Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 16:10

 

 

Suite à l’intervention de Madame Hélène Lipietz,

Sénatrice de Seine et Marne EELV 

une question écrite à Madame la Ministre de l’Ecologie a été déposée par Mme Evelyne Didier, vice présidente de la commission du développement durable.

 

Nous attendons la réponse de Madame la Ministre de l’Ecologie,

 réponse que nous publierons sur ce site.

 

Déchets à radioactivité naturelle renforcée

14 ème législature

Question écrite n° 06494 de Mme Évelyne Didier (Meurthe-et-Moselle - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 23/05/2013 - page 1565

Mme Évelyne Didier attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur la question de l'admission des déchets à radioactivité naturelle renforcée dans les décharges ISDND (installations de stockage des déchets non dangereux). En effet, suite à la circulaire du 25 juillet 2006 relative aux installations classées et à l'acceptation de déchets à radioactivité naturelle renforcée ou concentrée dans les centres de stockage, il est prévu qu'un arrêté ministériel soit pris en ce sens dans le courant de l'année. Elle souhaite donc, en premier lieu, savoir si cette mesure est toujours d'actualité.
Ensuite, la définition de ce type de déchets (DRNR) restant encore très subjective, nous pouvons nous interroger sur les risques potentiels qu'ils représentent non seulement pour les personnes qui les manipulent, mais aussi pour les riverains, à court, moyen et long terme. La question est simple : les ISDND peuvent-elles garantir la sécurité nécessaire et une traçabilité suffisante pour accueillir de tels déchets ? L'ADENCA (association de défense de l'environnement de Claye-Souilly et ses alentours) nous alerte cependant sur le fait que certains DRNR seraient trop radioactifs pour être acceptés dans la décharge de déchets radioactifs de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) à Morvilliers dans l'Aube ; dans ce contexte, comment alors être pris en charge par les ISDND ? De plus, si cet arrêté voit le jour, ne court-on pas le risque d'ouvrir la voie à l'acceptation d'autres déchets radioactifs de niveaux de radioactivité équivalents dans ces ISDND ? C'est pourquoi, elle lui demande si le Gouvernement envisage de réorienter ce type de déchets vers des installations spécialisées dans le traitement des déchets faiblement radioactifs et les décharges de classe 1.

 

En attente de réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ130506494&idtable=q269451|q265504|q265505|q265506|q263927|q272197|q263926|q253590|q253592|q252917&_s=01015L&rch=qa&de=19780101&au=20130530&dp=1+an&radio=deau&appr=text&aff=sep&tri=dd&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 11:09

 

 

 

 

 

un extrait de l’article paru sur le site Orée : 

 

 

Connaître et maîtriser les risques liés à l'environnement

 

Quels risques peuvent menacer mon territoire ?

Santé-Environnement

 

 

La pollution du sol

  

1. Définition :

On dit qu’un sol est pollué lorsqu’il contient une concentration anormale de composés chimiques potentiellement dangereux pour la santé, des plantes ou des animaux. La contamination se fait alors soit par voie digestive (consommation d’eau polluée par exemple), ou par voie respiratoire (poussières des sols pollués dans l’atmosphère).

 

 

2. Les causes possibles :

Ce sont la plupart du temps les activités humaines qui sont à l’origine des pollutions des sols :

- Les installations industrielles peuvent, dans le cas d’une fuite, d’un accident, ou encore dans l’abandon d’une usine, provoquer une pollution du site.

- L’épandage des produits phytosanitaires et les rejets des bâtiments d’élevage, des exploitations agricoles sont également à l’origine de nombreuses pollutions des sols (notamment par l’azote et les phosphates), qui vont à leur tour amener la contamination des eaux de ruissellement, et par la suite les cours d’eaux.

 - Les actions des collectivités territoriales peuvent également être à l’origine d’une pollution des sols : gestion des décharges et des stations d’épuration, utilisation de produits phytosanitaires par les services des espaces verts, gestion de jardins partagés, etc.

 Des évènements géographiquement éloignés peuvent également produire des pollutions de sols, qu’il s’agisse d’évènements naturels (les retombées des cendres d’un volcan suite à une forte éruption par exemple), ou technologiques (retombées radioactives suite à un essai nucléaire ou une catastrophe, comme lors de l’accident de Tchernobyl).

