Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2018 2 02 /10 /octobre /2018 13:47

 

 

 

 

Nord-Ouest 77  

la sécurité en question ?

 

 

La préfecture doit dire pourquoi elle a donné une autorisation  en 2017 qui permet à une entreprise de faire passer régulièrement des convois exceptionnels sur ce passage à niveau de la ligne K Crépy-en Valois Paris, alors que des trains chargés de déchets nucléaires y circulent parfois ?

 

Nous apprenons par un article paru dans le journal la Marne  que le passage à niveau de Rouvres est considéré comme préoccupant, l’article indique que depuis 2009 il est inscrit à la liste nationale du programme de sécurisation du Ministère des Transports.

 

Pourtant 8 ans plus tard le préfet Jean-Luc Marx, sur le départ, autorisera l’entreprise Brunel Démolition à exploiter à Montgé en Goële, une entreprise de déconstruction et dépollution d’anciens wagons SNCF et autres pour les désamianter.

 

Pour ce faire, l’entreprise devra transporter ces wagons par convois exceptionnels qui devront franchir le passage à niveau de Rouvres.

 

 

 

 

Extrait Résumé non technique, étude d’impact page 27 Brunel Démolition

 

Après l’accident sur le passage à niveau de Rouvres, la préfecture doit indiquer les mesures qu’elle compte mettre en place!

 

 

 

Ironie du sort, la même année 2017 d’importants travaux de consolidation de la RD 401 ont été réalisés par le conseil départemental 77, était-ce, entre autres, pour favoriser « l’accueil » sur cette route de convois exceptionnels ?

 

 

Après l’accident de ces jours derniers la population est inquiète pour sa sécurité sur cet axe routier dangereux mais également  pour sa sécurité sur la ligne ferroviaire empruntée par des milliers de passagers et par des wagons chargés de marchandises et parfois de déchets nucléaires.

 

 

 

 

L’ETAT  attend-t-il

qu’un accident mortel  se produise

 pour se pencher sur ce dossier ?

 

 

 

 

Paru sur le site La Marne :
Rouvres. Une voiture percutée au passage à niveau, le trafic SNCF interrompu

Un accident s'est produit mardi 18 septembre, vers 8 h 45. Une voiture a été percutée par un train à Rouvres, sur un passage à niveau. Le trafic SNCF est interrompu.

 

Publié le 18 Sep 18 à 10:14|Modifié le 18 Sep 18 à 10:38

Après l’accident sur le passage à niveau de Rouvres, la préfecture doit indiquer les mesures qu’elle compte mettre en place!

 

 

 

L’accident s’est produit au passage à niveau, à Rouvres. (©Nationale 2 infos)

 

Une voiture a été percutée de plein fouet par un train, dans la commune de Rouvres, mardi 18 septembre, vers 8 h 45. L’accident s’est déroulé au niveau du passage à niveau, sur la D 401, entre Dammartin-en-Goële et Saint-Soupplets.  Le train circulait sur la ligne K. Il était parti de Crépy-en-Valois et « se dirigeait vers Paris », informe la SNCF.

Selon les premières informations, une voiture a hésité de freiner en arrivant au passage à niveau. Finalement, elle décide de s’arrêter. Surpris, le véhicule la percute et la pousse légèrement sur les rails. Les passagers du véhicule ont réussi à s’échapper avant le choc.

Les policiers assurent qu’il n’y a eu aucun blessé. « Les gendarmes et les pompiers sont sur place », assure la SNCF.

Les passagers du train bloqués

Le train, lui, a été stoppé dans sa course. Il transporte cinquante-deux passagers. . « Il n’y a eu aucun blessé. Ils ont été pris en charge pour être transportés dans une autre gare », détaille la SNCF. Le conducteur du train de la ligne K n’a pas non plus été touché.

La SNCF a décidé d‘interrompre la circulation des trains. Le Département a mis en place une déviation pour les automobilistes jusqu’à 11 h.

En 2015, le département comptabilisait « 59 passages à niveau gérés par la SNCF et 8 passages à niveau privés » sur les 4400 km du réseau routier départemental.

https://actu.fr/ile-de-france/rouvres_77392/rouvres-une-voiture-percutee-passage-niveau-trafic-sncf-interrompu_18641629.html

 

 
SITE aRCOBALENI :
DÉCHETS NUCLÉAIRES : RASSEMBLEMENT À NANTEUIL-LE-HAUDOUIN, 07/06/2011

09 JUIN 2011

Du 7 au 8 juin 2011, un convoi de déchets nucléaires, en provenance des Pays-Bas et à destination de La Hague, a traversé la Belgique et le Nord de la France.

