Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 18:51

Pommeuse le moulin gué plat 6.1.2013

Pommeuse 6/1/2013

Partager cet article
Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 14:10

 

 

 

Bientôt des essais de stockage de Gaz carbonique

 dans le sous-sol de Claye-Souilly ? 

 

Si le projet de stockage co2 dans la décharge Veolia abouti,

quels risques

 sur le captage d’eau potable d’Annet sur Marne ? 

 

 

 

 

ce qu’ils ont fait à Jurançon

http://coteaux.de.jurancon.environnement.over-blog.com/categorie-11630461.html

 

 

 

 Paru sur le site EurActiv :

 

Bruxelles souhaite investir dans le captage et le stockage de CO2

 

Le 27 mars, la Commission européenne a publié une communication sur l’avenir du captage et du stockage de CO2 ainsi que sur l’ébauche des objectifs de l’UE pour l’énergie et le climat d’ici 2030.

 

27/03/2013 Industrie Shell Feuille de route vers une économie à faible intensité de carbone à l’horizon 2050 Commission européenne captage et stockage de CO2

 

 

Le captage et le stockage de carbone (CSC) vise à capter, à comprimer et à stocker sous terre les émissions de carbone des centrales énergétiques. Afin, de faciliter et d’accélérer les investissements dans ce secteur, la Commission souhaite relancer les investissements et la recherche, tant pour développer cette technologie que pour lui chercher un modèle économique. Les technologies de CSC devraient garantir la rentabilité économique et les objectifs de changement climatique, mais leurs développements s’avèrent désespérément lents. En effet, fin 2012, le secteur du CSC a essuyé un sérieux revers : aucun projet du fonds européen NER300 (destiné aux investissements dans les énergies renouvelables et dans les CSC) n’a pu être lancé du fait de la faiblesse des garanties financières des Etats. Les professionnels du secteur attendaient beaucoup de ce document pour relancer la commercialisation de CSC. Bruxelles envisage de demander aux entreprises énergivores et aux fournisseurs de carburant fossiles l’achat de certificats de CSC proportionnels à leurs émissions. La Commission s’est également lancée dans la mise en place d’indicateurs et de normes de performance en matière d’émissions pour l’intégralité des nouveaux investissements. La communication sur le CSC s’accompagne d’un document sur les objectifs de l’UE pour l’énergie et le climat après 2020, d’une consultation sur un nouvel accord international sur les enjeux climatiques et enfin, d’un rapport d’étape sur les énergies renouvelables. EurActiv.com Rédaction de Bruxelles traduit de l’anglais, édité par EurActiv France

Source :

http://www.euractiv.fr/energie-environnement/bruxelles-souhaite-investir-dans-le-captage-et-le-stockage-de-co2-18608.html
 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:00

 

 

 

Remarques formulées

par la CRIIRAD

à propos du réaménagement du Fort de Vaujours

 

criirad fort de Vaujours 1

 

criiad Fort de Vaujours 2

Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 11:16

 

Pour loger les autres 

délogeons les nord seine et marnais 


placoplatre 16.5.2009 010 

      Carrière à ciel ouvert Placoplatre Villeparisis

 

 

Le Grand Paris prévoit la construction de 70 000 logements

  afin de concentrer le maximum de populations en région parisienne.

 

Pour construire ces logements l’Etat a besoin de matières premières : gypse, sable, gravier…. le nord 77 en est bien pourvu.

 

Le problème pour les multinationales qui exploitent ces différents gisements  ce sont « les verrous ».

 

« Les verrous » selon l'expression de certains ce sont :

-         les populations qui vivent sur ces sites et ne veulent pas les quitter

-         les espaces protégés : Espaces Naturels Sensibles, ZNIEFF, sites Natura 2000.....

En  général tout ce qui gêne ces multinationales pour exploiter un territoire et laisser derrière elles un « no man’s land ».

 

Alors le Grand Paris c’est une occasion pour faire sauter ces verrous, pour évacuer ces populations qui se cramponnent à leur territoire, pour exemple tous ces  projets de carrières à ciel ouvert  que l’on remblaiera avec des déchets.

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 19:39

 

 

 

Achat

du Marais de Claye

un cadeau empoisonné

pour les habitants de Claye-Souilly ?


 

 

  La commune de Claye-Souilly s’est porté acquéreur d’une partie du Marais de Claye, surface 29 ha  (propriété de la Sté Wabco 44 avenue Aristide Briand à Claye-Souilly) pour un prix de 223 724 €, achat approuvé par l’unanimité du conseil municipal (compte-rendu du 26/9/2011).

 

Or dans notre précédent article vous constaterez que le site de l’usine Wabco est pollué, que divers investigations ont été menées sur le site depuis 2006 détectant cette pollution.

