Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 19:08

 

 

Les déchets des autres, il faut bien les mettre quelque part

Pourquoi pas chez vous ?

Projet de décharge Cocherel :  le chemin PR Promenades Randonnées de La Montagne des Lorrains va-t-il être débalisé pour permettre aux milliers de camions chargés de déchets de le traverser ?

Une entreprise du Loiret souhaite implanter une décharge à Cocherel (Roland du Groupe Eiffage) sur plus de 28 hectares de terres agricoles pour y déverser des déchets du Grand Paris, de l’Aube, de l’Oise, de l’Aisne, de la Marne, de l’Essonne et de  Seine et Marne....

L’exploitation devrait durer 10 ans, pour déverser 1.65 millions  m3 de déchets.

 

Pour ce faire des milliers de camions semi-remorque devraient traverser chaque année le chemin PR « Promenades Randonnées » de la Montagne des Lorrains à Cocherel au niveau du point 7. Près d’un camion toutes les 6/10 minutes en été, dans les périodes intensives.

http://www.randonnee-77.com/wp-content/uploads/2017/05/La-Montagne-des-Lorrains.pdf

 

Pour la sécurité des randonneurs le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre de Seine et Marne Coderando va-t-il demander à l’exploitant de trouver un autre chemin pour se rendre sur sa décharge ?

OU

Pour rendre service à l’exploitant de décharge, Coderando va-t-il débaliser ce chemin pendant les 10 ans que dureront la décharge ?

 

 

Pour connaître sa position nous vous conseillons de  contacter 

Son président : Frédéric Montoya

Son vice président chargé des sentiers nord 77 : Paul Billon

 

Ou le secrétariat Coderando

au 01 60 39 60 69

seine-et-marne.ffrandonnee.fr

 

http://www.randonnee-77.com/wp-content/uploads/2019/06/Organigramme_CODERANDO77_2019.pdf

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 13:12

 

 

L'ETAT DES BERGES

DU CANAL DE CHALIFERT

SE DEGRADE DE PLUS EN PLUS

 

MAIS RIEN N'EST FAIT POUR SECURISER LES DIGUES

DE CE CANAL NAVIGABLE

 

 

Canal de Chalifert entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Canal de Chalifert entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Canal de Chalifert entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Canal de Chalifert entre Esbly et Condé Ste Libiaire

 

 

TANDIS QUE LES SUBVENTIONS

VONT

A FONTAINEBLEAU

 

POUR SECURISER UN CANAL NON NAVIGABLE

 

 

Paru sur le site de la Préfecture :

FranceRelance pour la culture en Seine-et-Marne : Canal de Fontainebleau

Mise à jour le 01/04/2021

3 millions d’euros pour consolider le Canal de Fontainebleau et rien pour le canal de Chalifert ?

 

Grâce au plan de relance, 3 millions d’€ pour consolider le Grand Canal du château de Fontainebleau, au titre de la sécurité des ouvrages hydrauliques.

Ces travaux permettront d’améliorer l’étanchéité qui n’est plus assurée et réparer les maçonneries qui sont en très mauvais état.

 Les travaux consisteront en :

  • une mise au sec du canal par mise en œuvre d’une digue de séparation sur 40 ml permettant la réalisation des travaux au droit de la digue Est et de la digue Nord ;
  • des travaux d’étanchéité par injection d’étanchéité au sein du courroi d’argile (digue est) ;
  • La consolidation de la digue est par injections de consolidation du sol d’assise au droit des ouvrages de vidange et déversoir ;
  • la reconstitution des remblais de corps de digue par travaux de terrassement et de remblaiement d’une bande de remblais traités à la Bentonite et compactés et de remblais compactés au-delà (digue nord) ;
  • des travaux de restauration des voûtes et murs des différents ouvrages constituant les digues Est et Nord.

https://www.chateaudefontainebleau.fr/

Retrouvez le dossier de presse : La culture au cœur du plan de relance en Île-de-France

 

https://www.seine-et-marne.gouv.fr/Actualites/France-Relance-en-Seine-et-Marne/Ecologie/FranceRelance-pour-la-culture-en-Seine-et-Marne-Canal-de-Fontainebleau

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 13:09
Chalifert le tunnel laissant passer les eaux du Canal

Chalifert le tunnel laissant passer les eaux du Canal

Chalifert l'ancienne voie ferrée

Chalifert l'ancienne voie ferrée

Chalifert les bords de Marne

Chalifert les bords de Marne

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 18:34
Promenade au bord du canal de Chalifert
Partager cet article
Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 14:32

 

 

 Ingénieur divisionnaire de l'industrie et des mines, il a été promu au grade d'ingénieur des mines le 10 novembre 2020 une promotion qui lui permet de rejoindre, au Ministère de l’Ecologie, la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR), où il prend en charge le bureau du sol et du sous sol.

