Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:37

Jean-François PARIGI

Né en 1960

Parcours scolaire :

- 1966-1971 école Lizy sur Ourcq

- 1971-1975 collège Camille St Saens Lizy sur Ourcq

- 1975-1979 lycée Henri Moissan Meaux

ancien cadre banque CCF

 

- 1er adjoint au maire de Meaux délégué aux Finances, au Personnel et aux Affaires Scolaires

- 1er adjoint au Président de la Communauté d’Agglomération Pays de Meaux

- Président de Meaux Habitat (organisme chargé de la rénovation urbaine pour Meaux, démolition de tours.., mise en décharge, reconstruction….)

- Président du SMITOM (organisme qui gère les ordures ménagères)

- Conseiller Général du Canton de Meaux Sud

Président de la commission des finances au département (1)

 

 

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Canton_de_Meaux-Sud

 

 

Sources :

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/au-pays-de-meaux-les-15-politiques-les-plus-influents_1377569.html

http://copainsdavant.linternaute.com/p/jean-francois-parigi-15023441

http://www.smitom-nord77.fr/Le-smitom/Le-bureau-syndical2/PARIGI-Jean-Francois

http://www.meaux-habitat.fr/Notre-organisation/Le-Conseil-d-Administration

http://www.agglo-paysdemeaux.fr/La-CAPM

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 14:07

 

Emmanuelle COSSE, née le 15 novembre 1974 à Paris.

Fille de kinésithérapeutes.

Elle a grandit dans le 12ème arrondissement.

Journaliste de profession.

 

- Vice présidente du Conseil Régional d’Ile de France chargée du logement, de l’habitat, du renouvellement urbain et de l’action foncière (EELV)

C’est elle qui est chargée de mettre en place la politique de rénovation urbaine (démolition, mise en décharge, reconstruction….)

 

- Membre du conseil d’administration de l’ EPFIF (acquisition foncière, démolition, mise en décharge, reconstruction….)

- Suppléante de M. JP Huchon au Comité Régional de l’Habitat et de l’Hébergement (rénovation urbaine, démolition, mise en décharge, reconstruction….)

- Membre de l’Observatoire Régional du Logement

- elle siège dans la SCIC COPROCOOP Ile-De-France

 

- Secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts depuis le 30 novembre 2013.

 

Elle est la compagne de Denis Baupin :

- Député EELV de Paris

- Vice président de l’Assemblée Nationale.

 

Sources :

-Wikipédia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuelle_Cosse

http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Baupin

-Site du Conseil Régional IDF

Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 09:45

André, Louis DUBOIS Né le 8 mars 1903 à Bône (Algérie)

Préfet  de Seine et Marne du 11/6/1947 au 25/7/1950

Après avoir été Préfet de Seine et Marne, il sera en 1954 Préfet de police de Paris

Etudes au collège de Bône, à la faculté d’Alger, à la faculté de droit de Paris. Licencié en droit. Service militaire accompli du 13 novembre 1923 au 28 avril 1925.

 

- Clerc d’avoué à Montargis.

- Chef du secrétariat particulier du sous-secrétaire d’Etat à l’Education physique, E. Morinaud (7 mars 1930).

- Attaché au cabinet du ministre de la Marine marchande A. Sarraut (24 décembre 1930).

- Sous-chef de cabinet du sous-secrétaire d’Etat à l’Education physique et sportive, Morinaud  (28 janvier 1931).

- Chef de cabinet du même (5 février 1931).

- Chargé de mission au cabinet du sous-secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil P. Cathala (5 avril 1932).

- Attaché au cabinet du ministre des Colonies, Albert Sarraut (8 juin 1932). Chef adjoint de cabinet du même, président du Conseil (27 octobre 1933), du même ministre de la Marine (26 novembre 1933).

- Attaché au cabinet du même,ministre de l’Intérieur (9 février 1934).

- Secrétaire général de l’Orne (1er avril 1934).

- Rédacteur principal (5 avril 1934).

- Chef adjoint de cabinet du même Albert Sarraut, président du Conseil et ministre de l’Intérieur (3 février 1936).

- Secrétaire général de la Meuse (25 mai 1936, non installé). A la disposition du préfet du Nord en qualité de chef de cabinet (26 mai 1936).

