Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 17:34

 

Alors que la Seine et Marne subit le bruit de :

10 Aérodromes et Aéroclubs :

 

Coulommiers-Voisins, Chelles-Le Pin, Lognes-Emerainville, Meaux-Esbly, Melun-Villaroche, Nangis, Fontenay-Trésigny, Moret-Episy, Le Plessis-Belleville (60), La Ferté Alais (91)

http://www.seine-et-marne.fr/aerodromes-et-aeroclubs-de-seine-et-marne

 

3 Aéroports :

Roissy, Orly, Le Bourget

tudes de

 

Pourquoi les premières études sur le bruit aérien  de

BRUITPARIF

débutent  sur des communes des Yvelines et des Hauts de Seine ? ?

Toussus le Noble (Yvelines)

Issy les Moulineaux (Hauts de Seine)

Conflans St Honorine (Yvelines)

 

Extrait newletter Bruitparif :

 

Aviation légère : programme renforcé de documentation du bruit

 

Bruitparif - 23/05/2011

En réponse à une demande citoyenne croissante, Bruitparif, en partenariat avec la DGAC-DSAC Nord, vient de lancer un programme renforcé de documentation du bruit autour des aérodromes d’aviation légère franciliens. Une vaste campagne qui démarre ce printemps par l’aérodrome de Toussus-le-Noble…..

http://www.bruitparif.fr/actualites/aviation-legere-programme-renforce-de-documentation-du-bruit


Héliport de Paris-Issy-les-Moulineaux sur écoute. Afin de maîtriser l’impact environnemental de l’héliport de Paris-Issy-les-Moulineaux, Etat, collectivités territoriales, associations de riverains, usagers et exploitants de l’héliport ont adopté en octobre 2007 une charte de l’environnement. Son objet : contrôler en les réduisant les nuisances, notamment sonores, de l’activité hélicoptère afin de préserver la tranquillité des riverains. Pour vérifier les effets des différentes mesures prévues dans la charte, Bruitparif a déployé un dispositif permanent de 4 stations dédiées à la surveillance du bruit sur les communes situées en bordure de Seine

 

Bruit aérien : Bruitparif déploie une nouvelle station experte. Le 27 mai dernier, Conflans-Ste-Honorine (78) a accueilli une station de mesure du bruit experte déployée dans le cadre du projet SURVOL, conduit sous l'égide de la Préfecture de Région. Situés hors du périmètre du Plan de Gêne Sonore de l'aéroport de Paris-CDG mais néanmoins survolés à des altitudes inférieures à 2000 mètres, les Conflanais vont désormais faire l’objet d’une surveillance permanente de leur environnement sonore.

 

Lien vers la newsletter Bruitparif : http://www.bruitparif.fr/node/591

 

 Pour aller plus loin :

Carte bruit :

Mitry-Mory : http://bruit.seine-et-marne.fr/cartes/A_Mitry-Mory

Villeparisis : http://bruit.seine-et-marne.fr/cartes/A_Villeparisis

 

Seine et Marne : http://bruit.seine-et-marne.fr/

 

 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 15:43

Un Grand Roissy

Pourquoi ?

 pour le rayonnement de la France dans le monde ?

 

a-t-on pensé

aux risques sur la santé des riverains  ?

 

Article paru sur le site de Bruitparif :

 Actualités

Morbidité due au bruit dans l’environnement : des chiffres inquiétants

Morbidité due au bruit dans l’environnement : des chiffres inquiétants
A lire - 01/04/2011
L’Organisation Mondiale de la Santé a publié le 30 mars 2011 le rapport « Charge de morbidité imputable au bruit ambiant : quantification du nombre d’années de vie en bonne santé perdues en Europe ».
Il s’agit d’une étude internationale coordonnée par la division européenne de l’OMS avec le concours du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne. Pour chacun des impacts sanitaires reconnus du bruit (perturbations du sommeil, maladies cardiovasculaires, troubles de l’apprentissage, acouphènes et gêne), la charge de morbidité est évaluée au moyen de l’indicateur quantitatif des « années de bonne santé perdues » (en anglais : disability-adjusted life-years, ou DALYs).

D’après cette étude, au moins un million d’années de bonne santé seraient perdues chaque année en Europe occidentale sous l’effet du bruit causé par la circulation :
- 61 000 ans en raison des maladies cardiovasculaires,
- 45 000 ans en raison des troubles de l’apprentissage,
- 903 000 ans en raison des perturbations du sommeil,
- 22 000 ans en raison des acouphènes,
- 587 000 ans en raison de la gêne.

Parmi les facteurs de risque environnemental en Europe, le bruit serait ainsi la seconde cause de morbidité derrière la pollution atmosphérique. Une personne sur trois est gênée en journée et une sur cinq voit son sommeil perturbé par le bruit routier, ferroviaire ou aérien, ce qui accroît le risque de maladies cardiovasculaires et d’hypertension.

Cette publication fournit aux responsables politiques un appui technique dans leur évaluation quantitative des risques liés au bruit ambiant et dans la mise en place de leurs politiques environnementale et sanitaire. Cet ouvrage a également vocation à servir de base à la révision des valeurs guides de l’OMS sur le bruit, demandée par les États membres lors de la Cinquième Conférence ministérielle sur l’environnement et la santé tenue à Parme (Italie) en 2010.

A l’occasion de la publication de cette étude, la Directrice Régionale de l’OMS Europe, Mme Zsuzsanna Jakab, a déclaré :
« La pollution sonore n’est pas seulement une nuisance environnementale, c’est aussi un réel enjeu de santé publique. (…) Nous espérons que ce nouveau constat encouragera les gouvernements et les autorités locales à introduire des politiques de contrôle du bruit tant au niveau national que local, dans l’objectif de protéger la santé des Européens de ce danger grandissant ».

Rok Ho Kim, coordinateur du projet au sein du bureau européen de l’OMS, a également ajouté : « Nous espérons que cette nouvelle publication induira une sévérisation des valeurs limites relatives à la pollution sonore à l’occasion de la révision de la directive européenne sur le bruit ambiant ».

Télécharger le communiqué de presse de l’OMS

lien vers l'article : http://www.bruitparif.fr/actualites/morbidite-due-au-bruit-dans-l-environnement-des-chiffres-inquietants

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 17:55

Les communes, les conseils généraux et le conseil régional d’Ile de France

devraient  financer

 l’implantation de stations de mesures de la qualité du bruit

autour des aéroports du Bourget et de Roissy en France

Paru sur le site d’Advocnar :

Projet de réseau indépendant de mesure du bruit

autour des aéroports de Roissy CDG et du Bourget

09.11.2010 - JDLE


Mieux évaluer les nuisances ressenties par les riverains

En partenariat avec Bruitparif et l'association allemande Eans, l'Association de défense contre les nuisances aériennes (Advocnar) a lancé mardi 9 novembre à Saint-Prix (Val d'Oise) un projet de réseau indépendant de mesure du bruit autour des aéroports de Roissy-CDG et du Bourget. Porte-parole de l'Advocnar, Alain Péri présente son projet.

Pourquoi créer un tel réseau de mesure ?

Il s'agit de mieux évaluer les nuisances ressenties par les riverains et d'instaurer un dialogue avec les pouvoirs publics. Les seules mesures de bruit réalisées aujourd'hui autour de Roissy sont contrôlées par Aéroport de Paris et
ne permettent pas d'apporter ces réponses. L'implantation de stations de mesure permettra de vérifier la pertinence des demandes d'indemnisation pour l'insonorisation des logements situés à la frontière extérieure du Plan de gêne sonore (PGS). Les municipalités sont régulièrement harcelées par leurs citoyens à ce sujet. Ce réseau permettra d'examiner si le bruit ressenti par les habitants correspond à une valeur objective. Ensuite, une discussion pourrait s'ouvrir avec les pouvoirs publics en vue de faire évoluer les frontières du PGS. Elaborés il y a plusieurs années, ces plans ne tiennent pas compte des modifications récentes des trajectoires des avions.

Quid de vos partenaires ?

Nous avons choisi de nous appuyer sur l'expérience de l'association allemande Eans qui est à l'origi
ne de l'implantation d'un réseau européen de 230 stations de mesure dans une quinzaine d'aéroports - incluant ceux de Bâle-Mulhouse, Francfort et Marseille - dont les résultats sont mis en ligne sur leur site et celui de l'Advocnar.
Nous avons également décidé d'unir nos forces avec celles de Bruitparif qui pilote le projet Survol de surveillance de l'exposition au bruit et à la pollution atmosphérique des riverains des trois aéroports parisiens. Complémentaire, le projet de l'Advocnar permettra de densifier le réseau de mesure de Bruitparif.

Quand sera-t-il mis en place et avec quels financements ?

U
ne cinquantaine de stations devraient être implantées autour de Roissy et du Bourget, pour un coût à l'unité variant entre 3.000 et 6.500 euros dont le financement devrait être assuré par les communes, les départements et la Région. Outre l'appareil déjà en fonctionnement à Saint-Prix, deux autres démonstrateurs devraient être installés d'ici la fin de l'année. Une dizaine de stations seront ensuite mises en place au premier trimestre 2011. Les mesures réalisées par la station-pilote de Saint-Prix révèlent des niveaux sonores un peu plus élevés que ceux prévus par le PGS.

Où en sont les discussions sur la Charte de Roissy ?

Un premier rapport d'étape devrait être publié le 25 janvier 2011. Nous avons beaucoup travaillé au sein des commissions et la durée de ces discussions est un bon sig
ne pour aboutir à des résultats intéressants. Parmi les points-clés, outre le relèvement de l'altitude des vols qui sera mis en place à Roissy au deuxième semestre 2011, figurent l'élimination des avions les plus bruyants, l'étude des procédures de descente en continu et la réduction du bruit des vols de nuit. Si l'ensemble de ces mesures se concrétisent, cela représentera une amélioration significative pour les riverains

par Sabi
ne Casalonga


Lien vers l’article : http://www.advocnar.fr/art_projetdereseauindependantdemesuredubruit.html

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 11:36

Paru sur le site du Parisien Seine et Marne :

Les riverains des aéroports savourent le silence

Le nuage de cendres venu d’Islande ne fait pas que des malheureux.Qu’ils habitent près de Roissy ou d’Orly, les habitants savourent une paix inhabituelle... qu’ils savent éphémère.

Faustine Léo avec Laure Parny | 19.04.2010, 07h00

Un ciel bleu et pur, des aéroports fantômes. Un cauchemar pour ceux qui doivent s’envoler en vacances. Un rêve pour les riverains des plates-formes de Roissy et d’Orly, qui savourent depuis trois jours cet inconnu : le silence. Un silence ponctué par le chant des oiseaux. « On prend énormément de plaisir, sourient Gilles et Chantal, en plein jardinage à Compans, au bout des pistes de Roissy.

On se sent à la campagne pour de vrai. » Plus loin, la partie de boules d’Eddy et ses copains prend un tour nouveau. « On n’est pas obligés de s’arrêter de parler quand un avion passe, apprécie-t-il. Il y a aussi moins de pollution. » « C’est vraiment calme, confirme Claudia, 37 ans, une habitante de Villeneuve-sous-Dammartin. Pour une fois, on entend notre propre bruit! Le bruit de la tondeuse n’est plus couvert par celui des avions. »

Alors que le crépitement des saucisses lors des barbecues du samedi soir ne s’est pour une fois pas mêlé aux rugissements des réacteurs, tous profitent du répit de ces quelques jours pour ouvrir les fenêtres ou tout simplement se promener. « Je suis allé faire du vélo dans la forêt de Montgé. Quel silence complet! Aucun bruit de fond! Et le ciel est entièrement dégagé sans traînée blanche », se réjouit Didier Chevalier, le président de l’Association de défense de l’environnement et de la qualité de vie dans le nord Seine-et-Marne (Adev).

Cerise sur le gâteau, le sommeil retrouvé. Un luxe pour Annie-Claude Culeddu, qui vit à Saint-Mard sous une véritable autoroute aérienne : « J’ai dormi d’une traite, sans être réveillée, soupire-t-elle de bonheur. J’entends les enfants jouer dans les autres jardins, je me sens moins stressée aussi. Même après le 11 Septembre ou en cas de grève, on n’avait jamais connu ça. » Certains habitués des nuisances ne remarquent pas la différence : « Avec le triple vitrage, on n’entend rien. »

Ce soulagement général se retrouve aux abords d’Orly. A Lésigny, Geneviève Roy entend passer jusqu’à un avion par minute. Elle a pu vivre un week-end ensoleillé « avec les fenêtres ouvertes » et « sans souffrir du bruit ou devoir mettre la télé à fond pour pouvoir l’entendre. J’ai aussi vraiment profité de mon jardin. » Elle se prend même à rêver d’un monde sans avion : « J’ai si bien dormi, sans être réveillée le matin par les moteurs du décollage… »

Mais cette parenthèse enchantée finira par se se refermer. « On aimerait bien que ce calme se poursuive, mais il faut être logique. Economiquement, ce n’est pas possible, admet le président de l’Adev. J’ai des amis qui travaillent au fret, ils ne savent plus où entreposer la marchandise car les camions continuent de livrer. D’autres, dans l’informatique, n’ont plus d’activité. »

 Le Parisien

Pour plus amples informations : http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/les-riverains-des-aeroports-savourent-le-silence-19-04-2010-891598.php

 

 Articles sur le même sujet

 

Partager cet article

Repost0

Recherche