plus particulièrement des populations situées à proximité des sites de stockage, et la réglementation : un cadre juridique et réglementaire pour le stockage est nécessaire afin de définir la sûreté et la permanence du stockage,comme cela a été fait en Europe via l’adoption de la Directive dédiée au stockage géologique du CO2.

III. Priorités d’action identifiées

Pour répondre à cette ambition, des actions doivent être entreprises en faveur des filières sur trois axes prioritaires :

1. Positionner la France comme leader de l’ingénierie de la filière de captage, stockage et valorisation du CO2.

.............

Rapport complet : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport.pdf

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 13:50

 Projet de Captage et Stockage CO2 par VEOLIA à Claye-Souilly

 

ALLONS-NOUS SERVIR DE COBAYES

SANS MEME POUVOIR DONNER NOTRE AVIS ?

 

 

Extrait article paru  sur le site Actu-environnement :

Captage et stockage de CO2,
 accumulation de risques

GESTION DES RISQUES - Actu-Environnement.com - 12/04/2010
 

L'Ineris vient d'inventorier les (nombreux) risques liés à l'injection de CO2 en profondeur dans un rapport publié fin mars. Bien que l'analyse des risques soit embryonnaire, le captage et stockage de CO2 est appelé à être massivement développé

Eruptions, fuites massives ou diffuses de CO2, contaminations de compartiments de l'environnement par ce gaz ou les impuretés qu'il contient, risques de sismicité et mouvements de terrain… Tels sont les principaux risques potentiels ''à redouter'' liés au captage, transport et stockage de CO2 (CSC), qui viennent s'ajouter aux doutes sur la faisabilité technique, la viabilité économique et l'efficacité environnementale de cette technologie… Dans un rapport timidement publié lundi 29 mars, l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) dresse l'état des connaissances sur les risques liés à cette technologie, appelée à devenir l'un des principaux outils de lutte contre le changement climatique.

L'injection, opération la plus critique du CSC

Pour le moment, le rapport est limité aux risques pendant l'injection du CO
2, l'une des trois phases de l'exploitation d'un site (conception, injection, fermeture), et dure entre 30 et 40 ans. C'est ''l'opération la plus critique de la filière CSC au plan de la sécurité'', prévient l'Ineris. Les risques liés au seul stockage, d'une durée d'un millénaire, feront eux l'objet d'un deuxième rapport à paraître au cours du second semestre 2010. Les puits d'injection constituent une première source de risque de fuite à court, moyen et long termes. Au cours de la phase d'injection à 800 mètres sous terre au moins du CO2, ces puits sont soumis à d'importants écarts de température entre fluide et roche ainsi qu'à la dissolution de matière. Deuxième source de risque : les perturbations de nature thermo-hydro-mécano-chimique (THMC), qui pourraient dissoudre la roche-réservoir, faire varier sa porosité et la fissurer. Les perturbations THMC seront induites par l'injection du CO2 à l'état supercritique, les impuretés associées au CO2 lors de son captage (oxygène
, oxydes de soufre ou d'azote) et les réactions chimiques avec la roche.

Mettre en place un rapide retour d'expérience

Du fait de l'émergence de cette technologie, l'analyse des risques qui y sont liés est encore peu développée. ''L'impact potentiel des scénarios de risques sur l'environnement ou sur la santé humaine n'a été que rarement estimé de manière quantitative'', conclut l'Ineris. Situés en mer du Nord (Norvège), les deux plus anciens sites de stockage de CO2 ne datent que de 1996. Et seuls une dizaine de sites sont en fonctionnement dans le monde. L'évaluation des risques souffre donc d'un ''cruel manque de retour d'expérience'', note l'institut, qui rappelle que ''de nombreux travaux témoignent d'un besoin de renforcement de la recherche portant sur les risques, la sécurité et limpact environnemental''. L'Ineris recommande ''la mise en place rapide d'un retour d'expérience spécifique à la filière''. La réalisation de puits de contrôle pour détecter d'éventuelles fuites de CO2
 est envisagée.