 

 

Guillaume BAILLY, responsable de la DRIEE 77, quitte la Seine et Marne, il rejoint la Direction Générale de la Prévention des Risques au Ministère de l’Ecologie

 

Depuis sa prise de fonction en 2012, en qualité de responsable de la DRIEE 77, Guillaume Bailly, était en charge du contrôle des sites polluants ou dangereux du 77 : SEVESO, décharges, carrières, industries chimiques, centre de tri de déchets, entrepôts logistiques...

 

Guillaume Bailly avait su nouer un dialogue constructif avec les associations environnementales du département.

 

Il avait soutenu la demande d’Adenca d’effectuer une étude de zone au nord-ouest 77. L’état des lieux concernant la pollution a été réalisé et nous attendons le démarrage de la 2ème phase.

 

 En octobre 2019 la préfète Béatrice Abollivier l’avait décoré en qualité  de Chevalier de l’Ordre du Mérite..

 

Pour mémoire :

Il a réalisé avec son équipe, en coordination avec le sous préfet Gérard Péhaut, un travail remarquable dans le dossier de pollution industrielle WIPELEC 

- à Meaux pour protéger les populations et notamment les enfants de la crèche voisine

- à Pomponne pour faire évacuer, en urgence, les déchets dangereux laissés par l’industriel alors que les inondations de la Marne risquaient de les emporter.

 

En avril 2019, toujours en coordination avec le sous préfet Gérard Péhaut il a mené, avec son équipe, l’opération «coup de poing», dans la zone industrielle de Mitry-Compans, qui compte 6 sites SEVESO, afin de contrôler les entreprises classées ICPE.

Nous nous rappellerons également  sa réactivité lors de la pollution au perchloréthylène par la blanchisserie Thimeau de St Thibault des Vignes.

 

C’est lui qui était sollicité par la préfecture lors d’incendies et sinistres divers en semaine ou le week-end.

Pour exemple :

-L’incendie dans la casse automobile illégale de le Pin

-La pollution aux hydrocarbures à Villeparisis sur l’ancien site Leclerc

-l’incendie de l’entrepôt First Plast à Chelles

-l’incendie de l’entreprise SFRM à Thorigny

-l’incendie de l’entrepôt Newrest à Mesnil Amelot

-les incendies des décharges Suez Villeparisis, Veolia Claye-Souilly...

-l’incendie du centre de tri de déchets de St Thibault des Vignes

-l’incendie du garage GS Auto à Meaux…..

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 12:44

 

 

 

Nous apprenons par les médias l’importance de ce projet. En effet lors de la CSS du mois dernier Veolia n’avait pas jugé utile d’en faire une présentation détaillée.

 

 

Une simple ligne à la fin d’une page du rapport d’activité indiquait :

« Projet d’apuration et de réinjection des biogaz sur le réseau GRDF en février 2022 ».

 

Cette simple phrase n’a pas permis aux associations de comprendre l’ampleur du projet et de poser les questions nécessaires à sa bonne compréhension, d’autant que le mot apuration est plutôt utilisé en comptabilité que dans l’industrie.

 

 

Ce n’est pas ce style de traitement de l'information qui va améliorer les rapports entre les riverains et la multinationale Veolia.

 

 

Dans un souci de transparence pour permettre aux associations de riverains d’étudier le dossier Veolia va-t-il leur transmettre « le porter à connaissance » ?

 

L’avenir nous le dira…….

 

 

Pour en revenir au projet :

 

Depuis 2006 Veolia envoie son biogaz vers le réseau d’EDF mais l’industriel a semble-t-il décidé de travailler avec un nouveau « client » GRDF.

 

Avec GRDF Veolia devrait alimenter au biogaz « dit-il » 20 000 foyers du bassin parisien.

