Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 18:01

 

L’article 173 de la loi ALUR (Accès au Logement et Urbanisme Rénové) du 24/03/2014 prévoit l’élaboration de  secteurs d’information sur les sols (SIS). La définition officielle d’un SIS est précisée à l’article L. 125-6 du code de l’environnement : « L’État élabore, au regard des informations dont il dispose, des secteurs d’information sur les sols qui comprennent les terrains où la connaissance de la pollution des sols justifie, notamment en cas de changement d’usage, la réalisation d’études de sols et de mesures de gestion de la pollution pour préserver la sécurité, la santé ou la salubrité publiques et l’environnement. »

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/41278/311208/file/Compans.pdf

Compans information sur les sols SIS : Ste Parisienne d’impression et de Teinture
Compans information sur les sols SIS : Ste Parisienne d’impression et de Teinture
Partager cet article
Repost0
11 février 2020 2 11 /02 /février /2020 18:36
 

Goële Bio Energie

 a demandé l’autorisation d’exploiter

une installation de méthanisation

(produire du gaz à partir de déchets organiques)

 

 au lieu-dit La Mare aux Parc

à Marchemoret

Lieu indiqué en violet sur la carte 

Lieu indiqué en violet sur la carte 

 

Une entreprise qui a pour capital : 400 000 €

Son président est M. Maurice CÔME demeurant 1 ruelle du Presbytère (77230) MONTGE-EN-GOËLE.

Ses Directeurs Généraux sont :

M. BELLOY Gaëtan demeurant 14 rue de la Fontaine (77230) MARCHEMORET

 M. Yves LECOMPTE demeurant 60 rue de Panoufles (77165) SAINT-SOUPPLETS

 M. MARC MAURICE demeurant 29 rue du Général Maunoury (77165) SAINT-SOUPPLETS.

 M. BENOÎT MAURICE demeurant 12 rue du Maréchal Gallieni (77165) SAINT-SOUPPLETS

Le siège social de l'entreprise se situe au domicile de M.  Benoit MAURICE, cet agriculteur qui devrait déverser des boues de la station d’épuration d’Achères sur les espaces agricoles près du hameau de Lessart (parcelles en jaune) :

Méthanisation MARCHEMORET : pour rendre service, si vous en vous en preniez un peu de déchets des autres : lisier, fumier.. ?                                                    
                                                          Voir notre article complet :

La demande porte  sur la méthanisation de matière végétale brute mais aussi d'effluents d’élevage et  matières stercoraires.

Pour faire court :

- les effluents d’élevage  sont des lisiers (mélange liquide d'excréments d'animaux), des fumiers de chevaux, bovins, porcs….

- les matières stercoraires  sont des déchets qui  se rapportent aux excréments.

 Les résidus de la méthanisation devraient être ensuite épandus sur ou dans des sols agricoles, les endroits ne sont pas précisés.

Pour en revenir aux déchets qui seront déversés dans cette installation.

Le secteur n’étant pas particulièrement une région d’élevages, nous en déduisons que certains déchets pourraient venir d’ailleurs.

On ne va tout de même pas déverser

les fumiers de chevaux

au bord du château de Chantilly. 

 

Pourquoi pas chez vous ?

 

Peut-être une piste quant aux déchets qui pourraient être déversés dans cette installation.

En effet Eric Woerth, maire de Chantilly,  recherche depuis des années un lieu pour méthaniser les fumiers des chevaux de sa commune, mais ses habitants veulent bien bénéficier des avantages de la ville princière mais pas de ses déchets et s’opposent à l’implantation d’une unité méthanisation  à Chantilly et dans ses environs.

Actuellement une partie de ces fumiers sont envoyés vers des champignonnières autour de Saumur, puisque celles de l’Oise ont pratiquement toutes fermées, mais cela coûte très cher en transport.

Il faut savoir que Chantilly et ses environs recense  environ 3000 chevaux qui génèrent   1 tonne de fumier par mois chacun.

Sources : http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/40798/308064/file/2019-08-09-GOELE%20BIOENERGIE%20SAS-MARCHEMORET-DECLARATION%20INITIALE-ICPE.pdf

https://aida.ineris.fr/consultation_document/10757

 https://www.societe.com/societe/goele-bioenergie-848244257.html

http://entreprises.lefigaro.fr/goele-bioenergie-77/entreprise-848244257

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/17628/144612/file/26_cpermis2015+usine+m%C3%A9thanisation.pdf

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2020 1 10 /02 /février /2020 16:05

 

 

A grands renforts de médias la Ministre de l’Ecologie Elisabeth Borne fixe la feuille de route à la DRIEE pour 2020 mais faudrait-il qu’elle donne à cette administration les moyens humains et financiers pour pouvoir mettre en œuvre toutes ces priorités.