 

 

3. Les conséquences possibles sur la santé :

L’évaluation des polluants présents dans le sol peut être réalisée par des mesures physiques ou chimiques (calcul de la concentration de polluants comme le mercure, le cuivre, le plomb, etc.), ou bien par observation des indicateurs biologiques : biodiversité végétale et animale, etc.

En effet, ces polluants peuvent se retrouver dans l’air (poussières) et dans l’eau, où ils deviennent dangereux car potentiellement absorbés par les êtres vivants et donc avoir un impact sur leur santé :

 

- Certains métaux lourds et métalloïdes sont connus pour leur pouvoir neurotoxique ou cancérogène par ingestion et/ou inhalation.

 

- Certainshydrocarbures, en particulier le benzène et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), sont reconnus pour leur effet CMR (cancérigène, mutagène, reprotoxique). En 2003, les HAP ont été rajoutés aux produits visés par la convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants : ils ont été classés comme produits très préoccupants pour la santé.

 

- Beaucoup desolvants halogénés ou leurs produits de dégradation sont reconnus comme substances très toxiques, toxiques et nocives, parfois cancérogènes (par exemple le trichloroéthylène ou le chlorure de vinyle). Ils peuvent causer divers troubles, notamment neurologiques aigus et chroniques, cutanéo muqueux, hépato-rénaux, cardio-respiratoires et digestifs.

 

 

 

4. Quelques exemples d'actions pouvant être menées au sein des collectivités territoriales :

- Actions préventives

- Approfondir l’état des connaissances des milieux

- Application des plans de contrôle et de surveillance des résidus de pesticides

- Consolider le dispositif de surveillance de l’état de santé des populations, et approfondir la connaissance des effets sur la santé

- Poursuivre la réduction de l’exposition des populations, assurer la qualité de la production alimentaire locale et soutenir les profession
nels impactés

- Gérer les milieux contaminés et assurer u
ne bonne information de la population

- Les ICPE sont tenues avant leurs mise en activités ou avant un changement ou une diversification de leur activité de présenter un dossier en préfecture répertoriant toutes les nuisances et pollutions qu'elles sont susceptibles de provoquer ou émettre, et les moyens qu'elles comptent mettre en œuvre pour les prévenir et les réparer le cas échéant.

- Les ICPE qui cessent leur activités doivent remettre en état le site de l'installation dans un état tel qu'il
ne s'y manifeste aucun des dangers ou inconvénients mentionnés à l'article L 511-1 du Code de l'environnement, ce qui comprend les nuisances "esthétiques" et qu'il permette un usage futur déterminé conjointement avec l'autorité compétente en matière d'urbanisme et le propriétaire du site.

 

- Actions répressives 

- En cas de pollution des sols le principe de base applicable est celui de pollueur - payeur.
Le principe du pollueur-payeur est le fait de faire assumer la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être...) financière de la prévention, de la réduction et de la lutte contre la pollution au pollueur. Dans cette optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière et de ses relations avec la vision.), les équipements et produits polluants sont plus taxés que des produits dits écologiques. Et lors d'u
ne pollution, le pollueur est censé assumer le nettoyage des zones contaminées.

- En l'absence de diagnostic pollution des sols montrant la volonté du vendeur de se soustraire à ses obligations légales, l’État peut confier à l'ADEME u
ne mission de dépollution systématique, un recours juridique est alors systématiquement requis contre le responsable, ce recours est assorti desanctions pénales et administratives.  

 

 

5. Les acteurs clés en matière de pollution des sols

- Acteurs publics

 - Le ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement (MEDDTL)

- BASIAS (inventaire historique des sites industriels et activités de service)

- BASOL (base des sites pollués ou potentiellement pollués qui appellent une action de l’administration)

- Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières

- L'Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques

- Le Pôle de compétence sites et sédiments pollués 

- Le Portail pour la gestion des sols et des eaux en Europe

- L'Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME).