-Sous-préfet de 1ère classe, chargé de mission au cabinet du même Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur (24 janvier 1938).

- Chef adjoint de cabinet du même (11 avril 1938). Sous-préfet hors classe et hors cadre (1er juin 1938).

- Directeur adjoint à la DGSN au ministère de l’Intérieur (30 août 1939). Directeur de la police et des affaires générales (25 juin 1940) à la DGSN. En disponibilité spéciale, chargé de mission auprès du préfet de la Seine – service de l’aide aux localités bombardées –

 (21 novembre 1940).

-Directeur de l’administration et des affaires générales (16 novembre 1944) à la DGSN.

- Réintégré dans ses fonctions de directeur à l’administration centrale (22 février 1945, avec effet au 19 août 1940).

- Intégré en qualité d’administrateur civil de 1ère classe (1er janvier 1946). Préfet d’Alger (juin 1947, non accepté)

- Préfet de Seine-et-Marne (11 juin 1947),

- Préfet de la Moselle (hors classe) et chargé des fonctions d’IGAME pour les départements de la 6ème région militaire (21 juin 1950).  

- Administrateur civil de classe exceptionnelle (1er janvier 1951), maintenu dans ses fonctions. 

- Préfet de police de Paris (10 juillet 1954).

- A la disposition du ministre des Affaires étrangères, détaché en qualité de commissaire résident général au Maroc (20 juillet 1956).

- Démission en octobre 1956.

- En disponibilité sur sa demande, avec traitement (25 novembre 1956). Radié à sa demande du corps des préfets. Retraité le 19 juillet 1965 et préfet de police honoraire.

 

Administrateur général de Paris Match et Marie-Claire en 1956. Président de la société des anciens établissements Braunstein (papiers à cigarette Zig Zag) devenus en 1968 les papeteries Braunstein SA (1958-76). Président de la fédération nationale de la presse française (octobre 1971-76). Vice-président de la SA du Figaro en 1971. Membre du conseil de surveillance de la société de gestion du Figaro (1971-75).

 

 

Ouvrage (dont il est l'auteur) : A travers trois républiques, 1. Sous le signede l’amitié, Paris, Plon, 1972

 

 

Sources :

Sté Française d’histoire de la Police

http://www.sfhp.fr/index.php?post/2009/04/15/Notice-biographique-Andr%C3%A9-Dubois

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 18:00
« L’ancien résistant-déporté, préfet du logement »
Camille Charles Félix Marie ERNST né le 29/09/1900 à Sélestat 67

 

Préfet de Seine et Marne du 26/7/1950 au 18/11/1953

 

Il autorisa :

- la 1ère décharge à Isles les Meldeuses (Capoulade aujourd’hui)

 

Etudes

-au lycée d’Haguenau et Strasbourg

- faculté des lettres de Paris et Strasbourg

-  faculté de droit de Paris

-  licence ès-lettres

-  D.E.S. admissible à l’agrégation d’allemand

-  diplôme de droit administratif

 

Décorations

- Légion d’Honneur (1946, officier 22/08/1951 par les ACVG comme déporté résistant, commandeur 01/12/1958) ; - Croix de guerre 1939-1945 (1946 "a subi avec un courage sans défaillance son long martyre. Admirable patriote, animé d'un magnifique élan, qui ne s'est jamais ralenti") 

 

 Carrière

- professeur de lettres et de langues vivantes à l’école alsacienne de Paris (1924-1928)

- rédacteur à la présidence du Conseil (Poincaré puis Mandel), service central des affaires générales d’Alsace et de Lorraine (1928-1930)

- sous-préfet d’Erstein (08/10/1930)

- secrétaire général de l’Orne (13/06/1936), Meuse (06/06/1939) ; fait pavoiser la préfecture, arrêté par les Allemands (14/07-02/08/1940), condamné par le Conseil de guerre allemand à l'expulsion vers la zone libre avec confiscation de tous ses biens

- secrétaire général de l’Hérault (12/09/1940), affilié au réseau "Famille Martin" ; arrêté par la Gestapo (02/1943) touché par l’art 1 de la loi du 17/07/1940 (06/03/1943)

