Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2023 5 07 /04 /avril /2023 20:51
Claye-Souilly15.3.2023  : une nouvelle fois l'eau potable non conforme aux références de qualité pour le paramètre carbone organique total
Claye-Souilly15.3.2023  : une nouvelle fois l'eau potable non conforme aux références de qualité pour le paramètre carbone organique total
Partager cet article
Repost0
6 avril 2023 4 06 /04 /avril /2023 13:49
Consultation publique : Projet d’extension méthaniseur Baleine  St Martin du Boschet 77

 

 

St Martin du Boschet est un joli village rural de Seine et Marne de moins de 300 âmes situé entre la Ferté Gaucher et Esternay dans la Marne.

 

 

 

 

 

Paru sur le site  du

Collectif Environnement Champenois en péril

 

https://ecep51.fr/consultation-publique-methaniseur-baleine/

 

 

 

 

Lien vers le dossier à consulter :

https://www.seine-et-marne.gouv.fr/Actions-de-l-Etat/Environnement-et-cadre-de-vie/ICPE-

Consultation publique : Projet d’extension méthaniseur Baleine  St Martin du Boschet 77
Partager cet article
Repost0
5 avril 2023 3 05 /04 /avril /2023 15:38

 

175 000 m3 d’eau

c’est la consommation moyenne d'eau potable

de plus de 4000 personnes en un an.

 

https://www.drieat.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01123p0066.pdf

 

Ce sont deux exploitants agricoles de céréales, associés des méthaniseurs de Beautheil-Saints et St Martin du Boschet, qui sollicitent la création d’un ou deux forages d’eau à Beautheil-Saints  pour irriguer leurs cultures, mais quelles cultures ? Ils ne le disent pas.

 

Pourquoi après 12 ans d’exploitation Karine et Bertrand Fahy ont-ils besoin de 175 000 m3 d’eau supplémentaire pour irriguer leurs céréales ?

 

Mais en regardant de plus près on s’aperçoit que ces 2 exploitants sont associés dans les méthaniseurs de Beautheil-Saints et St Martin du Boschet, méthaniseurs qui utilisent en majorité de la  CiVE (Culture intermédiaire à vocation énergétique)  pour nourrir leurs méthaniseurs.

 

La méthode de la CIVE d'été est simple, les agriculteurs sèment des graines en pleine période de sécheresse fin juin/début juillet, en général du maïs, qu’ils doivent arroser abondamment tout l’été pour obtenir une récolte immature à l’automne, pas pour nourrir la population, mais pour nourrir leur méthaniseur.

 

Beautheil-Saints se trouve dans le bassin versant du Grand Morin pour lequel le Préfet a pris différents arrêtés sécheresse en 2022, dont un d’alerte renforcée, pour réduire la consommation d’eau. En mars 2023, suite à un déficit de pluviométrie de près de 4 mois, un nouvel arrêté préfectoral de vigilance a été pris sur ce bassin versant. L’état de la nappe souterraine dans ce secteur était encore très basse en février 2023 (Signy-Signets).

 

Ironie du sort on vient même d’apprendre que les associés du méthaniseur de St Martin du Boschet , dont Karine et Bertrand Fahy , demande l’extension de leur méthaniseur et pour le nourrir ils prévoient d’utiliser beaucoup plus de CIVE.

 

Pour aller plus loin :

https://www.societe.com/societe/scea-du-lavoir-fahy-bertrand-et-karine-529170334.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2023 2 04 /04 /avril /2023 12:51

 

 

Il est vrai que lorsque l’on a sur son territoire un incinérateur de déchets, une décharge de déchets de bâtiment que pourrait-on attendre de plus qu’une nouvelle entreprise de traitement de déchets ?

 

C’est effectivement ce que nous apprenons : une nouvelle entreprise de traitement de déchets du BTP devrait s’installer à la place de l’usine qui  exploitait une  carrière de Gypse au lieudit « Le Château Gaillard » le long de la RN 330 de 1968 à 1980 (Siniat puis Etex).La Sté Etex y produisait depuis des enduits,  exploitation qui a cessé le 30/8/2017.

https://www.georisques.gouv.fr/risques/installations/donnees/details/0006513363

 

 

 

Sur combien d’hectares s’implantera cette entreprise ?

Quels types de déchets seront traités sur ce site ?

D’où viendront-ils ?

Combien de camions supplémentaires la RN 330, déjà saturée, devra supporter ?

 

Nous n’en savons rien.

 

 

Ce sera la surprise.

 

pour aller plus loin :

http://svt.ac-creteil.fr/?Les-Carrieres-de-gypse-a-Meaux

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2023 1 03 /04 /avril /2023 17:47

 

 

Extraits du rapport d'inspection

Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 7/2/2023 Prologis Copernic Compans doit revoir sa copie
Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 7/2/2023 Prologis Copernic Compans doit revoir sa copie
Partager cet article
Repost0
1 avril 2023 6 01 /04 /avril /2023 18:20
L'Etang de Gressy
Partager cet article
Repost0
31 mars 2023 5 31 /03 /mars /2023 10:37

 

 

PARU SUR LE SITE EAU  ILE DE FRANCE :

 

 

AGRICULTUREINTERNATIONAL

 

LES POLITIQUES DE L’UE N’EMPÊCHENT PAS LES AGRICULTEURS DE CONSOMMER TROP D’EAU

19 OCTOBRE 2021 ADMIN LAISSER UN COMMENTAIRE

 

Selon un rapport publié le 28 septembre par la Cour des comptes européenne, les politiques de l’UE ne permettent pas de garantir une utilisation durable de l’eau par les agriculteurs. L’impact de l’agriculture sur les ressources en eau est indéniable. Pourtant, les dérogations à la politique de l’UE dans le domaine de l’eau accordées aux agriculteurs sont trop nombreuses et vont à l’encontre des efforts déployés pour en garantir une utilisation raisonnée. Par ailleurs, les mesures prises dans le cadre de la politique agricole commune encouragent trop souvent à consommer plus qu’à consommer mieux. Communiqué de la Cour des comptes européenne.

Les agriculteurs sont de grands consommateurs d’eau douce: un quart des captages d’eau dans l’UE provient en effet de l’agriculture. Les activités agricoles ont une incidence à la fois sur la qualité de l’eau (du fait de la pollution causée par les engrais ou les pesticides, par exemple) et sur sa quantité. L’approche actuelle de l’UE en matière de gestion de l’eau remonte à la directive cadre sur l’eau (DCE) de 2000, directive qui a mis en place des politiques portant sur l’utilisation durable de l’eau. L’objectif fixé dans la DCE était de parvenir à un bon état quantitatif pour toutes les masses d’eau dans l’ensemble de l’UE. La politique agricole commune (PAC) joue également un rôle important dans la gestion durable de l’eau. Elle propose des outils susceptibles d’aider à réduire les pressions sur les ressources en eau, par exemple en liant les paiements à des pratiques plus écologiques et en finançant des infrastructures d’irrigation plus efficaces.

«L’eau est une ressource limitée, et l’avenir de l’agriculture de l’UE dépend dans une large mesure de la capacité des agriculteurs à l’utiliser de manière rationnelle et durable», a déclaré Mme Joëlle Elvinger, la Membre de la Cour des comptes européenne responsable du rapport. «Cela dit, jusqu’à présent, les politiques de l’UE n’ont pas permis de réduire suffisamment l’impact de l’agriculture sur les ressources en eau.»