 

Cette administration, constamment en sous effectifs en Seine et Marne  n'a pas les moyens de supporter ce surcroît de travail.

 

Les associations environnementales attendent un geste fort de la Ministre pour la Seine et Marne, ce département oublié de l’Ile de France, où l’ETAT concentre les sites polluants et dangereux sans donner à ses services les moyens de les contrôler.

 

 

Paru sur le site Actu Environnement :

Risques industriels : Élisabeth Borne fixe quatre priorités aux inspecteurs pour 2020

Conception des rétentions, risques liés aux méthaniseurs, surveillance des canalisations de transport et contrôle des centres de tri constituent les priorités des inspecteurs des installations classées. Les préfets doivent y ajouter d'autres actions.

Risques  |  08 janvier 2020  |  Laurent Radisson

Réduire la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer cette pageEnvoyer par e-mail

Risques industriels : Élisabeth Borne fixe quatre priorités aux inspecteurs pour 2020

© Romain PernotQuatre priorités sont fixées par la ministre pour les inspections ICPE

La feuille de route donnée par la ministre de la Transition écologique à l'inspection des installations classées (ICPE) est particulièrement scrutée cette année après l'incendie de l'usine Lubrizol, survenu le 26 septembre dernier. Une action liée au retour d'expérience de cet accident figure parmi les priorités fixées par la ministre de la Transition écologique dans une instruction adressée aux préfets le 31 décembre. Elle avait déjà adressé, le 2 octobre, une instruction post-accident à ces derniers, portant sur les premières mesures à prendre dans les sites Seveso.

Confronter les études de danger à la réalité

Élisabeth Borne annonce un plan d'actions post-Lubrizol pour le début d'année. Mais, sans attendre les résultats des enquêtes administratives et des missions et commissions parlementaires, la ministre demande de diligenter des inspections sur le dimensionnement et la conception des zones de rétention et des conduites d'écoulement des fluides, « tant à l'intérieur de bâtiments que pour les stockages extérieurs ». Il est demandé à l'inspection de confronter les études de dangers à la réalité du terrain afin « d'apprécier l'effectivité des mesures prises pour limiter les conséquences d'un incendie ».

On sait en effet que les capacités de rétention de l'usine Lubrizol n'avaient pas été dimensionnées pour prendre en charge les eaux d'extinction des installations de son voisin Normandie Logistique qui ont flambé en même temps dans le sinistre. De ce fait, les effluents de l'incendie avaient été rejetés dans une darse sur la Seine, ce qui avait justifié le déclenchement du plan Polmar.

Plusieurs fuites sur canalisations

 

Une deuxième priorité de contrôle porte sur la surveillance et la maintenance des canalisations de transport de gaz et d'hydrocarbures. Une action qui apparaissait déjà dans les priorités l'année dernière. L'instruction fait mention de plusieurs incidents de fuites sur ces installations en se fondant sur l'accidentologie de 2019. La ministre demande des actions d'inspection pour s'assurer que les contrôles demandés soient bien effectués, sans attendre la publication des textes renforçant la réglementation qui ont été soumis à la consultation du public fin novembre. Présentés au Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT), ils seront prochainement adoptés, annonce Mme Borne.

Une troisième priorité porte sur le risque accidentel liés aux méthaniseurs. Leurs exploitants présentent une compétence plus solide dans la maîtrise des émissions polluants que dans les risques d'explosion, révèle le retour d'expérience. « Les inspections menées auront pour objectif de s'assurer que les dispositions requises par la réglementation technique sont effectivement appliquées, y compris celles relatives aux appareils à pression lorsque cela est pertinent », précise l'instruction.

La quatrième priorité est celle du contrôle des centres de tri des déchets. Au menu des inspecteurs ? La gestion de la traçabilité, la tenue correcte du registre, la bonne utilisation des codes déchets, l'effectivité de la procédure d'acceptation préalable, l'interdiction des mélanges dans le tri « cinq flux », ainsi que le respect des dispositions incendie. « Cette action permettra d'avoir une idée plus précise du panorama des taux de refus de tri par typologie de déchets, des technologies de tri existantes, ou encore du recours aux filières de responsabilité élargie des producteurs (REP), notamment pour les encombrants et meubles », explique la ministre.