-  conseiller de préfecture interdépartemental de Marseille (03/03), détaché en qualité de directeur adjoint des services administratifs de la ville (15/07) ; arrêté par les Allemands (17/11/1943), enfermé aux Petites puis aux Grandes-Baumettes, transféré à Compiègne

-  déporté (Dachau, camp de représailles d'Allach) (02/07/1944-08/05/1945) ;

- réintégré dans le corps préfectoral (11/05/1945 à compter du 06/03/1943)

- reclassé secrétaire général (hors classe) à compter du 07 ; préfet (11/05/1945 à compter du 07/03/1944) en expectative

- préfet des Ardennes (20/08/1945),

- préfet de l’ Aisne (24/09/1946)

- préfet d’ Alger (09/05/1947) ;  

- Préfet de Seine-et-Marne(26/07/1950), s'intéresse aux problèmes de police et de sécurité routière ("Opération prudence"), relance le service social (arbre de Noël et colonies de vacances), instaure les réunions mensuelles des chefs de service dés son arrivée ; obtient des subventions de l'Education pour les travaux scolaires de la Ferté-sous-Jouarre et de l'école G.-Leroy de Melun (1951) ; installe la direction de la Population et l'Inspection académique à la Préfecture, crée la Commission départementale du Tourisme et le Comité départemental d'aide au Logement, la Bretonnière, le Centre administratif (1951) ; soutient les maires activement dans les questions de réhabilitation de logements (1950-1951) ; 

- Préfet des Alpes-Maritimes (hors classe) 19/11/1953) ; hors cadre, I.G.A.M.E. (15/12/1954)

- préfet d’Ille-et-Vilaine (hors classe) I.G.A.M.E pour les départements de la 3° région militaire (04/06/1955) ; directeur général des Affaires politiques et de l’administration du territoire (10/05/1960)

- congé spécial (14/12/1962) ; retraite (18/08/1965) ; préfet honoraire (17/12) ;

- président de la société du Pipe-line Méditerranée-Rhône (distribution de pétrole) (1) (1965)

- membre du bureau (1951) de l'Association du corps préfectoral ;

Il décède le 01/09/1983 à Paris 13°

 

Sources :

http://archives.seine-et-marne.fr/camille-charles-felix-marie-ernst-1900-1983

(1) http://www.societe.com/societe/societe-du-pipeline-mediterranee-rhone-622044527.html

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 19:16
Germain Laurent Clovis VIDAL né le 09/03/1906 à Roffiac (Cantal)

Fils de Baptiste Vidal cultivateur et de Mathilde Valadier

 

Préfet de Seine et Marne  du 19/11/1953 au 21/1/1962

 

Etudes

Licencié en droit

Décorations

Légion d’Honneur (officier 21/09/1951 commandeur 10/08/1957),

Croix de guerre 1939-1945.

Carrière

- commissaire de police à la direction de la Sûreté nationale (21/04/1932) révoqué (01/10/1943)

- sous-directeur au commissariat à l’intérieur à Alger (20/01/1944)

- directeur des Renseignements généraux de la Sûreté nationale (01/10/1944)

- préfet hors cadre à la disposition du directeur général de la Sûreté nationale (01/12/1948) en qualité de directeur des Renseignements généraux

- préfet de l’Indre (31/10/1951)

- directeur de cabinet (19/06/1953) de Joseph Laniel, président du Conseil (28/06/1953-18/06/1954) ; hors cadre (01/08) ;

- Préfet de Seine-et-Marne chargé des fonctions (19/11/1953) définitif (15/12/1954) ; accueille à Melun les pourparlers entre les représentants du F.L.N. et du gouvernement français (1960) ; 

- Congé spécial (10/01/1962)

- retraite (02/12/1966)

- président-directeur-général de la société nouvelle de Divonne (1962)

- président de la société des forges de Laval-Aulnoy (1963-1969)

- administrateur directeur général de la société hôtelière du centre de détente de Rungis (1969)

- président-directeur-général de la société touristique thermale et hôtelière de Divonne à sa création en 1976 (organisation de jeux de hasard et d’argent) (1)

- président-directeur-général  de la société d’assurances mutuelles accidents

 

Il décède le 05/03/1981 à Neuilly-sur-Seine.

 

Sources :

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 10:16

Jean, Elie  VERDIER Né le 29 mai 1915 à Marcenat (Cantal).

