Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 12:49

 

Le maire de Vignely Jean Piat veut implanter une décharge de déchets « dits inertes » sur sa commune, pour ce faire il souhaitait faire passer les camions par un chemin communal commun à sa commune et à celle de Villenoy, mais c’était sans compter sur la détermination d’Emmanuel Hude et des élus du conseil municipal de Villenoy qui souhaitent protéger leur environnement et ne pas faire supporter à leur population la pollution de milliers de camions supplémentaires chaque année.

 

La 2ème solution pour Jean Piat serait, semble-t-il, que le futur exploitant de décharge négocie un plan avec les agriculteurs pour ouvrir une autre voie d'accès à travers les champs, qui devrait se faire à partir de la RN3, mais l’opération pourrait être longue et complexe afin d’obtenir les autorisations des services de l’ETAT.

 

Jean Piat aurait une 3ème solution : consolider et élargir le pont du canal de l’Ourcq à Vignely, mais dans ce cas les milliers de camions devront traverser chaque année les centres villes de Vignely ou Trilbardou.

 

Vignely pont sur le canal de l'Ourcq

Vignely pont sur le canal de l'Ourcq

 

 

 

Extrait de l’article paru sur le site « La Marne » 

Seine-et-Marne. Le maire de Villenoy s'oppose une nouvelle fois contre le projet de décharge à Vignely

Le maire refuse que les camions qui mèneront à la décharge de Vignely passent par la commune de Villenoy, un coup dur qui n'empêche pas pour autant le site d'exister.

Par Laura BourvenPublié le 5 Jan 21 à 13:41 

Un nouveau projet de décharge a fait son apparition en septembre 2020 sur les terres du Pays de Meaux et il n’est pas accueilli les bras ouverts. Derrière ce projet polémique : le maire de Vignely, Jean Piat. C’est sur le territoire de son village de 300 habitants que le futur site devrait voir le jour. Cette décharge aura pour objectif l’enfouissement de déchets inertes issus du BTP et de la déconstruction de bâtiments. Mais ce qui fait avant tout bondir, c’est son emplacement « en pleine zone naturelle d’intérêt écologique floristique et faunistique, et sur un habitat fondamental de l’oiseau œdicnème criard », comme l’explique l’association M.A.R.N.E. connue pour son engagement contre les projets pouvant causer du tort à l’environnement.

Malgré toutes les critiques dont cette nouvelle décharge fait l’objet, l’élu de Vignely met en avant un projet « propre » et promet un aménagement paysager autour du site avec bosquets et haies. Il précise que les travaux n’entraîneront pas de nuisances.

Villenoy ne signe pas la convention de la décharge

Mais cette défense ne convainc pas le maire de Villenoy, Emmanuel Hude, indirectement impacté par la mise en place de ce nouveau site. En effet, la décharge ne se trouve pas sur le territoire communal de Villenoy, mais les camions transportant les déchets pourraient passer par les routes de la commune. Une possibilité à laquelle le maire s’oppose farouchement.

L’exploitant, la société Rival, a approché la mairie de Villenoy pour permettre l’accès des camions par le chemin communal au débouché de l’A140. 

J'ai décidé de ne pas signer cette convention avec l'exploitant et donc de ne pas l'autoriser à utiliser notre chemin communal.

Emmanuel HudeMaire de Villenoy

 

Un coup dur pour Vignely

Même si ce refus n’empêche pas le site de voir le jour, cela complique quelque peu la tâche pour l’exploitant et la mairie de Vignely. Selon l’association M.A.R.N.E, la route de Vignely serait « impraticable et actuellement fermée », ou bien inadaptée, notamment sur le pont du canal de l’Ourcq pour accueillir des camions transportant ces matériaux. Sans le chemin communal de Villenoy, l’exploitant devra se tourner vers les agriculteurs, comme le précise Emmanuel Hude :

La société sera dans l'obligation de négocier un plan avec les agriculteurs pour ouvrir une autre voie d'accès à travers les champs, qui devrait se faire à partir de la RN3.

 

Emmanuel Hude

Maire de Villenoy

À travers ce geste fort, la mairie montre son engagement dans les causes visant à la protection de l’environnement.