Risque accidentel des éoliennes

À ces cinq actions systématiques, chaque région doit ajouter trois actions choisies parmi une liste de neuf thèmes fixés par l'instruction. Ceux-ci portent sur les points suivants : risque accidentel des éoliennes, risques du secteur de la pyrotechnie, risques liés à des coupures d'électricité sur les sites industriels, importation de fluides frigorigènes, vérification du confinement des substances extrêmement préoccupantes (Reach), réglementation du traitement du bois par la créosote, émissions de composés organiques volatils (COV) et d'oxydes d'azote par le secteur industriel, gestion des situations de sécheresse dans les installations industrielles, remblayage des carrières. Chaque région devra, en outre, ajouter une action locale aux thématiques d'inspection.

 

Il est demandé à l'inspection de confronter les études de dangers à la réalité du terrain. 

 

En plus de ces actions spécifiques pour l'année 2020, Élisabeth Borne rappelle les missions pérennes qui incombent à l'inspection des installations classées. Outre les visites d'inspection, celle-ci est en effet chargée de l'instruction des demandes d'autorisation, d'enregistrement, de modification ou de cessation d'activité, de l'examen des études (études de risques sanitaires, de dangers, etc.) remises par les exploitants et des analyses effectuées par des organismes vérificateurs, des propositions de mise à jour des prescriptions ou encore de la lutte contre les exploitations illégales.

J'ai veillé à ce que les effectifs de contrôle de l'inspection des installations classées ne diminuent pas, au niveau national, pour l'année 2020, tant en DDPP qu'en Dreal », rappelle Élisabeth Borne en préambule. Il faut dire que l'accident de Lubrizol a fait ressortir les insuffisances des services de l'État. À cela s'est ajoutée, dans la même période, la publication des statistiques des accidents technologiques pour 2018. Elles ont révélé que les accidents industriels avaient augmenté de 34 % en deux ans, avec une forte contribution des établissements classés Seveso. Et ce, alors que le nombre d'inspections a baissé de 39 % entre 2006 et 2018.

Laurent Radisson, journaliste
Rédacteur en Chef délégué aux marchés HSE

 

https://www.actu-environnement.com/ae/news/risques-industriels-quatre-priorites-inspecteurs-icpe-34769.php4

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 14:44

 

 

PAVE : Plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics

 

Le plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics (PAVE) est prévu par l’article 45 de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Il fixe – au minimum – les dispositions susceptibles de rendre accessible aux personnes handicapées ou à mobilité réduite l’ensemble des circulations piétonnes et des aires de stationnement présentes sur le territoire de la commune (que ces circulations et aires relèvent de la voirie communale, intercommunale, départementale, nationale ou de voies privées ouvertes à la circulation publique).

Toutes les communes, quelle que soit leur population, devaient adopter leur PAVE au plus tard le 22 décembre 2009.

http://lesadap.fr/pave-plan-de-mise-en-accessibilite-de-la-voirie-et-des-amenagements-des-espaces-publics/

 

 

A la lecture d’une carte éditée par la préfecture de 2018 nous apprenons que la commune n’avait pas mis en place son plan d’accessibilité aux personnes handicapés alors que les petites communes voisines de Gressy, Messy et St Mesmes l'avaient elles mis en place.

 

Claye-Souilly : une accessibilité difficile pour les personnes handicapés !

 

Il est vrai qu’en parcourant Claye-Souilly on s’aperçoit que circuler en fauteuil roulant n’est pas une mince affaire.

 

 

 

Pour toutes informations complémentaires

nous vous conseillons de vous rapprocher de

 

Yves Albarello

Maire de Claye-Souilly

 

Jean-Luc Servières

Adjoint à l’environnement (jusqu’en juin 2019)

Partager cet article
Repost0
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 18:21

 

Au Castellet dans la Var, après l'ouverture d'une information judiciaire  les gendarmes ont constitué un groupe de travail dédié à cette décharge illégale (Brigade de recherches de la compagnie de La Valette, Direction Atteinte Environnement Santé Publique de la Section de recherche de Marseille, Groupe interministériel de recherches de Marseille en faisaient partie), le 20 novembre dernier la juge d’instruction accompagnée  des gendarmes de la Section de recherches de Marseille, de la compagnie de La Valette  et des enquêteurs du groupe d’intervention régional a constaté les faits et fait apposé les scellées sur la décharge illégale.

 

 

La Seine et Marne

un département moins ferme

 à l’encontre

des exploitants de décharges illégales ?

 

A vous de juger

 

 C'est dans l'une des communes voisines du plus Grand Parc d’Attractions Européen  Disneyland, dans le charmant village de Coupvray, berceau de Louis Braille, l’inventeur du système d’écriture en relief pour aveugles que s’est implanté cette décharge illégale depuis plus de 8 ans.

 


 

 Un article de Gilles Van Kote publié le 16 Février 2012  dans le journal le Monde disait :

 «  Le gouvernement veut fermer toutes les décharges illégales d'ici à fin 2012  

Extrait : On compterait en France 500 déchetteries non conformes. A l'instar du site de Coupvray, près de Disneyland Paris, dont l'activité a été suspendue. Sur le plateau agricole qui surplombe Disneyland Paris, des centaines de mètres cubes de déchets s'entassent dans un terrain boueux situé sur la commune de Coupvray (Seine-et-Marne). Le site ne dispose pas d'autorisation pour stocker les déchets de chantier ou industriels qui s'y trouvent. Il est homologué comme plate-forme de fabrication de compost. Des installations de ce type, il en existe des centaines en France…….. »

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1183010

 

 

 

 

Qu'en est-il aujourd'hui ?

 

L’entreprise a fait l’objet depuis 2011 de 17 arrêtés préfectoraux : mises en demeure, suspension d’activité, diagnostic de pollution des sols, consignation ….sans  que l’exploitant ne cesse son activité illégale.

Les 3 derniers arrêtés préfectoraux ont été délivrés au 4ème trimestre 2019. L’un d’eux impose une amende de 61 500 € à l’exploitant.

 

Ce département préfère, semble-t-il, encaisser des amendes à l’encontre des exploitants de décharges illégales plutôt que de mettre ces installations sous scellées ?

 

 

 

 

Paru dans Ouest France :

 

Var. Une immense décharge illégale placée sous scellée par la justice au Castellet

Ce mercredi 20 novembre, une immense décharge illégale, située au Castellet dans le Var, a été scellée par la justice. Elle se trouvait au milieu des vignes de l’appellation AOC Bandol. Quatre personnes ont été interpellées, le propriétaire du terrain et les dirigeants de deux entreprises qui exploitaient la propriété pour y stocker des milliers de tonnes de déchets du BTP.

 

Ouest-FrancePublié le 22/11/2019 à 13h40

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Des milliers de tonnes de déchets du BTP y ont été déversées depuis une trentaine d’années. Une immense décharge illégale, située dans la commune du Castellet dans le Var, a été placée sous scellée par la justice ce mercredi 20 novembre, rapporte France Bleu Provence.

Quatre personnes, le propriétaire du terrain agricole et les dirigeants des deux entreprises qui exploitaient la propriété pour y stocker les déchets ont été interpellés. Le terrain était situé milieu des vignes de l’appellation AOC Bandol précisent de leur côté les associations de défense de l’environnement.

La commune du Castellet dans le Var, située au nord-ouest de Toulon. (Photo d'Illustration) | CAPTURE D'ÉCRAN / GOOGLE MAPS

Interrogés par France Bleu, des riverains affirment qu’une centaine de camions circulaient sur la départementale 87 chaque jour, menant directement à la décharge, pour y déverser leur cargaison.

Le drame de Signes dans les têtes

La décharge était située en plein milieu de vignes de l’appellation AOC Bandol. « Les vignes du propriétaire du terrain agricole ont d’ailleurs été déclassées » explique France Bleu.

Une décharge qui était décriée par la municipalité locale mais aussi par les viticulteurs depuis des années. En octobre 2017, la décharge illégale faisait l’objet d’une information judiciaire pour « infractions aux codes de l’urbanisme et de l’environnement, exhaussement de col, exploitation d’une installation classée sans autorisation et gestion irrégulière des déchets. »

Ce mercredi 20 novembre, les gendarmes de la Section de recherches de Marseille, de la compagnie de La Valette, les enquêteurs du groupe d’intervention régional accompagnés de la juge d’instruction chargée du dossier se sont rendus sur le site. En plus des quatre interpellations, un camion et un véhicule ont été saisis par la justice.

Une affaire qui n’est pas sans rappeler la mort de Jean-Mathieu Michel, le maire de Signes, commune voisine du Castellet dans le Var le 6 juin dernier. L’élu avait perdu la vie, renversé par une camionnette en voulant s’opposer à un dépôt sauvage de gravats.

https://www.ouest-france.fr/environnement/pollution/var-une-immense-decharge-illegale-placee-sous-scellee-par-la-justice-au-castellet-6620433

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 11:12

 

Ce qu’attendaient  les clayois de cette maison médicale, c’était, entre autres, de pouvoir consulter en cas d’urgence, mais ce n’est pas le cas.

 

Un acompte de subvention de 66 000 €

voté en conseil municipal du 17/12/2019

A L’ASSOCIATION GROUPEMENT D’EMPLOYEURS DE LA MAISON DE SANTE DU BOIS DES GRANGES

http://www.claye-souilly.fr/documents/CR%2017-12-19.pdf  (page13)

 

En compensation de la subvention communale dont bénéficient ces professionnels de santé Yves Albarello aurait pu leur demander par exemple de se relayer pour assurer des consultations d’urgence ou sans rendez-vous (comme à Mitry-Mory), des permanences le soir et le week end, mais pour l’instant il n’en est rien.

 

« En cas d’urgence contactez le 15 »

C’est ce que l’on peut lire sur le site Doctolib de la maison médicale.

Claye-Souilly,  Yves Albarello  doit s’expliquer : pourquoi la commune verse une subvention à une maison médicale qui n’assure pas les urgences ?

https://www.doctolib.fr/maison-de-sante/claye-souilly/maison-de-sante-pluridisciplinaire-msp-bois-des-granges-claye-souilly

 

 

Paru dans le Parisien 77

 

Claye-Souilly : le cabinet Pasteur en manque de médecins généralistes

Deux des cinq généralistes du cabinet médical Pasteur prennent leur retraite cette année. Aucun remplaçant n’a été trouvé pour le moment.

 Claye-Souilly, jeudi. Le docteur Michel Monteil est un des quatre médecins du cabinet médical Pasteur. Claye-Souilly, jeudi. Le docteur Michel Monteil est un des quatre médecins du cabinet médical Pasteur. LP/Eline Wisnicki

Par Eline Wisnicki

Le 18 mars 2019 à 18h54, modifié le 18 mars 2019 à 21h00

Les médecins généralistes se font de plus en plus rares à Claye-Souilly. Au cabinet médical Pasteur, situé rue Jean-Jaurès, les praticiens ne sont plus que quatre depuis le départ à la retraite du Dr Pierre Lantuit, 72 ans, en janvier. Le Dr Daniel Husson cessera son activité à son tour en juin.

« Pierre Lantuit s'occupait d'environ 1 200 patients. C'est très difficile pour nous de les prendre en charge en plus de notre propre patientèle », déplore Michel Monteil, médecin généraliste. Actuellement, les patients doivent attendre entre huit et dix jours pour obtenir une consultation.

Pas de remplaçant en vue

Comme beaucoup de médecins généralistes en France, Pierre Lantuit n'osait pas prendre sa retraite car il ne trouvait pas de successeur. « Abandonner nos patients nous terrorise », explique Michel Monteil qui a son idée sur la cause de cette pénurie. Selon lui, « la formation ne met pas assez en avant la voie médecine générale. C'est le dernier choix pour un étudiant en médecine. »

Autre facteur, le manque de motivation des jeunes médecins. Certains abandonnent leurs études, d'autres ne pratiquent pas une fois sortis de l'université. « Pour exercer, un médecin doit s'inscrire au Conseil national de l'ordre des médecins (CNOM). Or, actuellement, 10 % des étudiants qui ont terminé leurs études ne sont pas inscrits au CNNOM. »

Anticiper l'éventualité d'un désert médical

Une maison de santé sera créée au Bois-des-Granges afin d'anticiper l'éventualité d'un désert médical à Claye-Souilly. Initialement prévue pour juin 2019, l'inauguration aura finalement lieu dans le courant du mois d'octobre.

La maison médicale accueillera, entre autres, dix emplacements de médecins généralistes. « Le cabinet est déjà complet. Nous réfléchissions à y ajouter deux emplacements supplémentaires », indique le maire, Yves Albarello (LR).

Michel Monteil et les autres médecins du cabinet médical font partis de ceux qui rejoindront la maison de santé. « Il y aura très peu de nouveaux, ça ne réglera pas le problème de la sous-médicalisation », déplore-t-il. Pour le praticien, l'objectif reste le même : que ce soit pour le cabinet ou pour la future maison de santé, « il faut de nouveaux médecins à Claye-Souilly ».

«QUE DOIT-ON FAIRE QUAND ON EST MALADE ?»

Pour les patients, obtenir une consultation est un véritable casse-tête. « Nous les redirigeons à droite à gauche, sans vraiment savoir s'ils vont être pris en charge », explique Emilie Potvin, secrétaire du cabinet médical Pasteur.

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/claye-souilly-le-cabinet-pasteur-en-manque-de-medecins-generalistes-18-03-2019-8034738.php

Partager cet article
Repost0
4 février 2020 2 04 /02 /février /2020 11:34
 rond point de Fresnes vers 11 heures les camions qui viennent décharger  leurs ordures attendent de pouvoir accéder à la décharge Veolia sous le regard de la gendarmerie

rond point de Fresnes vers 11 heures les camions qui viennent décharger leurs ordures attendent de pouvoir accéder à la décharge Veolia sous le regard de la gendarmerie

A grand renfort de médias le Syctom indique qu'à cause de la grève des éboueurs et des salariés des incinérateurs parisiens il est obligé d'enfuir ses déchets dans les décharges d'IDF et notamment celle de Claye-Souilly mais le Syctom oublie de dire qu'à chaque arrêt ou  reconstruction d'incinérateur il en est de même.

 

Il est inadmissible de tenter de montrer du doigt des ouvriers qui ont une espérance de vie bien en dessous de la moyenne et qui font grève dans l'espoir de pouvoir bénéficier de quelques années de retraite en bonne santé.

 

C'est l'ETAT qui  a  autorisé  la  décharge  de    Claye-Souilly à enfouir    chaque  année  1 100 000 tonnes de déchets. Pour les populations environnantes que ce soit des ordures ménagères ou des déchets industriels que l'on enfouira ici c'est le même problème.

 

Pour protéger l'environnement l'ETAT doit prendre ses responsabilités et obliger la population parisienne à réduire ses déchets et à les trier plutôt que de geindre en indiquant que  leurs déchets sentent mauvais et qu'ils amènent des rats.

 

A l'occasion des futures élections municipales parisiennes on entend peu de candidats se pencher sur ce dossier qui pourrait, semble-t-il, fâcher les  parisiens, mais qui empoisonne les populations des villages ruraux du 77 à qui l'on impose de supporter les ordures des autres.

 

 

 

Paru sur France Inter :
Réforme des retraites : les chiffres à avoir en tête sur les disparités d'espérance de vie en France

par Vianney Smiarowski publié le 

Écart entre hommes et femmes, riches et pauvres, cadres et ouvriers... À l'occasion des débats autour de la réforme des retraites, focus sur l'espérance de vie, variable, des Français.

"Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir", écrivait Jean de la Fontaine. Et selon que vous soyez cadre ou éboueur, vous vivrez plus ou moins longtemps, pourrait-on ajouter. Les débats autour de la réforme des retraites ont remis en lumière la question de la pénibilité au travail qui, tout comme le genre et la richesse, a une incidence directe sur l’espérance de vie de Français.

Focus sur des chiffres éloquents.....

 

Les femmes les plus pauvres vivent moins longtemps que les hommes les plus riches

Au-delà du critère du sexe, la richesse entre aussi dans l'équation. "À partir de 1 300 euros de niveau de vie par mois, l'espérance de vie des femmes dépasse celle des hommes parmi les 5% les plus aisés. Ainsi, seules les femmes dont le niveau de vie se situe parmi les 30% les plus modestes vivent en moyenne moins longtemps que les hommes appartenant aux 5% les plus aisés", explique un rapport de l'Insee publié en 2018.

Les 5 % de Français les plus aisés ont une espérance de vie de 13 ans supérieure aux 5 % les plus pauvres

Plus on gagne de l'argent, plus on a de chances de vivre longtemps, avec ou sans diplôme, c'est l'un des autres constats de l'Insee. D'après les analyses de l'Institut de la statistiques, il y a 13 ans d'écart d'espérance de vie entre les hommes les plus aisés et les plus modestes

"Parmi les 5% les plus aisés, l'espérance de vie à la naissance des hommes est de 84,4 ans, contre 71,7 ans parmi les 5% les plus pauvres. Chez les femmes, cet écart est plus faible : huit ans séparent les plus aisées des plus pauvres. Aux alentours d'un niveau de vie à 1000 euros de salaire mensuel, 100 euros supplémentaires sont associés à 0,9 an d'espérance de vie en plus chez les hommes et 0,7 an chez les femmes, tandis que l'écart n'est plus que de 0,3 ans et 0,2 an aux alentours d'un niveau de vie de 2000 euros par mois", détaille le rapport de l'Insee.