Préfet de Seine et Marne du 22/1/1962 au 11/7/1967

Il autorisa entre autres les ICPE  (Installation susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains) :

 

- la raffinerie Total à Grandpuits classée SEVESO à hauts risques (qui sera inaugurée en 1966)

- AGRANA, fabrication de conserves, dans la zone industrielle de Mitry-Compans qui est parmi les principales entreprises d’Ile de France qui rejettent dans les eaux le plus de polluants DCO (1)

 

(1) http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/333/1200/rejets-leau-lindustrie.html

 

 

Pour la remercier de ses bons et loyaux services les plus hautes instances de l’ETAT lui offre une importante promotion,il sera nommé Préfet de Paris en 1971.

 

Etudes

 lycée de Moulins puis à l’école libre des sciences politiques de Paris.

Licencié en droit.

 

 

 Carrière

- Rédacteur auxiliaire (23 novembre 1940).

- Reçu au concours de chef de cabinet de préfet du 5 mars 1942.

- Affecté à l’administration centrale (11 mai 1942). Sous-chef de bureau (1er  septembre 1943).

- Chef de cabinet du directeur général de la sûreté nationale (18 mai 1945).

Intégré dans le corps des administrateurs civils et chargé des fonctions de chef du bureau du secrétariat administratif de la DGSN (15 mai 1946).

- Directeur adjoint du cabinet de François Mitterrand, ministre aux Anciens combattants et victimes de guerre – ACVG- (22 janvier 1947).

- Chargé de mission au cabinet du même (23 novembre 1947).

- Chargé de mission au cabinet d’Henri Queuille, vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur (8 février 1950).

 -Chef de cabinet (26 mars 1951), puis directeur de cabinet (13 août 1951) du même.

 - Directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur Charles Brune (21 janvier 1952).

- Préfet, directeur de la réglementation (22 mars 1952).

- Directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur Charles Brune (8 janvier 1953) et maintenu dans ses fonctions de directeur de la réglementation.

 -Directeur de cabinet du ministre Gilbert-Jules (2 février 1956). 

- Directeur général de la sûreté nationale (2 août 1957). 

- Préfet de Seine-et-Marne ( 1962),

Préfet du Bas-Rhin (1er août 1967).

Préfet  de Paris (29 octobre 1971) et membre du conseil d'administration de l'assistance Publique. Mort en fonction le 7/11/1974 à Paris.

 

En 1975 après sa mort, son nom sera donné à l'hôpital de Bondy construit lorsqu'il était Préfet de Paris.

 

 

 

 

 Bibliographie (ouvrages où il est cité) et extraits :

 - LEJEUNE (Roger) – Un siècle de mutualité policière 1905-2005, histoire de la mutuelle des cadres de la police nationale, Paris, Réalisations sociales de la Mutuelle des cadres de la police nationale, 2004, p. 180 et 234 :  « En janvier 1962, le directeur général Verdier a quitté la Sûreté nationale (…). La revue de l’Amicale [de prévoyance des fonctionnaires des services actifs de la Sûreté nationale] lui consacre un article qui montre l’estime, l’affection et aussi le respect qu’il a suscité parmi les policiers : "Il a veillé à la discipline mais aussi à la condition policière. Il faisait régner l’esprit de hiérarchie mais il aimait que tout le monde fut de plain-pied avec la dignité (…). En somme un grand préfet et un grand patron" ».

 

Sources :

Sté Française d’histoire de la Police

http://www.sfhp.fr/index.php?post/2009/09/01/Notice-biographique-Jean-Verdier

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 09:57

Gilbert PHILIPSON né le 16/3/1908 à Tunis

 

Préfet de Seine et Marne du 12/7/1967 au 12/12/1968

 

- Avocat à la cour de Tunis

- Sous Directeur aux commissariats à la Guerre et au Plan puis au ministère de l’Economie nationale (1944)

- Secrétaire général du Cher (1944)

- Sous Préfet de Brest (1946)

- Préfet de la Guadeloupe (1947)

- Préfet du Morbihan (1951)

- Directeur au Ministère de l’Intérieur (personnel et matériel de la police) (1957)

- Directeur au Ministère de l’Intérieur (des services financiers et du contentieux) (1958)

- Directeur général des affaires administratives et financières (1960)

