Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 14:55

 

terralia villevaudé 31.5.2012 2 

Entrée de la décharge Terralia Villevaudé 31/5/2012

 

 

 


Protection de la ressource en eau du captage d’Annet sur Marne :

 le cas de la décharge Terralia Villevaudé

groupe Paprec

http://www.paprec.com/fr/groupe-paprec-environnement/valeurs

fermée depuis 3 ans

 à la suite d’une suspicion de pollution ?

 

 

  

A maintes reprises les associations environnementales ont demandé aux services de l’Etat de leur faire connaître les résultats des analyses  suite à une suspicion de pollution.

 

3 ans après la fermeture de cette décharge ces associations n’ont toujours pas pu obtenir ces résultats.

 

Pourquoi ?

 

Que nous cache t-on ?

 

 

Pour mémoire les eaux de ruissellements de cette décharge se déversent dans un affluent de la Beuvronne, rivière qui se rejette dans la Marne en amont proche du captage d’Annet sur Marne.

 

 

Pour tous renseignements sur ce dossier contactez M. Gilles Berroir, chef de service DDT/SEPR  Vaux le Penil.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:23
Au nord-ouest 77 
sous les avions de l'aéroport de Roissy
 Airparif n'a implanté
qu'un point fixe
de contrôle de la qualité de l'air,
qui ne contrôle que l'Ozone

Paru sur le site Agence Européenne pour l’environnement :
La pollution atmosphérique continue d’endommager la santé en Europe

Publié: 15/10/2013 Dernière modification: 15/10/2013 11:20

Topics: , , ,

Environ 90 % des citadins de l’Union européenne (UE) sont exposés à l’un des polluants atmosphériques les plus nocifs et à des niveaux jugés dangereux pour la santé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). C’est ce qui ressort de la dernière étude de la qualité de l’air en Europe, publiée par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE).

 

Le rapport 'Air quality in Europe – 2013en', est une contribution de l’AEE à la révision par la Commission européenne de la politique européenne de la qualité de l’air et à l’Année de l’air de l’UEen.

Les véhicules, l’industrie, l’agriculture et les habitations contribuent à la pollution de l’air en Europe. Le rapport montre que, malgré la diminution des rejets et la baisse de la concentration de certains polluants atmosphériques au cours des dernières décennies, le problème de la pollution de l’air en Europe est loin d’être résolu. Deux polluants particuliers, les particules fines et l’ozone au niveau du sol, continuent d’entraîner des problèmes respiratoires, des maladies cardiovasculaires et des décès précocesen. De nouveaux résultats scientifiques montrent que la pollution de l’air peut être dangereuse pour la santé humaine à des niveaux de concentration inférieurs à ceux admis jusqu’à présent.

Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE a déclaré : « La pollution de l’air est nocive pour la santé de l’homme et pour les écosystèmes. Selon les normes actuelles, une grande partie de la population ne vit pas dans un environnement sain. Pour s’engager sur la voie de la durabilité, l’Europe devra se montrer ambitieuse et aller plus loin que la législation en cours. »

Janez Potočnik, commissaire européen à l’Environnement, a ajouté : « La qualité de l’air est l’une des principales préoccupations de nombreux citoyens. Des enquêtes révèlent qu’une large majorité d’Européens a parfaitement conscience de l’impact de la qualité de l’air sur la santé, et réclame des autorités publiques qu’elles agissent aux niveaux européen, national et local, même en période d’austérité et de crise. Je suis prêt à répondre à ces préoccupations au travers de la révision prochaine de la politique de qualité de l’air par la Commission. »

Entre 2009 et 2011, jusqu’à 96 % des citadins ont été exposés à des niveaux de concentrations en particules fines (PM2.5) supérieurs aux seuils définis par l’OMS, et jusqu’à 98 % ont été exposés à des niveaux d’ozone (O3) supérieurs aux niveaux indiqués par l’organisation. Des proportions moins importantes d’Européens ont été exposées à des niveaux de ces polluants qui dépassent les limites ou objectifs définis par la législation européenneen. Dans certains cas, de tels limites ou objectifs imposés par l’UE sont moins stricts que les directives de l’OMS. Voir les données de l’AEE sur l’exposition aux polluants dans l’UEen.