En France, les sites de Rousse, dans le bassin de Lacq (Pyrénées-Atlantiques), et de Claye-Souilly, Massy-Palaiseau ou Saint-Martin-de-Bossenay (Bassin parisien) sont à l'étude pour accueillir de telles installations. Le cadre juridique nécessaire au développement de cette technologie
pourtant peu grenello-compatible figure dans le projet de loi Grenelle 2. Toujours enclins à s'assurer que les technologies de lutte contre le changement climatique génèrent le moins de nuisances possibles, au besoin en renforçant la contrainte réglementaire - comme pour l'éolien
-, les sénateurs ont pourtant adopté ce cadre juridique en septembre dernier, sans le moindre débat sur les risques du CSC.

Victor Roux-Goeken

 

Pour plus amples informations : http://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-ineris-risques-captage-stockage-co2_10033.php4

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 18:41

           

 Rapport d’étude Ineris 19.3.2010

 

Etat des connaissances

sur les risques liés

au stockage géologique du CO2.

 

Rapport n°1 : les risques en phase d’injection

Direction des Risques du Sol et du Sous-sol

 

 

Pour extrait :

1. INTRODUCTION

1.1 CONTEXTE ET OBJECTIF DE LETUDE

La lutte contre le changement climatique est un des défis majeurs de notre temps. Selon le rapport spécial du GIEC1 (2005) sur les scénarios démissions de gaz à effet de serre, les émissions mondiales (en équivalent-CO2) vont augmenter de 25 à 90 % entre 2000 et 2030. Il devrait sen suivre un réchauffement denviron 0,2°C par décennie au cours des vingt prochaines années. ….

En effet, les pratiques de captage, transport et stockage du CO2 ne sont pas, a priori, dénuées de tout risque. Lévaluation de ces risques suscite dailleurs une part importante de leffort de recherche consacré au CSC depuis plusieurs années. Cette évaluation est particulièrement délicate du fait du faible retour dexpérience disponible. Les complexes de stockage de CO2 les plus anciens ne sont opérationnels que depuis une dizaine dannées et aucune expérimentation dabandon, par exemple, na encore été menée dans ce domaine……

 

3.3.2 MECANISMES ET EFFETS POTENTIELS LIES AU RESERVOIR

Le champ dit « proche-puits » correspond à la portion du réservoir fortement influencée par la présence dun puits injecteur. Son extension exacte nest pas définie et semble dépendre à la fois des conditions dinjection (pression, température, durée, nature du fluide) mais également des caractéristiques intrinsèques du réservoir (porosité, perméabilité, nature de la roche). Les aléas liés au réservoir dun stockage géologique de CO2 peuvent être regroupés en cinq catégories (Damen et al., 2006 ; IPCC, 2006), auxquelles sajoute une sixième suggérée par le retour dexpérience récent :

 

1. Fuite de CO2 : il sagit dune migration du gaz injecté du réservoir vers les formations voisines et éventuellement vers la surface jusquà latmosphère ;

 

2. Fuite du gaz natif : linjection de CO2 dans des réservoirs contenant du méthane et/ou des alcanes légers (gisements pétroliers épuisés, veines de charbon)) peut provoquer la désorption des gaz initialement en place et entraîner ainsi leur fuite, avec des conséquences locales potentielles (contamination des nappes deau potables, danger daccumulation dans les zones confinées telles que des caves, risque explosif…) mais aussi globales (le méthane étant également un gaz à effet de serre) ; la prise en compte des fuites de méthane doit donc être intégrée dans le bilan dun site de stockage de CO2 afin den déterminer limpact réel sur la limitation des rejets anthropiques de gaz à effet de serre ;

 