Les villages voisins de Charmentray, St Mesmes, Plessis aux bois, Plessis l’Evêque, Cuisy, Vinantes, Montgé en  Goële n’en bénéficieront pas car il ne sont pas raccordés au réseau du gaz de ville.

 

C’est Waga Energy qui a remporté le marché et financera le projet à hauteur de 10 millions d’euros, Veolia finançant pour sa part 1 million d’euros.

Waga Energy annonce qu’à Claye-Souilly sa Wagabox  traitera cinq à six fois plus de biogaz que les unités existantes.

 

 

Waga Energy une entreprise qui n’a pas toujours la cote auprès des associations comme à Pavie dans le Gers où les riverains n’en peuvent plus du bruit produit par sa Wagabox, implantée ici depuis 2018.

 

Pour plus d’informations consultez le site de l’association Pavie-enfouir.eu :

 http://www.pavie-enfouir.eu/index.php

 

 

pour aller plus loin: https://www.veolia.fr/medias/actualites/veolia-waga-energy-partenariat-lun-plus-importants-projets-gaz-vert-deurope

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 18:24
OISSERY : Ils attendaient des pistes cyclables, Valérie Pécresse préfère allouer plus de 1.7 million € de subventions pour 3 méthaniseurs !

 

Ce sont ces 3 entreprises privées constituées d’agriculteurs qui devraient bénéficier de ces subventions :

Valois Green Gaz, président Jean Lefevre

Bio Multien, président Damien Vecten

Bio Energie, président Antoine Omont

 

L’argent de nos impôts devrait permettre à ces 3 entreprises privées de recevoir au total en subvention la coquette somme de plus de 2.5 millions d’euros (plus de 1.7 million € du Conseil Régional IDF et le reste de l’Ademe (l’ETAT), soit le prix d’une huitaine de maisons à Oissery.

 

 

 

Les déchets des autres il faut bien les traiter quelque part

Pourquoi pas chez vous ?

 

Ce type de méthaniseurs peut recevoir, entre autres, des déchets de sucrerie (pulpes de betteraves), des déjections d’animaux (fumiers…)…..

 

 

Mettre des méthaniseurs à Chantilly

Vous n’y pensez pas !

 

Une bonne nouvelle pour Eric Woerth qui recherche depuis de nombreuses années des sites de proximité pour évacuer les fumiers des haras de la cité princière de Chantilly car sa population veut bien bénéficier des avantages de son hippodrome mais pas de ses inconvénients, « les fumiers des chevaux ça sent mauvais », il faut mieux les envoyer chez les autres.

 

 

                                                  Pour fournir du gaz aux autres !

 

Les villages ruraux voisins de Oissery ne pourront pas bénéficier de ce gaz comme  Forfry, Gesvres le Chapitre, Marcilly, Douy la Ramée ou Puisieux  car ils ne sont pas raccordés au réseau du gaz de ville.

  Le surplus de gaz que n'utilisera pas Oissery sera renvoyé vers la station de rebours GRDF de Marchemoret pour alimenter les autres villes françaises raccordées au réseau du gaz de ville.

 

Source : Page 1927 et suite

https://www.iledefrance.fr/espace-media/raa/RAA_408_JANVIER_%202021.pdf

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 17:13

 

 

Une entreprise du Loiret souhaite implanter une décharge à Cocherel (Roland du Groupe Eiffage) sur plus de 28 hectares de terres agricoles pour y déverser des déchets du Grand Paris, de l’Aube, de l’Oise, de l’Aisne, de la Marne, de l’Essonne et de  Seine et Marne....

L’exploitation devrait durer 10 ans, pour déverser 1,65 millions m3 de déchets.

 

le dossier est consultable sur le site de la préfecture
http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/ICPE-carrieres/Enregistrement/COCHEREL-77440-Societe-EIFFAGE-Genie-Civil-Mise-a-disposition-du-public-du-23-02-au-10-04-2021

Il est consultable en version papier à la mairie de Cocherel 

 

vous pouvez adresser vos observations à la préfecture sur l'email suivant :

ut77.driee-if@developpement-durable.gouv.fr

 

 

 

Mâchefers stockés dans la décharge Veolia de Claye-Souilly

Mâchefers stockés dans la décharge Veolia de Claye-Souilly

 

L’entreprise Roland souhaite déverser du mâchefer pour « stabiliser » les chemins communaux sur lesquels elle souhaite faire circuler des poids-lourds.

 

Le mâchefer est un résidu de combustion des incinérateurs, l’emploi de ce résidu est réglementé par l’arrêté ministériel du 18/11/2011.

 

Certaines collectivités sont opposées à l’utilisation de ce type de déchets sur leurs routes ou leurs chemins comme le conseil départemental des Pyrénées Orientales (voir article plus bas).

 

 

Les conseillers municipaux de Cocherel

vont-ils autoriser l’utilisation

de ce déchet

sur les chemins communaux ?

 

 

Pour le savoir, nous vous conseillons de les contacter :

Michel BAVIELLO

Jean-Jacques BERTRAND

Patrick COUSIN
(Second adjoint au maire)

Marie-Rose COUVET

Anna DE MAGALHAES

Emilie EIGEN

Luc EMLINGER

Annick MASQUART

Dany PEUGNIEZ

Jason PICAUD

Robert PICAUD
(Premier adjoint au maire)

Christian ROLIN

Bernard VAN DER CLISSEN

Carine WITERAK

 

 

Paru sur le site mes opinions :

         https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/fin-bitume-fabrication-routes/123281/actualite/18088

 

12/03/2021

Les mâchefers (fonds des cuves des incinérateurs) utilisés dans la fabrication des routes ne sont ils pas une source de pollution supplémentaire ???

 

Chaque année, l’incinération des déchets produit environ 3 millions de tonnes de mâchefers majoritairement écoulés sous forme de remblais routiers.

https://www.zerowastefrance.org/lincineration-des-dechets

 

Se pose immanquablement la question du risque environnementale et sanitaire lié à l'enfouissement de ses déchets.

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.fne.asso.fr/dechets/fne_machefers_dec2011.pdf&ved=2ahUKEwiRmKOOgKTvAhUB1xoKHcDUCboQFjAEegQIHBAC&usg=AOvVaw1QgsbjSlqDos7ccoI_cUM5

 

Le conseil départemental des Pyrénées-Orientales a refusé ces mâchefers aux abords de la nappe phréatique de la plaine du Roussillon.  Ce qui constitue l'enrobage de sous-couche des routes, pourrait être une source de pollution pour les nappes d'eaux profondes, comme la pliocène de la plaine du Roussillon, la plus ancienne du département. Les Pyrénées-Orientales ont donc inclue dans leur dernier schéma de gestion des déchets une interdiction d'emploi des mâchefers. L'entreprise conteste. La justice doit trancher. 

https://www.google.com/amp/s/france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier-metropole/montpellier/pyrenees-orientales-routes-faites-dechets-recycles-sont-elles-polluantes-974688.amp

………

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 11:14
FORET REGIONALE DE MONTGE EN GOELE : LA RIVIERE
FORET REGIONALE DE MONTGE EN GOELE : LA RIVIERE
Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 11:20

 

Paru sur FR3 Grand Est :

Biogaz en Grand-Est : les associations demandent un moratoire sur le développement des unités de méthanisation

 

Le gouvernement a fixé comme objectif 10 % de gaz vert à horizon 2030. Selon ce scénario, il faut compter 2.500 unités, soit une tous les 10 km et un doublement dans le Grand-Est. Les associations de protection de l’environnement demandent un moratoire pour en étudier l’impact.

 

Publié le 23/03/2021 à 18h41

 

Une usine de biométhanisation doit pouvoir stocker le digestat entre 6 et 8 mois pour éviter d'épandre de septembre à février, selon la Chambre d'Agriculture de Meurthe-et-Moselle • © FTV

Lorraine Meurthe-et-Moselle Nancy

C’est un plan de grande ampleur qui est en train de se déployer dans nos campagnes. Afin de de réduire la dépendance aux produits issus du pétrole, la loi de transition énergétique fixe l’objectif que 10 % du gaz soit d’origine renouvelable en 20. Ce qui représentera 12 millions de tonnes de CO2 évitées par an  (3% de nos émissions). Dans le Grand-Est, cela se traduit par le doublement des unités de méthanisation pour passer de 180 à près de 400 si l'on suit le shema régional de biomasse. "Une industrialisation" que dénoncent la LPO, FNE-Grand-Est et la Confédération Paysanne. En raison des risques de pollution de l’eau et des sols. Dans le même temps, la chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle met en place une charte des bonnes pratiques pour une méthanisation plus vertueuse.

