Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2022 7 28 /08 /août /2022 17:24
GRESSY : Pont-canal sur la Beuvronne
Partager cet article
Repost0
25 août 2022 4 25 /08 /août /2022 16:05
Nord-Ouest 77 : CSP à Moussy le Neuf qui avait subi un important incendie en 2008 a été classée Seveso en 2018

 

La Sté CSP est autorisée à stocker plus de 500 tonnes de matières, produits et substances combustibles, elle est spécialisée dans le stockage de produits pharmaceutiques, d’hygiène et de beauté.

 

 Elle a été autorisée à exploiter cet établissement ZI de la Barogne depuis le 21/6/1991, puis à construire le 1/4/2004 3 nouveaux dépôts.

 

Le 19/3/2008 un incendie a détruit 2 cellules qui ont été reconstruites.

 

L’entreprise est classée Seveso depuis 2018 pour la rubrique :

4510. Dangereux pour l'environnement aquatique de catégorie aiguë 1 ou chronique 1.

 

Rappelons que la rivière qui traverse Moussy le Neuf est la Biberonne, un affluent de la Beuvronne.

 

 

 

 

Paru sur le site Usine Nouvelle :

 

CSP renaît de ses cendres en un temps record

 

Le spécialiste de la logistique en produits pharmaceutiques a relancé l'intégralité de son activité en onze jours, après avoir vu disparaître deux bâtiments dans un incendie.

Olivier Cognasse

22 Mai 2008 \ 00h00

Mercredi 19 mars 2008, 5 h 59, un incendie se déclare dans le bâtiment 2 de l'entrepôt de Moussy-le-Neuf, en Seine-et-Marne. Des flammes de 25 mètres de haut éventrent la toiture. Après quatre heures de lutte avec une centaine de pompiers et trente-sept véhicules engagés, le feu est circonscrit. Des deux bâtiments touchés (sur cinq) appartenant au prestataire logistique Centre Spécialités pharmaceutiques (CSP), il ne reste rien. Sinon des grues qui trient de l'acier tordu par une chaleur de 2 000 °C et des restes de produits fondus (conditionnements, médicaments et compléments nutritionnels), seuls rescapés des 15 000 palettes réduites en cendres.

Spécialisée dans la pharmacie, l'entreprise ne pouvait se permettre un arrêt total d'activité. « Notre réactivité nous a permis de conserver nos clients et même de les conforter dans le souhait de travailler avec nous », se félicite Nicolas Baudry, le président du directoire. Le courage des trente salariés présents sur le site de CSP et d'une quinzaine de pompiers, a permis de sauver 400 palettes dans une chambre froide en les transférant dans le dernier bâtiment encore debout. Des lots de préparation dérivés, du plasma (produits très rares) ont pu être sauvés pour assurer l'approvisionnement.

une partie de l'activité francilienne transférée

La réactivité de la direction permettra un redémarrage partiel de l'activité dès le 25 mars, soit seulement trois jours ouvrés après le sinistre. Une cellule de crise est mise en place par la direction le soir même. Composée des principaux cadres de l'entreprise (direction, informatique...), elle s'installe le lendemain, à la mairie de Moussy-le-Neuf. Rapidement, l'équipe pose les jalons d'une reprise de l'activité. Première décision : une partie de l'activité francilienne (trois laboratoires) est transférée sur le site CSP de Cournon (Puy-de-Dôme). L'équipe se met aussi en quête d'un entrepôt à louer. Un bail est signé pour un bâtiment de 15 000 m2 à Saint-Witz (Val-d'Oise) à sept kilomètres de Moussy. Connexions informatiques, racks palettes, systèmes de tri, de picking... Durant le week-end de Pâques, une cinquantaine d'employés volontaires soutenus par des « mercenaires » (prestataires spécialisés en montage et démontage) équipent le nouveau site. Il entre en action le 1er avril au matin et ouvre la voie à une reprise totale de l'activité. Soit onze jours seulement après le sinistre ! « En trois semaines, nous avons rattrapé le retard accumulé », assure Jean-Luc Delmas, le directeur du développement et de la communication.