Les cadres vivent plus longtemps que les ouvriers...

D'après les chiffres rapportés par l'Observatoire des inégalités en février 2016, il y a un écart d'espérance de vie de plus de six ans entre les hommes cadres et les ouvriers. Un cadre a une espérance de vie à 35 ans de 49 ans, contre 42,6 ans pour un ouvrier, autrement dit, les cadres peuvent espérer vivre jusqu'à 84 ans, les ouvriers jusqu'à 77,6 ans.

Chez les femmes, il y a également un écart d'espérance de vie entre les cadres et les ouvrières mais il est deux fois moins important que chez les hommes. À 35 ans, l'espérance de vie d'une femme cadre est de 53 ans et de 49,8 ans pour une ouvrière en moyenne. Les cadres peuvent donc espérer vivre jusqu'à 88 ans et les ouvrières jusqu'à 84,8 ans.

... les égoutiers et les éboueurs meurent prématurément 

Pour certaines professions, la pénibilité au travail a un impact significatif sur la durée de vie. C'est le cas des égoutiers et des éboueurs, qui vivent 17 ans de moins que la moyennerelate Le Monde diplomatique, en s'appuyant sur les chiffres de L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

"On va mourir dans les égouts"

Les deux professions, qui peuvent actuellement partir cinq à dix ans plus tôt,portent un jugement lapidaire sur la réforme des retraites : "J'ai une capacité pulmonaire qui a été amoindrie, j'ai eu les poumons et les voies nasales brûlées", témoignait jeudi sur France Inter Nicolas Joseph, égoutier à Paris depuis 20 ans. Même inquiétude de Frédéric Aubis, égoutier de la filière déchets, eau et assainissement : "Vous prenez dix égoutiers qui sont partis à la retraite à 54 ans. Vous revenez dix ans plus tard, il y en a à peu près sept ou huit qui sont décédés."

 

https://www.franceinter.fr/reforme-des-retraites-les-chiffres-a-avoir-en-tete-sur-les-disparites-d-esperance-de-vie-en-france

 

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2020 1 03 /02 /février /2020 18:21
16h30 pont allée André Benoist près du Collège des Tourelles

16h30 pont allée André Benoist près du Collège des Tourelles

17h30 l'allée longeant le collège des Tourelles est fermée au public

17h30 l'allée longeant le collège des Tourelles est fermée au public

17h30 centre ville, près de l'opticien la Beuvronne commence à déborder

17h30 centre ville, près de l'opticien la Beuvronne commence à déborder

Partager cet article
Repost0
3 février 2020 1 03 /02 /février /2020 13:25

 

L'économique avant l'humain ?

A vous de juger

 

 

Extrait du débat du 30/1/2020, l'une des réponses de Mme Peyron :

"M. Jean-Christophe Lagarde. Nous parlons de 4 500 cas par an, multipliés par sept jours. Il n’y a pas de coût économique dans cette affaire !

Mme Michèle Peyron. Si ! "

 

 

Lien vers le débat complet :  http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2019-2020/20200130.asp

 

 

 

Michèle Peyron est députée  LREM de la 9ème circonscription du 77 (cantons Brie Cte Robert, Combs la Ville, Pontault Combault, Tournan en Brie), elle a voté le 30 janvier dernier contre la proposition d’allongement du congé pour décès d’enfant.

 

Ses électeurs apprécieront.

 

 

 

La députée de Seine et Marne Michèle Peyron (LREM) vote contre l'allongement du congé pour décès d’un enfant

           http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/2430

 

Notre député de la 7ème circonscription du 77 Rodrigue Koukouendo  LREM n’avait lui pas fait le déplacement, il avait probablement autre chose à faire de plus intéressant que de participer à ce vote.

 

Par contre Patricia Lemoine (UDI Agir), députée de la 5ème circonscription du 77 a voté pour l’allongement du congé pour décès d’un enfant et nous l’en remercions.

Patricia Lemoine (UDI Agir) est l’ex maire de Condé Ste Libiaire, députée du secteur de Coulommiers, elle a remplacé à l’assemblée nationale Franck Riester, nommé Ministre de la Culture.

 

Liens vers le site assemblée nationale :

 

http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/liste/%28legislature%29/15

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 15:41

 

L’économique avant la protection

 de la santé des populations ?