- Directeur général des affaires politiques du territoire (1967)

- Préfet de Seine et Marne(1967-1968)

- Congé spécial (1968)

 

Il acquière dans les années 50 un château à Eaubonne (95), il décède le 11/8/1983,  et légue ce château à la ville d’Eaubonne qui en hommage lui donna son nom. (1)

Il est inhumé dans le cimetière d’Eaubonne.(2)

 

Sources :

(1)http://www.ctr-eaubonne.fr/5.html

(2) http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article2335

http://www.morbihan.gouv.fr/content/download/1020/6665/file/Liste_des_prefets_du_Morbihan_de_1800_a_nos_jours.pdf

 

pour aller plus loin :

http://locmariaquer.info/f221_%20le%20pont%20de%20Kerisper.htm

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 11:04
Jean Louis Alexandre VAUJOUR né le 27/10/1914 à Tulle (Corrèze)
Fils de Maurice Vaujour, Propriétaire exploitant, et de Jeanne Combastet.  
Marié le 4 juillet 1950 à Nicole Angoulvent (2 enf. : Isabelle [Mme Georges Davidson], Laurence [Mme Philippe Laville de la Plaigne])

 

Préfet de Seine et Marne du 13/12/1968 au 15/12/1969

Il autorisa :

- l’implantation de la 1ère décharge à Claye-Souilly sur le site actuel de Veolia

 

Etudes

Lycée de Tulle, Faculté de droit de Paris. 

Licencié en droit, Diplômé de l’Ecole libre des sciences politiques

 

Période militaire

service militaire et mobilisé (15/04/1938-07/08/1940), chef des commandos du 50° RI sur le front de Sarre, grièvement blessé près de Forbach (15/12/1939) ; engagé volontaire (10/1942-08/1944)

 

Décorations

Légion d’Honneur (12/01/1940 à titre militaire, officier 06/08/1955, commandeur 12/07/1965)

Croix de guerre 1939-1945 avec palme, l’un des premiers officiers cités à l’ordre de l’armée, médaille de la Résistance

 officier des palmes académiques

 médaille des évadés

 médaille de l’aéronautique

 préfet honoraire.

 

Carrière

-attaché au cabinet (07/1937-03/1938) d’Henri Queuille, ministre des Travaux publics (22/07/1937-12/03/1938)

-rédacteur auxiliaire (23/10/1940 à compter du 21) au ministère du Ravitaillement

-  chef de cabinet du préfet des Hautes-Alpes (02/11/1940), Gard (07/02/1941)

 - muté à la direction du personnel du ministère de l’Intérieur (1941)

-  hors cadre (01/04/1942) sous-préfet d’Ambert par interim (09/06) définitif (18/12/1942) entre dans la Résistance, contribue à la filière vers l’Angleterre, organise le passage en Angleterre d’Henri Queuille (1943)

-  rédacteur (24/12/1942), sous-chef de bureau (01/01/1943), hors cadre (08/02/1944)

-  l’un des 15 membres du corps préfectoral recherché par la Gestapo (01/1944), le seul à lui échapper ; passe en Espagne et rejoint Alger, sur ordre de Londres, affecté sur sa demande à l’état major du général de Lattre puis du général de Montsabert, fait toute la campagne de France et d’Allemagne ; révoqué sans pension (06/12/1944)

 - affecté au secrétariat général du détachement E 22 à Neustadt (Palatinat) à compter du 01/07/1945 ; radié du cadre temporaire à compter du 08/09

- sous-préfet (20/12/1945) ; disponibilité sur sa demande avec traitement (21/12/1948)

- chef adjoint de cabinet (28/10/1949) d’Henri Queuille, vice-président du Conseil (28/10/1949-07/02/1950), (07/02) du même, ministre de l’Intérieur (07/0201/07/1950) ; hors cadre sur sa demande (06/03)

- sous-préfet de Mulhouse (05/06/1950)

- préfet (13/05/1953) hors cadre

-  détaché à la disposition du gouverneur général de l’Algérie, directeur de la sécurité générale (19/05/1953) ;  

- chargé de mission au cabinet (15/07/1955) de Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de l’Intérieur (23/02/1955-01/12/1955),