Des effluents d’élevage transformés en engrais et en gaz vert

L’idée de départ est bonne : utiliser les effluents d’élevage -qui sont des déchets- et les sous-produits de l’agriculture et des cultures dédiées intermédiaires à valorisation énergétiques, cultivées entre deux maïs. Les bactéries contenues dans les effluents vont transformer la matière organique pour produire du gaz, en particulier du méthane. Ce biogaz peut, soit être réinjecter dans les réseaux de gaz, soit produire de l’électricité par cogénération.

Ce qui reste après transformation est appelé le digestat, un engrais riche en azote, phosphore et micro-organismes, qui a vocation à être étendu sur les champs pour fertiliser les sols. En clair, c’est un engrais disponible en permanence et qui doit remplacer en principe les engrais minéraux azotés chimiques, c’est-à-dire "ne pas être épandu en plus, et surtout au bon moment" précise Philippe Goetghebeur, de l’Agence de l’eau. 

Les restes des digesteurs doivent être épandus au bon moment et à la place des engrais minéraux azotés, pas en plus.

En effet, "le digestat doit être apporté au bon moment, c’est-à-dire quand la plante en a besoin pour sa croissance et est en capacité de l’absorber", nous explique Cosette Perez, conseillère à la Chambre d’Agriculture de Meurthe-et-Moselle.
Or, l’Agence de l’eau Rhin  Meuse constate que certains, pour se débarrasser du trop plein de digestat, n’hésitent pas à épandre sur des sols nus, entrainant ainsi des pollutions aux nitrates dans les cours d’eau. C’est le cas notamment sur le Rupt de Mad, ou des pics à 180 mg/l ont été constatés à plusieurs reprises, alors que le seuil pour l'eau potable est limité à 50 mg/l. 

Pour limiter ces pollutions, la loi impose un stockage des digestats de quatre mois, "largement insuffisants au regard de la Chambre d’Agriculture de Meurthe et Moselle".
Cosette Perez, conseillère en charge du dossier, nous explique que "les projets portés par la chambre recommandent systématiquement un stockage allant de six à huit mois, pour éviter d’épandre les digestats entre septembre et février." C’est notamment le cas de l’usine de biométhanisation Valbioénergie près de Briey qui a une capacité de stockage de sept mois et que nous sommes allées visiter.

La disparition des prairies pour cultiver des céréales

L’autre phénomène qui inquiète l’Agence de l’eau et les associations de protection de l’environnement, c’est le retournement des prairies pour y implanter des céréales qui vont alimenter les méthaniseurs.
En effet, les prairies sont des zones tampons qui captent les nitrates, mais aussi, très important, le CO2. Elles ne demandent aucun apport en engrais ou en pesticides.  Elles jouent donc un rôle essentiel  dans la lutte contre le réchauffement climatique, et la  préservation des sols et de la biodiversité.

L’Agence de l’eau investit depuis plusieurs années dans des plans d’aides aux agriculteurs pour la préservation des prairies, notamment dans les secteurs de captages d’eau. Elle s’inquiète de voir ses efforts réduits à néant si les éleveurs abandonnent l’élevage pour la culture de céréales dédiées à la méthanisation. Une activité beaucoup moins contraignante et beaucoup plus rémunératrice, comme cela s’est d’ailleurs produits en Allemagne.

Pour limiter cette dérive, un décret du 7 juillet 2016  interdit l’apport de céréales dédiées à l’alimentation (comme le maïs) à 15% de ce qui rentre dans le méthaniseur.
De son côté, l’Ademe suspend aujourd’hui l’attribution de ses subventions pour les nouveaux projets à l’utilisation pour 60 %  des effluents d’élevage. Des garde-fous importants, mais qui ne s’appliquent pas à tous les projets qui se sont réalisés avant 2017, ni à ceux qui ne demandent pas de subventions. Et c’est bien ce qui pose problème pour France Nature Environnement Grand-Est et la LPO et la Confédération Paysanne.