 

« On n’est pas la poubelle du Grand Paris »

Au-delà du maire de Villenoy, l’arrivée de cette décharge, encore au simple stade de projet, ne plaît guère aux élus du Pays de Meaux, qui voient là encore une utilisation peu valorisante de la Seine-et-Marne. « On dit stop à la poubelle du Grand Paris » lâche Emmanuel Hude. Ce nouveau site d’enfouissement de déchets s’ajouterait, s’il se concrétise, aux autres décharges du nord du département comme le très controversé Terzeo.

https://actu.fr/ile-de-france/villenoy_77513/seine-et-marne-le-maire-de-villenoy-s-oppose-une-nouvelle-fois-contre-le-projet-de-decharge-a-vignely_38505623.html

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 15:38

 

Nous apprenons que le conseil Régional d’Ile de France (AEV) vient de racheter à la ville de Paris la promenade de la Dhuis de Dampmart à Clichy sous Bois.

Pour quoi en faire ?

En principe c’est un lieu de promenade pour les familles avec enfants en bas âge, mais pas seulement, il faudra partager avec le secteur économique, ici Placoplatre.

 

Qui aura la plus importante place  :

Placoplatre

ou la population ?

 

Dans le procès-verbal du conseil administration AEV du 11.12.2018 , on peut lire, pour extrait page 25 :

« L’objectif est de garantir la pérennité de la continuité de la promenade dans un contexte d’exploitation du gypse qui est déclaré « ressource d’intérêt national » dans le SDRIF et de divers projets d’aménagement. »

http://www.aev-iledefrance.fr/phocadownload/190110%20drm%20sg%20ca%2011-12-18%20v1rev.pdf

 

Dans la promesse de convention de fortage (PRIF de la Dhuis), signée entre Placoplatre et l’AEV (délibération du 11/12/2018), on peut lire, pour extrait pages 2/3 :

« La société PLACOPLATRE exploite sur la commune de Coubron, au lieudit bois de Bernouille, une carrière pour laquelle une autorisation d’exploiter a été délivrée le 22 décembre 2003……

Une seconde carrière, dite de Bois le Comte dont l’extension a été récemment autorisée (arrêté préfectoral du 17 mars 2017) au secteur de Bois-Gratuel-les-Mazarins, fournit les deux tiers du gypse nécessaire à l’usine de Vaujours. Au terme de l’exploitaion…. Il sera nécessaire de poursuive dans la continuité du gisement….Cette poursuite de l’exploitation du gypse pourrait se faire sur des parcelles contigües et pouvant inclure la promenade de la Dhuis . »

Inquiétude à Villevaudé/Annet sur Marne : Valérie Pécresse va-t-elle permettre à Placoplatre de détruire une partie de la promenade de la Dhuis ?

Il est vrai qu’une partie de cette promenade gêne Placoplatre, elle se trouve à Villevaudé/Annet sur Marne au bord des Bois des Granges, David et St Martin en plein milieu de la future carrière que Placoplatre souhaiterait exploiter à ciel ouvert.( partie encadrée en rouge sur la photo ci-dessus)

 

Valérie Pécresse

  sacrifiera-t-elle  le bien-être des populations environnantes

au profit des intérêts financiers des industriels ?

 

L’avenir nous le dira.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 12:12

Extrait de l’arrêté préfectoral du 4/6/2020 :

 

Poincy : la préfecture adresse une mise en demeure à  la sté ANCEL qui exploite une installation illégale de transit, regroupement de déchets dangereux (rubrique 2718)
Poincy : la préfecture adresse une mise en demeure à  la sté ANCEL qui exploite une installation illégale de transit, regroupement de déchets dangereux (rubrique 2718)
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 13:17

 

 

Le 3 novembre dernier l’ancien maire de Claye-Souilly, Yves Albarello, a fait une demande auprès de la préfecture pour être nommé maire honoraire.

 

Cette demande pouvait être faite également par le nouveau maire  ou le conseil municipal en place mais il semblerait que ni Jean-Luc Servières ni son conseil municipal n’aient  souhaité le faire.

 

Ce titre ne confère aucun pouvoir, aucune prérogative particulière ni aucun avantage financier.

 

Il est possible d’acheter chez certains commerçants soit une médaille, soit une écharpe brodée personnalisée :

http://www.e-medailles.com/boutique?page=shop.product_details&flypage=yagendoo_VaMazing_1.tpl&product_id=963&category_id=41

https://www.sedi-equipement.fr/fiche/echarpe-brodee-personnalisee-pour-maire-ou-adjoint-honoraire-F37690.html

 

 

Arrêté préfectoral de nomination

Claye-Souilly : sur sa demande, Yves ALBARELLO vient d’être nommé par le préfet Maire Honoraire 
Claye-Souilly : sur sa demande, Yves ALBARELLO vient d’être nommé par le préfet Maire Honoraire 
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 11:44

 

La taxe Gemapi que vous payez depuis 2018 sur vos impôts fonciers et locaux va servir à réhabiliter la Beuvronne et ses affluents.

 

Ce sont les communautés d’agglo CARPF et de communes Plaines et Monts de France qui l’encaissent et la redistribuent aux différents syndicats de rivières de leur collectivité.

 

Julien Boussange annonce plusieurs chantiers qu’il va mettre en place mais il y a en a bien d’autres qui l’attendent, le ru Botteret aux Arzillières est l’un d’eux.

 

Cet affluent de la Beuvronne qui prend sa source sur la butte de l’Aulnaye descend d’un côté vers les  Arzillières pour se jeter dans la Beuvronne au niveau de la rue de Vilaine  et de l’autre vers Mauperthuis, après être passé sous la RN3, il se jette dans le ru des Grues près du lotissement Ducerf.

 

Le secteur de Mauperthuis a été sécurisé mais il n’en est pas de même pour les 2 autres secteurs.

 

C’est le ru Botteret qui a inondé en 2018 le secteur des Arzillières, rue de Voisins et de Vilaine.

https://www.youtube.com/watch?v=K-p_QTypC2o

 

 

Comment l'eau pourra-t-elle s'évacuer en cas de fortes pluies

si des branchages détritus et embâcles divers 

empêchent son évacuation normale ?

 

22/11/2020 Le ru Botteret envahi par la végétation dans le secteur des Arzillières

22/11/2020 Le ru Botteret envahi par la végétation dans le secteur des Arzillières

 

 

Le ru Botteret a débordé également en 2018 le long du lotissement de Souilly rue Ducerf.

25.12.2020 Le ru Botteret envahi par la végétation  à Souilly au bord du lotissement  Ducerf

25.12.2020 Le ru Botteret envahi par la végétation à Souilly au bord du lotissement Ducerf

 

 

 

Paru sur le site « La Marne » :

Trois chantiers pour préserver la biodiversité autour de la Beuvronne à Claye-Souilly

Des zones naturelles vont être créées pour compenser l'impact environnemental du futur canal des eaux d'ADP. Les travaux doivent être lancés en 2021 à Claye-Souilly.

 

Par Rédaction MeauxPublié le 26 Déc 20 à 7:5

Trois zones naturelles vont être aménagées en 2021 à Claye-Souilly et à Annet-sur-Marne.

Ces espaces qui auront l’air naturels sont conçus pour favoriser la biodiversité et réguler les crues.

Plus de biodiversité, moins d’inondations à Claye-Souilly

Le syndicat intercommunal du bassin de la Haute et de la Basse-Beuvronne va diriger les travaux. Les aménagements devraient limiter le risque d’inondations en favorisant l’infiltration des eaux dans le sol.

Nous ne créons pas des espaces de promenade, le but est de favoriser la biodiversité.

Julien Boussangeprésident du syndicat intercommunal du bassin de la Haute et de la Basse-Beuvronne.

La Beuvronne, aujourd’hui encombrée par des boues qui s’accumulent d’année en année, sera ainsi totalement transformée.

Le premier espace est aménagé à la prairie de Souilly. Un deuxième est situé au niveau de la station d’épuration de Claye-Souilly. Le troisième se trouve au vieux moulin d’Annet-sur-Marne.

On recrée des méandres

Le projet comprend par exemple la création de méandres et la plantation d’arbres à des endroits où les cours d’eau sont trop rectilignes et donc, peu accueillants pour des animaux sauvages.

Sur le plan, on voit clairement le tracé actuel de la Beuvronne qui forme un coude au-dessus de la RN3, près de la station d’épuration. Il sera bordé d’arbres. Juste en dessous, le cours d’eau sera transformé.

Une 4e zone naturelle existe déjà

Une autre zone naturelle est en cours d’aménagement à Souilly. Ce quatrième projet est fait pour compenser l’impact sur l’environnement des travaux du contournement Est de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Cette zone naturelle se trouve également à Souilly, précisément derrière la place de Souilly. Elle mesure un hectare et accueillera notamment des espèces de batraciens.

Les services de l’État expliquent : « Afin de laisser davantage de lumière pénétrer sur la zone, celle-ci sera en partie déboisée et les espèces exotiques envahissantes seront supprimées. Les arbres favorables à la biodiversité seront quant à eux préservés. Un sol propice sera ensuite recréé et des mares seront aménagées. »

https://actu.fr/ile-de-france/claye-souilly_77118/seine-et-marne-trois-chantiers-pour-preserver-la-biodiversite-autour-de-la-beuvronne-a-claye-souilly_38348068.html

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 10:09
MEILLEURS VOEUX POUR 2021
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 15:15

 

 

Paru sur le site Claye-Souilly Découverte :

MAIRE DE CLAYE-SOUILLY PUIS SENATEUR :

DUFRAIGNE François Roland

Publié le 7 juin 2014 par Mireille LOPEZ

François Dufraigne  « le médecin des pauvres » était maire de Claye-Souilly !

DUFRAIGNE François Roland 

Né le 18.4.1822 à Chiddes dans la Nièvre.

Fils d'Antoine , propriétaire et de Lazarette Berger.

Décédé le 11.3.1901 à Meaux Seine et Marne.

Il épouse en 1ère noce  Mathilde Jametel.

En seconde noce el 17/8/1861 à Meaux  Sidoni Martinchamps, apparentée à la famille des banquiers meldois les Dumont,

il aura 5 enfants :

-        Adèle Louise née le 20.7.1862 à Meaux, qui épousera le 4.5.1886 à Meaux Florentin Guignière, Substitut du procureur de la République,

-         Sophie Adrienne née le 31.10.1863 à Meaux, qui épousera  le 9.7.1889 à Meaux Anatole Edgar Cristin, Contrôleur des contributions directes,

-         Louise Berthe née le 22.1.1865 à Meaux, qui épousera le 19.4.1887 à Meaux Jean Marie Thévenet, Directeur des Ateliers de la Loire

-         Hélène Louise née le 27.9.1866 à Meaux

-         Paul Maxime né le 31.3.1869 à Meaux, Inspecteur d’assurances qui épousera Clarisse Brunet.

  Après des études au collège d’Autun, en 1851 fraîchement promu Docteur en Médecine de le Faculté de Paris il s’installe à Claye-Souilly dans la grande rue, il y restera jusqu'à 1859.

Il se signale par son savoir professionnel et ses idées démocratiques.

Il met sa science au service des  déshérités : c’est le médecin des pauvres.

Il semble préférer le contact avec les médecins de campagne comme le docteur Vergès d’Annet sur Marne qu’il choisit pour délivrer le permis d’inhumer de son fils le 16.2.1857.

 C’est un républicain convaincu, il proteste contre le coup d’état du 2.12.1851 et est inscrit sur les listes de proscriptions de Bonaparte.

 Il est élu Maire de Claye-Souilly en Mars 1856 y reste  jusqu’à Avril 1859 et ne cesse de faire une propagande active en faveur de ses idées républicaines.

 Il s’installe en 1860 à Meaux où il rassemble les débris épars du parti républicain.

Il est :

- médecin des Sociétés de Secours Mutuels de Meaux, Trilport et Villenoy, membre du conseil

  d’hygiène.

chirurgien en chef de l’hospice de Meaux de 1879 et jusqu’en 1897.

  Elu conseiller municipal de Meaux en Avril 1869, il prend la tête de la liste républicaine lors des élections municipales d’Avril 1871, il obtient le plus grand nombre de voix.

Il invite les électeurs à bannir les régimes monarchiques pour « leurs révolutions périodiques », à revendiquer des institutions républicaines pour plus de « stabilité », à rompre avec  « l’inertie de la bourgeoisie ».

  Pendant l’invasion il reste à son poste, remplissant avec courage son devoir de médecin.

Il est nommé :

Conseiller d’Arrondissement en 1877

Chevalier de la Légion d’honneur l4.7.1884

Président du Conseil d’Arrondissement en 1884

Maire de Meaux de Mai 1884 au 11.7.1891

Sénateur de Seine et Marne du 27.9.1885 au 4.1.1891, il siége à gauche comme radical

(à la suite de son élection le Préfet de Seine et Marne donne sa démission. Il avait répondu du succès d’un autre candidat).

 Il a voté :

- la laïcisation scolaire

- les lois militaires et le service des séminaristes

- les iniques lois d’exil.

 Il est battu aux élections sénatoriales du 4.1.1891.

Déçu il abandonne courant 1891 la vie politique ne conservant que son mandat de conseiller municipal de Meaux jusqu’à Avril 1896.

Il n’oublie jamais Claye-Souilly, il considère que son ascension politique il la doit en partie aux clayois et c’est lui qui le 18.10.1885 inaugure le groupe scolaire du Parc, en l’absence du Préfet.

Ses obsèques seront faites aux frais de la ville de Meaux, sans fleurs, ni couronnes, ni discours, à sa demande.

La façade et les balcons de l’hôtel de ville ainsi que les réverbères sur le passage du cortège seront drapés de crêpe.

A Meaux une rue porte son nom dans le quartier des anciens Maires, premier quartier où des maisons simples de types plan « Courant » ont été construites permettant l’accession à la propriété de familles de condition modeste. 

 Mais que ceci reste entre nous, son nom a  été oublié sur la plaque de marbre de la  mairie  de Claye-Souilly 

 

 

Sources :

Médiathèque de Meaux :

Les finances de la ville de Meaux dans ces derniers temps, imprimerie Charriou 1884 Ceci est mon testament, Victor modeste 1887

Dictionnaire biographique de Seine et Marne 1893

Dictionnaire des rues de Meaux

Le Publicateur de Seine et Marne 05.1884 à 10.1885

Almanach de Seine et Marne 1901

Collection personnelle :

L’idée républicaine en Seine et Marne de 1870 à 1878  Daniel Daëron Editions Amattéis

A.D. :

Recensements Claye-Souilly 1856

Dictionnaire des parlementaires .

Cercle Généalogique de la Brie : BMS Claye-Souilly, Meaux

Archives Mairie de Meaux :

Registres délibérations du Conseil Municipal de Meaux 1869 à 1891

Recensements   Meaux 1861,1866,1872.

Archives  Electorales Mairie de Meaux

Bibliothèque diocésaine de Meaux :

La Croix de Seine et Marne  4.5.1871, 30.3.1901.

Seine et Marne illustré 13/9/1885.

Site Leonore

Je remercie en particulier Monsieur Lavier  qui m'a transmis le portrait de Monsieur Dufraigne.

http://claye-souilly-decouverte.over-blog.com/article-21148921.html

 

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2020 3 30 /12 /décembre /2020 11:55

Paru sur le site "La Marne"

 

Tempête Bella : le toit de la maison des associations de Claye-Souilly s'effondre

Les services techniques de la mairie de Claye-Souilly ont découvert le sinistre à la maison des associations lors d'une ronde de vérifications après le passage de la tempête Bella.

Tempête Bella : le toit de la maison des associations de Claye-Souilly s'effondre

Le toit de la maison des associations de Bois Fleuri, à Claye-Souilly, a été retrouvé détruit en partie après le passage de la tempête Bella (©La Marne).

 

Par Louis GohinPublié le 29 Déc 20 à 15:45 

 

Mauvaise surprise mardi matin. Le toit de la maison des associations, dans le quartier Bois Fleuri de Claye-Souilly, s’est effondré partiellement, probablement pendant des 48 dernières heures.

 

Les services techniques de la mairie ont découvert le sinistre vers 8h30, lors d’une ronde de vérifications après le passage de la tempête Bella.

45m² de toiture détruite à Bois Fleuri après la tempête Bella

 

Toute la toiture n’est pas tombée. Seule une partie couvrant environ 45m² de la grande salle s’est effondrée. L’incident est survenu à cause du poids de l’eau, selon les pompiers.

 

Heureusement, personne n’était présent dans le bâtiment lors de l’accident. Les chiens de pompiers et un chef d’unité en sauvetage et déblaiement sont intervenus par précaution.