3. Sismicité induite : linjection du CO2 conduit à augmenter la pression du fluide dans le réservoir, ce qui peut conduire à un déséquilibre du champ des contraintes mécaniques, principalement à proximité du puits dinjection (champ proche-puits) ; dans un cas extrême, cela peut provoquer lapparition dune fracturation - voire même lactivation de failles – qui se manifesterait par lintermédiaire de secousses sismiques pouvant dégrader la couverture ou létanchéité des puits ; les dégâts ainsi occasionnés peuvent atténuer la capacité de confinement du réservoir de stockage et fragiliser éventuellement les infrastructures de surface ;

 

4. Mouvement de la surface du sol : lajout de matière (CO2 supercritique), lactivation de failles, ou bien la compaction de la roche réservoir sous le jeu de la dissolution chimique de lencaissant provoquée par linjection du CO2, pourraient entraîner des mouvements de la surface du sol. Allant dans le sens dune remontée du sol (surrection) ou de son enfoncement (subsidence) de lordre du mm ou du cm, ces mouvements seraient probablement à lorigine dune activité microsismique éventuellement perceptible en surface ;

 

5. Impact hydraulique : par le jeu des modifications de pression, les écoulements hydrauliques en sous-sol sont susceptibles dêtre perturbés, tandis que le niveau de certaines nappes proches de la surface pourrait être modifié.22

 

6. Contamination des aquifères et autres réservoirs avoisinants ….

 

Il apparaît que ces mécanismes multifactoriels sont peu étudiés, notamment les deux derniers, et méritent dêtre mieux analysés à lavenir en termes danalyse des risques. On peut préciser que les conséquences de ces aléas sont susceptibles de sexprimer à plusieurs niveaux différents :

 

o Contamination des aquifères profonds : en premier lieu celui qui sert de réservoir, au sein duquel les mécanismes sont initiés, et qui peut être de grande étendue ;

 

o Contamination des aquifères superficiels : des produits toxiques en provenance du CO2 injecté (impuretés) ou du réservoir profond initialement visé (métaux lourds) pourraient être entraînés et remonter dans le sous-sol par le biais de zones de faiblesses du recouvrement (failles, changement de faciès) ou de puits abandonnés ; de même, des saumures pourraient être déplacées et augmenter la salinité des aquifères plus superficiels, utilisables pour lalimentation en eau potable ;

 

o Contamination dautres réservoirs : les mêmes substances pourraient également migrer vers dautres réservoirs souterrains voisins du site de stockage, en risquant daffecter ces réservoirs utilisés potentiellement à dautres fins (tels que les sites géothermiques ou de stockage de gaz naturel par exemple) et en réduisant éventuellement lintérêt de zones potentiellement exploitables par contamination des rés

 

……….

 

3.4 LES CRITERES DE CHOIX DES SITES

Avant de réaliser une analyse des risques plus spécifique des sites de stockage, il convient de citer ici les critères techniques qui doivent être pris en compte en amont, lors du choix du site : ces critères sont généralement basés sur des considérations de sécurité ou dimpact environnemental, et sont le plus souvent propres à être déclinés selon des paramètres techniques décrivant le contexte du stockage – par exemple la perméabilité ou les propriétés mécaniques.

……….

6. Enfin, des critères spécifiques seront à considérer par rapport aux activités humaines et à lutilisation du milieu :

 

o Dune part éviter toute intrusion ultérieure, en choisissant une zone assez profonde et dépourvue dintérêt en termes de ressources minérales

 

o Dautre part, est-il possible de limiter la vulnérabilité en surface, par exemple en réglementant loccupation du sol ? si oui, sur quelle échelle de temps ?

 

Ces nombreuses interrogations font actuellement lobjet détudes par de nombreux acteurs, elles seront développées et approfondies dans un rapport ultérieur de lINERIS.

 

…………..