La DCE prévoit des mesures de sauvegarde contre une utilisation non durable de l’eau. Nombreuses sont cependant les dérogations pour les captages d’eau accordées par les États membres à des fins agricoles. Les auditeurs ont constaté que ces dérogations sont généreusement octroyées aux agriculteurs, y compris dans les régions en situation de stress hydrique. Par ailleurs, certaines autorités nationales ne sanctionnent que rarement les cas d’utilisation illégale de l’eau qu’elles détectent. La DCE fait également obligation aux États membres de souscrire au principe du pollueur-payeur. Mais l’eau reste moins chère lorsqu’elle est utilisée à des fins agricoles, et de nombreux États membres ne récupèrent toujours pas les coûts des services liés à l’utilisation de l’eau dans l’agriculture comme ils le font dans d’autres secteurs. Souvent, la consommation d’eau facturée aux agriculteurs ne correspond pas au volume effectivement utilisé, déplorent les auditeurs.

Dans le cadre de la PAC, le versement d’aides de l’UE aux agriculteurs n’est généralement pas subordonné au respect d’obligations qui encouragent une utilisation rationnelle de l’eau. Certains paiements permettent de soutenir des cultures nécessitant de grandes quantités d’eau telles que le riz, les fruits à coque ainsi que les fruits et légumes, sans restriction géographique, et donc également dans des zones en situation de stress hydrique. De plus, le mécanisme de conditionnalité de la PAC (qui consiste à subordonner les paiements au respect de certaines obligations environnementales) n’a que peu d’effet, constatent les auditeurs. Les exigences ne s’appliquent pas à tous les agriculteurs et, en tout état de cause, les États membres ne réalisent pas suffisamment de contrôles et de vérifications en bonne et due forme pour décourager toute consommation non durable de l’eau.

Outre les paiements directs, la PAC finance également certains investissements des agriculteurs ou des pratiques agricoles telles que les mesures de rétention d’eau. Celles-ci peuvent avoir une incidence positive sur l’utilisation de l’eau. Les agriculteurs qui ont recours à cette possibilité sont toutefois peu nombreux, et les programmes de développement rural soutiennent rarement des infrastructures de réutilisation de l’eau. Par ailleurs, la modernisation des systèmes d’irrigation existants ne se traduit pas toujours par une économie des ressources en eau, étant donné que l’eau économisée peut être réutilisée pour l’irrigation soit de cultures nécessitant de plus grandes quantités d’eau soit d’une zone plus vaste. De même, l’installation de nouvelles infrastructures qui permettent d’augmenter la superficie irriguée est susceptible d’accroître la pression sur les ressources en eau douce. Les auditeurs estiment ainsi que, de manière générale, l’UE a indubitablement financé des exploitations agricoles et des projets qui ne respectent pas le principe d’utilisation durable de l’eau.

Lire le rapport spécial n° 20/2021 intitulé «La PAC et l’utilisation durable de l’eau dans l’agriculture: des fonds davantage susceptibles d’encourager à consommer plus qu’à consommer mieux»

 

 

https://eau-iledefrance.fr/les-politiques-de-lue-nempechent-pas-les-agriculteurs-de-consommer-trop-deau/#more-13817

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2023 4 30 /03 /mars /2023 20:31

 

En effet la SAS Plaine de France Energie qui exploite le méthaniseur de Marchémoret souhaite étendre les capacités de traitement de son installation et créer entre autres 2 lagunes déportées pour stocker les déchets liquides (digestats) de son méthaniseur à Villeneuve sous Dammartin et Moussy le Vieux.

 

Sans attendre l’autorisation préfectorale les agriculteurs ont construit la lagune déportée de Villeneuve sous Dammartin et même y ont stocké des déchets liquides (digestats) provenant du méthaniseur de Marchémoret.

 

Ce qui leur vaut aujourd’hui un rappel à la loi, suite à une inspection de la DRIEAT qui a constaté l’infraction. La préfecture leur impose de suspendre l’exploitation de la lagune et de retirer les déchets liquides (digestats) qu’ils y ont stockés.