- L'institut national de veille sanitaire

 

- Acteurs privés

§                            Les associations 

- L'association française d'étude des sols (AFES)

 

§                            Les entreprises 

- Orceo,  société de traitement écologique des pollutions

- Les Installations Classées pour la Protection de l'Environnement (ICPE) locales

 

 Lien vers l’article:

http://risquesenvironnementaux-collectivites.oree.org/le-guide/risques-mon-territoire/sante-environnement/pollution-du-sol.html

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 21:39

POLLUTION WABCO Claye-Souilly

 

 

Depuis le 21 mars 2012 nous n'avons reçu aucuns courriers d'information sur ce dossier en provenance de la mairie de Claye-Souilly, or nous avons appris que des points mesures de contrôles de l'air et de la nappe phréatique avaient été posés dans le lotissement des Jardins Anglais. Nous avons appris qu'un diagnostic hors site Wabco des eaux souterraines, des gaz du sol, des eaux de surface et des sédiments  avaient été remis à la DRIEE.

 

A notre connaissance aucune information n'est parue concernant ce dossier dans le bulletin municipal, Pourquoi ?

 

A ce jour Monsieur le Maire de Claye-Souilly n'a   pas organisé une réunion publique pour informer la population  concernée du résultat des investigations et le cas échéant des mesures

prisesPourquoi  ?

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires nous vous conseillons de vous rapprocher de la Mairie de Claye-Souilly.

 

 

 

 

 

Demande d'Adenca

 

m. albarello wabco

 

 

m. albarello wabco 001

 

Réponse de Monsieur le Maire

 

wabco

 

 

wabco 001

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 19:13

 

 

Pollution SAB WABCO AMIENS

 

On constate notamment la présence d'hydrocarbures purs.
- la présence de nouveaux polluants (non recherchés auparavant) : 1,1-dichloroéthylè
ne (74 µg/l pour une valeur de constat d'impact pour un usage sensible = 30 µg/l) et dichlorométhane (55 mg/l pour une valeur de constat d'impact = 20 µg/l)

 

 

 

Extrait site BASOL :

 

Nom usuel du site : FAIVELEY

Localisation  :
Commu
ne : Amiens
Code postal :
80046 - Code INSEE : 80021 (134 737 habitants)
Adresse :
115, rue André Durouchez
Lieu-dit :
Espace Industriel Nord
Agence de l'eau correspondante :
Artois-Picardie
Code géographique de l'unité urbai
ne : 80601 : Amiens (163 158 habitants)

 

Géoréférencement :

 

Parcelles cadastrales :

 

 

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)

Nom : Faiveley Transport Amiens
   il s'agit
DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE

 

 

Caractérisation du site

Description du site :
Superficie approximative : 32 300 m2, au sein de la zone industrielle

ACTIVITÉ : ……………………………
* Présente : Conception et fabrication de matériel de freinage ferroviaire
* Passée(s) : Idem, depuis 1966 sous les dénominations Société des régleurs de frein jusqu’en 1976, SAB jusqu’en 1987, puis SAB Nife jusqu’en 1990, puis SAB WABCO jusqu’en 2004.

L'activité de traitement de surface a été arrêtée en septembre 2007.

 

Description qualitative à la date du 26/07/2010 :
Depuis l'arrêté préfectoral du 8 août 2002, une surveillance des eaux souterraines est en place sur le site de FAIVELEY à Amiens.

Les résultats de la campag
ne de surveillance de février 2004 ont mis en évidence :
- u
ne forte augmentation de la pollution entre 2002 et 2004 pour tous les paramètres sauf le chlorure de vinyle qui diminue légèrement. On constate notamment la présence d'hydrocarbures purs.
- la présence de nouveaux polluants (non recherchés auparavant) : 1,1-dichloroéthylè
ne (74 µg/l pour une valeur de constat d'impact pour un usage sensible = 30 µg/l) et dichlorométhane (55 mg/l pour une valeur de constat d'impact = 20 µg/l).


U
ne évaluation simplifiée des risques de pollution a été finalisée en août 2005 concluant à la nécessité de procéder à une surveillance de la qualité des eaux souterraines.

Dans le cadre de la circulaire du 17 août 2005 relative aux anciens sites industriels d’exploitation ou de transformation d’amiante, u
ne visite du site a été réalisée le 28 février 2007. Elle n'a mis en évidence la présence d'aucun dépôt d'amiante ou produits amiantés.

U
ne visite réalisée le 4 décembre 2008 a permis de constater l'arrêt et le démantèlement des installations de traitement de surface soumises à autorisation.

http://basol.ecologie.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=80.0084

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 13:57

 

Pollution SAB Wabco à Sevran :

 

 

 

 

Par arrêté préfectoral complémentaire,

il a été prescrit à la société SAB-WABCO le 11 avril 2005

la remise en état du site qui

avait accueilli les activités relevant de la législation des installations classées

 

 

L'étude transmise par l'exploitant met en évidence une pollution ponctuelle par des métaux, des zones impactées par des hydrocarbures et la présence de trichloréthylène dans les sols, un point de pollution de la nappe par des composés chlorés et par du sélénium

 

 

 Extrait site Basol :

Nom usuel du site : SAB WABCO FAIVELEY

Localisation  :
Commu
ne : Sevran
Code postal : - Code INSEE :
93071 (51 110 habitants)
Adresse :
4 BD WESTINGHOUSE
Lieu-dit :
Agence de l'eau correspondante :
Seine - Normandie
Code géographique de l'unité urbai
ne : 00851 : Paris (10 303 282 habitants)

 

Responsable(s) actuel(s) du site :)

Nom : FAIVELEY
   il s'agit
DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE

Description du site :
La société Westinghouse a exercé de 1892 à 1999 des activités industrielles de fabrication de système de freinage pour

les poids lourds et les trains.
Le site a fermé en 1999. La société était implantée sur deux terrains se faisant face de part et d'autre du boulevard aujourd'hui

dénommé Westinghouse (= ex-RN.370).
D’après l’étude historique, les installations classées étaient implantées uniquement sur les terrains situés côté pair du boulevard,

appelé « terrain SAB-WABCO », du nom de l'entreprise repreneuse sur une surface de 21479m2 (parcelles cadastrales

BR 129 et 132)..
Les terrains côté impair (dits « terrains SETIMO ») n'avaient pas accueilli d'activités relevant des ICPE.
La nappe d'eau souterrai
ne se situe à 9-11m de profondeur.
Le site est en zo
ne urbaine.

 

Description qualitative à la date du 13/06/2012 :
Par arrêté préfectoral complémentaire, il a été prescrit à la société SAB-WABCO le 11 avril 2005 la remise en état du site qui

avait accueilli les activités relevant de la législation des installations classées.

En 2005, le maire de SEVRAN a déposé un recours gracieux pour inclure le terrain SETIMO dans l'arrêté préfectoral applicable

pour SAB-WABCO.
La décision du tribunal administratif de Montreuil dans le recours de la commu
ne de Sevran contre la décision implicite de rejet

du recours gracieux du maire de Sevran visant à élargir le périmètre de l'arrêté préfectoral de remise en état du 11 avril 2005

au 47-63 boulevard Westinghouse, a été rendue le 16/06/2011. Elle rejette la demande de la mairie.

En réponse à cet arrêté préfectoral, la société Sab Wabco a produit en 2005 une étude historique et un diagnostic de sol.

L’étude

transmise par l’exploitant met en évidence une pollution ponctuelle par des métaux, des zones impactées

par des

hydrocarbures

et la présence de trichloréthylène dans les sols, un point de pollution de la nappe par des composés chlorés

et par du sélénium.

Des compléments d’informations ont été demandés à l’exploitant sur le diagnostic concernant la nappe, les justificatifs d’enlèvement

des terres polluées, et l’usage du site.

Différents propriétaires se sont succédés sur ce site, dont les projets de reconversion ont changé. Le propriétaire actuel, souhaite

redévelopper le site pour un usage commercial et résidentiel..

L’inspection a reçu le rapport de campag
ne de suivi de la qualité des eaux souterraines en octobre 2006. Celui-ci a été complété par

les résultats des campagnes de suivi. Le dernier bilan date de 2010.

En 2010, l’inspection a reçu un plan de gestion concernant l’ensemble du site de part et d’autre du boulevard. Ce plan de gestion

s’inscrit dans le cadre méthodologique de gestion des sites et sols pollués défini par le ministère MEEDDM en 2007. Ce document

à pour objectif de déterminer les moyens à mettre en œuvre pour rendre les sites compatibles avec le futur projet.

Le projet ayant été récemment modifié, un nouveau plan de gestion actualisé a été reçu par l'inspection en mars 2012.