 

 

Rapport complet :

http://www.ineris.fr/index.php?module=doc&action=getFile&id=4046

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 19:09


Article paru dans la revue  Nature Actualités de mars 2010
  éditée par la fédération d'associations environnementales de Seine et Marne
Nature Environnement 77 :

Halte à la capture et à la séquestration du CO2
Nature Environnement 77 dit non !


 
ne77

Partager cet article
Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 10:58

Article paru dans le journal liaison n° 123 de mars 2010
d’IDFE la fédération d’associations environnementales de l’Ile de France :

 


DU CO2 SOUS NOS PIEDS

idfe mars 2010 001

Consultez le site d'IDFE : http://www.idfe.eu/

Partager cet article
Repost0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 12:31

1er projet de captage et stockage de CO2 en France

de taille industrielle, dans les aquifères salins, par Veolia, sur le site de la décharge de Claye-Souilly,

Fresnes sur Marne, Charny (77)

 

Alors que Madame Valérie Létard indique en janvier 2010 lors de l’inauguration du projet de captage et stockage co2 à Lacq/Jurançon :

« sur chaque projet, la concertation la plus large possible doit être menée »



Quelle concertation
depuis l'annonce du projet en mars 2008

à Claye-Souilly,  Fresnes sur Marne, Charny ?

A notre connaissance aucune.

 

 

Extrait communiqué  paru sur le site de la Préfecture des Pyrénées Atlantiques

 

Inauguration des installations de captage et de stockage de CO2 à Lacq

 

Le lundi 11 janvier 2010, Valérie LETARD, Secrétaire d'Etat en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, et Christophe de Margerie, Directeur général de Total, ont inauguré les installations de captage et de stockage de CO2 sur le bassin de Lacq, en présence notamment de nombreux élus du département.

……

Valérie LETARD a souligné que, "même si le captage et le stockage de CO2 n’est pas « la » solution miracle à tous nos problèmes – la priorité absolue du Grenelle Environnement reste la recherche de l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables – il n’en constitue pas moins une réponse importante aux enjeux de la lutte contre le changement climatique, une technologie sur laquelle nous ne pouvons pas raisonnablement décider de faire l’impasse".

Avant de pouvoir passer à une phase véritablement industrielle, il reste à remplir 3 conditions indispensables : (1) la viabilité économique (pour être rentable, le CSC a besoin d’un marché du carbone fiable, structuré et efficace), (2) la sécurité (vigilance absolue face à un procédé totalement nouveau ;  les sites de stockage de CO2 sont sélectionnés sur des critères très stricts de sécurité ; les projets de stockage font l’objet d’expertises extrêmement approfondies et sont encadrés par des programmes de surveillance et de prévention des risques, sous le contrôle de l’inspection des installations classées ; à Lacq, le stockage du CO2 est réversible de façon à ne pas hypothéquer l’avenir) ; (3) l’acceptabilité (sur chaque projet, la concertation la plus large possible doit être menée).

……

Article complet :

http://www.pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr/sections/actualites/flash_info/inauguration_des_ins/view

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 09:46

Paru sur le blog de la

Fédération d’association Environnementale de Seine et Marne

Nature Environnement 77

dans la rubrique    « Sites industriels à risques »

 

 

 

Jeudi 28 janvier 2010 4 28 /01 /2010 10:43

Capture et Séquestration du CO2 (C.S.C.)

 

Pour «verdir» son image VEOLIA veut expérimenter la technologie de la Capture et Séquestration  du CO2 dans les aquifères salins en Seine et Marne,  à Claye-Souilly, sur le site de la plus importante décharge de France de déchets ultimes  REP VEOLIA  Lire le communiqué

 

Pour plus amples informations :

http://nature.environnement.77.over-blog.com/article--capture-et-sequestration-du-co2-c-s-c--43796612.html

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 14:53

STOCKER DU CO2

DANS LES AQUIFERES SALINS

DE LA REGION PARISIENNE 

ZONE A AUSSI FORTE DENSITE DE POPULATION

EST-CE VRAIMENT SERIEUX  ?


ALLONS NOUS SERVIR DE COBAYES

 UNIQUEMENT POUR QUE VEOLIA

OBTIENNE UN BREVET POUR VENDRE

 SA TECHNIQUE A L’ETRANGER ?