A vous de juger

 

En 2016, lors de la présentation du rapport de l’assemblée nationale sur les nuisances aéroportuaires, Yves Albarello, alors député de la circonscription, intervenait afin de soutenir l’activité économique sur la plateforme aéroportuaire de Roissy et par-delà le trafic de nuit des avions.

 

Voir extrait de la présentation du rapport des députés Bénisti et Bouillon de 2016 concernant les nuisances d’aéroport de Roissy, intervention d’Yves Albarello :

« Bien sûr, l’essentiel de votre rapport porte sur les gênes sonores, et il faut travailler là-dessus. Mais je rappelle que votre proposition qui consiste à supprimer, ou du moins à réduire les vols de nuit, aboutira purement et simplement à la fermeture de FedEx. L’entreprise quittera la France pour aller en Allemagne. »

http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i3580.asp

 

La  position de l’élu n’était, semble-t-il, pas le reflet des attentes de la population de sa circonscription et même de sa commune qui souhaite pouvoir dormir la nuit dans de bonnes conditions.

Les demandes des populations sur la protection de l’environnement et la santé humaine ont évolué depuis 30 ans, il serait souhaitable que l’élu se penche sérieusement sur ce dossier et revoit sa copie.

 

 

Paru sur le site La Marne :

 

Seine-et-Marne. 186 000 personnes sont trop exposées aux nuisances sonores de Roissy

Le problème du bruit à proximité de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle est récurrent. Les dégâts sur la santé sont important en attendant le terminal 4, terminé en 2037.

Publié le 30 Jan 20 à 12:22

Avec la construction du terminal 4, l'aéroport Roissy-CDG va voir le nombre de mouvements d'avions augmenter de 40 %. © La Marne

Les nuisances sonores causées par les avions sont un problème majeur à Paris. David Béliard, l’un des candidats à la municipalité parisienne, expliquait que le bruit faisait perdre environ 11 mois de bonne santé aux personnes. Le bilan est bien plus lourd dans le nord Seine-et-Marne, dans les villes à proximité de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

 

40 millions de passagers en plus en 2037

Le collectif Bruitparif, spécialisé dans les types de nuisances sonores, a réalisé de nombreuses études pour définir véritablement l’impact sonore de l’aéroport sur les habitants de la région.

Les chiffres qu’elle publie sont alarmants. L’association fait notamment état des graves dommages conséquents au bruit sur la santé des habitants de la zone de Roissy-CDG.

L’indicateur Lden a été instauré pour mesurer le niveau de bruit global pendant une journée (jour, soir et nuit) et ainsi qualifier la gêne liée à l’exposition au bruit. La valeur tolérable est de 55 décibels le jour, et moins de 40 la nuit. Dans l’agglomération autour de Roissy, 186 600 personnes endurent beaucoup plus que ces seuils, dont 300 d’entre elles sont à plus de 65, un niveau correspondant au bruit d’une autoroute fortement chargée.

Pas de couvre-feu comme à Orly

Le nombre de mouvements journaliers d’avions devrait passer de 1 300 aujourd’hui à environ 1 800 en moins de deux décennies, et le trafic va commencer à augmenter dès l’ouverture partielle de l’aérogare pour les JO 2024. On attend 500 mouvements d’avions en plus par jour, ce qui représente environ 35 à 40 millions de passagers supplémentaires annuels en 2037.

Pour ce qui est de la nuit, le seuil maximal pour un repos complet est d’un indice lden de 40 décibels. Pour se rapprocher le plus possible de ce chiffre, l’aéroport d’Orly a décrété un couvre-feu entre 23 h et 6 h du matin. Une décision qui n’est pas appliquée à Roissy. Encore aujourd’hui, 11 % de la population vit avec un bruit supérieur à la norme, considéré comme l’objectif de qualité à atteindre la nuit selon l’Organisation mondiale de la santé.

Ce problème pèse lourd dans le bilan santé des habitants du nord Seine-et-Marne. Ainsi, les communautés d’agglomération de Plaine Vallée, Roissy Pays de France et Val Parisis présentent des valeurs multipliées par deux (24,5 à 20,9 mois de vie en bonne santé perdue par individu) par rapport à la statistique de Paris intra-muros (10,7 mois). A Compans, Bruitparif estime que « les habitants perdent 38,1 mois de vie en bonne santé ».

 

Par : Justin Thttps://actu.fr/ile-de-france/mesnil-amelot_77291/seine-marne-186-000-personnes-sont-trop-exposees-nuisances-sonores-roissy_31134037.htmleste|

Partager cet article
Repost0

Recherche