Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 18:31
Ses émissions sont passées de 37 200 kg/an en 2012 à 45 000 kg/an en 2014 soit une augmentation de 20% d’émissions polluantes dans l’air en l’espace de 2 ans.
extrait rapport des services de l'ETAT : DRIEE 77 du 22/1/2013

extrait rapport des services de l'ETAT : DRIEE 77 du 22/1/2013

 

 

Concernant  le tétrachloroéthylène,

ce qu’en dit

le ministère de la santé :

Qu’est ce que le perchloréthylène ?

Le perchloréthylène ou tétrachloroéthylène (ou PCE) est un solvant. Ce composé organique volatil (COV) est surtout utilisé pour le nettoyage à sec de tissus et pour dégraisser des métaux. Il s’évapore facilement dans l’air et a une odeur âcre. Le seuil de perception olfactive est de 7 mg/m3.

Il est lipophile (attiré par la graisse) et dissout des substances telles que graisses, huiles ou résines.

Durant l’activité d’une teinturerie, le PCE provient essentiellement des machines, à l’ouverture du tambour, lors du détachage manuel et en cas d’une mauvaise étanchéité des machines. Hors activité, les émanations proviennent du stockage des vêtements nettoyés au perchloréthylène et de l’évacuation des boues (résidus de lavage).

Quels sont les risques liés à l’exposition au perchloréthylène ?

 

Le perchloréthylène est un solvant chloré. C’est une substance volatile qui peut pénétrer dans l’organisme par inhalation des vapeurs, par ingestion et par contact avec la peau (quand il est sous forme liquide).

Ce composé est classé cancérogène probable pour l’homme par le centre international de recherche contre le cancer (Groupe 2A) et cancérogène possible (catégorie 3) par l’Union européenne.

L’exposition au perchloréthylène peut causer une irritation des voies respiratoires et des yeux, des vertiges, nausées, maux de tête et pertes de mémoire, une somnolence. Selon les niveaux et les fréquences des expositions, il peut être toxique pour le système nerveux et le rein et lors d’une exposition très intense, ses effets peuvent aller jusqu’à la perte de connaissance et la mort.

Dans le cadre du règlement REACH (règlementant la mise sur le marché des produits chimiques en général), l’agence européenne des produits chimiques a programmé une évaluation complète du perchloréthylène d’ici 2013, pour examiner si des mesures de gestion (interdiction de certains usages) doivent être prises au niveau communautaire à son sujet.

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 16:08

 

 

 

Dernière minute….

 

 

La décharge Veolia  augmente en 2014 ses émissions de gaz dans l’air : méthane et oxyde de soufre. (1)

 

Des risques en accroissement pour la santé des riverains.

 

A l’approche de la COP 21, ce n’est pas des effets d’annonces que nous attendons d’Antoine Frérot, PDG de Veolia, mais des actes.

 

 

 

Extrait site airbreitz :

Le méthane (CH4)

....

Ses effets sur la santé

Le méthane est incolore, inodore, et non toxique. A très haute concentration, il peut cependant provoquer des asphyxies en prenant la place de l'oxygène dans l'air.

 

http://www.airbreizh.asso.fr/polluants/le-methane/

 

 

Extrait article paru sur le portail de l’environnement :

 

Oxydes de soufre (SO2 , SO3)

 

.....

Santé humaine et valeurs guides de l'OMS: il est attribué au SOun effet d'irritation des voies respiratoires après 10 minutes à partir d'une dose de 1000 µg/m³ conduisant à la valeur guide OMS de 500 µg/m³ en incluant une marge de sécurité. L'exposition des humains durant 24 heures à de l'air ambiant chargé en SO2 est à limiter à une valeur maximale tolérable de 125 µg/m³ (des effets irritants se faisant sentir à partir de 250 µg/m³). Pour une période longue, basée sur un an, le niveau annuel tolérable en SO2 à ne pas dépasser est de 50 µg/m³.

 

http://www.environnement.public.lu/air_bruit/dossiers/PA-principaux_polluants_atmospheriques/SO2/index.html

 

 

 

(1) Source IREP

La Direction Générale de la Prévention des Risques du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, et de l’Energie recense les principaux rejets et transferts de polluants dans l’eau, l’air, les déchets déclarés par certains établissements; à savoir:

  • les principales installations industrielles,
  • les stations d'épuration urbaines de plus de 100 000 équivalents habitants,
  • certains élevages.
  •  

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 15:48

 

 

 

47 % des principales émissions 

de co2 d'origine biomasse

dans l’air

en France

provenaient

en 2013

du secteur des déchets

recensées sur le site IREP

du

ministère de l'écologie

(1)

 

 

 

 

Pour mémoire la Seine et Marne compte

6 décharges ISDND :

Veolia Claye-Souilly, Monthyon, Fouju-Moisenay

Suez (Sita) Soignolles

Capoulade Isles les Meldeuses

 

 

 

 

A l’approche de la COP 21

quelles  propositions

vont faire les industriels du déchet

pour réduire leurs émissions de co2 d'origine biomasse ?

 

 

 

(1) Source IREP

La Direction Générale de la Prévention des Risques du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, et de l’Energie recense les principaux rejets et transferts de polluants dans l’eau, l’air, les déchets déclarés par certains établissements; à savoir:

  • les principales installations industrielles,
  • les stations d'épuration urbaines de plus de 100 000 équivalents habitants,
  • certains élevages.
  •  

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 14:46

 

 

L’imprimeur H2D Didier Mary

de Mary sur Marne

parmi les plus importants émetteurs de COVnM

dans l’air

d’Ile de France en 2013.(1)

 

A l’approche de la COP 21

quelles mesures compte prendre

l’imprimeur H2D Didier Mary

pour réduire ses émissions de polluants dans l'air ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Paru sur Atmo :
Effets sur la santé

 

La toxicité des COVNM est due d’une part à la toxicité directe de certains COV, mais également à la formation de composés secondaires. Différents troubles liés aux COV ont été identifiés. Les fréquences et délais d’apparition de ces troubles varient en fonction de la durée d’exposition, du type de polluant, de la sensibilité du sujet et de nombreux facteurs plus ou moins identifiés.

  • Irritations cutanées : hydrocarbures halogénés ou aromatiques
  • Irritation des yeux : hydrocarbures aromatiques non substitués comme les BTEX (Benzène, Toulène, Xylènes), noyaux benzéniques substitués
  • Irritation des organes respiratoires : hydrocarbures aromatiques, diisocyanates
  • Troubles cardiaques : toluène, chloroforme, méthylchloroforme
  • Troubles digestifs : benzène toluène, hydrocarbures halogénés (CH3Cl), CCl4...)
  • Troubles reinaux, hépatiques : les BTEX, cumène, hydrocarbures halogénés haliphatiques
  • Maux de tête : la plupart des COV
  • Troubles du système nerveux : hydrocarbures aromatiques et halogénés, dichlorométhane, chloroforme, toluène, benzène , 1,1,1,-trichloroéthane
  • Action cancérogène et mutagène : benzène, hydrocarbures insaturés (alcènes, oléfines...) qui peuvent être transformés en composés toxiques, certains hydrocarbures halogénés aliphatiques (dérivés chlorés de l’éthylène, du butène et du butadiène), certains composés aromatiques (styrène)

http://www.atmo-poitou-charentes.org/Effets-sur-la-sante-et-sur-l,48.html

 

 

(1) l'environnement industriel en idf édition 2015 DRIEE IDF page 70/71

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 18:55

 

Les deux plus importantes décharges Rep VEOLIA d'Ile de France situées à une vingtaine de kilomètres à vol d'oiseau émettent à elles seules près de 7 % du méthane émis en France (répertorié sur le site IREP).

 

 

Elles sont respectivement  en 2013 :

1er émetteur en France    Rep VEOLIA Bouqueval (95)     4 750 000 kg/an

2ème émetteur en France Rep VEOLIA Claye-Souilly (77) 4 500 000 kg/an

 

 

 

Plutôt que de faire des recommandations

Antoine Frérot, PDG de VEOLIA

devrait  les mettre en pratique.

 

 

Paru dans l'Usine Nouvelle :

COP21 : DES INDUSTRIELS S'ENGAGENT POUR LE CLIMAT

COP21 : Les trois recommandations d’Antoine Frérot, le PDG de Veolia

Par Ludovic Dupin - Publié le 13 mai 2015, à 12h23

Pour Antoine Frérot, le patron de Veolia, la lutte contre le réchauffement climatique passe par trois grandes solutions : le développement de l’économie circulaire, la création d’une redevance carbone et de taxes douanières à l’entrée de l’Europe, la capture du méthane.

Le 20 mai prochain, Antoine Frérot, le PDG deVeolia, participera au Business & Climate summit où près de 1000 entreprises tenteront de se mettre d’accord sur un message commun à porter lors dusommet COP21 sur le climat à Paris en décembre prochain. Le patron des services à l’environnement se sent concerné en premier lieu car "les gaz à effet de serre sont une pollution difficile à traiter… or les pollutions difficiles sont au cœur de nos solutions."

Il porte trois grandes propositions. La première est d’infléchir l’économie classique : "Pour diminuer les émissions de CO2, Il faut sortir du schéma linéaire - produire, consommer, jeter - et développer l’économie circulaire." Il donne, à titre d’exemple, le cas des bouteilles plastiques recyclées qui émettent 70% de moins de CO2 qu’une production à partir de matière vierge. Chez Veolia, l’économie circulaire compte pour 10% des 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

TAXES DOUANIÈRES À L’ENTRÉE DE L’EUROPE

Sa deuxième proposition est de donner un coût au carbone. Le grand patron juge que le marché carbone ne fonctionne pas bien et sera plutôt en faveur d’une "redevance carbone". "Aujourd’hui ne rien faire (Ndlr: pour diminuer ses émissions de gaz à effet de serre) ne coûte rien… et agir coûte cher", explique-t-il. Antoine Frérot rappelle que ce concept de pollueur-payeur existe depuis 50 ans dans le secteur de l’eau et que cela fonctionne très bien.

Il juge que le coût du carbone doit atteindre de 30 à 40 euros la tonne, une somme incompressible pour rentabiliser des technologies comme la capture et la séquestration du CO2. Mais il va encore plus loin. Selon lui, pour que le système soit efficient, il doit être étendu au moins à l’échelle de l’Union Européenne. Cette dernière doit aussi créer des barrières douanières pour taxer le contenu CO2 de ce qui pénètre dans le marché.

Sa troisième proposition est de s’attaquer aux émissions de gaz à effet de serre à courte durée de vie. C’est-à-dire s’attaquer en priorité au méthane, qui compte pour 40% de l’effet de serre des 20 dernières années, plutôt qu’au CO2. "Le méthane est plus facile à capturer, à valoriser et à éliminer. Autant s’attaquer au plus facile afin d’avoir le temps de développer de meilleures technologies pour le CO2", propose Antoine Frérot.

 

 

Ludovic Dupin

 

 

http://www.usinenouvelle.com/article/cop21-les-trois-recommandations-d-antoine-frerot-le-pdg-de-veolia.N329534

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 18:00

 

 

Dans ce département de Seine et Marne où l’espérance de vie est la plus faible de l’Ile de France, la pollution de l’air et les risques sur la santé ne semblent pas être les préoccupations principales de Jean –Jacques Barbaux, président du conseil départemental du 77.

 

Jean-Jacques Barbaux  ne trouve pas l’argent pour subventionner Airparif mais trouve 3.4 M€ pour financer entre autre la démolition  d’une piscine qui engendrera des tonnes de gravats qui seront déversés dans nos villages ruraux.

 

 

Voir notre article

http://adenca.over-blog.com/2015/11/le-cd-77-va-financer-la-demolition-d-une-piscine-a-meaux.html

 

 

 

 

Paru dans Actu Environnement :

 
Pollution de l'air : la Seine-et-Marne et les Yvelines désengagées d'Airparif

 

Jeudi 19 novembre, Airparif a annoncé que les départements de Seine-et-Marne et des Yvelines ne participaient plus à l'association agréée de surveillance de la qualité de l'air (AASQA) officiellement chargée de la mesure de la pollution atmosphérique en Ile-de-France. Airparif a pris acte de ces désengagements lors de son assemblée générale, tenue le jour même. Ces deux retraits font suite à celui des Hauts-de-Seine en 2013. Aujourd'hui, cinq départements continuent à financer l'association : l'Essonne, Paris, Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val d'Oise.

Airparif ne peut s'opposer à ces retraits, son financement dépendant pour partie du bon vouloir des collectivités concernées. Pourtant, "ces décisions sont doublement problématiques", déplore Airparif.

 

Les trois quarts de l'Ile-de-France concernés

Tout d'abord, "elles ont un impact direct sur le financement de l'associationqui devra être compensé par les autres membres, notamment pour maintenir une surveillance et une information dans ces départements, alors que d'autres collectivités ont aussi souligné leurs difficultés". Dans un contexte de multiplication des missions confiées aux AASQA, leur situation financière a fait l'objet d'alertes répétées émises par Atmo France, leur fédération.