 

Les experts d’assurances doivent se rendre sur place mercredi 30 décembre. Selon la mairie, peu de matériel semble avoir été abîmé à l’intérieur. Les travaux devraient commencer en janvier, pour un petit mois.

https://actu.fr/ile-de-france/claye-souilly_77118/tempete-bella-le-toit-de-la-maison-des-associations-de-claye-souilly-s-effondre_38401239.html

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 14:24
Clément PETIT : un maire qui voulait réimplanter une école à Souilly !

Le conseil municipal en juin 1944

Maire Clément PETIT

(au 1er rang 3ème en partant de la gauche)

A côté de lui Mme Chatoux,

la 1ère conseillère municipale élue à Claye-Souilly

 les femmes avaient obtenu le droit de vote et d'éligibilité le 21/4/1944.

 

Paru sur le site Claye-Souilly Découverte :

Clément PETIT, Maire

 Fils de Ernest Armand Petit, manouvrier et de Alphonsine Gaillourdet, couturière.

Il est né le 18/3/1871 à Mitry-Mory et décédé à le 6/6/1955 à Claye-Souilly.

Il épouse : - en 1ère noce à Compans Augustine Louyot dont il aura 3 enfants :

-         Ernest Auguste en 1903, Denise Estelle en 1904, Madeleine Clémence en 1907.

       - en 2ème noce le 13/9/1932 à Paris 9e Georgette Cauvin.

 

Commerçant Boucher en centre ville, il est également éleveur d’animaux de boucherie, en particulier de moutons et possède un abattoir au bas de la ruelle de Beaubourg (à l’emplacement actuel d’un petit immeuble).

 

Maire socialiste de Claye-Souilly :

-         du 17/5/1908   au 19/5/1912

-         du 29/11/1936 au 29/8/1944.

 

En 1910 Le Château des Tourelles est mis en vente, il décide de l’acquérir pour le transformer en mairie, salle des fêtes et justice de paix, mais une pétition de 295 signatures conduite par Paul Hector Japuis, manufacturier, fera échouer cette acquisition qui n’aura lieu que 47 ans plus tard  en 1957 sous le mandat d’André Benoist.

 

Il tente lors de son second mandat de rendre son école à Souilly  argumentant que « les frais occasionnés pour le transport des enfants de Souilly ….aux écoles de Claye pourraient payer l’amortissement de l’emprunt nécessaire à ladite construction »(sic) mais ses demandes n’aboutiront pas, elles seront rejetées par l’inspecteur d’académie.

 

Tout au long de ses deux mandatures, des grèves éclateront sur la commune, il interviendra pour soutenir les ouvriers et jouer un rôle de conciliateur.

Grèves : - 1909 et 1911 les ouvriers carriers,

- 1910 les ouvriers d’une exploitation agricole et ceux de la Fabrique d’Impression  sur Etoffes Japuis,

- 1936 les blouses Impérator, les carriers et les plâtriers, les deux scieries, la brosserie.

 

C’est sous son mandat qu’est créé en 1943 :

- un centre social pour les jeunes 1. rue de Beaubourg dispensant des cours post-scolaire de perfectionnement et diverses activités culturelles,

- un restaurant familial à régime communautaire pour les petits rentiers, les ouvriers travaillant loin de leur domicile et les familles nombreuses  (avec l’encouragement de Monsieur le Préfet de Seine et Marne).

 

« Le 31/3/1950 par délibération du Conseil Municipal, il est décidé d’acquérir le terrain de sports appartenant à Monsieur Clément Petit, et le 14/1/1951  les conseillers municipaux autorisent Monsieur André Benoist, Maire, à signer  l’acte d’achat du terrain. »

 

Ce terrain  porte aujourd’hui son nom.

 

http://claye-souilly-decouverte.over-blog.com/article-histoire-claye-souilly-clement-petit-maire-59553243.html

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 19:12

 

Valérie Pécresse et l’Etat (Ademe) allouent plus de 960 000 € de subventions pour « aider » 3 agriculteurs à implanter un méthaniseur à Thieux, le coût total  de l’opération s’élève à 5 598 000 €.

 

L’Insee annonce qu’en 2017 la commune de Thieux possédait 372 logements mais le méthaniseur devrait produire l’équivalent de consommation annuelle en  gaz  pour 2 200 logements.