 

 

 

Paru sur le site l’Express :

Kidnapper le CO2 et le séquestrer, la France passe à l'action

Par Agathe Chaigne (CFJ), publié le 18/12/2009 à 15:52 - mis à jour le 18/12/2009 à 16:14

 

Enterrer l'effet de serre, une idée absurde? Pourtant, dans de nombreux pays, des projets voient le jour pour enfouir le CO2 dans le sous-sol. En France, Total a annoncé en 2007 la création d'un site pilote dans les Pyrénées Atlantique. Deux ans après, les injections devraient enfin commencer.

A Lacq, dans les Pyrénées Atlantiques, les injections de CO2 dans le sous-sol devraient commencer dans quelques jours. Il s'agit d'un projet destiné à tester toute la chaîne de séquestration du gaz à effet de serre: le captage du CO2 produit par l'usine de traitement de gaz de Lacq, le transport, et l'injection du gaz carbonique à 4000 mètres de profondeur.

Cette technique devrait participer à la lutte contre l'effet de serre en piégeant le CO2. "On a une autorisation pour cinq ans : deux ans de captation par oxycombustion et d'injection en sous-sol, ce qui correspond à 120 000 tonnes de CO2, puis trois ans d'observation pour vérifier que le stockage est conforme au modèle", précise Nicolas Aimard, chef de projet du pilote de Lacq.

Principe de la séquestration du CO2

…..

Le stockage: Plusieurs lieux peuvent être utilisés comme puits de stockage du dioxyde de carbone.

1) Les gisements de pétrole ou de gaz sont bien connus car déjà exploités, mais présentent des volumes trop petits pour envisager un stockage de tout le C02 émis. L'injection de CO2 permet en revanche une meilleure récupération de l'hydrocarbure.

2) Les veines de charbon non-exploitables peuvent fixer le CO2 en libérant du méthane qui pourrait être exploité, mais cette méthode est encore mal maîtrisée.

3) Les aquifères profonds ont un grand volume, mais sont encore peu connus du fait de la difficulté d'étude liée à la profondeur.

….

Le site de Lacq a donc été sélectionné en fonction de tous ces critères. Le stockage est prévu dans l'ancien gisement de gaz de Rousse, qui s'étend sur 2 kilomètres carrés. "La place libérée permettra de stocker le CO2", déclare Isabelle Czernichowski. Cependant, des associations, dont la Sepanso (Fédération des Sociétés pour l'Etude, la Protection et l'Aménagement de la Nature dans le Sud-Ouest), dénoncent l'implantation d'un projet pilote sur un site habité.…..

La technologie suscite des inquiétudes auprès des habitants de la région, qui craignent des fuites de gaz carbonique qui, quand il est trop concentré, peut asphyxier.

" Imaginons qu'on enfouisse des dizaines de milliers de tonnes de CO2 sous les villes de Paris, Shanghai... c'est de la folie!", s'indigne Daniel Delestre, ingénieur chimiste et membre de la Sepanso. La région de Pau est en outre une région sismique. Certains s'interrogent aussi sur l'intérêt d'une telle technique, qui s'accompagne d'une perte de rendement de production d'énergie, qui devrait être de 10 à 15% dans le cas de la technique d'oxycombustion déployée à Lacq, et qui peut aller jusqu'à 30% avec d'autres procédés.

Nucléaire couplé au captage

Mais surtout, les riverains se posent des questions sur la finalité du projet. La France est beaucoup plus dépendante du nucléaire pour son énergie que de centrales pouvant être couplées à des technologies de captage et de stockage du CO2. "En France l'injection n'est pas envisageable à l'horizon 2020. Ce pilote ne répond pas à des objectifs environnementaux mais industriels, on veut développer la technique pour la vendre à l'étranger" analyse Daniel Delestre. "Pour nos voisins l'enjeu du captage est peut-être plus crucial que pour nous", admet Nicolas Aimard. "A l'échelle mondiale, entre 10 et 30% de captage et stockage de CO2 pourraient être nécessaires. Mais en France, cela dépendra du poids de la filière nucléaire." D'ailleurs, la Commission Européenne vient d'accorder un milliard d'euros à six projets de recherche sur le captage et le stockage de CO2, mais pas un seul sur le sol Français. La technologie serait donc destinée à l'exportation plus qu'à l'utilisation en France : "Il faut pouvoir d'ici 2020 déployer la technologie à grande échelle pour le marché du CO2", reconnaît Isabelle Czernichowski.