 

 


 

 

http://basol.ecologie.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=93.0056

 

 

pour aller plus loin :

http://lesverts.sevran.free.fr/docs/PrefetSabWabco.pdf

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 13:22

 

 

Un nouvel incident lundi 27/5/2013

à l’usine Grand Paroisse de Grandpuits (77) 

alors que Total projette de vendre le site 

 

Depuis la parution de l’article  de 2009 de FNE

On compte 10 nouveaux incidents sur ce site

31/08/2012

19/11/2011

15/11/2011

29/06/2011

27/06/2011

13/09/2010

17/08/2010

01/07/2010

15/04/2010 

 

Après tous ces incidents quelles prescriptions complémentaires

ont été imposées par les services de l’Etat à la multinationale Total ? 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires contactez le Ministère de l’Ecologie et la Préfecture de Seine et Marne 

 

 

 

Paru sur le site FNE :

14.08.2009

Total-Grandpuits : le septième épisode de la série noire n’arrive pas par hasard


Nouvel accident hier sur un site Seveso du Groupe Total, à l’usine Grande Paroisse de Grandpuits (Seine-et-Marne). Cette fois-ci, une fuite d’ammoniac a conduit à l’évacuation de 300 personnes. France Nature Environnement demande officiellement l’intervention du Ministère de l’Ecologie.

La fuite d’ammoniac est survenue jeudi matin vers 11 h 00, sur le site de l’usi
neGPN Grande Paroisse Total de Grandpuits, en Seine-et-Marne), spécialisée dans la fabrication d'engrais azotés et classée Seveso, entraînant le rassemblement en salle de repli de plus de 300 personnes. L’erreur humaine d’un technicien serait aux origines de l’accident. 31 personnes ont été incommodées par les émanations et quatre autres ont été transportées à l'hôpital. En trois semaines, c’est le 3e incident de ce type sur le site de Grandpuits.


La série noire continue donc chez Total :
Le 15 juillet 2009, explosion sur le site de Carling : 2 morts, 6 blessés
Le 16 juillet, fuite de pétrole lourd dans la raffi
nerie de Gonfreville l’Orcher
Le 22 juillet, déjà à l’usi
ne GPN Grande Paroisse du groupe Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) pour le même incident qu’hier : fuite d’ammoniac, 350 personnes évacuées, 31 ont reçu des secours, 12 ouvriers hospitalisés
Le 27 juillet, nouvelle fuite d’ammoniac à Grandpuits
Le 5 août, usi
ne Total Petrochemicals de Gonfreville-l'Orcher : trois salariés blessés, dont deux gravement
Le 12 août , deux salariés de l'usi
nepétrochimique Naphtachimie, filiale de Total Petrochimicals France et d’Ineos à Lavera (Bouches-du-Rhône) sont brûlés.

Un climat d’insécurité environ
nementale
En un mois à pei
ne, c’est le septième accident sur un site Total, le troisième sur le site de Grandpuits en trois semaines. « L’inspection générale » de ses sites promise par le groupe devient uneurgence extrême.

Raymond Léost, administrateur de FNE : « Comme s’il en était besoin, voici u
ne nouvelle preuve que chez Total, les incidents n’arrivent pas par hasard. Il règne sur ces sites un climat d’insécurité environnementale et sanitaire inacceptable. Les pouvoirs publics doivent prendre des mesures immédiates, pour éviter tout nouvel accident technologique. Si Total prétend être leader dans de nombreux domaines, il ne l’est assurément pas dans celui de la sécurité industrielle. A lui de le devenir. »
Pour Marc Sénant, Chargé de mission ''Risques Industriels'' à France Nature Environ
nement (FNE) : « Avec un pareil palmarès, il n'est pas possible de se contenter d'invoquer la malchance. Il y a visiblement un sérieux problème de politique de sécurité chez Total, qui doit être revue et corrigée au plus vite ».

Total, champion des accidents industriels, est aussi celui des bénéfices : 13,9 milliards d’euros en 2008. C’est dire si le groupe a les moyens de me
ner une politique de sécurité dignede ce nom.

Des contrôles et des sanctions maintenant !
Pour Arnaud Gossement, porte-parole de FNE : « Les auto-contrôles de Total
ne suffisent plus, nous demandons une action urgente et forte des pouvoirs publics. Depuis le début de la dramatique saga d’été du groupe pétrolier, les plus hautes instances de l’Etat sont restées trop discrètes sur ce sujet. Pour les associations de protection de l’environnement, mais aussi pour les riverains, ce silence est préoccupant. En revanche, on entend un peu trop le baratin vert du groupe Total. »

France Nature Environ
nement exige immédiatement :
- un renforcement des inspecteurs des Installations Classées, obtenu au Gre
nelle mais qui doit être d’effet immédiat.
- u
ne politique complémentaire de surveillance par groupe industriel et non plus seulement site par site.
- que le Ministère saisisse les préfets pour imposer un contrôle détaillé, par un organisme extérieur au groupe, de TOUS les éléments de sécurité, qu’ils soient majeurs ou mi
neurs, des installations détenues par Total et ses filiales.


