Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 13:54
Péniche entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Péniche entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Partager cet article
Repost0
24 février 2021 3 24 /02 /février /2021 17:53

 

Communiqué de FNE Ile de France

https://webmail.sfr.fr/main.html#read/VF_newsletter/105631

https://webmail.sfr.fr/main.html#read/VF_newsletter/105631

Partager cet article
Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 11:10
CLAYE-SOUILLY : l’entreposage de déchets au bord de la résidence des Pommiers, un sujet qui fâche !

Jean-Luc Servières, maire de la commune, a été alerté par les riverains sur les nuisances engendrées par cette installation, notamment concernant l’activité de concassage.

 

En octobre 2020 l’élu a adressé un courrier rappelant l’incompatibilité d’exploitation de cette activité sur cette zone et notamment les nuisances subies à proximité du lotissement.

 

En effet comme on peut le constater en consultant le Plan Local d’Urbanisme  une partie de la parcelle utilisée par l’exploitant  est situé en zone coloriée en vert :

 

« Secteurs Nl : zones accueillant des activités liées aux loisirs devant conserver un caractère naturel dominant ».

 

Extrait Plu Claye-Souilly sur lequel nous avons ajouté l'emplacement de la RN3 et du lotissement de Pommiers, l'exploitation de bennes étant situé entre le 2

Extrait Plu Claye-Souilly sur lequel nous avons ajouté l'emplacement de la RN3 et du lotissement de Pommiers, l'exploitation de bennes étant situé entre le 2

Tout récemment Jean-Luc Servières a reçu l’exploitant en mairie dans la perspective de son départ de cette parcelle. Un élu qui semble avoir beaucoup de difficultés à faire évacuer cette installation polluante.

 

Mais Jean-Luc Servières devrait recevoir le soutien de la conseillère régionale Bénédicte Monville (Alternative Ecologique et Sociale), qui informée des nuisances engendrées près de ce lotissement, doit prendre contact avec lui dans le but de trouver une solution à ce problème.

 

Souhaitons que ces 2 élus pourront intervenir auprès de Valérie Pécresse pour que l’exploitant de bennes de déchets libère rapidement ce site sur lequel une telle activité polluante n’a rien à faire.

 

Pour mémoire Valérie Pécresse est présidente du Conseil Régional IDF mais également présidente de l’EPFIF, propriétaire du terrain où se situe l’exploitant de bennes de déchets, c’est cet organisme qui a permis à l’exploitant de s’installer sur ce site près d’un lotissement.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 10:41
Vue sur le Bois de Penchard et la Butte de Montassis

Vue sur le Bois de Penchard et la Butte de Montassis

  Les déchets des autres

               Il faut bien les mettre quelque part

            Pourquoi pas chez vous ?

 

 

Patrick Septiers, président du conseil départemental,  a fait réaliser en 2018, par le cabinet de conseil Antea,  une étude prospective « pour anticiper l’avenir » portant sur le « réaménagement » avec des déchets inertes d’anciennes carrières en Seine et Marne . (1)

 

L’élu du sud 77 semble sur la même ligne que l’un de ces prédécesseurs qui disait :

« Il faut faire des déchets une manne économique et non une contrainte.»

 

Pour « désigner » les sites les plus intéressants, plusieurs critères ont été choisis dont :

  • Le propriétaire du site
  • La situation géographique près des « gisements » de déchets
  • L’accès routier
  • La capacité de stockage
  • L’acceptation des élus.

 

 

Penchard est parmi les "heureux élus"        

Le bois de Penchard

Le bois de Penchard

Panneau dans le Bois de Penchard interdisant l'accès au site de l'ancienne carrière Placoplatre

Panneau dans le Bois de Penchard interdisant l'accès au site de l'ancienne carrière Placoplatre

Ironie du sort c’est encore au nord-ouest 77 que le site  « le plus intéressant » a été ciblé par le Conseil Départemental, dans le  village rural de 1300 âmes de Penchard, l'un des hauts lieux de la bataille de la Marne, c'est dans ce bois de Penchard que des dizaines de soldats ont perdu la vie pour protéger la France contre l'invasion allemande en septembre 1914.

 

Le bois de Penchard est un espace boisé, de plusieurs dizaines d’hectares,  où Placoplatre a exploité le gypse dans les années 70 et où l’on pourrait, semble-t-il, déverser 12 millions de m3 de déchets inertes, soit près de 250 camions/jour, pendant 10 ans.

          

 Une aubaine pour les déchets du Grand Paris et pour Jean-François Copé qui a besoin de sites pour déverser les déchets inertes de la prochaine démolition de ses tours ?

 

 

Mais la contrainte actuelle est le Plan Local d’Urbanisme de Penchard qui protège ce secteur en raison de la qualité du site, des milieux et espaces naturels, des paysages …

 

Marc Rouquette, maire de Penchard, va-t-il accepter de modifier son Plan Local d’Urbanisme pour permettre à des milliers de camions de venir déverser chaque année des tonnes de déchets au bord des jolies maisons de sa commune ?

 

Pour le savoir, contactez-le

 

 

 

 

(1) Plan déchets IDF chapitre III, page 162), pour extrait :
"3.2.2.Aménagement d’anciennes carrières / comblement de cavités souterraines
Il existe un certain nombre d'anciennes carrières ayant terminé leur phase d'extraction et n'ayant plus d'arrêté d'autorisation. Ces anciennes carrières peuvent être considérées comme de potentiels sites d'accueil de déchets inertes. Dans ce cas, une nouvelle autorisation peut être nécessaire. En tout état de cause, la conversion d’une ancienne carrière en Installation de Stockage des Déchets Inertes doit être prioritaire à la création d’un nouveau site sur des terres agricoles.
Dans le cadre de l’élaboration du PRPGD et dans un souhait de rééquilibre territorial, le département de Seine-et-Marne a fait réaliser une étude prospective relative aux carrières de son territoire. Celle-ci a identifié 10 sites potentiels pour le réaménagement de carrières avec des déchets inertes, en vue d’une restitution en terres agricoles (ou espace forestier), pour une capacité estimée d’au minimum 26 millions de m3 (manquent 2 sites). "
https://www.iledefrance.fr/espace-media/divers/PRPGPD/CHAPITRE-III.pdf

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2021/01/patrick-septiers-doit-dire-quelles-sont-les-10-carrieres-qu-il-veut-remblayer-par-26-millions-de-m3-de-dechets-nanteuil-le-meaux-bou

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 10:48
Au printemps : La rivière et les iris

Au printemps : La rivière et les iris

Partager cet article
Repost0
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 14:25

 

Les associations qui rencontrent chaque année les dirigeants du Smitom 77 avaient fait remonter les demandes des particuliers qui souhaitaient qu’une collecte d’amiante liée soit effectuée,  le Smitom 77 l’a réalisé et nous l’en remercions.

 

Les associations l’avaient également demandé à Sigidurs qui collecte les déchets des communes de la CARPF : Claye-Souilly, Villeparisis, Mitry-Mory, Gressy, Compans… mais à ce jour ce syndicat n’a pas souhaité mettre en place cette collecte et nous le regrettons.

 

 

Pour toute information complémentaire

Nous vous conseillons de vous rapprocher de

Jean-Claude GENIES

Maire de Gressy

Vice président de la CARPF

 en charge du Traitement des Ordures Ménagères

 

 

 

Paru sur le site « La Marne » :

 

Les collectes d'amiante du SMITOM d'Ocquerre ont du succès

Vendredi 12 février, une collecte d'amiante avait lieu à la déchetterie d'Ocquerre. Elle s'inscrit dans une politique de collecte des déchets ménagers et notamment de l'amiante.

 

Plus de 5 tonnes d’amiante lié ont été collectées en une opération vendredi 12 février à la déchetterie d’Ocquerre (Seine-et-Marne). 

Par Lilian PouyaudPublié le 18 Fév 21 à 7:02  mis à jour le 18 Fév 21 à 10:22

 

 

Deux bennes et pas une de plus. Toute la matinée de vendredi 12 février 2021, 19 véhicules de particuliers se sont présentés à la déchetterie d’Ocquerre (Seine-et-Marne) pour se délester d’amiante dans des bennes de collecte.

 

L’opération se déroulait dans le cadre d’une collecte lancée par le Syndicat Mixte de Traitement des Ordures Ménagères (SMITOM) de la Seine-et-Marne.

 

5 tonnes collectées en une matinée

 

Dans un ballet quasi ininterrompu de voitures, les sacs de différentes formes contenants de l’amiante lié sont tous entreposés. Sécurité oblige, la prise de rendez-vous était obligatoire auprès d’un personnel formé à la manipulation d’amiante lié.

 

En fin de matinée, les deux bennes seront ensuite transportées au centre de recyclage et valorisation des déchets de Claye-Souilly pour un enfouissement.

 

« Les sacs sont tous contrôlés pour ensuite être entreposés de la meilleure manière dans les bennes. Il faut que rien ne dépasse pour le trajet, question de risque. Aujourd’hui on est à 19 rendez-vous, jusqu’à 1 mètre cube d’amiante lié par personne », explique le responsable du site.

 

Au total, 5 tonnes et quelques d’amiante lié ont été récoltées. Un quota correspondant à la moyenne depuis le lancement des collectes au mois d’octobre 2020 par le SMITOM77.

 

Un besoin pour les usagers

Depuis cinq mois, le syndicat œuvre pour collecter ces déchets ménagers de plus en plus courant. Issus de rénovations de bâtiment, l’amiantée est désormais interdite et doit être déposées en déchetterie. Coût de l’opération : 45 000 € par an.

 

« On pensait qu’il existait un besoin mais le succès des opérations depuis le mois d’octobre nous l’a confirmé, explique Justine Barthe, ingénieure au SMITOM. On espère que le besoin va se tarir avec le temps. »

 

Inscription aux prochaines collectes d’amiante domestique sur le site du SMITOM 77 ou bien par téléphone au 01 60 44 40 03.

https://actu.fr/ile-de-france/ocquerre_77343/les-collectes-d-amiante-du-smitom-d-ocquerre-ont-du-succes_39451161.html

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 10:30
14.2.2021  Claye-Souilly au bord du lotissement des Pommiers, les déchets sont déposés à même le sol

14.2.2021 Claye-Souilly au bord du lotissement des Pommiers, les déchets sont déposés à même le sol

 

 

Qu’est-ce que l’EPFIF ?

« L’EPF Île-de-France est l’opérateur public foncier des collectivités franciliennes.
Sa mission : accroitre l’offre de logements et soutenir le développement économique. »

https://www.epfif.fr/message-de-valerie-pecresse/

https://www.epfif.fr/conseil-dadministration/

 

Pour faire court c’est un organisme public qui porte, entre autres, les projets immobiliers décidés par les élus des communes d’Ile de France.

Après avoir signé une convention avec une commune il se charge d’acquérir le foncier pour le céder ensuite soit à la commune ou à un aménageur,  promoteur ou autres choisi par la commune.

 

A Claye-Souilly L'EPFIF a signé une convention avec la commune  suite à l’approbation du  conseil municipal de mai 2019 voir page 3  https://www.claye-souilly.fr/wp-content/uploads/2020/05/CR-23-05-19.pdf

 

C'est au travers de cette convention que l'EPFIF a acquis, entre autres, un bien foncier au 5 rue de Paris.

 

Cette convention avec la commune permet à l’EPFIF de disposer des biens fonciers qu’il a acquis jusqu’à la mise en place de l’opération immobilière, de contracter des conventions d’occupation (précaire ou temporaire) et des conventions de mise à disposition.

 

C’est semble-t-il dans ce cadre que l’EPFIF a choisi de contracter une convention avec une entreprise qui traite des déchets pour lui permettre de venir s’installer au 5 rue de Paris sur ce site de 12 213 m2 au bord de ce lotissement des Pommiers comprenant plus de 50 habitations.

14.2.2021 Un simple grillage sépare le site d'entreposage de déchets et le lotissement des Pommiers

14.2.2021 Un simple grillage sépare le site d'entreposage de déchets et le lotissement des Pommiers

 

Pour tous renseignements complémentaires

Nous vous conseillons de vous rapprocher de

Jean-Luc Servières

Maire de Claye-Souilly

 

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 18:17
8.2.2021 ESBLY au bord du Canal de Chalifert rive droite : inondations et effondrement de la berge

 

Après les fortes pluies

l'état de la berge du canal de Chalifert se dégrade de plus en plus

8.2.2021 ESBLY au bord du Canal de Chalifert rive droite : inondations et effondrement de la berge
8.2.2021 ESBLY au bord du Canal de Chalifert rive droite : inondations et effondrement de la berge

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 13:15
Claye-Souilly  entre 700 et 1000 logements à venir : dans quelles écoles iront les petits écoliers ?

 

Depuis des années les petits écoliers de Souilly sont envoyés dans les diverses écoles du centre ville au gré des places, ils servent en quelque sorte de « bouche trous », car à Souilly pendant les 30 dernières années on a beaucoup construit de logements sans jamais  implanter ni d’école maternelle ou primaire.

 

Les élus annoncent à Claye-Souilly entre 700 et 1000 logements dans les années à venir sans avoir anticipé l’implantation de nouvelles écoles.

 

Comment a-t-on pu autoriser l’implantation d’autant de logements au Bois des Granges sans avoir prévu d’écoles maternelle et primaire ?

 

 

Aujourd’hui Jean-Luc Servières  est au pied du mur, il tente d’obtenir des subventions pour construire une école au Bois des Granges mais l’ETAT vient de lui refuser une subvention qui aurait pu atteindre plus d’un million d’euros.

 

Le temps ne serait-il pas aux économies

pour financer l’indispensable ?

 

Il semble que non, puisqu’en fin d’année l’élu a couvert la commune de décoration lumineuse, plus semble-t-il qu’à l’ordinaire.

 

L’élu va-t-il continuer à utiliser l’argent de nos impôts dans des  dépenses quelque peu superflues telle qu’un fleurissement abondant de la commune pour notamment obtenir une récompense dans un concours de villes et villages fleuries ?

 

L’avenir nous le dira…

 

 

 

 

Paru dans Mag Journal 77 :

 

Claye-Souilly ► Les projets pourront être décalés en attendant les subventions

Écrit par Patrice Le Palec

 vendredi, 12/02/2021

Plusieurs demandes de subventions figuraient à l'ordre du jour du conseil municipal de Claye-Souilly, jeudi 4 février.

 

La Ville fera en sorte d’avoir un maximum de projets, quitte à en décaler certains. Ainsi, pour l’école du Bois des Granges, le maire, Jean-Luc Servières, déclare « On se précipite pour faire les choses et on s’aperçoit ensuite qu’on ne peut pas avoir les subventions. Alors on attendra le temps qu’il faut, tous les organismes financeurs sont en difficulté aujourd’hui, il faut qu’on ait la patience de décaler nos projets pour arriver à obtenir des subventions. » 

 

Le maire a présenté l'historique des demandes de subvention pour l’école du Bois des Granges adressées à l’Etat et au Département. Il a indiqué que la subvention départementale sera versée, mais que la demande faite à l'État n'était pas recevable parce que son prédécesseur à la mairie avait notifié le marché aux entreprises. Cela vaut acte d’engagement avant délibération et la subvention ne sera pas accordée. Le montant de cette aide pouvait aller jusqu'à 1 396 786 euros. Il conclut : « Je ne ferai pas de polémique. Je regrette simplement cette précipitation qui est loin d’une gestion de bon père de famille. Le projet de l'école du Bois des Granges n'est pas abandonné, nous avions anticipé cette mauvaise nouvelle et donc, lors du prochain conseil, nous délibérerons et nous devrons acter le fait que mon prédécesseur avait engagé le marché avant délibération. »

 

Sébastien Perrigault, adjoint aux finances, a expliqué la révision de l'attribution de compensation de la communauté d'agglomération Roissy Pays de France à la Ville. Les conditions sanitaires entraînent pour les collectivités locales des dépenses supplémentaires sans compter des pertes de recettes. Dans ce contexte, la communauté d'agglomération a décidé d’octroyer une aide exceptionnelle de dix euros par habitant. La somme de 55 474 euros a été attribuée à la Ville.

 

Puis l’adjoint au maire a présenté la demande de fonds de concours auprès de la communauté d'agglomération pour financer les travaux de requalification de l'îlot Victor Hugo. Le montant total des travaux s'établit à 1 000 382,32 euros et le fonds de concours de la communauté d'agglomération représente la moitié de ce montant, soit 500 191,16 euros. 

 

Bruno Monti, adjoint chargé de la sécurité, a présenté deux demandes de subventions qui seront adressées à la préfecture au titre du fonds interministériel de prévention de la délinquance. La première concerne la sécurité dans les écoles, avec l'installation de visiophones près des entrées et des clôtures, l'achat de caméras-piétons et de gilets pare-balles pour les policiers municipaux. L'ensemble représente un coût de 39 528,52 euros, qui sera financé à hauteur de 1 512,30 euros par la Région Île-de-France et de 27 573,21 euros par la préfecture, le restant étant à la charge de la commune, soit 10 443,01 euros.

 

La seconde demande concerne l'installation de caméras de vidéosurveillance aux entrées et sorties de la ville dont le financement sera aussi en grande partie assuré par la Région et la préfecture. Les 250 000  euros hors-taxes que représente l'installation, 75 000 euros seront pris en charge par la Région et 125 000 euros par la préfecture. 

 

Toutes les subventions seront les bienvenues dans le budget municipal puisque par ailleurs, la construction du centre administratif et conservatoire de musique et danse municipal, que le maire a qualifié de « belle Arlésienne », a fait l'objet d'avenants aux marchés originels qui augmentent la facture de 31 693 euros.

 

https://www.magjournal77.fr/vie-locale/item/54616-claye-souilly-les-projets-pourront-etre-decales-en-attendant-les-subventions

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 15:15
8.2.2021 ESBLY INONDATIONS PRES DU PONT CANAL DE CHALIFERT
8.2.2021 ESBLY INONDATIONS PRES DU PONT CANAL DE CHALIFERT

Partager cet article
Repost0

Recherche