Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 08:46

 

 

 

CLAYE-SOUILY

L’ENVERS DU DECOR

Augmentation de l'impôt foncier

 

TAXE D’ENLEVEMENT

DES ORDURES MENAGERES 2013

LA NOTE EST SALEE 

 

Pourquoi une augmentation de 22 %

alors que les cadences de ramassage des ordures ménagères et gros objets ont été réduites, que la pratique de la collecte robotisée a été mise en place dans certains quartiers ?

 

  Les habitants de Claye-Souilly 

attendent des explications.

 

 

 

Dans un souci de transparence

nous demandons  que les rapports annuels

des activités délégués déchets :

traitements  et enlèvements

 soient mis en ligne

sur le site de la mairie de Claye-Souilly

 

 

Nous vous rappelons dans quelles conditions la présidente  d’Adenca avait dû consulter en 2009 ces rapports, voir l’article qui suit :

http://adenca.over-blog.com/article-27821975.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 16:35

 

Paru sur le site FNE :

Intimidations des agents de l’ONEMA : le droit de l’environnement menacé sur le terrain

Le 30 septembre dernier, des agents de l’office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) ont été victimes d’une manifestation très agressive organisée par un syndicat d’agriculteurs. Deux cents d’entre eux sont venus manifester devant les locaux de l’ONEMA à Saint-Pourçain sur Sioule dans l’Allier en déversant un camion épandeur de fumier et en saccageant les locaux du service départemental. 

Rappelons que les agents de l’ONEMA veillent sur le terrain au respect de la règlementation qui concerne les milieux aquatiques et participent aussi au contrôle des usages de la ressource en eau. Ils sont garants du respect de la loi sur le terrain où ils sont souvent bien seuls et du respect du principe pollueur-payeur. Ce sont des agents assermentés et ils peuvent de ce fait verbaliser des contrevenants en constatant des infractions. Les infractions constatées se traduisent par des sanctions administratives ou pénales comme tout délit puni par la loi. Mais visiblement certains usagers se considèrent au-dessus des lois.

Des lobbies au-dessus des lois

FNE et la Fédération nationale de Pêche (FNPF) condam
nent fermement ces actions d’intimidation envers des agents chargés de faire respecter la loi. En effet, cette dernière manifestation d’agriculteurs faisait suite à un rappel à la loi à l’encontre de l’un d’entre eux, verbalisé par l’ONEMA suite à une pollution relevée.

Les forces de l’ordre, présentes sur les lieux des manifestations, restent spectatrices. Pire, les préfets semblent céder à la pression des lobbies agricoles puisque dans l’Allier ce sont les agents de l’ONEMA qui ont dû s’expliquer sur les modalités de leurs contrôles. Que dirait-on si on demandait à un policier de justifier l’emploi des menottes ? Cette attitude est d’autant plus incompréhensible que Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, dans un courrier adressé au Syndicat National de l’Environ
nement, a rappelé que l’action de la FDSEA « constitue une incitation à l’incivilité qui ne peut rester sans réponse ». 

L’application du droit
ne souffre aucune exception

« Malgré la réglementation française, les directives européen
nes, la police des eaux, les Agences de l’eau et leurs Comités de Bassin, les responsables, clairement identifiés, de la dégradation de la qualité des eaux et des milieux aquatiques restent hors d’atteinte» rappelle Bernard Rousseau responsable des politiques de l’eau à FNE.

« Dans le contexte actuel de réflexion sur la simplification du droit de l’environ
nement, et d’évaluation de la politique de l’eau, quelques acteurs se sentent plus légitimes à nier les règles de protection des milieux aquatiques. Derrière ces règles, il y a l’intérêt général de l’ensemble des autres usagers de l’eau et la protection des milieux. Face au symbole que constitue cet événement, il convient d’apporter notre soutien à l’ONEMA» déclare, pour sa part, Claude Roustan, Président de la Fédération nationale de pêche et de protection de milieux aquatiques.

Il est inadmissible de voir des contrevenants s’en prendre physiquement aux agents en charge de la défense des milieux aquatiques sans qu’aucu
ne poursuite ne soit engagée. L’application du droit ne souffre aucune exception.

FNE et la FNPF demandent au ministre de l’intérieur en charge de la sécurité publique, à Madame la garde des sceaux, ministre de la justice ainsi qu’au ministre de l’écologie, tutelle de l’ONEMA de prendre toutes les mesures pour que de pareilles agressions
ne se reproduisent plus et que les coupables de voies de faits soient poursuivis par la justice et réprimés selon la loi.