- conseiller technique pour toutes les questions relatives à la sûreté nationale au plan algérien au cabinet (02/02/1956) de Jean Gilbert-Jules, ministre de l’Intérieur (01/02/1956-06/11/1957)

- détaché à la disposition du ministre, directeur général de la SO.NA.CO.TR.AL. (11/02/1957), chargé des fonctions de directeur de cabinet civil et militaire de Paul Delouvrier, délégué général du gouvernement en Algérie (25/04/1960) ; secrétaire général du même

- délégué général au district de la région de Paris (06/03/1962)

- secrétaire général de la région parisienne (19/09/1966) ;

- Préfet de Seine-et-Marne 13/12/1968 au 15/12/1969 , chargé en particulier d’y faire approuver le schéma directeur de la Région parisienne

- Disponibilité (05/12/1969), retraite (25/11/1974)

- président-directeur-général de La Rochette-Cenpa et de la Cellulose du Rhône (1970-1974)

-  président du conseil de surveillance de la société de Développement forestier Sodelfor (1971-1974)

-  président  du cabinet européen de courtage d’assurances et de réassurances (1973-1977, 1981-1985-1988 d’honneur depuis)

- président de l’office central interprofessionnel du logement (1973-1976)

- président de la fédération française des organismes de prévention et de sécurité (1977-1985- puis d’honneur) ;

- président du conseil national de la Protection civile (1978, 1987-)

 

-  vice-président, président (1974-1981) du groupe 1 Protection

-  président d’honneur du groupement pour le financement des sociétés d’économie mixte (1985), idem et administrateur de la société d’H.L.M. Logirel (1985)

-  président (1986-1988 puis d’honneur) de la Confédération générale de la sécurité ; conseiller auprès de la B.N.P. (1974-1980)

- administrateur de FINEMEP (1985), de la Papeterie de la Seine (1985), de la société française des ascenseurs Kone (1985), de la société d’H.L.M. Logi-Est (1985)

- membre du conseil supérieur de la création esthétique industrielle (1974-1976) ;

 

Il fut le collaborateur de Henri Queuille le politicien des 3ème et 4ème République qui disait

 "La politique ne consiste pas à résoudre les problèmes, mais à faire taire ceux qui les posent »

 

Il écrivit une lettre en faveur de  René Bousquet lors du procès de celui-ci :

http://www.rene-bousquet.com/troisieme_annexes/troisieme162-1.html

 

Il décède le 28/3/2010.

 

Sources :

http://archives.seine-et-marne.fr/jean-louis-alexandre-vaujour-1914

http://www.whoswho.fr/decede/biographie-jean-vaujour_6565

 

 

Pour aller plus loin :

Extrait article LCP du 6/4/2010 :

« Dans des entretiens réalisés en 2000 pour le Service historique de l’armée de terre, Jean Vaujour avait notamment affirmé que la poursuite de la guerre d’Algérie était due à la volonté du général de Gaulle d’effectuer des essais nucléaires à Reggane dans la Sahara algérien (premier tir le 13 février 1960), pour doter la France de l’arme nucléaire. »

http://www.lcp.fr/actualites/politique/2757-deces-du-prefet-vaujour-grand-temoin-du-debut-du-conflit-algerien

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 11:09

Charles, Alfred RICKARD  4/8/1914 à Toulouse

Préfet de Seine et Marne du 16/12/1969 au 9/3/1975

 

Il autorisa entre autres les ICPE  (Installation susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains) :

- la 1ère décharge d'ordures ménagères à Claye-Souilly.

 

- dans la zone industrielle de Mitry-Compans :

un dépôt pétrolier et une entreprise de conditionnement de gaz toxiques (tous deux classés SEVESO à hauts risques) et une entreprise de conditionnement de gaz industriel classée SEVESO également.


Sous-Préfet de Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie) 12/1941

- Sous préfet de Bernay (1946-1954)
- Sous-préfet de Thonon (Haute-Savoie) 1953
- Préfet du Lot le 08/11/1963
- Préfet d'Eure-et-Loir (1967-1969)
- Préfet de la Sei
ne-et-Marne (1969-1975)

 

Il fut également  écrivain et journaliste à  

"L'Intransigeant", "Pour vous", "Marianne" et "La Dépêche"

 

Décédé le 13/3/ 1993

 

Site de la préfecture de l’Eure :

Charles RICKARD sous-préfet de Bernay

 

« Né en 1914, Ch. Rickard est au début de la guerre sous-préfet de Saint-Julien en Genevois (Haute-Savoie) puis d’Albertville (Savoie). Il s’y implique en Savoie dans la cache des Juifs poursuivis, suivant l’exemple de son préfet Henri Maillard.