Le rapport révèle également que la pollution excessive n’est pas l’apanage des villes, certaines zones rurales présentant aussi des niveaux élevés. Les différences nationales au sein de l’UE sont présentées dans une série de fiches par paysen qui accompagnent les résultats principaux.

Des succès ont été enregistrés dans le domaine de la réduction des émissions de polluants atmosphériques. Par exemple, les émissions de dioxyde de soufre des centrales électriques, de l’industrie et des transports ont été réduites au cours des dix dernières années, limitant ainsi le risque d’exposition. La suppression de l’essence au plomb a également contribué à réduire la concentration atmosphérique de plomb, lequel affecte le développement neurologique.

Eutrophisation

Parallèlement aux risques pour la santé, le rapport met aussi en évidence des problèmes environnementaux tels que l’eutrophisation, un phénomène lié à un excès d’azote nutritif, ayant pour effet d’endommager les écosystèmes et de menacer la biodiversité. L’eutrophisation reste un problème répandu qui touche la plupart des écosystèmes européens.

Les émissions de certains polluants contenant de l’azote ont été réduites. Par exemple celles d’oxydes d’azote et d’ammoniac ont diminué respectivement de 27 % et 7 % depuis 2002. Toutefois, la réduction de ces émissions n’a pas atteint les niveaux anticipés, et huit États membres de l’UE enfreignent encore les seuils légauxen un an après le délai de mise en conformité. Pour remédier à l’eutrophisation, des mesures supplémentaires de réduction des émissions d’azote sont nécessaires

http://www.eea.europa.eu/fr/pressroom/newsreleases/la-pollution-atmospherique-continue-d2019endommager

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 19:08

Nous apprenons à la lecture du PREDMA (1) de 2009 qu’un nombre important d’anciennes décharges communales devraient être réhabilitées en Seine et Marne , un accord avait été conclu en 1997 entre le Conseil Général et l’Ademe pour résorber ces décharges.

 

A la lecture du diagnostic départemental des décharges du 12/3/1998 nous nous apercevons qu’un nombre important de ces décharges se trouve dans le bassin versant de la Beuvronne et également quelques unes  dans les communes limitrophes d’Annet sur Marne .

 

Une décharge aurait due être traitée en urgence : Cuisy

7 décharges diagnostiquées en risques forts auraient  dues faire l’objet d’un diagnostic précis et d’un traitement approprié ensuite, il s’agit  de :

- Moussy le Vieux (2)

- Compans

- Claye-Souilly

- Précy sur Marne 

- Jabines (2)

 

(1) PREDMA Plan Régional d'Elimination des déchets ménagers et assimilés

 


beuvronne décharges brutes

  Anciennes décharges communales

 


Afin de protéger la ressource en eau du plus important captage d’eau

de Seine et Marne à Annet sur marne

qui fournit en eau potable

près de 500 000 habitants : 

 

Qu’en est-il aujourd’hui 15 ans  après ? 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires contacter vos élus communaux ou votre conseiller général.

 

Extrait PREDMA 11/2009 page 160 :

http://www.ordif.com/repository/328/3282515264/16083495.pdf

 

 

RESORBER LE PASSIF : LA REHABILITATION DES DECHARGES « BRUTES »

 

Les départements de la grande couronne ont connu pendant de nombreuses années une élimination des déchets

organisée autour des décharges communales. Leur gestion basée sur le recouvrement et le brûlage des déchets

a laissé des sites qui ont des impacts sur les milieux notamment sur la ressource en eau et le paysage.

Des départements ont réalisé des inventaires de décharges brutes sur leur territoire……..

 

Concernant les démarches réalisées en Seineet Marne:

 

L’ADEME et le Conseil Général se sont associés en 1997 pour mettre en oeuvre un programme de résorption des décharges brutes situées dans le département. Un inventaire des sites a été réalisé par un bureau d’étude qui arendu son rapport en 1998. Les conclusions de cette étude sont les suivantes :

- 9 sites constituent la catégorie A : pour ces sites un diagnostic devait être engagé de façon prioritaire

dans la mesure où le risque pourrait concerner la population (constructions ur ou à proximité immédiate ;

équipent sportifs suspicion de déchets toxiques)

- 185 sites ont été rassemblés dans la catégorie B : il s’agit d’un risque fort ne pouvant être mesuré avec

certitude qu’en réalisant un diagnostic précis ;

- 173 sites entrent dans la catégorie C : le risque est estimé faible et le rapport a défini le type et le coût

des travaux à mettre en oeuvre pour les neutraliser ;

- 25 sites ont été classés en catégorie D : ils ne présentent aucun risque et ne nécessite que des moyens

très réduits pour achever leur intégration au milieu ;

 

Cet inventaire a été soumis en juin 1998 au Conseil Général. Une conférence de presse s’est tenu pour informer

des résultats de cet inventaire et unelettre d’information personnalisée aux 392 maires concernés accompagnée

d’une fiche présentant les évaluations des études complémentaires et travaux de remise en sécurité et de

réhabilitation du site. Des réunions d’information se sont également tenues.

La dernière réunion du comité de suivi s’est tenue fin 1999 et a permis d’identifier 10 sites réhabilités ou ré

instruits qui peuvent être sortis de l’inventaire et d’identifier deux sites qui n’avaient pas été recensés. En 2002,

un bilan d’étape a été réalisé mettant en évidence l’absence d’évolution par rapport à la situation antérieure…..

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 19:04
paru sur le site du CNIID :
Projection de Trashed à l’Assemblée nationale : la problématique déchets sous le feu des projecteurs

 

Le 14 octobre 2013,

Le Cniid a organisé le 18 septembre une projection-débat à l’Assemblée nationale du documentaire Trashed réalisé par Candida Brady, avec le concours des députés socialistes Jean-Jacques Cottel et Christophe Bouillon, membres de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée, et de son président Jean-Paul Chanteguet. Ce documentaire a été présenté lors du festival de Cannes en 2012 et a gagné le prix du meilleur documentaire au 30e Festival international du film d’environnement (FIFE). Il pointe du doigt les dégâts causés par le rythme effréné de la surconsommation et une gestion des déchets défaillante uniquement basée sur l’enfouissement et l’incinération, et offre des pistes de solutions.

Le narrateur du documentaire, l’acteur oscarisé Jeremy Irons a fait le déplacement pour l’occasion et s’est fait un ambassadeur de choix des 3R (réduire, réutiliser, recycler) et du mouvement Zero Waste, lors de la conférence de presse qui a précédé la projection, et pendant le débat.

Volontairement programmée à deux jours de la conférence environnementale, cette journée a été l’occasion pour le Cniid de présenter les 24 propositions des associations pour une économie vraiment circulaire, coécrites avec les Amis de la Terre, la Fondation Nicolas Hulot, le Réseau Action Climat, Agir pour l’environnement et France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand (voir notre article).

Le débat qui a suivi la projection a notamment permis à une salle bien remplie d’échanger avec les députés Jean-Jacques Cottel et Jean-Paul Chanteguet, particulièrement investis sur les questions environnementales, sur la nécessité d’agir pour des politiques plus ambitieuses et le rôle que peuvent jouer les députés sur les problématiques liées aux déchets. La question du tri mécano-biologique a particulièrement fait débat, et révélé la nécessité d’un échange constructif entre associations locales et élus de la République.

Trashed n’a pour l’instant pas de distributeur en France et sa sortie dans les salles n’est pas encore programmée, mais, si vous souhaitez organiser une projection dans votre ville, vous pouvez vous adresser au FIFE pour un prêt de DVD et au Cniid pour animer le débat.

http://cniid.fr/Projection-de-Trashed-a-l-Assemblee,700

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 21:15
Selon Denis Baupin,
« Le nucléaire fonctionne depuis 40 ans
comme un appartement sans toilettes »

 


Nous pourrions également le dire
de la capitale Paris concernant ses déchets ménagers et industriels :
Paris fonctionne depuis plusieurs siècles  
comme un appartement sans toilettes ? 
Nous souhaitons que
 Monsieur Denis Baupin
Actuel député du 10ème arrondissement de Paris 
Membre de la commission du développement durable 
Qui fut Adjoint au maire de Paris, chargé du développement durable, de l’environnement et du plan climat  (mars 2008- juillet 2012)
Se penche  également sur l’état de l’environnement  et de santé des populations du nord-ouest 77 qui doivent vivre au milieu des déchets de la capitale et  même de la France entière 
Paru sur le site de Denis Baupin :
Cigeo : vaste opération d’enfumage par le lobby nucléaire

Publié le 19 septembre 2013  dans A l'Assemblée Actualités Communiqués

Communiqué de presse du 19 septembre 2013 

 Ce 19 septembre, Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée Nationale, s’est rendu sur le site de Bure dans le cadre d’une délégation de parlementaires invitée par l’ANDRA, afin de constater de visu l’état du laboratoire, et faire part directement de ses interrogations aux responsables de l’ANDRA. A l’issue de cette visite, il a tenu une conférence de presse avec Patricia Andriot, Vice-Présidente de la Région Champagne-Ardenne, Dominique Ronga et Fabrice Wowak, secrétaires régionaux EELV de Lorraine et de Champagne-Ardenne.

« Je n’ai pas du tout été rassuré par les réponses de l’ANDRA. Le projet de site d’enfouissement de Bure s’intègre dans une  vaste opération d’enfumage par le lobby nucléaire pour faire croire que le problème des déchets serait résolu, alors qu’au contraire il risque de l’aggraver. » , a déclaré Denis Baupin. En effet, la concentration – unique au monde – de matières hautement radioactives prévue à Bure, leur enfouissement en très grande profondeur, les risques liés aux milliers de transports de déchets, les risques d’incendie, les risques d’explosion d’hydrogène constituent des risques cumulatifs insuffisamment pris en compte aujourd’hui.

Certes, l’ANDRA tente de montrer qu’elle appréhende l’ensemble de ces risques. Mais entre le laboratoire existant à Bure et l’immense centre d’enfouissement CIGEO (de 15 à 25 km2) destiné à accueillir 200 000 colis hautement radioactifs, il y a toute la différence entre la théorie expérimentale supposée parfaite et une installation industrielle soumise à tous les aléas techniques et pourtant destinée à fonctionner non-stop sans défaut pendant un siècle.

Selon Denis Baupin, « Le nucléaire fonctionne depuis 40 ans comme un appartement sans toilettes : il est durablement constipé. La seule « solution » imaginée par le lobby est de creuser un grand trou et de tout enfouir. Nous estimons au contraire que la priorité est d’abord de faire le choix de la transition énergétique, et seulement une fois ce choix fait, de décider de la meilleure façon de traiter les déchets. »

http://denisbaupin.fr/cigeo-vaste-operation-denfumage-par-le-lobby-nucleaire/

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 15:07

Avant projet PREDEC :

Vote le 26/9/2013 à l’unanimité du Conseil Régional IDF

qui permettra de continuer à implanter des carrières remblayées par des déchets « dits inertes »

dans le bassin versant de la Beuvronne 

 

 

Pourquoi les conseillers régionaux d’Ile de France y compris ceux de Seine et Marne ont voté à l’unanimité pour l’avant projet PREDEC qui n’interdit pas d’implanter des sites polluants (carrières remblayées par des déchets « dits inertes ») dans le bassin versant de la Beuvronne alors que cette collectivité connaissait l’état de dégradation de la ressource en eau sur ce bassin pour avoir signé en 2012 un contrat visant à enrayer la dégradation de la ressource en eau.

 

 

La décision de ces élus de voter un plan qui n’interdit pas l’implantation de carrières remblayées par des déchets « dits inertes »  dans le bassin versant de la Beuvronne, rivière qui se rejette en amont proche de la plus importante usine de captage d’eau du 77 située à Annet sur Marne ne risque t-elle de priver d’eau potable dans les années à venir  les 500 000 habitants reliés à cette usine ?

 

A vous de juger

 

 

Extrait contrat de bassin de la Beuvronne 2012-2016


voir http://www.cg77.fr/delib/pdf/02fb94ec-8ebb-458c-9e7f-2fc9eef1cdbe.pdf

 

 

I. Préambule

Afin d’enrayer la dégradation de la ressource en eau et des milieux naturels que subit

actuellement unegrande partie du territoire européen, la Directive Cadre Européenne sur l’eau

a fixé des objectifs de préservation et d’amélioration à atteindre.

Une des réponses de la Région Île-de-France et l'Agence de l’Eau Seine Normandie est l’outil

« contrat de bassin » permettant de regrouper les objectifs à atteindre et les engagements

financiers des partenaires concernés sur un même bassin versant.

Pour le territoire de la Beuvronne, le Département de Seine-et-Marne est partenaire pour le

financement d’actions définies dans le contrat de bassin.

Le Schéma Directeur et d'Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin Seine-Normandie a

défini des objectifs de bon état des masses d'eau.

L’unité hydrographique concernée par le contrat de bassin est « Marne Aval », la masse

d’eau est « La Beuvronne de sa source au confluent de la Marne » et le bassin versant

concerné est celui de la Beuvronne. Le contrat de bassin de la Beuvronne vise à promulguer la

bonne gouvernance de l’eau sur l’ensemble du territoire et d’atteindre les objectifs de bon état

de la masse d’eau d’ici à 2027, celle-ci étant classée comme masse d’eau fortement modifiée.

L’analyse de l’état des lieux du territoire révèle une dégradation de la ressource en eau et des milieux naturels majoritairement liée aux rejets peu ou mal maitrisés et à l’utilisation du foncier pour les activités anthropiques.

L’outil « contrat de bassin de la Beuvronne » permet de fédérer l’ensemble des acteurs du

territoire autour des enjeux de préservation et d’amélioration de la ressource en eau et des

milieux naturels (aquatiques et humides) et de les engager dans une démarche mutuelle

proposant un programme d’actions réaliste et cohérent répondant aux objectifs. Les opérations

à mener et leurs impacts seront évalués par des indicateurs d’effet et d’action mis en place

pour chaque action.

 

Liste des conseillers régionaux de Seine et Marne

ayant votés à l’unanimité cet avant-projet : 

 

Mme Hamida Rezeg (UMP)

M. Éric Jeu nemaître (UMP)

Mme Chantal Brunel (UMP)

M. Gilles Battail (UMP)

Mme Claudine Thomas (UMP-PR)

M. Frédéric Valletoux (UMP)

Mme Marie-Pierre Badré (UMP)

M. Gérard Ruffin (Nouveau Centre)  

M. Jean-Marc Brulé (Europe Écologie)

Mme Marie Richard (PS et app.)

M. Jean-Paul Planchou (PS et app.)

Mme Geneviève Wortham (PS et app.)

M. Jean-François Pellissier (FG)

Mme Liliane Pays (Europe Écologie)

M. Pascal Marotte (Europe Ecologie)

Mme Brigitte Eude (PS et app.)

M. François Kalfon (PS et app.)

Mme Fatna Lazreg (Europe Écologie)

M. Philippe Sainsard (PS et app.)

Mme Julie Nouvion (Europe Écologie)

M. Philippe Camo (FG)

Mme Josette Mollet-Lidy (PRG)

M. Thibaud Guillemet (Europe Écologie)

Mme Roseline Sarkissian (PS et app.)

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 11:39

villeparisis 18.9.2013

 

 

 

L’eau du robinet distribuée par le SEDIF Seine et Marne

 sur les communes de

Brou sur Chantereine, Chelles, Vaires sur Marne et Villeparisis

ne respectait pas la conformité bactériologique le 18/9/2013 et les références  de qualité  le 21/8/2013

 

villeparisis 21.8.2013

http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html

 

Pour plus d’informations rapprochez-vous de vos élus municipaux

ou de l’ARS, ou du ministère de la santé.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 20:07

 

D’où venait

la radioactivité détectée dans l’eau

aux refoulements de l’usine d’Annet sur Marne en 2009 ? 

 

Les syndicats de gestion des eaux qui se fournissent en eau potable  dans cette usine ont-ils demandé à l’Agence Régionale de Santé de faire une étude sur l’origine de cette radioactivité ?

 

  

 

Extrait SEDIF :

BILAN DE LA QUALITE DES EAUX BRUTES, PRODUITES ET DISTRIBUEES

EN 2009 (page 15) 

 

Indicateurs de radioactivité

Deux paramètres ont été fixés pour estimer la qualité radiologique des eaux. Il s'agit de la dose totale

indicative (DTI, référence de qualité de 0,1 mS/an) et du tritium (référence de qualité de 100 Bq/l). Le

calcul de la DTI correspondant à des analyses lourdes, cette dernière n'est déterminée que si l'activité

alpha globale ou bêta globale résiduelle dépasse respectivement 0,1 Bq/l et 1 Bq/l. En dessous de ces

valeurs, le seuil de la DTI est considéré comme respecté

 

De légers dépassements du niveau guide pour l'activité alpha globale ont été signalés sur l'eau

produite par l'usine d'Aulnay-sous-Bois (0,13 μg/Bq), aux refoulements des usines d’Annet-sur-Marne 

(0,11 Bq/l) et de la Plaine-Saint-Denis (0,13 Bq/l).

Dans tous les cas, l'identification et la quantification des radionucléides spécifiques comme le

préconise l'arrêté du 12 mai 2004, en cas de dépassement de la valeur guide de 0,1 Bq/l, ont

confirmé l'origine naturelle de l'activité radiologique détectée.

 

http://www.sedif.com/iso_album/bilan_qualite_des_eaux_brutes_produites_et_distribuees_2009.pdf

 

 

Pour mémoire la décharge de déchets dangereux de Villeparisis, classé

Seveso à hauts risques, dont les eaux de ruissellement se dirigent pour

partie vers le bassin versant de la Beuvronne,  a stocké entre 2008

et 2009 plus de 12 000 tonnes de DRNR déchets à radioactivité naturelle renforcée.

 

 

Pour plus amples informations contactez vos mairies.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 11:44

St mesmes la Beuvronne 31.3.2013

 

La Beuvronne à St Mesmes 31/3/2013

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:00

 

Alors que le prix moyen de l’eau du robinet

 était en 2011 de

 5.55 € le m3

à Claye-Souilly (1) 

 

Prix supérieur de 25% à  la moyenne de Seine et Marne

4.43 € le m3 (1)

 


 

Pour la 3ème fois en septembre

 les analyses de l’eau potable distribuée

par l’usine d’Annet sur Marne

ne respectent pas les références de qualité !

 

Dans nos précédents articles du 23 et 30 septembre dernier nous indiquions :

« Nous apprenons qu’en moins de 9 mois les références de qualité de l’eau du

robinet distribuée à Claye-Souilly n’ont pas été respectées  à 10 reprises 

(dont 4 fois pour le seul mois de juin 2013) »

 
cs 23.9.2013
 

 

Aujourd’hui nous voyons apparaître sur le site du ministère de la Santé
les résultats en date du 23/9/2013


Conformité   

2 critères sur 3 ne sont pas respectés :

Conformité physico-chimique         : non

Respect des références de qualité : non 

 

 

 

 

 

1)   Calculé sur la base de 120 m3 consommés annuellement voir détail ci-dessous : http://eau.seine-et-marne.fr/analyse-departementale  

 

  Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-claye-souilly-l-envers-du-decor-la-qualite-de-l-eau-du-robinet-120195662.html

http://adenca.over-blog.com/article-une-fois-de-plus-la-qualite-de-l-eau-du-robinet-distribuee-par-l-usine-d-annet-sur-marne-ne-respect-120326916.html

http://adenca.over-blog.com/article-l-eau-destinee-a-la-consommation-humaine-sur-le-reseau-des-communes-d-annet-sur-marne-claye-souil-114785473.html

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche