Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 14:06

 

Extrait du communiqué de Béatrice Abollivier, préfète de Seine et Marne :

 

Cet observatoire de 1'« agribashing » doit permettre, notamment au moyen de réunions régulières, de disposer d'un état des lieux exhaustif des problématiques de sécurité rencontrées par les agriculteurs et d'élaborer des solutions communes, efficaces et concertées.

 

Il veillera plus particulièrement à :

 détecter les menaces, évaluer leur intensité et leur évolution potentielle Dans ce cadre, le service départemental de renseignement territorial, en coordination avec la police et la gendarmerie nationales, s'engagera dans l'identification des phénomènes d'« agribashing » et de leurs auteurs. Un dialogue constant avec les syndicats agricoles, la veille des réseaux sociaux et le suivi des groupuscules radicaux doivent notamment permettre de mieux anticiper les menaces ;

 

 agir en vue de prévenir et de neutraliser toute menace

 

Les actions dans ce domaine s'articulent autour de trois volets

 

1. Un volet prévention complété par des contacts et des patrouilles renforcés dans le cadre de la Police de sécurité au Quotidien (PSQ) : les référents sûreté de la police et de la gendarmerie seront engagés au profit des agriculteurs. Les modes opératoires des délinquants et les attentes de tous les acteurs feront l’objet d’échanges. Site internet www.seine-et-marne.gouv.fr / @Prefet77 2/3

 

2. Un volet information (en s'appuyant notamment sur les réseaux sociaux institutionnels et la presse quotidienne régionale, etc.), portant notamment sur les actions de prévention réalisées.

 

3. Un volet judiciaire (recoupements, utilisation de moyens de captation, aide au dépôt de plainte), en lien avec les procureurs de la Républiques compétents. Pour lutter contre le phénomène d'« agribashing », les forces de sécurité pourront s'appuyer sur la cellule DEMETER, cellule nationale de renseignement et de rapprochement judiciaires créée par la gendarmerie nationale. La cellule DEMETER a vocation à analyser les menaces à l'encontre de la filière agricole et à coordonner la réponse des forces de sécurité.

 

Lien vers le communiqué de presse complet http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/41408/312121/file/Cp%20Agribashing.pdf

 

 

 

Article paru sur le site "Nous voulons des coquelicots"

 

 

19-12-19

CASTANER VEUT FLIQUER LES COQUELICOTS

 

 

Attention, ce n’est pas une blague. Et si c’en était une, elle ne serait pas drôle. Le 13 décembre, Christophe Castaner s’est rendu dans le Finistère (cliquer), accompagnée par sa grande amie Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, qu’on ne présente pas ici . Le déplacement s’inscrivait dans le cadre d’une convention signée en toute simplicité par le ministère de l’Intérieur – l’État, donc, l’intérêt public, donc – et la FNSEA. On en apprend tous les jours.

 

Que venait faire le ministre? Installer une cellule – quel joli nom – de la gendarmerie nationale appelée à lutter contre l’agribashing. Si. Rappelons que la FNSEA – ne jamais oublier qu’elle ne représente, via les élections aux chambres d’Agriculture, que 25% des paysans de France – a inventé ce terme (cliquer) pour encore grappiller subsides et soutiens de l’appareil d’État. Il faut avouer que cela marche. L’idée est qu’une coalition de vilains mène une entreprise de dénigrement systématique des paysans.

 

La cellule gendarmique porte le nom souverain de Demeter, déesse grecque des moissons et, au passage, nom d’une marque prestigieuse de l’agriculture biodynamique qu’exècre la FNSEA. Elle aura vocation à traquer, partout en France, les marques d’hostilité à l’encontre de…De quoi, d’ailleurs? De la FNSEA, du modèle agricole, de l’élevage concentrationnaire, de l’omniprésence des pesticides? On ne le saura pas, car l’objectif est évidemment de faire peur à tout le monde.

 

Dans les textes officiels du ministère, on trouve des phrases prodigieuses (cliquer ici). L’édito du ministre commence ainsi par cette phrase d’anthologie : «Depuis quelques années, un phénomène grandit, inacceptable. De plus en plus, nos agriculteurs sont visés par des intimidations, des dégradations, des insultes». Précisons à ce stade que c’est pure foutaise, toute révérence gardée à la personne de ce cher Castaner. Nul en France, pas même la police ou la gendarmerie, n’est capable de prouver par des faits qu’un «phénomène grandit». On ne sait pas de quoi on parle, on ne dispose d’aucun chiffre, ni même d’un nombre de plaintes en hausse. Du vent.

 

Mais cela n’empêche pas la politique, cette politique-là du moins. Dans un mélange extravagant, Castaner définit le périmètre de la cellule Demeter en y inscrivant les vols, les cambriolages, les dégradations diverses, les installations de «gens du voyage» sur des terres agricoles, les actions anti-fourrure, anti-chasse, les tournages de vidéos «clandestines». Cela serait déjà effarant, mais le ministre va plus loin encore en visant «des actions de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercussions matérielles ou physiques».

 

Y a-t-il besoin d’une traduction? Les actions symboliques, c’est NOUS, les Coquelicots. Comme seule la gendarmerie et la FNSEA disposent de la définition du «dénigrement», il n’y a aucun doute que notre mouvement, constamment non-violent, est dans le viseur. On cherche à disqualifier, puis à réprimer la critique de l’agriculture industrielle, qui tue les hommes, les bêtes, les plantes.

 

Comme il n’est pas encore interdit de se moquer, notons que le même document policier évoqué plus haut détruit sans s’en rendre compte son pauvre échafaudage. Énonçant ses propres statistiques, Castaner livre quelques chiffres censés appuyer son propos. En 2019, il y aurait eu «14.498 faits enregistrés» au «préjudice du monde agricole». Un toutes les deux heures ! Ce chiffre «terrible» a été aussitôt repris par les bons amis médiatiques de M.Castaner, mais il faut chausser ses lunettes pour comprendre la manipulation.

Les «faits» en question couvrent les cambriolages, les vols – ceux avec violence ont chuté de…31,4% -, les vols de voitures, le vol de gros matériel agricole, etc. Sur la base de 440.000 «exploitations agricoles», les chiffres précis paraissent simplement loufoques : 314 tracteurs volés! 24 vols avec violence! 657 voitures dérobées!  Moi qui ai grandi en Seine-Saint-Denis, en partie dans la cité de Montfermeil Les Bosquets, je ne peux constater qu’une chose: la plupart des paysans n’ont jamais croisé le moindre vilain. En revanche, ils disparaissent un à un, par la grâce d’une politique plébiscitée par la FNSEA.

 

Comment conclure? On verra, certes, mais ne nous trompons pas: c’est grave. La cellule Demeter, selon les mots même du ministre, devra permettre, avant tout, «d’améliorer [la] coopération avec le monde agricole et de recueillir des renseignements». Le (gros) mot est lâché. Renseignement. Sans sombrer dans une parano inutile, ce mot signifie, dans l’univers policier, les filatures, les écoutes téléphoniques, voire les infiltrations. On tâchera de s’en souvenir, mais sans aucun doute, nous voila en face d’une nouvelle inquiétude.

 

Fabrice Nicolino, président de l’association Nous voulons des coquelicots

 

 

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/2019/12/19/castaner-veut-fliquer-les-coquelicots/

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 18:55
Carrière Placoplatre Villevaudé

Carrière Placoplatre Villevaudé

Arrêté préfectoral 2017/DCSE/M/003  du 17/3/2017 page 54

Carrière de gypse Placoplatre Villevaudé/Villeparisis

Carrière Knauf St Soupplet/Cuisy

Carrière Knauf St Soupplet/Cuisy

Arrêté préfectoral 05 DAI 2M 030 du 7/7/2005 page 20

Carrière de gypse St Soupplets/Cuisy

 

 

 

 

Paru sur le site FR3 Auvergne Rhône Alpes :

Séisme en Ardèche : la piste de l'origine humaine relancée

Le chercheur remarque le caractère très atypique du séisme qui a touché Le Teil, qui a notamment "cassé la surface (...) Et ça, dans les 100 dernières années, ça ne s'était jamais vu en France." / © Michael Esdourrubailh / MaxpppLe chercheur remarque le caractère très atypique du séisme qui a touché Le Teil, qui a notamment "cassé la surface (...) Et ça, dans les 100 dernières années, ça ne s'était jamais vu en France." / © Michael Esdourrubailh / Maxppp

 

Le chercheur au CNRS, Jean-François Ritz, relance la polémique sur une possible origine humaine du tremblement de terre qui a touché l'Ardèche, la Drôme et une partie du Rhône le 11 novembre dernier. Dans une interview ce mardi 24 décembre, il révèle de nouveaux éléments troublants.

Par Mathieu Boudet avec AFPPublié le 24/12/2019 à 15:22 Mis à jour le 24/12/2019 à 15:59

Dans une interview réalisée ce mardi 24 décembre, le chercheur au CNRS Jean-François Ritz relance l'hypothèse d'une origine liée à l'activité humaine du tremblement de terre qui a touché l'Ardèche, la Drôme et une partie du Rhône le 11 novembre dernier. Alors que cette piste avait été écartée 7 jours plus tôt notamment par une étude du CNRS, il révèle de nouveaux éléments troublants susceptibles de relancer la polémique.

Jean-François Ritz est chercheur CNRS au laboratoire Géosciences Montpellier et membre du groupe de travail sur le sujet. 


Ce séisme, de magnitude 5,4 sur l'échelle de Richter, est considéré comme modéré. Il a pourtant fait de nombreux dégâts, notamment dans la ville du Teil en Ardèche, pourquoi ?

J.F. Ritz : Ce séisme est atypique en France parce qu'il s'est produit à une très faible profondeur pour une magnitude 5, inférieure à un kilomètre. La deuxième chose, c'est qu'il a produit extrêmement peu de répliques, moins d'une dizaine, alors qu'on aurait pu s'attendre à une centaine de répliques de magnitude 3. La troisième chose c'est qu'il a cassé la surface - sur une longueur de 4,5 km - et ça, dans la période instrumentale, c'est-à-dire dans les 100 dernières années, ça ne s'était jamais vu en France. La dernière rupture de surface connue a été constatée lors du séisme de Lambesc (Bouches-du-Rhône) en 1909 (mesuré à l'époque à 6,2).

Une étude du CNRS a établi que son origine est "naturelle et causée par la pression entre les plaques" tectoniques. La thèse d'une influence de l'activité humaine est-elle à écarter totalement ?

J.F. Ritz : Non, on ne peut pas écarter totalement cette hypothèse. Il y a certaines données qui peuvent suggérer une corroboration entre la nucléation du séisme et la présence d'une carrière au-dessus de la faille. Il y a d'autres données qui suggèrent que l'épicentre n'est pas exactement cet endroit là, donc c'est quelque chose qui est encore en débat, qui devrait être pouvoir être précisé prochainement avec des mesures supplémentaires. 

Mais l'étude écarte l'impact des tirs de mines de la carrière de calcaire, propriété du groupe cimentier Lafarge, dans le séisme...

J.F. Ritz : L'effet anthropique qui interroge les géologues et sismologues, ce n'est pas celui des tirs de mines mais celui de la décharge, c'est-à-dire le déficit de masse dû à l'extraction du matériel de la carrière qui allège finalement la montagne et qui aurait permis à la contrainte tectonique qui s'accumule depuis longtemps de finalement s'exprimer au niveau de la faille. Ne serait-ce pas la petite pichenette
qui a permis à la force tectonique de devenir plus forte et de faire partir la faille ? C'est la question.

 

La faille ou Lafarge ?

Les questions soulevées par ce chercheur, selon les réponses que pourront y apporter les mesures étudiées, pourraient donc accréditer une plus grande part de responsabilité à l'activité humaine, bien qu'une précédente étude constatait que le séisme "s'est produit sur une faille préexistante". Cette étude estimait par ailleurs "possible que la couche marneuse épaisse puisse expliquer le nombre inhabituellement faible de répliques."  Elle concluait donc à "un rôle (...) négligeable" de la carrière du Teil, propriété du groupe cimentier Lafarge. 

Des scientifiques avaient à un moment émis l'hypothèse d'un "séisme déclenché", c'est-à-dire ayant pour origine une activité humaine, en l'espèce l'exploitation de cette carrière de calcaire.  Ce type de problème est connu. Ainsi, un séisme de magnitude 3,9, lié selon des experts à des forages de géothermie, avait ébranlé la région de Strasbourg le 12 novembre avant quatre secousses très légères, dont trois au moins causées par une activité humaine, début décembre, également en Alsace, selon le Réseau national de surveillance sismique.
 

Séisme atypique... Et dévastateur

Dans la Drôme et en Ardèche, le séisme du 11 novembre dernier, qui n'a duré que quelques secondes à la mi-journée, a provoqué de nombreux dégâts, en particulier au Teil, où près de 2 000 sinistrés sont toujours sans toits plus d'un mois après l'évènement. Il "s'est produit à faible profondeur, essentiellement à moins de 1 000 mètres, avec un mouvement de type montant/descendant sur un plan de faille". Mais il a touché de nombreuses communes environnantes, et a été ressenti jusque dans le Rhône. De nombreux bâtiments ayant été fragilisés dans cette ville de 8 500 habitants, le préfet de l'Ardèche a souhaité, par mesure de précaution, adapter l'arrêté autorisant les tirs de mine dans la carrière en limitant la vibration à 2 millimètres/seconde, soit 5 fois moins que la réglementation actuelle. La reprise des tirs doit se faire début janvier après information des élus, indiquait la préfecture à la mi-décembre.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/ardeche/ardeche-polemique-origine-humaine-du-seisme-relancee-1766731.html

 

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 17:50

 

 

Qui ne dit mot

consent

 

 

Lorsque plus de 50 % de l’énergie produite par l’usine de méthanisation est destinée à être revendue le permis de construire est délivré par la préfecture (1) mais la demande est déposée à la mairie,  le maire de la commune a un mois pour donner son avis.(1)sans réponse de sa part l’avis est réputé favorable.

 

Ironie du sort, Jean-Louis Durand, ne le savait pas, c’est en fait ce qui semble ressortir de la réunion du conseil municipal du 19/12/2019. On le comprendrait facilement pour un nouvel élu, mais Jean-Louis Durand est un élu chevronné, il est maire de cette commune depuis 18 ans déjà, il est  même président de la communauté de communes.

 

Mais, en même temps, on ne peut pas oublier que Gaëtan Belloy, un proche de son 1er adjoint Laurent Belloy,agriculteur, est intéressé dans ce projet de méthanisation puisque Directeur Général de Goële Bioénergie.(2)

 

 

Une consultation de la population

pour rien ?

 

 

Pour tenter de calmer la population, vent debout contre le projet, Jean-Louis Durand avait choisi d’organiser une consultation publique, en novembre 2019, plus de 4 mois après la présentation du projet au conseil municipal,consultation publique qui a recueilli 81 % de votes défavorables au projet, mais il était déjà trop tard.

 

Leurs jolies maisons
 les habitants de
Marchemoret
devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et  venir vivre
près de
d’une usine de méthanisation
et au bord de champs où seront épandus
des déchets de méthanisation ?

 

 

 

 


  1. Article R*423-72 du code de l’urbanisme

Lorsque la décision est de la compétence de l'Etat, le maire adresse au chef du service de l'Etat dans le département chargé de l'instruction son avis sur chaque demande de permis et sur chaque déclaration. Cet avis est réputé favorable s'il n'est pas intervenu dans le délai d'un mois à compter du dépôt à la mairie de la demande de permis ou dans le délai de quinze jours à compter du dépôt à la mairie de la déclaration.

Lorsque la commune a délégué sa compétence à un établissement public de coopération intercommunale en application de l'article L. 422-3, le président de cet établissement adresse son avis au chef du service de l'Etat dans le département chargé de l'instruction dans les mêmes conditions et délais.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074075&idArticle=LEGIARTI000006819984

(2

2. https://www.societe.com/societe/goele-bioenergie-848244257.html

 

Pour aller plus loin :

Délivrance permis de construire

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/17628/144612/file/26_cpermis2015+usine+m%C3%A9thanisation.pdf

 

Compte-rendu réunion conseil municipal

https://www.marchemoret.fr/wp-content/uploads/2019/12/Compte-Rendu-sommaire-du-18-d%C3%A9cembre-2019.pdf

 
 
 
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 18:45

"L’article 173 de la loi ALUR (Accès au Logement et Urbanisme Rénové) du 24/03/2014 prévoit l’élaboration de  secteurs d’information sur les sols (SIS). La définition officielle d’un SIS est précisée à l’article L. 125-6 du code de l’environnement : « L’État élabore, au regard des informations dont il dispose, des secteurs d’information sur les sols qui comprennent les terrains où la connaissance de la pollution des sols justifie, notamment en cas de changement d’usage, la réalisation d’études de sols et de mesures de gestion de la pollution pour préserver la sécurité, la santé ou la salubrité publiques et l’environnement."

 

A la lecture du document paru sur le site de la préfecture nous apprenons que suite à l'incendie de la décharge Suez Sita Villeparisis du 17/2/2013 des prélèvements ont été effectués sur les terrains avoisinants et il a été découvert une charge en pollution des sols indépendante de l'incendie, sur la parcelle ZA10, au droit du point B7,  une teneur supérieure au fond géochimique en plomb, zinc et en mercure a été relevée.

 

Cette parcelle se trouve au bord du fort de Vaujours et a une contenance de 6974 m2.

 

Il serait souhaitable que Placoplatre, propriétaire de cette parcelle mène des investigations supplémentaires afin de rassurer la population et dépollue le site, si nécessaire.

 

Affaire à suivre......

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/41279/311212/file/Courtry.pdf

Courtry  Bois les carrières : suite à la découverte de teneur supérieure au fond géochimique en plomb, zinc et mercure dans le sol, Placoplatre va-t-il mener des investigations supplémentaires ?
Courtry  Bois les carrières : suite à la découverte de teneur supérieure au fond géochimique en plomb, zinc et mercure dans le sol, Placoplatre va-t-il mener des investigations supplémentaires ?
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 17:04

 

Les  ordures des autres

Il faut bien les mettre quelque part

Pourquoi pas chez vous ?