Nommé sous-préfet de Bernay en 1944, il propose ses services à Marcel Baudot et apporte son soutien aux résistants locaux, notamment Robert Leblanc, chef du maquis Surcouf, avec lequel il se lie et dont il prendra la défense à la Libération.

Après-guerre il poursuit sa carrière comme préfet du Lot, d’Eure-et-Loir et de Seine-et-Marne notamment. Il est également l’auteur, entre autres ouvrages, de La Savoie dans la Résistance : Haute-Savoie, Savoie, 1986. »

www.eure.gouv.fr/.../Agents%20publics%20en%20Résistance%201940-..

 

Sources :

http://www.mendes-france.fr/wp-content/uploads/2006/07/FONDS-MENDES-FRANCE-1%C3%A8re-partie.pdf

http://www.eure-et-loir.gouv.fr/content/download/7569/50656/file/Liste_des_prefets_ayant_servi_en_Eure-et-Loir_depuis_1861.pdf

http://www.cyclopaedia.fr/wiki/Prefet-d,-Eure-et-Loir

http://www.perche-gouet.net/histoire/personne.php?personne=12911

http://www.librairiedialogues.fr/personne/charles-rickard/83100/

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 18:02

Jacques SOLIER Né le 14 novembre 1921 à Sigean (Aude).

Préfet de Seine et Marne du 10/3/1975 au 26/4/1978

Il autorisa entre autres les ICPE  (Installation susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains) :

 

-l'implantation de  1ère décharge d'ordures ménagères à Fouju-Moisenay et à Villeparisis

 

- dans la zone industrielle de Mitry-Compans une entreprise de chimie et parachimie classée SEVESO

 

Pour la remercier de ses bons et loyaux services en Seine et Marne les plus hautes instances de l’ETAT lui offre une importante promotion, il devient 

Directeur Général de la Police Nationale

puis Préfet de la Région Languedoc Roussillon


 Père professeur agrégé des lettres.

Lycée et facultés de droit et des lettres à Montpellier.

 Docteur en droit. Licencié ès lettres.

 Mobilisé du 22 août 1945 au 23 janvier 1946.

Reçu au concours de rédacteur du 16 septembre 1943.

 

- Rédacteur stagiaire (9 décembre 1943), rédacteur (9 décembre 1944).

- Assistant administrateur (1er janvier 1946).

- Administrateur civil adjoint (9 juillet 1946).

- Secrétaire général des Basses-Alpes (16 novembre 1946).

- Sous-préfet de Gourdon (9 juillet 1952).

- Secrétaire général du Lot-et-Garonne par intérim (1er décembre 1952).

- Attaché au cabinet du président du Conseil J. Laniel (6 juillet 1953).

- Sous-préfet de Guebwiller (1er  septembre 1953), de Clermont (1er mars 1954).

- Chef de cabinet de M. Faure, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères (1er février 1956).

- Sous-préfet de Provins (1er novembre 1958).

- Secrétaire général de Seine-et-Marne(21 avril 1961).

- Conseiller technique au cabinet de M. Jacquet, ministre des Travaux publics et des Transports (7 décembre 1962 à 1964).

- Intégré dans le corps unique des administrateurs civils (1er  janvier 1965).

- Secrétaire général du Val-de-Marne (21 février 1966). 

- Directeur central de la police judiciaire (4 décembre 1971)

.Directeur des affaires politiques et de l’administration du territoire (1er avril 1974).

-  Préfet de Seine-et-Marne (1975). 

- Directeur général de la police nationale (27 avril 1978).

- Préfet de la région Languedoc-Roussillon et du département de l’Hérault (10 juillet 1980).

- En congé spécial (1er juin 1981).

-  Retraité à compter du 1er  juin 1986.

 

 

Sources:

Société Française d'histoire de la police

 http://www.sfhp.fr/index.php?post/2009/05/31/Notice-biographique-Jacques-SOLIER

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche