Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 14:04

 

 

Alors que la population est vent debout contre l’implantation d’un méthaniseur

 Valérie Pécresse alloue 630 000 € de subvention et l’ETAT (Ademe) 370 000 €  à :

 

Sas Biogaz du Plateau

Chemin de Paris

à Larchant

Président  Philippe Girardot

 

Coût de l’opération 5 631 272 €

 

Les pulpes de betteraves  viendront de la sucrerie de Souppes sur Loing situé à plus de 17 kms.

                      De quels silos viendront les déchets de silos de céréales ?

               Les agriculteurs ne le disent pas.

 

 

La question du jour :

Considérez-vous que la Région IDF et l’ETAT

 gère bien votre argent

ou favorisent-t-ils

certaines catégories professionnelles ou détriment des autres  ?

 

pour aller plus loin :

 

Extrait article paru sur actu.fr :

Seine-et-Marne. Dans le village de Larchant, la création d'une unité de méthanisation divise

Trois agriculteurs portent un projet de création d'une unité de méthanisation sur leurs terres qui soulèvent des craintes et interrogations chez certains habitants.

Situé dans une cuvette, le village serait, selon le CDASL, exposé aux nuisances olfactives provenant de la future unité de méthanisation (©DR)

Situé dans une cuvette, le village serait, selon le CDASL, exposé aux nuisances olfactives provenant de la future unité de méthanisation (©DR)

Par Karine BrivesPublié le 4 Déc 20 à 19:00 

Trois agriculteurs portent un projet de création d’une unité de méthanisation sur leurs terres à Larchant.

Leur projet, présenté dans notre édition du 15 novembre dernier, soulève la désapprobation de plusieurs habitants du village.

Fin août 2020 un joggeur de Larchant change son itinéraire habituel et découvre un panneau planté le long d’un champ de betteraves indiquant l’obtention d’un permis de construire pour la construction d’une unité de méthanisation au bénéfice de la SAS Biogaz du plateau……

 

Stupeur et énervement

C’est par ce panneau implanté dans un champs que certains Lyricantois découvrirent qu’un projet d’unité de méthanisation était en cours, d’une certaine ampleur puisque la surface est de 2, 8 hectares.

Une information avait également été disposée dans le bulletin municipal du mois d’octobre 2020.

« Dans le plus grand secret, le projet avait été mûri depuis 2016 et négocié en 2018 par ses porteurs avec la préfecture de Seine-et-Marne, la Région Ile-de-France, l'ADEME, sans aucune information publique préalable à part l'affichage sur le panneau de la mairie que personne n'a remarqué »,

lâche le CDASL, Comité de Défense, d’Action et de Sauvegarde de Larchant qui précise que cet affichage mentionnait « une unité de méthanisation d’une surface de plancher de 54 m2 ce qui pour le néophyte ne représentait aucun danger ».

Dans le passé, le CDASL, présidé par un habitant du village, Dominique Accaris, qui revendique 200 adhérents, s’est illustré par des actions ayant permis entre autres, de réduire les nuisances dues aux extensions d’exploitation des carrières de sable blanc, de négocier la déviation du village pour les poids lourds et plus récemment de réagir face aux projets d’implantation d’un parc éolien industriel sur le territoire de la commune.

 

Dominée par la ferme du Chapitre, le village s’est développé autour de son église qui fut un lieu de pèlerinage important au moyen-âge et une étape sur le chemin de Compostelle (©DR)

 

De par sa situation géographique, le village de Larchant connu pour sa basilique St Mathurin, son marais déclaré zone Natura 2000, et sa forêt avec ses rochers recherchés des grimpeurs du monde entier, se trouve en contrebas du plateau de Guercheville, sous les vents dominants qui balaient régulièrement la plaine.

Les premières maisons du lieu-dit « Le Chapitre » avec sa grange dimière et son pigeonnier inscrits aux Monuments historiques, se trouvent à environ 550 m de la future unité de méthanisation alors que le centre du village est à 1 km.

Produire un gaz local

Pour le moment, les trois agriculteurs sont dans l’étude d’une collaboration avec GRDF pour se raccorder à la maille qui alimente Saint-Pierre-lès-Nemours, Nemours et Darvault.

« On s'est rendu compte que de juin à septembre, on pourrait produire 100 % du gaz qui est consommé actuellement sur cette maille, et ce, en remplacement de gaz fossile originaire de Russie, de Norvège, ou d'Algérie. C'est la même molécule, sauf que notre gaz serait local »

souligne Philippe Girardot, agriculteur et président de la SAS Biogaz du Plateau.

Des problèmes d’odeurs en vue ?

Malgré tous les bénéfices listés par les porteurs du projet, ce dernier suscite quelques réactions au sein de Larchant.

Certains sont contre, et un débat se soulève petit à petit. Vincent Mével, le maire de la commune,avait prévu une réunion publique le 14 novembre dernier.

« Pour le moment, ce projet est d’ordre privé. Je m’exprimerai sans doute après l’organisation d’une réunion débat » avait-il déclaré mais à cause du confinement la réunion d’information n’a pas pu avoir lieu.

Les habitants contestataires redoutent principalement une pollution olfactive.

Il est déjà arrivé que des méthaniseurs, mal gérés aient ce problème. Philippe Girardot tient à rassurer : « Moi-même, j’habite à Larchant. Je ne vois pas pourquoi j’irais monter un projet qui entrave à la tranquillité de mon cadre de vie. On ne fait pas ce que l’on veut et surtout, on ne met pas n’importe quoi dans le méthaniseur ».

Ici, les intrants sont uniquement des déchets végétaux comme la pulpe de betteraves travaillées à la sucrerie de Souppes-sur-Loing, ou des issues de silos qui viennent du nettoyage et du triage des céréales.

Les odeurs apparaissent uniquement quand le processus de fermentation ne marche pas bien.

« Soyons clairs, nous ne refusons pas la méthanisation à la ferme, qui traite ses propres déchets pour sa propre consommation d'énergie, ni la méthanisation des vrais déchets, réalisée par de vrais professionnels, qui disposent d'équipes spécialisées garantissant la sécurité et l'absence de pollution de leurs installations. En revanche nous refusons la transformation des agriculteurs en apprentis chimistes qui, pour produire un maximum de gaz méthane, détournent des cultures de l'alimentation, méthanisent des déchets agricoles qui constitueraient de meilleurs fertilisants sans cela (lisiers, fumiers), et appauvrissent ainsi les sols en carbone organique », juge le CDASL.

https://actu.fr/ile-de-france/larchant_77244/seine-et-marne-dans-le-village-de-larchant-la-creation-d-une-unite-de-methanisation-divise_37865805.html

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 14:03
Gressy l'étang
Gressy l'étang
Partager cet article
Repost0
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 18:00

 

 

2 fois 

en moins de 8 jours

 l’eau du robinet

 non conforme aux références de qualité

 

 

 

 

  Site du Ministère de la Santé

Claye-Souilly payer chère une eau du robinet de qualité médiocre : un sujet qui fâche !
Claye-Souilly payer chère une eau du robinet de qualité médiocre : un sujet qui fâche !
Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 14:48

 

Lionel Beffre a été chef de cabinet du 1er Ministre Dominique de Villepin et Préfet d’Eure et Loire, du Lot et Garonne, il a fait également un passage assez court et semble-t-il assez difficile au pays basque (Pyrénées Atlantiques), les nationalistes basques n’auraient pas apprécié qu’il s’oppose à l’extension d’une école privée à Hendaye et les habitants et élus de Charrite le Bas qu’il autorise l’implantation d’une décharge.

 

Ces 5 dernières années il était Préfet de l’Isère :

  • juste avant son départ il autorisera, malgré l’opposition des riverains, l’extension de la carrière Vicat à Sassenage pour une durée de 30 ans, qui sera remblayée par 600 000 m3 de déchets inertes
  • en mai dernier suite à la contestation de l’association « Vivre ici vallée du Rhône Environnement » son arrêté préfectoral du 19/12/2018 sera annulé par le tribunal administratif , il portait sur la réalisation du projet INSPIRA pour l’aménagement de la ZAC de la zone industrialo-portuaire (ZIP) de Salaise-sur-Sanne et de Sablons (Isère). https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-37492-jugement-inspira-ta-grenoble.pdf

 

 

Le nouveau Préfet dit vouloir mettre l’accent sur la sécurité. « En plus de la sécurité sanitaire liée au Covid, la sécurité publique, civile et routière seront au centre de mes préoccupations »(1)

 

Souhaitons qu’il se penche rapidement sur la sécurité des populations durement touchées par les inondations en imposant des prescriptions complémentaires aux collectivités, services de l’ETAT, promoteurs et industriels pour notamment adapter leurs bassins de rétention des eaux pluviales à la situation actuelle.

 

 

Son CV

Né à Decazeville (Aveyron) en janvier 1964

Il est le fils de Pierre Beffre (1934-2014), professeur de mathématiques, conseiller général PS du canton d'Aubin de 1994 à 2015 et maire d'Aubin (Aveyron) de 1995 à 2008 et d'Huguette Beffre, professeur d'anglais, très investit dans la vie associative locale.

 

Après avoir obtenu son baccalauréat à Decazeville  en 1981 il vient à Paris pour suivre ses études.

Lauréat de l’Institut d’Études Politiques de Paris - Licencié en droit - DEA de finances publiques et de fiscalité, il intègre l’ENA en 1988 , promotion Jean Monnet.

 

19/07/2021 – Préfet de Seine-et-Marne

06/05/2016 - Préfet de l’Isère

16/09/2013 - Haut-commissaire de la République en Polynésie française

06/02/2012 - Préfet des Pyrénées-Atlantiques

15/02/2010 - Préfet d’Eure-et-Loir

23/07/2007 - Préfet de Lot-et-Garonne

24/04/2006 - Chef du cabinet du Premier ministre Dominique de Villepin

18/07/2005 - Préfecture de Paris -Directeur de l’administration

22/04/2004 - Cabinet du ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales -Conseiller pour les affaires financières auprès de Dominique de Villepin

04/09/2000 –DPAFI - sous-directeur des affaires financières

05/09/1996 - Chef de cabinet du préfet de police

01/09/1994 - Détaché à l’Inspection générale des Finances

24/09/1992 - Secrétaire général de la préfecture des Alpes de Hautes Provence

1990 - Directeur de cabinet du préfet du Languedoc-Roussillon

1990 - Administrateur au Ministère de l’Intérieur

 

 

Source :

  • Préfecture 77
  • Presse :

https://www.ladepeche.fr/article/2012/02/14/1283793-lionel-beffre-du-bassin-a-l-etat.html

https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/08/2640878-ancien-conseiller-general-et-maire-pierre-beffre-n-est-plus.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/info/charritte-de-bas--riverains-en-colere-85409.html

https://www.sudouest.fr/2012/08/03/elus-et-opposants-recus-a-la-prefecture-785839-4097.php?nic

https://www.sudouest.fr/2012/07/25/bras-de-fer-juridique-autour-de-mendixka-778614-4097.php?nic

https://www.placegrenet.fr/2017/10/31/projet-dextension-de-carriere-vicat-inquiete-habitants-cotes-de-sassenage/528188

1. https://actu.fr/societe/vaccination-securite-emploi-les-chantiers-du-nouveaux-prefets-de-seine-et-marne_43668027.html

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 10:41
 Ermenonville (oise) : Abbaye de Chaalis
La roseraie

La roseraie

 Ermenonville (oise) : Abbaye de Chaalis
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 19:27

 

 

Les agriculteurs une population choyée par l’ETAT ?

 

Après avoir reçu des millions d’euros pour implanter des méthaniseurs de déchets les agriculteurs vont recevoir aujourd’hui de l’argent public pour reconstituer des haies.

 

En effet à la fin du 20ème siècle nombre  d’agriculteurs ont détruit les haies qui traversaient leurs champs pour gagner du terrain d’exploitation et ne plus avoir de contrainte pour cultiver.

« Tourner autour d’une haie pour semer, pulvériser ou récolter ça prend du temps ».

 

Ironie du sort aujourd’hui l’ETAT va utiliser l’argent de vos impôts pour « aider » les agriculteurs à reconstituer les haies aujourd’hui  disparues, cela pourrait éviter quelque peu les coulées de boues vers les villages ruraux en cas de fortes pluies.

 

 

 

Site du Ministère de l’Agriculture :

Programme « Plantons des haies ! » - 50 M€

25/02/2021 

PLAN DE RELANCE

 

L'objectif de ce programme est d'aider les agriculteurs qui souhaitent favoriser la biodiversité autour et à l'intérieur de leurs cultures en reconstituant les haies bocagères qui les entourent et en implantant des alignements d'arbres (agroforesterie intraparcellaire).

Quelles sont les actions ?

Outil clé de la biodiversité, les haies en bordure de champs et l'agroforesterie intraparcellaire permettent d’abriter des animaux auxiliaires de cultures (pollinisateurs, prédateurs de ravageurs), lutter contre l’érosion des sols, améliorer la qualité et l’infiltration de l’eau dans le sol, stocker du carbone et s'adapter au changement climatique.
Pourtant, depuis 1950, 70% des haies ont disparu des bocages français et continuent de diminuer.
L’objectif de la mesure est de parvenir à la plantation de 7 000 km de haies et d'alignements d'arbres intraparcellaires sur la période 2021-2022.

Cette mesure vient renforcer les actions menées dans le cadre du Plan national de développement pour l’agroforesterie 2015-2020, actuellement en cours de renouvellement pour la période 2021-2025.

Cette mesure prévoit deux volets :

  • un volet « investissement » : financement de projets d’implantation de haies et d'arbres intraparcellaires ;
  • un volet « accompagnement » : financement d’actions d’accompagnement et d’animation dans les territoires afin de susciter des projets de plantation, faciliter leur montage et leur réalisation et assurer leur cohérence et leur pérennité.

Qui peut en bénéficier ?

Tous les agriculteurs.

Comment en bénéficier ?

Des appels à projet seront lancés au niveau régional, par la DRAAF de votre région.

Quel calendrier ?

Dès début 2021.

Qui contacter ?

Les directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF)

https://agriculture.gouv.fr/francerelance-50-meu-pour-planter-7-000-km-de-haies-en-2-ans

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 11:23
 
 
 

D’où viennent en fait ces odeurs ? 

 

C’est en particulier lorsque les incinérateurs de la région parisienne se délestent des ordures ménagères qui ont macéré quelques temps chez eux et qu’ils ne sont pas en mesure de traiter pour cause d'entretien, de nettoyage, d’incident, de grève ou autres.

 

Car il faut savoir que les exploitants d’incinérateurs choisissent en particulier l’été pour nettoyer leurs incinérateurs et se délester de leurs ordures vers Claye-Souilly.

 

Ils ne vont tout de même pas faire supporter les odeurs nauséabondes aux riverains de leur incinérateurs c’est bien mieux de les faire supporter aux autres.

 

Comme si cela ne suffisait pas le Syctom qui gère les ordures de la région parisienne vient de signer un nouveau contrat avec Veolia qui consiste à rapatrier, après la collecte, une partie des ordures ménagères de l’est parisien vers Claye-Souilly pour les y stocker  jusqu’à 6 mois  et les renvoyer vers les incinérateurs de la région parisienne quand ceux-ci en auront besoin, en particulier en hiver.

 

C’est le système de l’enrubannage : les ordures ménagères arrivent en vrac à Claye-Souilly puis sont enroulées à l'air libre dans du plastique (comme les ballots de paille dans les champs) et stockées à l’air libre sur 4 hauteurs et jusqu’à 20 000 tonnes.

 

Photo présentée par le Syctom lors de la réunion ORDIF du 17/1/2020   https://www.ordif.fr/fileadmin/DataStorageKit/ORDIF/Actu/200117/5-_syctom_-_detournements_omr.pdf

Photo présentée par le Syctom lors de la réunion ORDIF du 17/1/2020 https://www.ordif.fr/fileadmin/DataStorageKit/ORDIF/Actu/200117/5-_syctom_-_detournements_omr.pdf

 

 

Un manque de transparence ?

 

Que contient le porter à connaissance établi par Veolia lors de sa demande que ni la préfecture, ni Veolia n’ont souhaité transmettre aux associations ?

 

Pourquoi le préfet n’impose-t-il pas de prescriptions complémentaires pour encadrer cette nouvelle activité alors qu’il l’avait annoncé dans son courrier du 13 mars 2020 ?

 

 

Voyons ce qui se passe ailleurs :

 

Dans l’Ain  chez Sytraival St Etienne sur Chalaronne  les balles sont stockés dans un local abrité des intempéries, aéré et ventilé car le préfet l’a imposé.

Voir AP de 2016 page 37 article 8-1-3 (3ème paragraphe) :  https://www.georisques.gouv.fr/risques/installations/donnees/details/0101.00131#/

 

Dans le Var chez Sittomat La Mole les déchets sont stockés sous un hangar

https://www.georisques.gouv.fr/risques/installations/donnees/details/0064.06633#/

 

Sittomat La Mole https://www.sittomat.fr/wp-content/uploads/2019/08/SITTOMAT-CP-quai-transit-La-Mole-07-2019.pdf

Sittomat La Mole https://www.sittomat.fr/wp-content/uploads/2019/08/SITTOMAT-CP-quai-transit-La-Mole-07-2019.pdf

 

 

Mais vous n’êtes ni dans l’Ain, ni dans le Var

Vous êtes en Seine et Marne

 dans la "poubelle de l'Ile de France"

 comme la dénomme certains.

  

 

Arrêtez de geindre

On vous demande ici de subir et de vous taire

Surtout vous taire.

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 15:03

 

 

Après les importantes inondations qu’à encore connu la commune les 13 et 14 juillet, les habitants se demandent si les bassins de rétention des eaux pluviales de la ZAC  du Bois des Granges sont suffisants.

 

Pas d’étude hydraulique réalisée par un hydrogéologue agréé !

 

Lors de sa demande d’autorisation Loi sur l’eau le promoteur SAF avait fait appel en 2008 pour la présentation de son dossier à Sepia, un cabinet de conseil, spécialisé dans les diagnostics techniques.

 

Les élus de Claye-Souilly n’avaient pas exigé d’étude hydraulique par un hydrogéologue agréé, pourtant des insuffisances hydrauliques dans la traversée de Mauperthuis étaient connues.

 

Le bassin de rétention

 face à Mauperthuis

a débordé sur la route les 13/14 juillet dernier

 

Alors que le secteur de Mauperthuis a connu d’importantes inondations en 2018, qu’un bassin de rétention a été construit récemment aux frais du contribuable en face de Mauperthuis pour protéger ce secteur contre les inondations, nous apprenons que ce bassin de rétention a débordé dans la nuit du 13 au 14/7 inondant la route D 34e. 

 

Le ru Botteret dans la traversée de Mauperthuis 12/6/2018

Le ru Botteret dans la traversée de Mauperthuis 12/6/2018

 

Une nuit d’angoisse pour certains riverains du ru Botteret qui ont eu le sommeil coupé par le bruit des vagues d’eau déferlant dans ce ru.

Le ru Botteret dans la traversée de Mauperthuis 5/7/2021

Le ru Botteret dans la traversée de Mauperthuis 5/7/2021

 

 

L’arrêté préfectoral « Loi sur l’eau » de 2019 indique que la gestion des eaux pluviales de la Zac du Bois des Granges sera rétrocédée à la communauté d’agglomération CARPF, c’est-à-dire prise en charge par le contribuable.

 

C’est pour cette raison qu’il est nécessaire que les élus demandent à Eiffage de faire réaliser  à ses frais, avant la fin des travaux,  une étude hydraulique se basant sur les récentes pluies, englobant le lotissement de Mauperthuis, afin de contrôler si les bassins de rétention de cette ZAC sont suffisants où s’ils doivent être revus à la hausse pour éviter les inondations en aval.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 16:26

 

ANDRE GODARD

ANCIEN AGRICULTEUR QUI FUT ATHLETE DE HAUT NIVEAU

Publié le 31 octobre 2014 sur Claye-Souilly Découverte

               

CLAYE-SOUILLY : les jeux olympiques, une occasion de mettre à l'honneur un clayois : André Godard qui fut athlète de haut niveau

  André GODARD

 

Né le 27 février 1939 à Châtillon-en-Dunois (Eure et Loir) de parents très attachés à la terre.

 Il est élève de l’école des garçons de Claye-Souilly puis au Collège de Lagny.

 

 En 1972, il épouse Stanislava enseignante d’origine Polonaise, ils auront quatre enfants :

 - Catherine professeur de mathématiques

 -  Pierre agriculteur à Claye-Souilly

 - Jean professeur de gymnastique (a battu le record de France de saut à la perche de  Thierry Vigneron)

 - Isabelle chercheur en biochimie au CNRS et aujourd'hui agricultrice bio.

 

 

 Il a débuté à l’AS Chelles et Cheminots  dans les années 50, il y sera formé par Pierre Duport. En 1961 il était  «  le premier français à lancer le poids au-dessus de 17 mètres »  (record  personnel  18 mètres 03), « 5  fois  Champion  de  France  du  lancer   du  poids »,

 29 fois international au poids et au disque.

 Il a participé aux Championnats d’Europe à Belgrade en 1962.

 

 Président de l’AS Chelles et Cheminots section Athlétisme de 1982 à 2002.

 Puis entraîneur de lancer au club de Tremblay-en-France à partir de 2004.

 

 Depuis 1953 il travaille la terre, il est aujourd’hui retraité, mais aide ses enfants Pierre exploitant agricole depuis de nombreuses années et  Isabelle la petite dernière qui en revenue à Claye-Souilly créé une exploitation agricole bio.

 

 D’un caractère bien trempé, la sagesse ressort de ses propos lorsqu’il parle de son métier d’agriculteur :

 « Pour moi, ce n’est pas simplement un métier. C’est une façon d’envisager la vie. Je vis au rythme des saisons, du temps qu’il fait, en harmonie avec la nature ».

 

  Nous n’oublierons pas sa sœur Lucette, élève de l’école des filles, enseignante,   sportive de haut niveau dans les lancers de poids et de disque, entraîneur puis secrétaire de la section ASCC Athlétisme et juge fédéral Lancers, qui est comme lui amoureuse de la terre.

  

Son fils Pierre  agriculteur et sa fille Isabelle agricultrice bio, sont parmi les derniers exploitants agricoles de notre commune, ils préservent nos champs, s'ils venaient à disparaître Claye-Souilly  perdrait son âme.

 

Source : Archives privées Famille Godard.

 

http://claye-souilly-decouverte.over-blog.com/article-andre-godard-ancien-agriculteur-qui-fut-athlete-de-haut-niveau-124906157.html

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 11:48
La méthanisation un sujet qui fâche : Oissery /St Soupplets, ils attendaient la rénovation d’une route, ils auront 4 méthaniseurs

 

       Alors que les élus d’Oissery et St Soupplets  ont besoin de 130 000 € pour rénover leur route le conseil régional IDF et l’ETAT (Ademe) utilisent l’argent de vos impôts pour allouer à la pelle des subventions à des agriculteurs pour les « aider » à financer des projets privés de méthaniseurs de déchets.

 

                        Ce sont ces 4 entreprises privées constituées d’agriculteurs qui devraient bénéficier de ces subventions :

à Oissery

Valois Green Gaz, président Jean Lefevre

Bio Multien, président Damien Vecten

Bio Energie, président Antoine Omont

à St Soupplets

Ambition Verte, président Paul Courtier

 

près de 3.4 millions de subventions

pour 4 méthaniseurs

de déchets

 soit le montant pour rénover

26 routes communales

comme celle qui mène de St Soupplets à Oissery.

 

 

Dans le village voisin d’Etrépilly c’est une autre route communale qui a dû être fermée faute d’argent.

Voir notre article :  http://adenca.over-blog.com/2021/06/la-methanisation-un-sujet-qui-fache-par-manque-d-argent-la-commune-ferme-une-route-entre-etrepilly-et-congis-pendant-que-le-cr-idf-e

 

 

Une lueur d’espoir

Jean-Louis Durand, Maire de Marchémoret

vient d’être élu Conseiller Régional d’Ile de France.

 

Va-t-il intervenir auprès de Valérie Pécresse pour que dorénavant plus de subventions soient allouées à nos villages ruraux pour permettre aux populations de vivre dans un environnement moins dégradé ?

 

Pour le savoir nous vous conseillons de le contacter.

 

 

 

 

 

Paru sur le site « La Marne » :

Des rénovations sur la route entre Oissery et Saint-Soupplets

La route communale 7 qui relie Oissery et Saint-Soupplets va être rénovée. Les travaux devraient commencer d'ici la fin de l'année.

La méthanisation un sujet qui fâche : Oissery /St Soupplets, ils attendaient la rénovation d’une route, ils auront 4 méthaniseurs

De nombreux trous parsèment cette route très empruntée. (©La Marne)

Par Victor FernandezPublié le 12 Juil 21 à 18:47  mis à jour le 13 Juil 21 à 11:36

Une bonne nouvelle pour les voitures des ostéraciens ! Des travaux vont avoir lieu d’ici la fin de l’année sur la route communale 7 entre Oissery et Saint-Soupplets.

La voie est actuellement constellée de trous et d’irrégularités qui rendent le passage des véhicules peu commode.

130 000 euros de travaux

Si cette rénovation était nécessaire, de l’avis de Jean-Louis Ragon, maire d’Oissery, qui juge la route « dangereuse », elle représente une somme importante pour la commune. Ce sont près de 130 000 euros qui vont être déboursés par la ville.

Des discussions sont en cours pour que le chantier soit subventionné par le département de Seine-et-Marne.

Des travaux qui n’en finissent pas

« Si la route est en très mauvais état, c’est à cause des passages fréquents de bus et de poids lourds », estime Jean-Louis Ragon. La voie s’use vite, et sitôt les travaux terminés, il sera donc peut-être déjà nécessaire de réfléchir à sa prochaine rénovation.

Pour que de tels investissements ne ruinent pas la commune, Jean-Louis Ragon et Stéphane Devauchelle, son homologue de Saint-Soupplets, ont une solution en tête.

Les deux élus vont demander au département de classifier la route comme départementale et non plus communale. Si leur demande aboutit, les futurs travaux seraient ainsi pris en charge par le département de Seine-et-Marne.

https://actu.fr/ile-de-france/oissery_77344/des-renovations-sur-la-route-entre-oissery-et-saint-soupplets_43396866.html

Partager cet article
Repost0

Recherche