 

 

Jean Piat, maire de Vignely et  vice président de la communauté d’agglomération pays de Meaux, projette de modifier son PLU dans le but d’« accueillir » des déchets inertes sur un terrain agricole, au lieudit Les Hayettes, à proximité de l’écluse du Canal de l’Ourcq de Vignely.

Extrait  avis MRAE Mission  Régionale d’Autorité Environnementale d’IDF

Extrait avis MRAE Mission  Régionale d’Autorité Environnementale d’IDF

 

 

Ironie du sort, c’est à l’emplacement d’une ancienne carrière Rep Veolia, où la préfecture n’avait pas autorisé en 2008 l’industriel à remblayer avec des déchets inertes mais à maintenir le site en zone sable calcaire.

 

Une aubaine pour Jean-François Copé, maire de Meaux, qui doit faire abattre plusieurs tours et devra rechercher des villages ruraux environnants pour y « accueillir » ses déchets.

 

Pour éviter que les camions, chargés de déchets, ne passent par le centre de Vignely ou de Trilbardou, il faudrait refaire la route de Vignely, actuellement fermée à la circulation, pour cause de mauvais état.

 

Un casse tête financier  pour Jean Piat qui pourra peut-être demander une aide à son collègue Jean-François Copé, président de la communauté d’agglomération.

 

Pour mieux comprendre le dossier vous trouverez ci-dessus des extraits de l’avis de la MRAE Mission  Régionale d’Autorité Environnementale d’IDF

http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/191212_mrae_avis_delibere_revision_plu_de_vignely_77_.pdf

PAGE 6

PAGE 6

PAGE 8

PAGE 8

PAGE 11

PAGE 11

PAGE 12

PAGE 12

PAGE 12  (estimation des déchets "accueillis")

PAGE 12 (estimation des déchets "accueillis")

PAGE 14

PAGE 14

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 17:42
Carrière Siniat Le Pin

Carrière Siniat Le Pin

 

Les déchets du Grand Paris 

 il faut bien les mettre quelque part

pourquoi pas chez vous ?

 

 

Siniat souhaite étendre la durée d’exploitation de sa carrière de Le Pin/Villevaudé et multiplier par 4  les déchets inertes (matériaux extérieurs) qui seront déversés dans les trous de sa carrière. Une paille, environ 16 millions de tonnes contre 4 millions de tonnes actuellement autorisés.

Siniat s’est d’ailleurs engagé, sans vous consulter, à “accueillir” des déchets du Grand Paris comme vous pourrez le constater dans l’article qui suit :

https://www.societedugrandparis.fr/gpe/actualite/48-entreprises-sengagent-pour-une-gestion-exemplaire-des-deblais-502

 

Pour acheminer les déchets la sortie numéro 7 de la Francilienne construite par le Conseil Départemental, payée par vos impôts, lui rendra bien service, mais l’industriel aurait, semble-t-il besoin d’un rond point au niveau de la voie communale (ex RD 2086), est-ce que c’est encore vos impôts  qui financeront ce nouveau rond point, l’industriel ne le dit pas.

Il faut bien comprendre que pour acheminer entre 80 et 155 camions/jour de déchets inertes (phase 5 à 8) cela va perturber la circulation des populations avoisinantes.

 

Lien vers la demande de Siniat déposée auprès de la DRIEE IDF

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/driee-ud77-011-2019.pdf

 

 

 

Paru sur le site “La Marne” :

 

Seine-et-Marne. La bretelle de sortie de l’A104 au Pin ouvre ce soir

Après quatre mois d'attente, c'est ce soir à 23 h que la bretelle, de sortie de l'A104, numéro 7 va ouvrir. Courtry, Chelles et Claye-Souilly seront plus accessibles.

Publié le 25 Oct 18 à 17:54

 

Le Pin :  Pour rendre service, si vous en preniez un peu plus de déchets du Grand Paris ?

La bretelle de sortie numéro 7 au Pin va ouvrir ce soir. La bretelle de sortie numéro 7 au Pin va ouvrir ce soir. (©La Marne)

Les usagers étaient impatients, ils ne vont plus passer par Villevaudé pour rejoindre Le Pin, Claye-Souilly, Chelles et Courtry. Ils pourront gagner entre trois et cinq minutes de temps de parcours.

La bretelle de sortie de la Francilienne a coûté 2,5 millions d’euros et a été financée à 50 % par le Département. Mais les utilisateurs n’y croyaient plus. En effet, les travaux d’aménagement sont terminés depuis le mois de juin et seule la signature de président de la Dirif (Direction des routes Ile-de-France) manquait pour ouvrir la bretelle aux automobilistes. Il aura fallu quatre mois. « La Dirif est de plus en plus exigeante donc cela prend du temps », a confié Jean-Sébastien Soudre, directeur adjoint des routes au Département.