1http://www.sne-fsu.org/sne/IMG/pdf/Flah_18_Reponse_ministere_Ecologie_09-10-13-2.pdf

 

 

http://www.fne.asso.fr/fr/intimidations-des-agents-de-l-onema-le-droit-de-l-environnement-menace-sur-le-terrain.html?cmp_id=33&news_id=13452&vID=897

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 18:18

 

 

Incinérateur de St Thibault des Vignes :


propriétaire  

SIETREM

Saint Thibault des Vignes

Syndicat en charge du traitement des déchets ménagers et assimilés

de 30 communes

http://www.sietrem.fr/

soit environ

283 000 habitants

 

 

Incinérateur qui reçoit des déchets

d'autres départements d'Ile de France

 

 

 

Pourquoi depuis plusieurs années

l’exploitant de l’incinérateur de St Thibault des Vignes,

la Sté Novergie (groupe SITA),

sous traitant du SIETREM,

 ne respecte pas l’arrêté préfectoral

qui l’autorise à incinérer par an

au maximum 140 000 tonnes

de résidus urbains et assimilés 

 

En effet nous constatons quil a été incinéré

à St Thibault des Vignes

 pour :

 

2008: 145 573 

2009 :145 735 

2010 :143 726 

2011 :146 709 

    2012 :144 871  (1)

 

 

Que font les services de l’Etat  ?

(DRIEE Savigny le Temple)  

  

 

 

Que font les élus du SIETREM

pour imposer à leur sous-traitant le

respect de la législation ? 

 

Pour tous renseignements complémentaires contactez :

 les membres du bureau du bureau syndical du Sietrem :

 

Président : Michel Ricart

 

Vice présidents :

M. Geres

C.A. Mignondo

X. Lemoine

H.T. Phan

L.P. Poitevin

A. Diogo

C. Plumard

I. Rouquier

J.L. Guillaume

 

 

http://www.sietrem.fr/images/stories/sietrem/organigramme_bureau_20032012.jpg

(1) Source site REP et  rapport annuel d’exploitation Sietrem année 2012

 

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 11:53

 

 

Quelles surveillance et fréquence des contrôles

 de radioactivité de l’eau du robinet

(teneur en tritium et radon)

distribuée par l’usine d’eau potable d’Annet sur Marne ? 

 

 

 

Pour le savoir contactez vos élus : maire, conseillers municipaux, conseillers généraux , conseillers régionaux, députés, sénateurs.

 

 

 

 Extrait article  paru sur le site Mediaterre :

 Adoption d'une directive sur les substances radioactives dans les eaux destinées à la consommation humaine.



Une directive établissant des exigences sanitaires concernant les substances radioactives se trouvant dans les eaux destinées à la consommation humaine, a été adoptée par le Conseil de l'Union européenne le 22 octobre 2013.

……

Le Conseil, rappelant que "l'ingestion d'eau est l'une des voies d'incorporation des substances radioactives dans le corps humain", y fixe de nouvelles valeurs, ainsi que de nouvelles méthodes de surveillance et leur fréquence. Les États devront surveiller les teneurs en radon et en tritium, et s'assurer que les eaux destinées à la consommation humaine respectent les exigences posées par la directive. Des mesures correctives et des notifications devront être mises en place afin que le public soit convenablement informé du niveau de qualité de l'eau qu'il est amené à consommer.

L'entrée en vigueur de la directive interviendra le vingtième jour suivant sa publication au Journal Officiel de l'Union Européenne. Les États membres auront dès lors deux ans pour la transposer dans leur ordre juridique interne. [VEILEGI]

·            

 

http://www.mediaterre.org/actu,20131023235700,3.html

 

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 11:18

 

 

Favoriser l’agriculture bio

c’est créer des emplois de proximité

en protégeant les captages d’eau :

le cas d’Annet sur Marne 

 

annet ect 31.3.2013 2

Annet sur Marne, ces espaces agricoles vont être transformés en décharge

au fond on distingue la vallée de la Beuvronne, rivière qui se rejette dans la Marne à Annet sur Marne

en amont proche du captage d'eau

 

 

 

Cette commune possède sur son territoire le plus important captage d’eau de Seine et Marne, qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants.

 

Pourquoi les élus de cette commune ont-ils choisi de donner à 3 reprises des avis favorables pour l’implantation de décharges sur plus de 150 hectares de terres agricoles à haute valeur économique ?

 

Pourquoi ces élus ont-ils choisi d’implanter des activités polluantes, peu créatrices d’emplois, alors que favoriser l’implantation d’une agriculture bio sur tous ces hectares aurait permis de créer beaucoup plus d’emplois, des emplois de proximité, de nourrir la population environnante et par delà de protéger le plus important captage d’eau de Seine et Marne ?

 

 

Ce qui se fait ailleurs :

 

Extrait Etude :  « Développer l’Agriculture Biologique pour une protection durable

et économe de votre captage… » (page 4)

 

Développer l'agric bio pour une produ durable et écon de

http://www.eau-seine-normandie.fr/fileadmin/mediatheque/Agriculteur/Images/Page_documents/AB_FNAB_outils_et_experiences_MO.pdf

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires, contactez les élus d’Annet sur Marne :

 

 

 

M. MARCHANDEAU, Maire, Mme CHAHINIAN, MM LECUYER, LECOMTE, Mme BOITIER Adjoints, Mmes MARTIN, DOMNIEZ, M RAUSCENT, Mme AUBERT, MM MILLAN, GIRARDOT, BEVIERRE, Mme AUZIAS, MM KNECHT, BOKOBZA, COCQUELET,Mme CAGNET, Mme BELOUIS. 

 

Pour aller plus loin :

 

http://adenca.over-blog.com/article-nord-ouest-77-les-elus-de-la-commune-d-annet-sur-marne-qui-possede-deja-2-communes-donnent-un-avis-103408074.html

 

http://adenca.over-blog.com/article-annet-sur-marne-les-eaux-en-provenance-de-l-installation-se-rejetant-dans-le-perimetre-de-protecti-115144013.html

 

http://adenca.over-blog.com/article-nouvelle-decharge-ect-annet-sur-marne-116783553.html

 

http://adenca.over-blog.com/article-nord-ouest-77-les-elus-de-la-commune-d-annet-sur-marne-qui-possede-deja-2-communes-donnent-un-avis-103408074.html

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 11:47

 

 

 

Protection de la ressource en eau du captage d’Annet sur Marne :

le cas de l’ancienne décharge de Carnetin ? 

 

 

 

CARNETIN

Commune riveraine d’Annet sur Marne

 


 

 « La société UCLAF avait été autorisée, par arrêté préfectoral du 18 décembre 1958, à 

exploiter au lieu dit « Les Bois » à Carnetin, une ancienne carrière de gypse à ciel ouvert

 pour y  déposer des résidus industriels et d’ordures ménagères : 

- produits chimiques imprégnant des terres filtrantes et des charbons actifs

- mycéliums issus de l’extraction des antibiotiques

- déchets divers s’apparentant à des ordures ménagères »

 

« Le 21 janvier 2002, suite aux nombreux projets de remblais, aux conséquences environnementales importantes (mouvements de terres polluées), portés à sa connaissance, le

préfet de Seine et Marne a ordonné à la société ROUSSEL UCLAF  (aujourd'hui appartenant au 

groupe Sanofi Aventis)  la remise  du site  en  état,  pour  que  celui-ci  ne  présente  plus  aucun danger. Depuis, aucune démarche n’a encore été engagée sur le dossier

actuellement suivi par la DRIRE »(1)

 

 

Quels risques

pour le captage d’eau d’Annet sur Marne ?

 


 

Pour tous renseignements concernant ce dossier contactez

la DRIEE 77 à Savigny le Temple.

Extrait Etat initial environnement SCoT Marne Brosse Gondoire :

 

  Carnetin



  

(1) P 41 http://www.scot-marne-brosse-gondoire.fr/77_SCoT_MBG_RP_2_partie.1.pdf 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 16:34

 

 

La rubrique d’Alain :

 

Claye-Souilly : Isabelle Godard, une agricultrice bio 

 

 

 

Pendant que l'on marche sur la tête dans le domaine agricole et que l'on est amené à

créer un numéro national d'appel pour la prévention des suicides, dédié

spécifiquement aux professionnels, une certaine agriculture locale, archaïque pour

certains et à la pointe de la modernité pour ceux qui la pratiquent, se bat pour exister malgré l'artificialisation des terres dans les zones péri-urbaines :


A Claye Souilly,  Isabelle Godard, en se lançant dans la reprise de terres familiales pour s'installer en production maraîchère biologique, a voulu proposer un choix qui devrait se présenter comme une évidence: se fournir et fournir localement.

Suite au départ en retraite de son père, elle a donc repris une partie de l'exploitation pour concrétiser son projet qui comporte plusieurs volets: maraîchage, élevage de volailles et également une part de grande culture.

 


L'entrée de l'exploitation côté serre

 

 I. Godard EntreeEtSerre

 

 

La ferme vise à être en relative autonomie en polyculture et élevage où les plantes nourrissent les animaux et vice versa (Autonomie vers laquelle on peut avec un trait d'humour noir penser que notre communauté la pousse quand on considère que la ferme n'est raccordée au secteur électrique que par un transformateur loué, que l'eau provient d'un puits et que la voie d'accès communale est complètement délabrée….)

L'exploitation est en bio et produit des légumes variés. Pour avoir des plantes saines, un maximum de diversité est nécessaire, d'où l'implantation d'arbres et d'une mare. Ceci est bien sûr un travail de longue haleine et il ne faudra pas moins d'une dizaine d'années pour retrouver un système écologique équilibré.

Avec ce genre d'exploitation (20 ha) on est vraiment dans le développement d'un tissu local, que cela soit la production, les consommateurs (60 familles) ou même les emplois (4 prévus à partir de la cinquième année), dans tous les domaines on est loin de la tendance de l'agro-business où on tourne à environ 1 emploi pour 120 ha en exploitation céréalière.

 

 

Ramassage des patates


I.Godard RamassageDesPatates

 

 

 

Il faut beaucoup de courage et de persévérance aux paysans qui s'embarquent dans de telles aventures car on ne peut pas dire que l'organisation actuelle de notre société leur facilite la tâche avec toutes les vagues de standardisation, la suppression des petites structures (par ex les abattoirs, les laiteries…) et le lobbying forcené des géants de l'agroalimentaire et de la chimie. Cette agriculture paysanne a pour ambition de redonner aux agriculteurs leur rôle social, écologique et économique.

Le soutien des AMAP est pour Isabelle d'une grande importance  et à ce sujet on se doit de constater que contrairement à une idée très répandue les amapiens sont loin d'être des "bobos" et qu'ils sont plutôt des gens curieux et des citoyens actifs (comme une enquête de l'Ademe a pu le montrer  http://ademe.typepad.fr/presse/2013/04/une-enquete-inedite-sur-la-consommation-collaborative-.html ) .

On peut penser que l'avenir de notre agriculture et à terme de notre santé est entre nos mains (j'aimerais pouvoir penser que nos collectivités territoriales nous y aideront..). Le consommateur peut décider de sa façon de s'alimenter et du respect de l'environnement par ceux qui prétendent nous nourrir ….

 


Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 10:00

 

 

CLAYE-SOUILLY 

Révision du Plan Local d’Urbanisme :

 

Un manque de concertation ? 

 

A vous de juger

 


 

 Le Plan Local d’Urbanisme est en cours de révision, ce plan engage l’avenir de notre commune pour les 15 années à venir et nous constatons qu’à ce jour une seule réunion publique a été organisée.

 

Conformément à l’article 7 de la chartre de l’environnement :

« Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d'accéder aux informations relatives à l'environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l'élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l'environnement. »

 

 

Qu’en est-il à Claye-Souilly ?


Une seule réunion publique a été organisée, mais aucunes réunions de quartier, ateliers participatifs, réunions thématiques ne sont programmées.

 

Qui participe à l’élaboration de ce PLU ?

 

 

Dans le bulletin municipal n° 91 de septembre 2012 à la page 72 il est indiqué :

« Révision du PLU (votée en Conseil Municipal le 07 février 2011)

 Suite à une large concertation avec des personnes publiques associées (Etat, Département, …

Associations environnementales…. »

 

Notre association ne figure pas dans la liste des associations environnementales participant à la large concertation des personnes publiques, à notre connaissance seule une association environnementale dont le siège social est à Melun est associée à la concertation des personnes publiques associées.

 

On peut lire encore page 73

«  Une large concertation est organisée… : une exposition en mairie, un site internet, des réunions… vous permettront de vous exprimer et de dialoguer avec vos élus sur le projet de ville. »

 

Depuis le vote en conseil municipal le 7 février 2011 de la révision du PLU, à notre connaissance une seule réunion publique a été organisée et aucunes autres réunions de quartiers, ateliers participatifs, réunions thématiques.. ne sont programmées.

 

 

Ce qui se fait ailleurs :

 

Malakoff : des réunion, ateliers participatifs

http://www.ville-malakoff.fr/ville-pratique/urbanisme-et-logement/urbanisme/actualites/concertation-sur-le-plan-local-durbanisme/ 

 

Annecy : des réunions de concertations, des questionnaires, des forums..

http://www.annecy.fr/335-le-plan-local-d-urbanisme-plu-de-la-ville-d-annecy.htm

 

Bourg la Reine : des réunions publiques, des réunions thématiques, un sondage….

 http://www.bourg-la-reine.fr/Cadre-de-vie-et-urbanisme/Le-Plan-Local-d-Urbanisme/Calendrier-et-concertation

 

 

 

Pour aller plus loin :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-de-loi-relatif-a-la-mise-en-oeuvre-du-principe-de-participation-du-public

 

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/a-la-une/novembre-2011-le-conseil-constitutionnel-et-la-charte-de-l-environnement.100549.html

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 08:49
Si l’Ile de France avait rénové ses immeubles
 plutôt que de les détruire ? 
Combien d’emplois qualifiés créés ?
Combien de décharges et carrières remblayées par des déchets  en moins ?
CombIen de pollution évitée ?
Paru dans le journal de l’environnement :
Un Français avale 23 tonnes de matières premières par an

Le 10 octobre 2013 par Stéphanie Senet

 

Une consommation composée pour moitié de minéraux destinés à la construction

En attendant le futur rapport sur le potentiel de l’économie circulaire dans l’Hexagone, que doit rendre le gouvernement d’ici juin prochain, une étude du Commissariat général au développement durable (CGDD), publiée le 9 octobre, apporte des données sur la consommation de matières, et leur devenir. 

Avec cette nouvelle étude sur les flux de matières en France, le CGDD ouvre des pistes de travail à tous les acteurs de l’économie circulaire.

Quels sont ces flux? Le CGDD s’est penché sur les ressources importées et extraites du territoire, sur les matières stockées dans les infrastructures et les biens, les exportations, ainsi que les rejets dans les milieux naturels (1).

Si l’on se focalise sur la consommation apparente de matières, on remarque qu’elle a légèrement baissé depuis 2008, passant de 14 tonnes par habitant et par an à environ 12 t/hab/an en 2010 dans l’Hexagone, en raison de la crise économique, note le Commissariat.

 

44 tonnes aux antipodes

Elle est proche de la moyenne de l’Union européenne (17 t/hab/an en 2008), tandis que les Australiens et les Néo-Zélandais battent le triste record de la plus forte pression sur les ressources, avec 44 t/hab/an, loin devant les Etats-Unis (23 t/hab/an).

En revanche, les Français s’avèrent plus gourmands que les Russes, les Britanniques, les Japonais et les Italiens (11t /hab/an), et dépassent largement les Indiens (4 t/hab/an).

Le panier tricolore est composé pour moitié des tonnages de minéraux utilisés dans la construction (minéraux et graviers). Une situation confirmée par l’état des poubelles, majoritairement composé de déchets du bâtiment et des travaux publics. Le solde est composé de biomasse –agriculture et pêche- (28%), et de combustibles fossiles (16% dont les deux tiers sont des produits pétroliers).

A côté de cette consommation intérieure apparente, le CGDD distingue la notion d’extraction intérieure (11 t/hab), de matières importées –en hausse de 30% depuis 1990- (5,7 t/hab), et de matières exportées –en hausse de 20%- (3 t/hab).

 

23 tonnes en France avec les flux indirects

A ces flux dits «apparents», il faut ajouter des flux «cachés» ou indirects, que sont les résidus de récoltes, les terres excavées (liées aux activités d’extraction et de construction) et les combustibles énergétiques nécessaires à la production de biens et à leur transport jusqu’à la frontière (lorsqu’ils sont exportés). En les prenant en compte, on augmente la consommation totale de matières en France à 23 t/hab (contre 28 t en 2008 et 30 t en 1990).

Autre caractéristique hexagonale, nous produisons plus de déchets que la moyenne européenne: 5,5 t/hab contre 5 t/hab dans l’UE à 27 en 2010.

Autant d’éléments à disposition des pouvoirs publics pour réaliser concrètement les économies de ressources qui s’imposent, augmenter la seconde vie des produits, réduire les déchets, mieux les recycler, sans oublier de réduire la dépendance de la France aux importations.

(1) Les ressources en eau n’ont en revanche pas été comptabilisées

http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/publications/p/2040/1161/cycle-matieres-leconomie-francaise.html

lien vers l’article :

http://www.journaldelenvironnement.net/article/un-francais-avale-23-tonnes-de-matieres-premieres-par-an,37654?xtor=EPR-9

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 17:20

MITRY ZI

Avion survolant la zone industrielle de Mitry-Compans

qui possède 7 sites Seveso dont 3 à hauts risques

 

 

 

Pourquoi n'y a-t-il  toujours pas de points de contrôle du bruit

installés par Bruitparif autour de l’aéroport

de Roissy sur la Seine et Marne ?

 

Depuis notre rencontre

avec la direction de Bruitparif en début d’année,

 la situation semble au point mort.

 

 

 

Pas de contrôles = pas de problèmes ?

A vous de juger

 

Une réunion s’est tenue hier  à la préfecture de région IDF sur les vols de nuits autour de l’aéroport de Roissy, M. Jean Pierre Blazy  député-maire de Gonesse a défendu, comme à son habitude, les populations du Val d’Oise contre les nuisances aériennes.

 

Nous regrettons l’absence de députés de Seine et Marne et notamment celle de  Monsieur Yves Albarello député de la 7ème circonscription, la circonscription la plus touchée par les vols de nuit.

 

Nous souhaitons que M. Yves Albarello puisse assister régulièrement à ces réunions et  prenne contact  avec Mme Julie Nouvion présidente de Bruitparif et élue de Seine et Marne pour qu’enfin  des points de contrôles du bruit soient implantés sur la 7ème circonscription, Villeparisis et Mitry-Mory notamment.

 

 

 

 

Voir article du Parisien relatant la démarche d’un député dans le Val d’Oise :

Chaumontel
Une station pour mesurer le bruit des avions

Publié le 18.09.2012

C'est, pour Jean-Pierre Blazy, farouche opposant aux vols de nuit, « l'outil qui va prouver combien les nuisances des avions sont importantes et insupportables pour les habitants ». A Gonesse, ville voisine de Roissy, où les habitants se plaignent du bruit des décollages mais surtout des atterrissages, le député-maire PS vient de faire installer sur le toit de la médiathèque, en centre-ville, le dispositif expert Rumeur, déployé en Ile-de-France par Bruitparif. 

Une démarche déjà effectuée à Sannois, Saint-Prix, Saint-Brice-sous-Forêt, Saint-Martin-du-Tertre, et prochainement, Chaumontel.

Particularité, unique dans la région, de l'installation de Go
nesse : ce système — un boîtier relié aux sondes présentes dans la plupart des avions — y a été couplé à un radar virtuel, qui permet de connaître plus finement le niveau sonore de chaque appareil. Concrètement, cette station de mesure du bruit relève le niveau sonore exprimé en décibels lors du passage de l'avion. Il est enregistré 24 heures sur 24. Figurent aussi parmi les données enregistrées le numéro du vol, la compagnie, l'origine et la destination de l'appareil.

« Après quelques semai
nes de rodage, la station est tout à fait opérationnelle, se félicite Jean-Pierre Blazy. Dès à présent, chaque habitant désireux de s'informer sur les nuisances des avions de Roissy peut prendre connaissance en temps réel de ces données via le site Internet de la ville*. Et faire remonter, s'il y a lieu, ses doléances par ce même moyen. » Objectif clairement affiché par le député-maire : « Convaincre, notamment grâce aux témoignages des riverains mécontents et réveillés la nuit, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), Aéroports de Paris, mais aussi les compagnies aériennes et le gouvernement. »

S'il
ne se dit « plus hostile au développement économique de l'aéroport », l'élu prône « une maîtrise du trafic aérien qui respecte le quotidien des riverains ». Et de rappeler que « 170 appareils en moyenne survolent Gonesse chaque nuit entre 22 heures et 6 heures ».

Car, pour Jean-Pierre Blazy, « les différentes mesures ministérielles prises depuis 2011 sont i
nefficaces. Comme le relèvement des altitudes de vol à l'approche de la région parisienne qui n'a aucun impact sur Gonesse, située à quelques kilomètres de l'aéroport et dans l'axe des pistes ».

* www.ville-gonesse.fr.

Le Parisien


http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/une-station-pour-mesurer-le-bruit-des-avions-18-09-2012-2169284.php

Partager cet article
Repost0

Recherche