À la campagne, en Basse-Picardie, au sud de l'Oise, dans la petite gare de Nanteuil-Le Haudouin, sur la ligne K (Crépy-en-Valois/Paris) et sur la ligne TER Picardie (Laon/Crépy/Paris), une association d'usagers, l'ADU-FNAUT de Crépy-en-Valois, a organisé un rassemblement pour informer la population du passage du train chargé de plutonium : distribution du communiqué de presse commun Réseau Sortir du nucléaire, Réseau belge STOP Nucléaire et SUD-Rail du 6 juin 2011 : Le trafic de déchets nucléaires entre les Pays-Bas et la France reprend en catimini ; discussion avec les usagers ; attente du train et de ses trois wagons radioactifs. Des élus de Nanteuil-Le-Haudouin, des militants de la FASE, des citoyens, un cheminot CGT, des militants CGT, une représentante de l'Association Valois Environnement, le président et la secrétaire de l'ADU-FNAUT, des gendarmes de la gendarmerie locale, un agent des renseignements généraux de Creil étaient réunis ce mardi 7 juin 2011, de 17h à 21h39 : les uns pour dénoncer la multiplication de ces convois de déchets nucléaires sur le territoire français, entre autres, les autres pour surveiller les premiers et éviter qu'ils ne s'enchaînent aux rails. La bande de citoyens picards actifs, comme beaucoup d'autres en France et partout dans le monde, a une unique revendication :

 http://ptutoy.over-blog.net/article-dechets-nucleaires-rassemblement-a-nante-76158499.html

 

 

Pour aller plus loin :

 

Arrêté préfectoral du 20/6/2017

http://documents.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/commun/P/d/8acb34015ce462cd015ce47cf92f001d.pdf

 

 

http://adenca.over-blog.com/2015/02/montge-en-goele-pour-venir-deverser-des-dechets-et-desamianter-des-vehicules-ferroviaires-colas-demande-une-derogation-a-la-protecti

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 19:08
Visite de la carrière Placoplatre de Villevaudé/Villeparisis : un manque de transparence !

Villevaudé 1.6.2017  Placoplatre :

les matériels de travaux publics près à se mettre en marche pour détruire

le bois Gratuel

 

 

 

 

 

 

Visite de la carrière Placoplatre de Villevaudé/Villeparisis : un manque de transparence !

Villevaudé 29.9.2018  

un trou béant laissé par Placoplatre à la place du Bois Gratuel

L'industriel n'a pas encore exploité le gypse, il va devoir encore creuser pour atteindre la 1ère couche de gypse  qui se trouve environ à 30m sous le sol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un conseil

lors des visites carrières

de Placoplatre

 Evitez de poser les questions

qui fâchent.

 

Ecoutez

la présentation idyllique des intervenants

et taisez-vous

 

 

Ne demandez pas si ces carrières vont être remblayées par les déchets du Grand Paris.

On ne répondra pas à votre question.

 

 

Ne demandez pas si la carrière de Villevaudé va être exploitée à l’aide d’explosifs.

L’intervenant ne le sait pas.

 

 

Ne demandez pas pourquoi Placoplatre va détruire 19 hectares du bois Gratuel à Villevaudé et pourquoi l’industriel va participer au reboisement de forêts domaniales Crécy (7ha), Villefermoy (4.5ha), Malvoisine (5.77 ha) et Montceaux (2.5 ha).

 

L’intervenant vous répondra que c’est une mesure compensatoire, n’en demandez pas plus, on est déjà en retard.

 

 

Ne demandez pas où se trouvent le réseau de fossés et les bassins de rétention disposés

afin de limiter l’écoulement des eaux superficielles en cas de fortes pluies.

L’intervenant n’a pas le temps, il faut remonter dans le car.

 

 

Si en plus vous avez eu  la malchance d’être dans un car qui se perd dans le site Placoplatre de Vaujours et doivent écourter la visite et  que dans l’assistance  une participante soit introduite, semble-t-il, pour vous surveiller en permanence, vous demandant si vous avez le droit de prendre des notes et vous montrant du doigt en indiquant à ses voisins que vous faites partie « d’une association environnementale », la boucle est bouclée.