 

http://adenca.over-blog.com/article-ste-wabco-france-claye-souilly-un-site-pollue-en-bordure-de-la-beuvronne-115825625.html

 

 

Nous ne comprenons pas pourquoi les élus de cette commune ont autorisé l’achat de ce marais qui jouxte l'usine Wabco alors que la pollution du site de l’usine Wabco était déjà connue.

 

Un arrêté préfectoral a été pris en date du 11/4/2012 relative à la caractérisation de la pollution hors site, la mise en œuvre de gestion et la surveillance des eaux souterraines.

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actions_de_l_etat/environnement_et_san/icpe_-_carrieres/decisions/prescriptions_comple/claye-souilly_-_soci/downloadFile/attachedFile/AP_12-DRIEE-UT77-059_du_11-04-12.pdf?nocache=1334235440.48

 

WABCO AVRIL 2012 AP..

 

 

WABCO AP AVRIL 2012

 

 

 

Le marais de Claye acquis par la commune de Claye-Souilly a-t-il été pollué par la Sté Wabco ?

si oui, qui va payer ? le pollueur ou le contribuable ? 

 

Quels risques pour le captage d’eau  

d’Annet sur Marne ? 

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires sur ce dossier et connaître les résultats des différentes analyses imposées par la préfecture contactez la mairie de Claye- Souilly, député-maire et président du syndicat de la basse Beuvronne SIAERBB Monsieur Yves Albarello.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 16:32

   

 

Notre eau : notre or(6)

 

 

Sté Wabco France Claye-Souilly

un site pollué en bordure de la Beuvronne 

 

Un rapport de l’inspection des installations classées nous apprend qu’il y a près de 7 ans déjà en avril 2006 la présence de solvant  avait été détecté dans les eaux souterraines en quantité significative et supérieure  à certaines valeurs de référence :Tétrachloroéthylène, Chlorure de Vinyle, Thétrachlorométhane…

La présence  d’Arsenic, Plomb, Chrome, Cuivre, Nickel, Aluminium et Mercure avaient

également été détectés dans les échantillons de sols.

 

Le rapport du bureau Veritas du 28 juillet 2006 avait conclu que les activités de la Sté Wabco étaient à l’origine d’une contamination.

Plusieurs rapports ont été réalisés  par Golder Associates en décembre 2010 et août 2011 qui sont arrivés aux mêmes conclusions.

 

Un arrêté préfectoral a été pris en date du 11/4/2012 relative à la caractérisation de la pollution hors site, la mise en œuvre de gestion et la surveillance des eaux souterraines.

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actions_de_l_etat/environnement_et_san/icpe_-_carrieres/decisions/prescriptions_comple/claye-souilly_-_soci/downloadFile/attachedFile/AP_12-DRIEE-UT77-059_du_11-04-12.pdf?nocache=1334235440.48

 

WABCO AVRIL 2012 AP..

 

 

 

WABCO AP AVRIL 2012

 

 

Ce site fera l’objet d’une inscription à l’inventaire des sites pollués BASOL.

http://basol.environnement.gouv.fr/

 

 

Quels sont les  risques de cette pollution

sur les eaux captées par l’usine d’Annet sur Marne ?

 

Pour tous renseignements complémentaires sur ce dossier et connaître les résultats des différentes analyses imposées par la préfecture contactez la mairie de Claye- Souilly, député-maire et président du syndicat de la basse Beuvronne SIAERBB Monsieur Yves Albarello.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 18:59

 

Décharges Seine et Marne :

Les élus de la majorité présidentielle

 lâchés par leur propre camp ?


 

Tous les ingrédients semblaient pourtant réunis pour permettre au nord seine et marnais de ne plus subir « l’enfer des décharges ».

En effet la majorité du CG 77, est la même que celle du Conseil Régional d’Ile de France et que celle de la France, mais la situation semble plutôt s’être aggravée depuis mai dernier, en huit mois 3 autorisations de décharges de déchets inertes ont été délivrées dans notre département, plus que sur toute l’année 2009, les délais d’exploitation se sont allongés passant pour certaines à 20 ans, alors que précédemment ils  ne dépassaient pas 10 ans.

 

Aujourd’hui les élus de Seine et Marne de la majorité présidentielle manifestent, font des pétition, recours, apparitions dans les médias…., pour obtenir l’annulation de l’implantation d’une nouvelle décharge ECT à Annet sur Marne  mais rien n’y fait, l’exploitant continue allègrement son activité, les jus de sa  décharge se déversant dans le périmètre de protection rapproché du captage d’eau potable d’Annet sur Marne.

 


annet ect 22 3 2013

Décharge ECT Annet sur Marne 22/3/2013


Pourquoi Madame la Préfète

représentante de l’Etat

n’annule-t-elle pas l’arrêté préfectoral d’autorisation

de la nouvelle décharge d’Annet sur Marne

comme le demande le Conseil Général ?

 

Le gouvernement

n’entendrait-il pas

les élus de Seine et Marne de sa propre  majorité ? 

 

 

annet ect 22 3 2013 1 

      Décharge  ECT Annet sur Marne 22/3/2013


Pourquoi la Seine et Marne 

devrait-elle supporter les déchets du Grand Paris,

parce que l’Ouest Parisien n’en veut pas  ? 

 

En effet les élus de la majorité présidentielle de Seine et Marne semblent très pessimistes quand aux préconisations du futur Plan Régional d’Elimination des déchets de Chantier Ile de France (PREDEC) qui ne devrait semble-t-il pas favoriser  notre département.

 

Le Conseil Régional Ile de France  

n’entendrait-il pas  

les élus de Seine et Marne de sa propre majorité ?

 

  Pour se faire entendre les élus de la majorité présidentielle

de Seine et Marne vont-ils  engager de nouvelles actions ?

 

- Une démission collective de leur fonction ?

- Une démission collective de leurs groupes politiques ?

- Une grève de la faim comme leur voisin de Sevran ?

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/27/apres-la-greve-de-la-faim-de-gatignon-le-senat-rejette-la-hausse-du-financement-des-communes-pauvres_1796685_3224.html

 

Depuis près de 40 ans que ces décharges ont commencé à s’implanter en Seine et Marne  il est vrai qu’à notre connaissance aucuns députés, ni sénateurs de ce département n’a déposé un projet de loi :

- pour imposer le rééquilibrage national des décharges

- pour  interdire l’implantation de décharges autour du plus important captage d’eau potable de Seine et Marne à Annet sur Marne.

 

 

Une affaire à suivre…….

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 17:54

Pommeuse 21.10.2012

 

POMMEUSE 21/10/2012

Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 13:55

 

L'Enfer des déchets

n'est pas près de s'arrêter

pour les populations du Nord-Ouest 77 

 

 


Paru dans le journal le Monde :
Le Grand Paris face à une montagne de déblais

LE MONDE | 22.03.2013 à 11h22 • Mis à jour le 23.03.2013 à 12h11 Par Gilles van Kote

Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir Classer Imprimer Envoyer

Partager facebook twitter google + linkedin

 

 

L'équivalent de cinq à sept mille piscines olympiques : c'est le volume de terres et déblais que les engins du futur chantier du Grand Paris Express, le supermétro francilien dont la construction a été confirmée par le gouvernement le 6 mars, devraient extraire des entrailles de l'Ile-de-France entre 2015 et 2030. Soit de 15 à 20 millions de mètres cubes de déchets inertes (qui ne subissent pas de modifications chimiques, physiques ou biologiques avec le temps) ou de terres polluées qui viendront s'ajouter à ceux que produit déjà le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP).

L'Ile-de-France risque de connaître une pénurie de solutions pour se débarrasser de ce type de déchets, qui peuvent être recyclés, réemployés ou enfouis dans des installations de stockage de déchets inertes (ISDI) ou dans des carrières disposant d'une autorisation pour cela. "Si on n'ouvre pas de nouvelles ISDI d'ici là, celles existant aujourd'hui seront remplies en 2020", rappelle Anne-Sophie de Kerangal, responsable de la gestion des déchets au conseil régional d'Ile-de-France.

Dans la région parisienne, le secteur du BTP produit 32 millions de tonnes de déchets par an. Les volumes extraits pour construire les 200 km de voies – majoritairement souterraines – et les 72 gares du Grand Paris Express d'ici à 2030 devraient peser de 30 à 40 millions de tonnes, selon la Société du Grand Paris (SGP). Un total sous-évalué, selon l'association Ile-de-France Environnement, qui le situe plutôt entre 50 et 60 millions de tonnes.

Réglementairement, la responsabilité de la gestion des déblais revient aux entreprises sous-traitantes du chantier. Mais, vu la dimension du projet, le maître d'ouvrage qu'est la SGP ne peut ignorer le sujet. Le chantier de l'A86, dans l'ouest de l'Ile-de-France, a constitué un fâcheux précédent : faute de planification satisfaisante, ses déblais ont fini sous forme de merlons (des levées de terres et de gravats) qui hérissent aujourd'hui la plaine de Versailles.

"On les appelle des merlons fourrés : des cochonneries à l'intérieur et de la bonneterre par-dessus, se désole Michel Riottot, le président d'Ile-de-France Environnement. D'après nos calculs, les déblais du Grand Paris Express représenteraient l'équivalent de 200 km de merlons."

Ce n'est pas l'option qu'a retenue la SGP. Son schéma directeur d'évacuation des déblais, en cours de finalisation, privilégie le traitement des terres polluées sur site, la valorisation et la réutilisation des déblais sur d'autres projets d'aménagement, ainsi que le transport par voie fluviale des déchets inertes vers des ISDI ou des carrières qui pourront éventuellement être situées hors d'Ile-de-France.

"LE GRAND PARIS EXPRESSS DOIT PERMETTRE DE DÉVELOPPER LE RECYCLAGE DES DÉCHETS DU BTP"

"Notre objectif est d'anticiper au maximum cette question souvent négligée afin de minimiser les nuisances pour les riverains et d'être en mesure de travailler en amont avec les élus sur les chemins d'évacuation, affirme Florence Castel, directrice de l'ingénierie environnementale à la SGP. Nous avons lancé dès 2010 un inventaire des installations de traitement et de stockage susceptibles d'accueillir nos déblais en Ile-de-France, mais aussi à ses frontières."

Les 5 à 6 millions de mètres cubes de déblais que devrait produire à partir de 2015 la construction du tronçon du Grand Paris Express reliant les gares de Pont-de-Sèvres (Hauts-de-Seine) et de Noisy-Champs (Seine-Saint-Denis) seront ainsi en partie évacués par deux plates-formes de transbordement fluvial situées sur la Seine, à Sèvres et à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Ces déblais pourraient prendre la direction de carrières situées dans les Yvelines et en Seine-Maritime, mais aussi servir de remblais dans le cadre de l'éventuelle réalisation d'un lac-réservoir destiné à protéger l'agglomération parisienne des crues, à La Bassée (Seine-et-Marne). De 700 000 à 800 000 m3 de remblais seraient nécessaires pour ce projet, qui pourrait être réalisé avant la fin de la décennie.

Selon Florence Castel, l'anticipation devrait permettre d'optimiser les coûts de gestion des déblais, mais aussi de répondre au souci de la région d'assurer un rééquilibrage territorial. La Seine-et-Marne absorbe en effet aujourd'hui 65 % des déchets du BTP en Ile-de-France et accueille la moitié des vingt ISDI de la région. Une situation qui a poussé une dizaine d'élus du département à dénoncer, début mars, le manque de solidarité des autres collectivités. "Le Grand Paris Expresss doit être un levier de ce rééquilibrage avec un traitement le plus local possible, tout comme il doit permettre de développer le recyclage des déchets du BTP dans la région", assure Geneviève Wortham, conseillère régionale (PS) de Seine-et-Marne.

L'Autorité environnementale rappelait en octobre 2012 que le traitement des déblais constituera "l'un des impacts majeurs" du Grand Paris Express.

Gilles van Kote

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/22/le-grand-paris-face-a-une-montagne-de-deblais_1852567_3234.html 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 13:25

Notre eau : notre or(5)

 

 

Gressy, Compans :

Qualité de l’eau de la Haute Beuvronne

 

 

 

Site du Conseil Général 77 :

Qualité des cours d’eau en Seine-et-Marne 2011

 

Beuvronne Gressy Compans

 

beuvronne ch 2

 

beuvronne cg1

 

 

 

http://eau.seine-et-marne.fr/library/Observatoire-2011---Qualite-cours-d-eau

 

 

Le benzo[g,h,i]pérylèneest formé principalement lors de la combustion de combustibles fossiles.

Sa présence anthropique dans l'environnement résulte des échappements d'automobiles, du

raffinage du pétrole, de la distillation du charbon, de la combustion de bois, de charbon, d'huile,

de propaneou de fioul et est associée aux émissions particulaires (dont celles des incinérateurs).

 

L'indéno[1,2,3-c,d]pyrène.

Sa  présence  naturelle  dans  l'environnement  résulte  également  des  feux  de  forêts  et  des

éruptions volcaniques.

Les  principales  sources  sont  cependant  d'origine  anthropique.  La  combustion  incomplète de

bois,  de  charbon,  de  carburant  utilisé  dans  les  moteurs  thermiques  (machines,  propulsion

automobile  essence  ou  Diesel),  les  fours  .  bois,  les  incinérateurs  d'ordures  ménagères,  les

fumées industrielles..

http://www.ineris.fr/rapports-d%C3%A9tude/toxicologie-et-environnement/fiches-de-donn%C3%A9es-toxicologiques-et-environnementales-

 

 

 Pour tous renseigne ments complémentaires  contactez :

 

Monsieur Joël Marion Maire de Compans

Monsieur Jean-Claude Geniés Maire de Gressy

Monsieur Jean-Pierre Dormeau, Président du syndicat de la Haute BeuvronneSIEAEHB en mairie de Gressy

 


Partager cet article
Repost0

Recherche