 

 

Extrait de l'Arrêté Préfectoral

Le Préfet impose aux exploitants du méthaniseur de Marchémoret SAS Plaine de France Energie de suspendre l’exploitation de leur lagune et d’évacuer les déchets liquides qu’elle contient
Le Préfet impose aux exploitants du méthaniseur de Marchémoret SAS Plaine de France Energie de suspendre l’exploitation de leur lagune et d’évacuer les déchets liquides qu’elle contient
Le Préfet impose aux exploitants du méthaniseur de Marchémoret SAS Plaine de France Energie de suspendre l’exploitation de leur lagune et d’évacuer les déchets liquides qu’elle contient
Le Préfet impose aux exploitants du méthaniseur de Marchémoret SAS Plaine de France Energie de suspendre l’exploitation de leur lagune et d’évacuer les déchets liquides qu’elle contient
Partager cet article
Repost0
29 mars 2023 3 29 /03 /mars /2023 17:26

 

C’est faute de ne pas avoir imposé les 25 % de logements sociaux obligatoires aux promoteurs du Bois des Granges et d'ailleurs et pour ne pas être privé par le Préfet du droit de délivrer des permis de construire que Jean-Luc Servières doit trouver dans l’urgence des emplacements pour implanter les logements sociaux manquants.

 

En effet en 2022 la commune ne disposait que de 13% de logements sociaux, le parc social étant passé entre 2019 et 2022 de 622 logements à 635 soit seulement 13 logements sociaux de plus. (Source : article du Parisien 77 d’hier)

 

 

Le maire souhaite rattraper son retard en projetant d’imposer dans le futur PLU la construction d'une majorité des logements sociaux à venir en zone UA dans le centre ville de Claye et de Souilly, dans cette zone les immeubles qui seront construits devront comprendre 30% de logements sociaux (5% de plus que l’obligation légale).

 

Cela concerne la totalité ou une partie des rues suivantes :

A Souilly : rue de Souilly, de la Place, rue Legoix, rue Victor Drouet

A Claye : rue Jean-Jaurès, de Paris, de Verdun, de Voisins, de la Gabrielle, de la Guette, des Arzllières, Fleury, rue du 8 Mai 1945, Avenue du GL Leclerc et du Ml Joffre.

 

Mais en plus le maire veut dans cette zone UA implanter des immeubles uniquement réservés aux logements sociaux :

 

Au 25 rue de Souilly, à la place de l’entreprise Hellin

Au 6 rue de Paris, à la place de l’ex restaurant La Cigogne d’Argent

Aux 4 et 6 avenue du Ml Joffre à la place de commerces et d’un cabinet médical

Au 8 avenue du Gl Leclerc à la place d’un ex cabinet médical

Aux 10 avenue du Gl Leclerc et 32 rue de Verdun à la place de maisons d'habitation.

 

 

Pour voir si votre zone devrait être concernée par le projet, consulter le  plan de zonage,

La zone UA est indiquée en rose 

https://www.claye-souilly.fr/wp-content/uploads/2023/03/4-1_ZONAGE-COMMUNE.pdf

 

La question du jour :

Le stationnement et la circulation dans ces zones étant déjà difficile, considérez-vous que ce sont des endroits adaptés pour à une densification intense ?

 

A vous de juger

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

Sartrouville, Sarcelles, Meaux… trois méthodes pour faire fondre la part de logements sociaux

À grands coups de rénovation urbaine et de résidentialisation, ces villes denses de la région parisienne sont parvenues à réduire la part du parc social, souvent en plusieurs décennies. Généralement de façon parcellaire, parfois de manière spectaculaire…..

Par Sébastien RoseléSébastien BirdenVéronique Beaugrand et Stéphane Corby 

Le 28 mars 2023 à 06h02

https://www.leparisien.fr/yvelines-78/sartrouville-sarcelles-meaux-trois-methodes-pour-faire-fondre-la-part-de-logements-sociaux-28-03-2023-VOHSBZTEKZFRFLPF53UVCRJE7A.php

Partager cet article
Repost0
28 mars 2023 2 28 /03 /mars /2023 15:17
Partager cet article
Repost0

Recherche