 

Par ailleurs, "elles sont surtout en contradiction avec les principes de la loi sur l'airqui appelle l'ensemble des collectivités à concourir à une politique dont l'objectif est le droit reconnu à chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé, et qui prévoit un financement mutualisé de la surveillance et de l'information". Et Airparif d'alerter sur l'absence de ces acteurs majeurs du territoire, qui "représentent pourtant 4 millions de Franciliens et près des trois quarts de la superficie d'une région largement concernée par la pollution de l'air".

 

http://www.actu-environnement.com/ae/news/airparif-retrait-seine-et-marne-yvelines-25694.php

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 10:20

 

Rectifel Proseat

Trilport

parmi les plus importants émetteurs de

COVnM dans l’air

de Seine et Marne en 2013.(1)

 

 

A l’approche de la COP 21

quelles mesures compte prendre

Rectifel Proseat

Trilport

pour réduire ses émissions de polluants dans l'air ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Paru sur Atmo :
Effets sur la santé

La toxicité des COVNM est due d’une part à la toxicité directe de certains COV, mais également à la formation de composés secondaires. Différents troubles liés aux COV ont été identifiés. Les fréquences et délais d’apparition de ces troubles varient en fonction de la durée d’exposition, du type de polluant, de la sensibilité du sujet et de nombreux facteurs plus ou moins identifiés.

  • Irritations cutanées : hydrocarbures halogénés ou aromatiques
  • Irritation des yeux : hydrocarbures aromatiques non substitués comme les BTEX (Benzène, Toulène, Xylènes), noyaux benzéniques substitués
  • Irritation des organes respiratoires : hydrocarbures aromatiques, diisocyanates
  • Troubles cardiaques : toluène, chloroforme, méthylchloroforme
  • Troubles digestifs : benzène toluène, hydrocarbures halogénés (CH3Cl), CCl4...)
  • Troubles reinaux, hépatiques : les BTEX, cumène, hydrocarbures halogénés haliphatiques
  • Maux de tête : la plupart des COV
  • Troubles du système nerveux : hydrocarbures aromatiques et halogénés, dichlorométhane, chloroforme, toluène, benzène , 1,1,1,-trichloroéthane
  • Action cancérogène et mutagène : benzène, hydrocarbures insaturés (alcènes, oléfines...) qui peuvent être transformés en composés toxiques, certains hydrocarbures halogénés aliphatiques (dérivés chlorés de l’éthylène, du butène et du butadiène), certains composés aromatiques (styrène)

http://www.atmo-poitou-charentes.org/Effets-sur-la-sante-et-sur-l,48.html

 

 

 

(1) site IREP registre des émissions polluantes http://www.irep.ecologie.gouv.fr/IREP/index.php

La Direction Générale de la Prévention des Risques du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, et de l’Energie recense les principaux rejets et transferts de polluants dans l’eau, l’air, les déchets déclarés par certains établissements; à savoir:

  • les principales installations industrielles,
  • les stations d'épuration urbaines de plus de 100 000 équivalents habitants,

certains élevages

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 12:03

 

Amcor Coulommiers

parmi les plus importants émetteurs

 de COVnM dans l’air  

 de Seine et Marne en 2013.(1)

 

 

A l’approche de la COP 21

 quelles mesures compte prendre

Rectifel Proseat

Trilport

pour réduire ses émissions de polluants dans l'air ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Paru sur Atmo :
Effets sur la santé

 

La toxicité des COVNM est due d’une part à la toxicité directe de certains COV, mais également à la formation de composés secondaires. Différents troubles liés aux COV ont été identifiés. Les fréquences et délais d’apparition de ces troubles varient en fonction de la durée d’exposition, du type de polluant, de la sensibilité du sujet et de nombreux facteurs plus ou moins identifiés.