15 000 utilisateurs

Xavier Vanderbise, vice-président en charge des routes, des transports et des mobilités a déclaré : 

C’est enfin terminé et c’est une bonne nouvelle. Le délai peut aller jusqu’à un an.

Cette nouvelle sortie devrait être empruntée par 15 000 utilisateurs par jour. De ce fait, le rond point de la sortie a été agrandi afin d’absorber ce nouveau flux. Les véhicules ne devront plus passer par Villevaudé et utiliser cette sortie.

https://actu.fr/societe/seine-marne-bretelle-sortie-la104-pin-ouvre-ce-soir_19240200.html

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 11:19

 

Nous vous avions déjà cité le cas de la décharge SEVESO à hauts risques  Suez Villeparisis que la préfète Béatrice Abollivier avait dispensé de PPI Plan Particulier d’Intervention (dispositif mis en place pour protéger les populations, les biens et l’environnement, pour faire face aux risques liés à ce type de site) c’est le seul site Seveso à hauts risques du 77 qui ne bénéficie pas de ce dispositif.

 

Aujourd’hui c’est le cas de la commune voisine de Compans que nous traiterons.

 

C’est dans cette commune rurale de 800 âmes, survolée par les  avions de Roissy qu’en 1972 l’ETAT a autorisé l’implantation du dépôt pétrolier CCMP (ex raffinerie du midi)

Ce site, SEVESO à hauts risques, est situé à 650m des habitations, à 400m de la voie ferrée et à 1500 m du lycée Honoré de Balzac de Mitry-Mory.

Le risque principal est l’incendie.

C’est près de ce site que se sont installés des familles de gens du voyage depuis plusieurs semaines.

Difficile de comprendre comment, depuis tout ce temps, le sous préfet de Meaux, Nicolas Honoré, n’ait pas pris les mesures nécessaires afin de trouver un endroit moins sensible pour installer ces familles.

 

Après l’incendie du site Lubrizol les riverains des sites SEVESO sont de plus en plus inquiets, le cas de Compans n’est pas en mesure de les rassurer.

 

Ironie du sort, le ministre Christophe Castaner plutôt que de créer un observatoire des sites SEVESO a lui  décidé de protéger une corporation en particulier, celle des agriculteurs. Il semblerait que cette corporation fasse l’objet d’incivilité de la part d’une partie de la population.

Pour ce faire Madame la Préfète Béatrice Abollivier  vient de mettre en place, en Seine et Marne, fin décembre,  un observatoire départemental de l’agribashing.

 

Cette structure, placée sous son autorité, réunira notamment le commandant de groupement de gendarmerie départementale, le directeur départemental de la sécurité publique, le chef du service départemental du renseignement territorial, les procureurs de la République, le directeur départemental des territoires et les syndicats agricoles.

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Actualites/Actualite-du-prefet/Agribashing

 

La préfète va-t-elle devoir réduire la surveillance

des sites SEVESO à hauts risques

au profit

de la  protection d’une profession en particulier :

les agriculteurs ?

 

Pour mémoire, la zone industrielle de Mitry-Compans, est la plus importante zone industrielle d’IDF, elle compte 6 sites SEVESO dont 2 à hauts risques.

Pourtant c’est ici que l’ETAT a réduit les effectifs de police depuis plusieurs années, le commissariat de police de Mitry-Mory a fermé en 2012 et la mairie de Mitry-Mory indiquait  en 2017  que le secteur  ne bénéficiait que d’un seul policier pour 500 habitants alors que la moyenne sur tout le territoire était  de 1 policier pour 270 habitants. (1)

 

 

Pour plus d’informations sur ce dossier

 nous vous conseillons de vous rapprocher de

Nicolas Honoré

Sous préfet de Meaux

 

(1) https://www.evasionfm.com/amp-29249-mitry-mory-veut-une-police-de-securite-du-quotidien.html

 

 

 

Paru sur le site Le Parisien 77 :

 

Compans : des gens du voyage installés à côté de sites Seveso

Une trentaine de caravanes ont pris place sur un terrain de la société Prologis, au cœur de la zone industrielle, où se trouvent trois sites industriels classés Seveso seuil haut, dont à proximité immédiate.

 

 

Protection des sites SEVESO à hauts risques au nord-ouest Seine et Marne : le cas du village rural de Compans !

Compans, novembre 2019. Une trentaine de caravanes de gens du voyage ont investi un terrain de la société Prologis à proximité immédiate du dépôt pétrolier de la CIM-CCMP classé Seveso seuil haut. LP/Hendrik Delaire.