Télécharger ce communiqué en pdf



lien vers l’article :

http://www.fne.asso.fr/fr/total-grandpuits-le-septieme-episode-de-la-serie-noire-n-arrive-pas-par-hasard.html?cmp_id=33&news_id=1176

 

 

pour aller plus loin :

http://www.leparisien.fr/aubepierre-ozouer-le-repos-77720/un-nuage-toxique-s-echappe-de-l-usine-d-engrais-de-grandpuits-07-07-2011-1523268.php

http://www.leparisien.fr/bagneaux-sur-loing-77167/les-dix-usines-et-entrepots-les-plus-dangereux-30-11-2011-1745413.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 17:12

MITRY ZI

Vue sur la Zone industrielle de Mitry-Mory Compans,

l'incinérateur de déchets dangereux Gerep classé Seveso à hauts risques

 

 

Le Plan  de Prévention des Risques Technologiques

des communes de Mitry-Mory et Compans

conjoints à trois sites SEVESO à hauts risques

(CCMP, GAZECHIM, GEREP)

privé d'étude environnementale

  AP PPRT Mitry

AP PPRT MITRY 23.5.2013 1

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/pprt-de-mitry-mory-et-compans-a1405.html

 

 

Nous regrettons que Madame la Préfète de Seine et Marne ait dispensé d’évaluation environnementale le  PPRT de la plus importante  zone industrielle de l’Est Parisien située près du Lycée Honoré de Balzac qui reçoit près de 1200 élèves.

 

 

Une évaluation environnementale aurait fait :

- un diagnostic initial de l'environnement

- un état des lieux, des richesses du territoire (atouts, forces et qualités)

Biodiversité, Sites et paysages

- un état des lieux des faiblesses du territoire  (risques sanitaires, vulnérabilité des populations) Pollutions et qualité des milieux, Dégradation des espaces naturels, Odeurs, Bruits,Trafic routier.

 

Une analyse de l’état initial de l’environnement et des perspectives de son évolution

 Permettant un suivi environnemental.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 13:08

 

 

Pour le bien-être de ses habitants

 Paris protège son eau 

 

mais envoie ses ordures et ses mâchefers d’incinération

près du plus important captage  d’eau de Seine et Marne 

qui fournit  en eau potable près de 500 000 habitants 

 

 

 Paris ne se préoccuperait-elle pas des risques

qu’elle fait prendre aux seine et marnais ?

 

A vous de juger

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

contactez Madame Anne LE  STRAT à la Mairie de Paris.

 

Paru dans France Matin :

Collectivités Locales

Paris s’engage avec plus de cinquante acteurs de l’eau de la région parisienne pour améliorer la qualité de la Seine et de ses affluents

 

 

Dans la continuité de ses engagements pris en matière de gestion soutenable de l’eau, la Ville de Paris affirmera le 23 mai, au côté de sa régie Eau de Paris et avec plus de cinquante autres partenaires de la région parisienne, sa volonté d’élaborer une nouvelle politique de gestion environnementale de l’eau pour le territoire le plus urbanisé de la Seine.

En signant la charte « Plai
nes et Coteaux de la Seine centrale urbaine », les acteurs de l’eau du territoire concerné s’engagent pour la première fois de manière collective dans la définition d’actions destinées à mieux protéger et préserver la Seine et ses affluents et à mettre la politique de l’eau au centre de l’aménagement durable du territoire.

Cette charte est issue d’un processus de collaboration animé par l’association Espaces, associant la Ville de Paris, Eau de Paris, les Conseils généraux concernés, le Conseil régional, l’Agence de l’eau Sei
ne-Normandie ainsi qu’un certain nombre de collectivités et opérateurs, sur un territoire s’étendant de la confluence entre la Seine et la Marne à la confluence entre la Seine et l’Oise. Elle propose les orientations à suivre, les objectifs à atteindre et les comportements à adopter pour améliorer la qualité de l’eau et atteindre l’objectif de bon état des eaux fixé par la directive-cadre européenne sur l’eau.

La signature de cette charte est un nouvel exemple de la gestion écologique, économe, globale et solidaire des ressources de la Ville de Paris, dans la droite lig
ne du Livre Bleu, et de la volonté parisienne de partager une vision métropolitaine de l'eau et de l'assainissement.

La cérémonie officielle de signature de la charte aura lieu le jeudi 23 mai à 10h sur l’Île de Monsieur à Sèvres, en présence d’An
ne Le Strat, adjointe chargée de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des canaux, et présidente d’Eau de Paris, de François Kosciusko-Morizet, vice-président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, vice-président de la Communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest et Maire de Sèvres, Daniel Level, président du Syndicat Mixte Seine Oise, maire de Fourqueux et conseiller général des Yvelines, Marc Méry, président de l’association Espaces.

http://www.francematin.info/Paris-s-engage-avec-plus-de-cinquante-acteurs-de-l-eau-de-la-region-parisienne-pour-ameliorer-la-qualite-de-la-Seine-et_a28646.html

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 11:04

 

 

 

CLAYE-SOUILLY

Plan local d’urbanisme en cours de révision (3)

Réunion publique

Lundi 27 mai à 19h30
Espace A. Malraux
 

Une occasion de vous exprimer

 

 

 

Pourquoi ADENCA demande que le PLU

interdise les carrières à ciel ouvert ?

 

Parce que la Sté Placoplâtre projette

d’exploiter une carrière à ciel ouvert

près du futur lotissement des Bois des Granges 

 

 

placoplatre 16.5.2009 010

Carrière Placoplâtre Villeparisis


 

Une carrière à ciel ouvert c’est un trou béant qui nous privera de nos espaces agricoles, de nos bois.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est la destruction de nos paysages.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est pendant la phase d’exploitation : le bruit des explosifs, des matériels de travaux publics et  des camions, c’est la pollution induite par tous ces matériels.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est pendant la phase de remblayage le déversement de millions de tonnes de déchets, et la pollution induite par tous ces déchets.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est le risque pour les populations de voir

leurs biens immobiliers se déprécier,

en effet qui voudra acquérir un bien  au bord d’un trou béant ? 

 

 

Placoplâtre exploite des carrières souterraines dans le val d’Oise et la Seine St Denis, pourquoi pas en Seine et Marne dans le canton martyre de Claye-Souilly ?

 

Voir ailleurs comment les populations

aidées par leurs élus

ont pu protéger leur territoire et obtenir l’exploitation de carrières souterraines 

 

 

La carrière de gypse du massif de Montmorency (95)

 est la plus grande carrière souterraine d’Europe. Elle représente plus de 15% de la production nationale et 25% de la production de l’Ile-de-France.

Placoplâtre et Lafarge se partage plus de 1400  hectares avec un effectif de 35 emplois directs et 10 sous traitants  salariés, pour extraire entre 800  et 850 000 tonnes de gypse annuellement.

 

 C’est une exploitation souterraine sous une forêt domaniale ouverte au public, carrière remblayée par des déchets « dits inertes », avec portique de contrôle de radioactivité à l’entrée.

 

La carrière du bois de Bernouille sur les commune de Coubron et Vaujours (93)

est exploitée sur 58 hectares par Placoplatre avec un effectif de  16 emplois directs et 12 emplois permanents, pour extraire 500 000 tonnes de gypse annuellement.

 

C’est une exploitation souterraine sous le bois de Bernouille, carrière remblayée par des déchets « dits inertes », sans portique de contrôle de radioactivité à l’entrée.

 

 

http://www.placoplatre.fr/Une-entreprise-pionniere/Nos-implantations/Carrieres-de-gypse/Carriere-du-massif-de-Montmorency

 

http://www.lesindustriesduplatre.org/files/plaquette_baillet.pdf

 

http://www.lesindustriesduplatre.org/files/dossier_presse_montmorency_2011.pdf

 

http://www.placoplatre.fr/Une-entreprise-pionniere/Nos-implantations/Carrieres-de-gypse/Carriere-de-Bernouille

Partager cet article
Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 11:09

st mesmesla beuvronne 31.3.2013

 

St Mesmes La BEUVRONNE 31/3/2013

Partager cet article
Repost0

Recherche