 

Pour fournir du gaz aux autres, mais à qui ?

 

Pas aux villages ruraux voisins de St Mesmes, Nantouillet, Montgé en Goële, Cuisy, Iverny, Le Plessis aux Bois, Le Plessis l’Evêque… qui ne sont pas raccordés au réseau du gaz de ville.

 

 

Quant aux pistes cyclables, on verra plus tard !

 

 

Pourtant les habitants des villages ruraux de Compans, Nantouillet, Juilly, St Mesmes, Messy, Thieux, …. qui souhaitent rejoindre à vélo Claye-Souilly ou Mitry-Mory s’exposent à des risques importants car les  petites routes de campagne, non pourvues de pistes cyclables, sont très empruntées par des véhicules à moteur, et peu ou pas éclairées la nuit.

 

Quant aux piétons, ils sont pratiquement condamnés à marcher sur la route car le bas côté de la route est impraticable et parfois même inexistant car accaparé par certains agriculteurs.

 

 

Pour plus amples informations :

Subventions :

Communes françaises desservies par le gaz de ville :

https://www.datajoule.fr/pages/communes-francaises-desservies-en-gaz/#visualiser-les-donnes

 

 

Paru sur le site « La Marne » :

En Seine-et-Marne, trois agriculteurs s'associent pour construire un méthaniseur

Leur site de méthanisation sera le 13e de Seine-et-Marne. Installé à Thieux, le méthaniseur devrait pouvoir produire l'équivalent de consommation annuelle en gaz de 2 200 logements

Thieux : ils attendaient des pistes cyclables, ils auront un méthaniseur !

Le 13e méthaniseur de Seine-et-Marne se trouve à Thieux. (©GRDF)

 

Par Rédaction MeauxPublié le 25 Déc 20 à 15:02 

 

Porté par trois agriculteurs du secteur de Thieux (Seine-et-Mrne), Laurent Gautier, Hubert Riché et Fabrice Plasmans, le site Energie verte Roissy injecte depuis le 8 décembre 140 Nm3/h de biométhane dans le réseau de distribution de gaz exploité par GRDF. Cette production de 13 GWh/an environ correspond à la consommation annuelle en gaz de 2 200 logements neufs ou de 50 bus alimentés en BioGNV.

 

L’objectif de ces trois associés est de devenir producteurs de gaz vert et ainsi pérenniser les sources de revenus de leurs exploitations agricoles, très dépendantes des aléas climatiques. Ils contribueront à une économie circulaire locale respectueuse de l’environnement.

 

Le 200e site en France

Sept ans après avoir accueilli le premier site d’injection de biométhane de France, le département de Seine-et-Marne confirme sa position de leader dans la production de gaz vert avec la mise en service du 200e site français de méthanisation, sur la commune de Thieux.

 

Énergie verte Roissy sera alimenté par des cultures à vocation énergétique. Les pulpes de betteraves, le maïs, le seigle d’ensilage viendront des 900 ha de leurs exploitations.

 

À l’issue du processus de méthanisation, ces produits seront transformés en gaz renouvelable. Les résidus, un engrais naturel, seront épandus.

 

En 2017, dès l’émergence de ce projet soutenu par l’ADEME et la Région Île-de-France, ces trois agriculteurs ont impliqué la collectivité et les riverains dans leur projet de méthanisation. Ils ont ainsi effectué, en collaboration avec les équipes de GRDF, des animations dans les écoles pour sensibiliser les plus jeunes aux énergies renouvelables et à la valorisation des déchets.

 

13 sites en Seine-et-Marne

Aujourd’hui 13 sites injectent du gaz vert dans les réseaux gaziers en Seine-et-Marne soit l’équivalent des consommations énergétiques de 36 000 logements neufs chauffés à l’année au gaz ou de 830 bus roulant au BioGNV.

 

La mise en service de ce 13e site en Seine-et-Marne témoigne ainsi de la dynamique insufflée par le Département au travers de la charte CapMétha77. Son objectif est de couvrir 75 % des besoins énergétiques résidentiels en biométhane d’ici 2030.

 

https://actu.fr/ile-de-france/thieux_77462/en-seine-et-marne-trois-agriculteurs-s-associent-pour-construire-un-methaniseur_38334900.html

Partager cet article
Repost0

Recherche