 

 

 

  Un conseil à Placoplatre :

n’acceptez plus

dans vos journées portes ouvertes

les associations environnementales.

 

 

 

Visite de la carrière Placoplatre de Villevaudé/Villeparisis : un manque de transparence !

 

Villevaudé 29.9.2018

 aux dires de Placoplatre : reconstitution d'une mare

 certains n'y ont vu ici qu'une flaque d'eau

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2018 4 27 /09 /septembre /2018 09:47
Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de St Mesmes au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de St Mesmes au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

 

Une poignée de députés présents à l'assemblée ont rejeté l'inscription, dans la loi, de l'interdiction du glyphosate d'ici 3 ans.

 

Notre député Rodrigue Kokouendo, était une nouvelle fois aux abonnés absents, il ne s'était même pas déplacé à l'assemblée nationale pour ce vote.

 

Pourtant Rodrigue Kokouendo se trouve dans une circonscription d'agriculture intensive où des écoles primaires sont situées à proximité des champs cultivés par cette agriculture intensive.

 

La situation préoccupante de l'environnement et la santé des populations, dans ce département où l'espérance de vie est l'une des plus faibles d'Ile de France ne semble pas être la préoccupation principale de notre député.

 

Pour mémoire nous avions rencontré Rodrigue Kokouendo il y a plus de 6 mois pour l'alerter sur les risques pour la santé des populations de  l'exploitation du gypse par Placoplatre sur l'ancien site du CEA Fort de Vaujours, mais notre député n'a donné aucunes suites à nos demandes.

 

Les riverains des installations polluantes ou dangereuses ont toujours été les oubliés de ce pays et il ne semble pas que notre député ait l'intention de se pencher sur ce lourd dossier et nous le regrettons.

 

 

Vote Glyphosate, concernant la Seine et Marne, voir les résultats ici : 

https://trombi-glyphosate.agirpourlenvironnement.org/department-77/

 

 

Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de Fresnes sur Marne  au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de Fresnes sur Marne au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 11:29
12.6.2018 Claye-Souilly centre ville, au fond à droite l'ancienne gendarmerie

12.6.2018 Claye-Souilly centre ville, au fond à droite l'ancienne gendarmerie

Hier après-midi s'est tenu la réunion du comité de suivi « Loi sur l'eau » aéroport de Roissy sous le direction  de Béatrice Abollivier, préfète du 77, en présence du directeur d'ADP, du sous-préfet Gérard Péhaut, du directeur de la DDT (police de l'eau), de plusieurs élus de Mitry-Mory et d'un représentant du conseil départemental.

 

Les représentants des associations environnementales, étaient venus en nombre, afin de soutenir les riverains,

on notait la présence  :

  • de 3 représentants de FNE Seine et Marne

  • des présidents des fédérations d'environnement du 93 et du 95,

  • du président de val de marne environnement

  • d'un représentant de MNLE.

12.6.2018 Claye-Souilly vue sur le pont A. Benoist  près du collège des Tourelles

12.6.2018 Claye-Souilly vue sur le pont A. Benoist près du collège des Tourelles

 

 

 

Pour en revenir aux inondations qui ont touché le centre ville de ville de Claye-Souilly et ont obligé à évacuer le collège des Tourelles, la salle Planète Oxygène et le centre pour enfants handicapés, d'après ADP, il semblerait que ce soit le syndicat de la Basse Beuvronne qui n'ait pas prévenu assez tôt l'industriel qui continua à déverser 600l/seconde le 12/6/2018 jusqu'en fin de matinée dans la Reneuse, alors que depuis 10 heures la Beuvronne commençait à déborder près du Collège des Tourelles.

 

Les absents ont toujours tort ?

 

Les participants auraient aimer connaître le point de vue d'Yves Albarello, président du syndicat de la Basse Beuvronne et maire de Claye-Souilly, mais l'élu n'avait pas fait le déplacement.

 

La préfète promet pour l'avenir qu'une meilleure coordination sera mise en place entre ADP et le syndicat de la Basse Beuvronne.

 

Afin d'étendre son activité l'industriel souhaite imperméabiliser dans les années à venir plus de 220 hectares, les eaux de ruissellement de 210 hectares devant être renvoyés vers le bassin Marne.

Combien de bassin de rétention d'eau seront créés par l'industriel ? ADP ne le dit pas.