La ruée vers l’or

Car faire du biogaz s’avère aujourd’hui très rentable. Non seulement le prix de revente du gaz est près de cinq fois supérieur à celui du gaz naturel, mais les prix sont fixés pour 15 ans, ce qui donne l’assurance aux éleveurs d’avoir un revenu fixe. Un argument de taille, et on les comprend,  pour des agriculteurs malmenés, en pleine crise de l’élevage, et qui ont du mal à joindre les deux bouts à la fin du mois.
Mais pour que le méthaniseur fonctionne bien,  il lui faut des cultures dites méthanogènes, qui  produisent beaucoup d’énergie et rendent le système rentable. Maïs, seigle, sorgho et colza vont devenir le nouvel or jaune de demain.

Le risque c’est quand les exploitations qui ont construit le méthaniseurs ne sont pas autonomes en céréales. Ils vont alors acheter la matière dans d’autres fermes et n’hésitent pas à faire monter les prix, au détriment des petits éleveurs qui n’ont plus les moyens d’acheter pour nourrir les animaux.

C’est ce que constate déjà Jean-François Fleck, président de Vosges Nature Environnement dans son département.
"Le doublement des unités de méthanisation va accentuer cette pression sur la biomasse. Il faudra demain beaucoup plus de cultures pour nourrir les digesteurs que nous en disposons aujourd’hui".

A la chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle, on essaye d’enrayer le problème en demandant aux porteurs de projets de réfléchir afin d’être autonome pour tout ce qui va rentrer dans l’unité de méthanisation, tout en conservant les prairies.
Ainsi, si on prend comme exemple le projet Valbioénergie de Briey, il n’y a pas d’entrée de céréales venant d’autres fermes. Les agriculteurs ont choisi de conserver les prairies et de ne pas utiliser de maïs pour faire du gaz.
En revanche ils produisent des cultures intermédiaires comme le seigle et le sorgho, entre deux maïs, pour le digesteur. "Ce sont des cultures dites à bas niveau d’intrants, qui n’ont pas besoin de pesticides pour grandir et éradiquent les mauvaises herbes pour la culture suivante" nous explique l'un des agriculteurs associé Dominique Hirtzberger.

Qu’en est-il de la qualité des sols ?

Autre point de crispation autour de la méthanisation : la qualité des sols sur lesquels on répand les digestats. Il est cité jusqu’ici par le gouvernement comme un engrais miracle, riche en azote et qui ne sent pas mauvais, ce qui est en partie vrai.
Sauf qu'un petit nombre de scientifiques indépendants est en train de tirer la sonnette d’alarme, comme le Collectif national scientifique pour la méthanisation raisonnée. Le CNSM décrit le digestat comme un engrais de piètre qualité car il extrait l’essentiel de la matière carbonée des intrants pour produire du gaz, pour ne déposer au sol que de l’azote sous forme d’ammonium. Les cultures sous cet engrais vont devoir puiser du carbone dans les réserves des sols. Ces dernières mettront ensuite cent à mille ans pour se reconstituer.

Un fait que constate Rémy Toussaint, agriculteur à Reillon (Meurthe-et-Moselle) et membre de la Confédération Paysanne. Après s’être lancé dans la méthanisation il y a six ans, il est en train de faire marche arrière. Il n’épand les digestats de lisiers que sur ses prairies et garde les fumiers pour ses céréales. Il a co-signé la demande de moratoire avec France Nature Environnement Grand-Est et la LPO.  

A la chambre d’Agriculture 54, on nous explique que lorsqu’il y a beaucoup d’effluents d’élevage, dont du fumier, il reste encore du carbone pour nourrir les sols. Mais des expérimentations sont menées en parallèle pour vérifier si les sols ne s’appauvrissent pas.

On est encore loin de tout savoir, ni de tout maîtriser sur les effets de la biométhanisation à grande échelle. Ce qui est sûr c’est qu’un temps de réflexion parait nécessaire afin de mieux réguler la méthanisation et que celle-ci soit effectivement vertueuse et réponde bien aux objectifs fixés, sans détruire encore une fois notre environnement.

C’est ce que demandait le député Dominique Potier dans un amendement déposé en 2019 et dans le cadre de l’actuel Loi Climat. Amendement rejeté…
 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/meurthe-et-moselle/nancy/biogaz-en-grand-est-les-associations-demandent-un-moratoire-sur-le-developpement-des-unites-de-methanisation-2012845.html

Partager cet article
Repost0

Recherche