 Article complet :

http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/kidnapper-le-co2-et-le-sequestrer-la-france-passe-a-l-action_837156.html

 

 


 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 18:41
LE PROJET DE STOCKAGE CO2   
DE VEOLIA
A CLAYE-SOUILLY
Sera-t-il financé par les deniers publics
au travers du Grand Emprunt ?



Paru sur le site Romandie News
Lancement d'une consultation sur les filières industrielles vertes

ORSAY (Essonne) - La secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno a annoncé vendredi le lancement d'une consultation sur les filières industrielles vertes afin de déterminer notamment les priorités dans le cadre du grand emprunt.

Il s'agit "d'identifier toutes ces filières d'avenir et toutes ces pépites qu'on a en France", a expliqué Mme Jouanno, citant l'exemple de Leosphere, entreprise de mesures atmosphériques basée à Orsay, qu'elle a visité vendredi.

"On a des talents, maintenant il ne faut pas que les talents partent à l'étranger parce qu'on arrive pas à les accompagner", a-t-elle ajouté.

Cette consultation s'appuiera sur un rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD) qui a analysé "les forces et les faiblesses" de 17 filières et proposé pour chacune d'entre elles des objectifs de développement à moyen et long terme.

L'étude a permis d'identifier "cinq six filières (...) qui sont en croissance forte et dans lesquelles la France est bien positionnée", a souligné la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, citant en particulier l'éolien off-shore, les bio-carburants de deuxième et troisième génération ou encore le captage et le stockage du CO2.

Le rapport sera mis en ligne prochainement et soumis à la consultation des acteurs concernés, invités à apporter d'ici au 15 janvier 2010 leur contribution.

"Cela va nous permettre très concrètement, dans le cadre du grand emprunt, de déterminer les projets prioritaires et les filières prioritaires", a expliqué Mme Jouanno.

(©AFP / 20 novembre 2009 14h33)

http://www.romandie.com/infos/news2/091120133336.w3vkg74f.asp

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 22:06

 
PROJET DE STOCKAGE

DE DECHETS INDUSTRIELS GAZ CARBONIQUE CO2

 A CLAYE-SOUILLY PAR VEOLIA

 

LES RIVERAINS N’AURONT PAS LA PAROLE AU

 

 

3ème COLLOQUE INTERNATIONAL
CAPTAGE ET STOCKAGE GEOLOGIQUE DU CO2

5 et 6 Novembre 2009

Cité des Sciences et de l’Industrie Paris

http://www.colloqueco2.com/

 

Sous le haut patronage

du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer

 

Notre association avait sollicité une invitation à ce colloque,
mais le comité d’organisation n’a pas donné une suite favorable à notre demande
.

 

Message reçu le 21/9/2009

Bonjour,

Nous avons bien reçu votre demande d'invitation personnelle pour notre Colloque international "Captage et stockage géologique du CO2" qui se tiendra du 5 au 6 novembre 2009 à Paris et vous remercions de l'intérêt que vous portez à notre événement.

 

Nous sommes néanmoins au regret de vous annoncer que le comité d'organisation n'a pas donné une suite favorable à votre demande.

 

Sachez que les présentations des orateurs seront mise en ligne à l'issue du congrès www.colloqueCO2.com

 

Cordialement

 

 

Patricia Fulgoni

IFP - Direction de la Communication

Organisation du colloque CO2

 

http://www.colloqueco2.com/




 




Partager cet article
Repost0

Recherche