Par Hendrik Delaire

Le 3 janvier 2020 à 18h41, modifié le 3 janvier 2020 à 18h50

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/compans-des-gens-du-voyage-installes-a-cote-de-sites-seveso-03-01-2020-8228538.php

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2020 5 03 /01 /janvier /2020 15:01

 

 

 

Villeparisis site de l'ancien magasin Leclerc près de la place du Marché

Villeparisis  : La préfète Béatrice Abollivier, l’Agence Régionale de Santé et le Conseil Départemental du 77 vont-ils autoriser l’implantation d’une crèche sur le site de l’ancien magasin Leclerc, pour partie pollué ?

 

 

Nous venons d’apprendre qu’un projet de crèche, salle de sport…. et de 180/200 logements serait à l'étude sur l’ancien site, pour partie pollué, du magasin Leclerc.

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01119p0268.pdf

 

Pour mémoire une pollution aux hydrocarbures avait été découverte sur une partie de ce site en août 2018 qui avait fait l’objet de : 

Certains riverains avaient même dû être évacués de leur domicile pendant plusieurs jours.

 

Afin de ne pas faire prendre de risques aux enfants en bas âge qui seraient susceptibles de fréquenter cette crèche, la commune de Villeparisis ne peut-elle pas trouver un autre site pour implanter cet établissement sensible ?

 

Pour le savoir nous vous conseillons de vous rapprocher de

Hervé TOUGUET

Maire de Villeparisis

 

 

Un article intéressant sur le sujet :

https://www.lagazettedescommunes.com/561418/faut-il-empecher-la-construction-de-creches-en-zones-polluees/

 

 

Paru sur le site France Bleu :

 

Seine-et-Marne : des habitants de Villeparisis évacués lundi pour cause de pollution à l'essence

Samedi 25 août 2018 à 14:49Par Margot Delpierre, France Bleu Paris et France Bleu

A proximité de la rue Salengro à Villeparisis (Seine-et-Marne), des riverains sont dérangés depuis la mi-août par de fortes odeurs d'essence. Les personnes qui résident dans un périmètre de 50 mètres devront évacuer lundi 27 et jusqu'au vendredi 31 août, le temps d'effectuer des travaux.

 

Des riverains de la rue Salengro à Villeparisis (Seine-et-Marne) sont incommodés par de fortes odeurs depuis la mi-août. Elles proviennent d'une station-essence désaffectée dans les années 80. Des travaux auraient provoqué l'écoulement d'hydrocarbures dans le sol.

Pour résorber la pollution, Mavidis, société exploitante du site pollué, doit entreprendre des travaux. Ils "commenceront ce lundi 27 août et dureront jusqu'au vendredi 31 août en horaires continus, précise la préfecture. Ils permettront de créer une barrière hydraulique pour empêcher les hydrocarbures de se répandre dans le réseau d'assainissement et améliorer l'efficacité des opérations de pompage".

Toute personne résidant dans un périmètre de cinquante mètres à proximité du chantier devra plier bagage pour la semaine. Au-delà, il n'y a pas de risque pour la santé, estime la préfecture.

Bien aérer son domicile

L'agence régionale de santé rappelle qu'il faut :

  • aérer régulièrement les intérieurs, y compris les pièces en sous-sol
  • vérifier le bon fonctionnement du système de ventilation
  • vérifier le maintien en eau des siphons

Il est aussi recommandé de ne pas fumer en sous-sol. Si un riverain est incommodé par les odeurs, il est invité à se signaler auprès de la mairie ou des pompiers afin que des prélèvements soient réalisés et des mesures de suivi soient prises.

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/seine-et-marne-des-habitants-de-villeparisis-evacues-lundi-pour-cause-de-pollution-a-l-essence-1535201257

 

 

pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2018/08/villeparisis-pollution-aux-hydrocarbures-les-habitants-qui-doivent-etre-evacues-lundi-attendent-des-explications-de-la-ste-mavidis.h

http://adenca.over-blog.com/2018/08/villeparisis-pollution-aux-hydrocarbures-sur-l-ancien-site-leclerc-pour-mieux-comprendre-le-dossier.html

https://actu.fr/ile-de-france/villeparisis_77514/villeparisis-pollution-habitants-evacues-pourront-reintegrer-leur-logement_18382244.html

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2020 5 03 /01 /janvier /2020 13:50

 

L’un des premiers maires de Marchemoret fut un agriculteur Jean Baptiste LHOSTE en 1804, lui succéda :

- en 1816 jusqu’en 1827 son beau frère André PATRIAT

- puis de 1828 à 1884, ce sera le tour à Martin Théophile LHOSTE le neveu du précédent et le fils de Jean Baptiste

- de 1900 à 1908 c’est Ferdinand Mercier

tous agriculteurs.

 

- de 1919 jusque vers 1945 c’est Marcel Boisseau qui fut à la tête de la commune, il exploitait une ferme à Marchemoret, 250 hectares d’un seul tenant dont 150 en herbages où il élevait des moutons et le reste était exploité en terres de labour.

 

(Il était le fils de Lucien Boisseau, adjoint au maire de Lagny le Sec (60), nommé en 1920 chevalier de la légion d’honneur à la demande du ministre de l’Agriculture, Lucien Boisseau avait exploité jusqu’en 1928 la ferme de Chantemerle à Lagny le Sec (60), près du hameau de Lessart, sur environ 330 hectares, où il oeuvrait à l’amélioration de la culture intensive (céréales, betteraves..) et élevait des moutons.)

 

-son frère Gustave Boisseau lui succéda à la mairie de Marchemoret jusqu’en 1953,

 

(son père Lucien lui avait cédé en 1928 la ferme de Chantemerle à Lagny le Sec (60), près du hameau de Lessart.)

 

- de 1959 à 2001 ce fut le tour d’Alain Belloy, le gendre du maire Gustave Boisseau, il avait épousé sa fille Nicole Boisseau et exploitait la ferme de Marchemoret.

 

Alain Belloy était issue d’une famille d’agriculteur de La Neuville Roy (Oise).

Son père Charles Antoine avait épousé Madeleine Marie de Mulatier fille de Joseph de Mulatier, Industriel à Lyon, dont la famille exploitait plusieurs usines de tissage métallique en France, Charles Antoine était également administrateur de nombreuses sociétés dont :

- le sanatorium du Mont Blanc à Passy en Haute Savoie

- la tunisienne de cultures

- la sté coloniale de Bambao (Iles Comores)

- les Bois du Cameroun à Douala

- les Ets Porcher

............

(Charles Antoine Belloy avait été nommé Chevalier de la Légion d’honneur à la demande du ministre de la santé publique.)

 

- aujourd’hui Laurent Belloy, fils d’Alain, est le 1er adjoint de la commune de Marchemoret.

 

 

 

Sources :

-site Leonore

Belloy http://www2.culture.gouv.fr/LH/LH236/PG/FRDAFAN84_O19800035v1458050.htm

Boisseau  http://www2.culture.gouv.fr/LH/LH201/PG/FRDAFAN84_O19800035v0898915.htm

- Geneanet

- Genea77-shage- info communes

- Gallica

Journal Agric. Pratique Jardinage et Economie Domestique 1837-1908

Compte-rendus des séances académie d’agriculture de France 1915-1986

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2020 4 02 /01 /janvier /2020 14:07

 

 

 

 

Décharge ISDI Annet sur Marne "lieudit les Carreaux"  dont il est projeté l'extension

Annet sur Marne, modification du Plan Local d’Urbanisme qui permettrait d'étendre la décharge ISDI : une mauvaise nouvelle pour Christian Marchandeau, la MRAE demande une étude environnementale

 

 

Avant les prochaines élections municipales, le maire Christian Marchandeau souhaitait modifier son Plan Local d’Urbanisme pour, entre autres, permettre l’extension de 20 hectares de la décharge ISDI, jouxtant des zones d’habitats existantes, au nord du bourg, une extension de décharge contestée par certains riverains.

 

L’enquête publique devait se tenir entre le 6/1/2020 et 5/2/2020. 

http://www.annetsurmarne.com/wp-content/uploads/2019/12/PLU-Modif-Affiche.pdf

 

Elle est reportée.

http://www.annetsurmarne.com/wp-content/uploads/2019/12/Arr%C3%AAt%C3%A9-Report-Enqu%C3%AAte-Modif-PLU.pdf

La procédure obligeait Christian Marchandeau à consulter la MRAE (Mission Régionale d’Autorité Environnementale)  pour savoir si une étude environnementale était nécessaire, la décision vient de tomber le 20 décembre dernier : le MRAE impose une étude environnementale, entre autres, pour les raisons suivantes :

 

«Considérant que la modification du PLU d’Annet-sur-Marne a notamment pour objet de créer, au sein de la zone agricole A, un sous-secteur Ai dédié d’une part aux installations existantes de stockage de déchets inertes (ISDI) et, d’autre part, à l’extension de ces installations sur une superficie 20 hectares, jouxtant des zones d’habitat existantes ou à créer situées au nord du bourg.....

 

Considérant que les choix réglementaires envisagés pour les ISDI et les exhaussements de sols dans le cadre de la présente modification du PLU d’Annet-sur-Marne doivent être justifiés au regard de leurs incidences sur l’environnement et la santé humaine.....

 

http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/191220_mrae_decision_deliberee_cas_par_cas_modification_du_plu_d_annet-sur-marne_77_.pd

Partager cet article
Repost0

Recherche