La perte est quand même sèche. Si les assurances prennent en charge le remboursement du stock, la reconstruction des bâtiments et la perte d'activité, CSP devra débourser près de trois millions d'euros pour ériger deux nouveaux bâtiments... opérationnels dans quinze mois. .

https://www.usinenouvelle.com/article/csp-renait-de-ses-cendres-en-un-temps-record.N61487

 

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2022 2 23 /08 /août /2022 16:32
Claye-Souilly 4/6/2021 Conservatoire de Musique

Claye-Souilly 4/6/2021 Conservatoire de Musique

 

L’étude comportera un volet sur les inondations liées au ruissellement mais aussi aux débordements de la rivière et de ses affluents.

Cette étude fait suite aux inondations de 2021. Elle vise à réduire les risques d’inondations.

 

 Coût estimé 1.5 million d’euros, étude cofinancée par la communauté de communes Plaines et Monts de France qui est concernée par une partie du bassin versant Beuvronne. (1)

 

Pour mémoire depuis des années les Préfets nous promettent la mise en place  d’un Plan de Prévention Risque Inondation PPRI mais nous l'attendons toujours.

 

Aux dernières nouvelles, une étude aléa ruissellement (méthode EXZECO) et pré-étude remontée de nappe, a été livrée en 2019 mais les  données sont insuffisantes. Une nouvelle étude aléa débordement devait être lancée courant 2020.

 

Source :(1)  Le MAG 42  Roissy Pays de France , été 2022 page 9

Claye-Souilly 14/7/2021 Lotissement la Source Bleue

Claye-Souilly 14/7/2021 Lotissement la Source Bleue

Partager cet article
Repost0
22 août 2022 1 22 /08 /août /2022 10:17
L'implantation d'un méthaniseur dans le Val d'Oise à Mesnil-Aubry : un sujet qui fâche !
Partager cet article
Repost0
21 août 2022 7 21 /08 /août /2022 11:26
FORET DE CHANTILLY :  LES ETANGS DE COMMELLES
Partager cet article
Repost0
17 août 2022 3 17 /08 /août /2022 11:06

 

 

 

 Pollution 

suite à un effondrement

dans une ancienne mine de pyrite

au Pays Basque

 

 

 

 

 

Paru sur actu.fr Nouvelle Aquitaine 

 

 

Insolite. Au pays basque, la Nive a viré au orange !

Jeudi 28 avril 2022, un lâcher d'eau s'est produit sur des anciennes mines de fer à Itxassou (64), transformant l'eau de la Nive en couleur orange. Explication.

Pollution suite à un effondrement dans une ancienne mine de pyrite au Pays Basque

 

Une couleur orange pas vraiment naturelle sur la Nive, le jeudi 28 avril 2022.

 (©FERME HAITZ ONDOA Larrea francis)

Par Rédaction Pays BasquePublié le 29 Avr 22 à 9:29  mis à jour le 29 Avr 22 à 9:43

 

 

Les promeneurs ont dû être quelque peu surpris en se baladant le long de la Nive, jeudi 28 avril 2022. En effet, la couleur de l’eau arborait un teint très orangeâtre, pas vraiment naturel à Itxassou. 

 

Pyrite de fer

 

Alertés, les sapeurs-pompiers se sont rendus au « Pas de Roland » sur la commune d’Itxassou vers 18 h. Après observation, la police de l’environnement a décelé un lâché d’eau au niveau des anciennes mines de fer qui servaient autrefois à fabriquer de l’acide sulfurique, un peu plus en amont sur la commune d’Itxassou. D’après nos informations, il s’agirait de pyrite de fer qui s’est déversée dans la Nive, d’où cette couleur orange.

 

Le capteur de Laxia, tout près de là, et qui alimente la ville de Bayonne en eau  a été isolé et remplacé par un réseau parallèle.

 

 

 https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/itxassou_64279/pays-basque-la-nive-orange-que-s-est-il-passe_50592781.html

 

 

Paru sur le site de la Fédération de pêche des Pyrénées Atlantiques 

 

Extrait du rapport fédération de pêche :

https://www.federation-peche64.fr/wp-content/uploads/2022/06/Rapport_pollution_Laxia_2022.pdf

Pollution suite à un effondrement dans une ancienne mine de pyrite au Pays Basque

 

Suivi de la pollution sur le ruisseau le Laxia

Suite à la pollution par des rejets d’anciennes mines de fer survenue sur le Laxia à Itxassou le 28/04/2022, les agents de la Fédération pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques des Pyrénées-Atlantiques et de l’AAPPMA de la Nive ont procédé à des inventaires piscicoles le 16 juin dernier pour évaluer l’impact de cette pollution sur le peuplement piscicole.

Les résultats des pêches électriques réalisées sur le Laxia et deux de ces affluents montrent clairement l’impact du rejet des mines sur le cours d’eau principal. La mortalité a été totale sur l’ensemble des espèces aquatiques sur environ 4 km.

Un timide début de recolonisation semble se profiler à l’amont immédiat de la confluence avec la Nive pour les cyprinidés rhéophiles (goujons, vairons et loches franches).

Les affluents et l’amont du Laxia semblent assez productifs mais la faible surface qu’ils représentent par rapport au Laxia ne plaide pas pour une recolonisation rapide de ce dernier. De plus, tant que le substrat du Laxia n’aura pas été purgé par une ou plusieurs crues significatives, les frayères à truite ne seront pas fonctionnelles.

Enfin, la recolonisation par les insectes aquatiques, première source de nourriture des poissons, ne semble pas encore initiée, la recolonisation naturelle sera donc lente et vouloir l’accélérer par des déversements ou des transferts de poissons serait vouée à l’échec dans l’état actuel du milieu.

Le suivi devra donc se poursuivre sur plusieurs années et des mesures devront être prises  rapidement par les responsables de la gestion du site minier pour le sécuriser afin que « l’incident » ne se reproduise plus.

https://www.federation-peche64.fr/suivi-de-la-pollution-sur-le-ruisseau-le-laxia/

 

Pour aller plus loin :

https://www.sudouest.fr/pyrenees-atlantiques/itxassou/pays-basque-une-pollution-au-fer-colore-la-nive-en-orange-10762496.php

https://www.sudouest.fr/pyrenees-atlantiques/itxassou/pays-basque-peche-et-baignade-toujours-interdites-a-itxassou-apres-la-pollution-du-laxia-et-de-la-nive-11253547.php

https://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr/content/download/43301/274720/file/220520_CP_Suite%20de%20l%E2%80%99%C3%A9v%C3%A8nement%20g%C3%A9ologique%20a%20Itxassou%20-%20R%C3%A9sultats%20des%20analyses%20effectu%C3%A9es%20apr%C3%A8s%20la%20coloration%20de%20la%20Nive.pdf

 

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2022 2 16 /08 /août /2022 14:59
  Les déchets du Grand Paris pouvant potentiellement contenir de la pyrite, un sujet qui inquiète : quels risques pour le plus important captage d’eau du 77 à Annet sur Marne ?

 

Les associations très inquiètent.

 

 

 

Déchets du Grand Paris

pouvant potentiellement contenir

de la pyrite :

 

Un danger pour l’alimentation en eau potable des Yvelines

 et  pas pour la Seine et Marne ?

 

 

Nous apprenons que des déchets du Grand Paris pouvant potentiellement contenir de la pyrite ont été déversés dans les décharges   :

  • ISDI ECT Annet sur Marne, située en amont du plus important captage d’eau potable de Seine et Marne qui fournit près de 550 000 habitants en eau potable
  • ISDI ECT Villeneuve sous Dammartin, située en amont des captages d’eau de Mitry-Mory.

 

Nous sommes d’autant plus inquiets que le Préfet des Yvelines a fait retirer en urgence ce type de déchets d’une carrière Lafarge pour protéger des captages d’eau dans les Yvelines

 

C’est suite aux conclusions d’un rapport commandé à un hydrogéologue agréé par l’Agence Régionale de Santé.

 

La même Agence Régionale de Santé, n’a pas à notre connaissance, commandée un rapport similaire à un hydrogéologue agréé pour connaître les risques de stockage de déchets pouvant potentiellement contenir de la pyrite près des captages  d’eau d’Annet su Marne et de Villeneuve sous Dammartin.

 

Le Préfet de Seine et Marne Lionel Beffre a décidé lui de laisser ces déchets sur place dans les décharges  d’Annet sur Marne et  de Villeneuve sous Dammartin en prenant seulement un arrêté de prescriptions complémentaires qui consiste, entre autres, à faire surveiller la qualité des déchets du Grand Paris, pouvant potentiellement contenir de la pyrite, afin de s’informer sur leur évolution chimique et minéralogique dans le temps.

 

Pour en revenir à la pyrite c’est un matériau naturellement présent dans certaines formations géologiques, qui a la propriété de s’oxyder progressivement au contact de l’air, dégageant de l’acide sulfurique gazeux et liquide drainant les métaux lourds vers le bas (risques pour l’environnement, les eaux et la santé publique).

 

 

 

Si la pyrite pollue, dans le temps, l’eau de nos captages,

que ferons-nous ?

 

 

 

 

Lien vers les arrêtés préfectoraux concernés :

Pour les Yvelines : https://www.georisques.gouv.fr/risques/installations/donnees/details/0006516607

Pour la Seine et Marne :

Annet sur Marne : https://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/54087/393231/file/AP%20n%C2%B02022%20DRIEAT%20UD77%20094%20du%2025%2007%202022.pdf

 

 

Paru sur BFMTV

 

CHANTIER DE LA LIGNE E : 240.000 TONNES DE DÉCHETS POTENTIELLEMENT POLLUANTS ÉVACUÉS

Diane Lacaze avec AFP

Le 04/11/2021 à 10:36Illustration du Grand Paris Express

Depuis 2019, ces déblais sont apportés sur une zone de stockage située à Saint-Martin-la-Garenne, près de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. Mais en début d'année 2021, des risques de pollution ont été constatés.

Environ 240.000 tonnes de déblais potentiellement polluants, issus du chantier de prolongement de la ligne E (Eole) du RER et stockés dans un village de banlieue parisienne, devront être évacués d'ici le début de 2022, a appris l'AFP de source officielle. Contactée, la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement, de l'aménagement et des transports (Drieat) a confirmé une information du journal Le Parisien.

Ces terres de chantier, censées être inertes, ont été apportés progressivement depuis 2019 sur une zone de stockage située à Saint-Martin-la-Garenne, près de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. C'est le groupe LafargeHolcim qui exploite cette carrière, où sont acheminés les déchets liés aux travaux du tunnelier du projet Eole, qui creuse sous terre le prolongement de la ligne E du RER à l'ouest de Paris, jusqu'à Nanterre puis Mantes-la-Jolie. "Nos services ont été contactés par Lafarge en début d'année 2021 après le constat d'une coloration rouge, caractéristique de la présence d'oxydation, sur les déchets", a indiqué la Drieat à l'AFP.

Déblais qui contiennent de la pyrite

Ces déblais contiennent de la pyrite, une pierre "qui peut s'oxyder en présence d'eau et d'oxygène, ce qui créé notamment des sulfates, des oxydes de fer de couleur rouge, et de l'acide sulfurique". La pyrite n'est donc pas un déchet inerte (qui ne produit aucune réaction chimique) et sa présence sur la carrière pouvait créer une pollution des nappes phréatiques et un danger pour l'alimentation en eau potable du secteur. "Les résultats des analyses et études commandées aussitôt auprès d'organismes indépendants confirment clairement l'absence de risques à court terme pour l'environnement", a rassuré Lafarge, contacté par l'AFP.

La préfecture des Yvelines a pris un arrêt en avril avant d'imposer le 3 août 2021 le retrait sous six mois de ces déblais. Ces déchets sont évacués depuis octobre vers un site spécialisé de Seine-Maritime pour y être rendus inertes, a indiqué Lafarge. "Cette évacuation sera achevée avant la fin de l'année", a précisé le cimentier. "SNCF Réseau s'interroge maintenant sur la chaîne de responsabilité alors que ces mêmes terres sont actuellement déposées sur plusieurs autres sites exploités par des concurrents de Lafarge-Holcim, sites sur lesquels cette situation n'a pas été constatée", a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

https://www.bfmtv.com/immobilier/construction/chantier-de-la-ligne-e-240-000-tonnes-de-dechets-potentiellement-polluants-evacues_AD-202111040165.html

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2022 1 15 /08 /août /2022 16:10
MONTRY :  la Dhuis traverse le canal latéral du Grand Morin
Partager cet article
Repost0
15 août 2022 1 15 /08 /août /2022 16:09
SOUILLY : Péniche sur le Canal de l'Ourcq
Partager cet article
Repost0
13 août 2022 6 13 /08 /août /2022 17:59
Saint-Augustin : la cascade
Partager cet article
Repost0

Recherche