  • Irritations cutanées : hydrocarbures halogénés ou aromatiques
  • Irritation des yeux : hydrocarbures aromatiques non substitués comme les BTEX (Benzène, Toulène, Xylènes), noyaux benzéniques substitués
  • Irritation des organes respiratoires : hydrocarbures aromatiques, diisocyanates
  • Troubles cardiaques : toluène, chloroforme, méthylchloroforme
  • Troubles digestifs : benzène toluène, hydrocarbures halogénés (CH3Cl), CCl4...)
  • Troubles reinaux, hépatiques : les BTEX, cumène, hydrocarbures halogénés haliphatiques
  • Maux de tête : la plupart des COV
  • Troubles du système nerveux : hydrocarbures aromatiques et halogénés, dichlorométhane, chloroforme, toluène, benzène , 1,1,1,-trichloroéthane
  • Action cancérogène et mutagène : benzène, hydrocarbures insaturés (alcènes, oléfines...) qui peuvent être transformés en composés toxiques, certains hydrocarbures halogénés aliphatiques (dérivés chlorés de l’éthylène, du butène et du butadiène), certains composés aromatiques (styrène)

http://www.atmo-poitou-charentes.org/Effets-sur-la-sante-et-sur-l,48.html

(1) l'environnement industriel en idf édition 2015  DRIEE IDF page 70/71

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:19

 

L’imprimeur H2D Didier Mary

de Mary sur Marne

3ème plus important émetteur

dans l’air

de

gaz à effet de serre

protoxyde d’azote

de

Seine et Marne

en 2013.(1)

 

A l’approche de la COP 21

quelles mesures compte prendre

l’imprimeur H2D Didier Mary

pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre

 dans l'air ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Paru sur Airbreitz :

Le protoxyde d’azote (N2O)

Ses effets sur la santé


Le protoxyde d’azote est utilisé en médecine pour ses propriétés anesthésiques .Le protoxyde d'azote est aussi un gaz hilarant. A forte dose, il entraîne l’euphorie, et des troubles de la perception visuelle et auditive. Il possède un effet sédatif, et provoque également vertiges, angoisse, troubles digestifs (nausées, vomissements). Enfin, il peut entraîner des troubles neurologiques (tremblements, coordination des mouvements).

 

http://www.airbreizh.asso.fr/polluants/le-protoxyde-dazote/

 

 

 

(1) site IREP registre des émissions polluantes http://www.irep.ecologie.gouv.fr/IREP/index.php

La Direction Générale de la Prévention des Risques du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, et de l’Energie recense les principaux rejets et transferts de polluants dans l’eau, l’air, les déchets déclarés par certains établissements; à savoir:

  • les principales installations industrielles,
  • les stations d'épuration urbaines de plus de 100 000 équivalents habitants,
  • certains élevages.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 09:41

 

 KNAUF Marolles 77

parmi les plus importants émetteurs

de COVnM dans l’air

 d’Ile de France en 2013.(1)

 

 

A l’approche de la COP 21

 quelles mesures compte prendre

 KNAUF

pour réduire ses émissions de polluants dans l'air ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Paru sur Atmo :
Effets sur la santé

 

La toxicité des COVNM est due d’une part à la toxicité directe de certains COV, mais également à la formation de composés secondaires. Différents troubles liés aux COV ont été identifiés. Les fréquences et délais d’apparition de ces troubles varient en fonction de la durée d’exposition, du type de polluant, de la sensibilité du sujet et de nombreux facteurs plus ou moins identifiés.

  • Irritations cutanées : hydrocarbures halogénés ou aromatiques
  • Irritation des yeux : hydrocarbures aromatiques non substitués comme les BTEX (Benzène, Toulène, Xylènes), noyaux benzéniques substitués
  • Irritation des organes respiratoires : hydrocarbures aromatiques, diisocyanates
  • Troubles cardiaques : toluène, chloroforme, méthylchloroforme
  • Troubles digestifs : benzène toluène, hydrocarbures halogénés (CH3Cl), CCl4...)
  • Troubles reinaux, hépatiques : les BTEX, cumène, hydrocarbures halogénés haliphatiques
  • Maux de tête : la plupart des COV
  • Troubles du système nerveux : hydrocarbures aromatiques et halogénés, dichlorométhane, chloroforme, toluène, benzène , 1,1,1,-trichloroéthane
  • Action cancérogène et mutagène : benzène, hydrocarbures insaturés (alcènes, oléfines...) qui peuvent être transformés en composés toxiques, certains hydrocarbures halogénés aliphatiques (dérivés chlorés de l’éthylène, du butène et du butadiène), certains composés aromatiques (styrène)

http://www.atmo-poitou-charentes.org/Effets-sur-la-sante-et-sur-l,48.html

 

 

(1) l'environnement industriel en idf édition 2015  DRIEE IDF page 70/71

Partager cet article
Repost0

Recherche