 

Dans le but de "soulager" la Reneuse (via la Beuvronne), ADP prévoit de créer une canalisation qui devrait être opérationnelle en 2023 et passer dans les milieux humides, à proximité de la Beuvronne et se rejeter dans la Marne, en aval du captage d'Annet sur Marne, mais il semblerait que quelques problèmes techniques ne soient pas encore solutionnés, espérons donc que d'ici-là d'importantes pluies ne s'abattent pas sur notre secteur.

 

Un manque de transparence dans ce dossier

 

Des réunions concernant l'implantation de cette canalisation sont organisées entre élus, syndicat de rivières et ADP auxquelles la fédération d'associations FNE Seine et Marne, membre du comité de suivi, n'est pas conviée, ni même les fédérations du 93 et du 95.

 

ADP refuse de fournir certains documents aux membres du comité de suivi, notamment l'étude de danger concernant le barrage des Renardières, qui dit qu'en cas de rupture de ce barrage Mitry-Mory serait touchée dans le quart d'heure et Claye-Souilly ensuite, mais ADP ne veut pas fournir une cartographie lisible des secteurs touchés, l'industriel nous renvoie vers la mairie de Claye-Souilly et le syndicat Basse Beuvronne qui possèdent  le dossier mais, semble-t-il, ne le retrouvent plus.

 

La préfète promet que ses services se pencheront sur le dossier des inondations bassin versant Marne, mais il faudra être patients car pour l'instant ses services traitent les dossiers au sud du 77 .

 

Il semblerait que l'ETAT ait pensé seulement à implanter des industries polluantes et dangereuses autour du bassin versant Beuvronne sans se préoccuper des conséquences pour la sécurité des riverains.

 

Il serait tant qu'Emmanuel Macron prenne conscience de l'angoisse des riverains des industries polluantes et dangereuses dans notre pays.

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 14:58

 

 

 

Extrait site Placoplatre Fort de Vaujours :

 

Depuis le démarrage des travaux de démolition en 2015, le projet fait l’objet de nombreux échanges avec l’administration, les élus locaux et les associations, notamment au travers des réunions de la Commission de Suivi de Site (CSS) mises en place par les Préfectures de Seine et Marne et Seine Saint Denis. Placoplatre souhaite aller plus loin et prend l’initiative de lancer une concertation publique. Celle-ci intervient en amont du dépôt de la demande d’autorisation d’exploiter en préfecture et se déroulera du 17 septembre au 21 décembre 2018.

Pour accompagner sa démarche et favoriser un débat neutre, serein et équilibré, l’entreprise a sollicité la Commission nationale du débat publique pour que soient désignés 2 garants. Mme Dominique Simon et M. Laurent Pavard ont été nommés pour assurer cette mission. Il rédigeront à la fin un bilan de cette concertation.

Parce que l’avis de chacun est essentiel, le public est invité à prendre la parole et contribuer au dossier d’exploitation de la future carrière de Vaujours-Guisy.

 

Pour poser vos questions :

https://www.fort-de-vaujours.fr/concertation/contribuez-a-la-concertation-publique

https://www.fort-de-vaujours.fr/concertation

 

 

 

 

 

Le Fort de Vaujours est situé sur 2 commune

Vaujours et Courtry

 

 

Une 1ère réunion publique sera organisée le 06 novembre à 20h30 à la Maison du temps libre à Vaujours.

 

 

 

Une 2ème réunion publique

sera-t-elle organisée à Courtry ?

 

 

Et d’autres réunions  publiques seront-elles également organisées sur les communes voisines de Coubron, Villeparisis, Tremblay-en-France...... ?

 

 

 

 

 

Pour le savoir

 nous vous conseillons de contacter

Placoplatre

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 12:12
Forêt régionale de Montgé en Goële

Forêt régionale de Montgé en Goële

 

 

Montgé-en Goële, charmant village de 700 âmes, occupé en majorité par la forêt et les espaces agricoles.

La forêt régionale de Montgé-en-Goële s’étend sur 960 hectares, pour majorité situés sur cette commune, la région IDF est propriétaire de 358 hectares à Montgé-en-Goële.

Une forêt plantée d’arbres remarquables, un boisement important de châtaigniers, des chênes, des frênes, des marronniers,  des charmes, des tulipiers de Virginie et une magnifique allée plantée de platanes (c’est la baronne d’Eichthal qui avait fait planter 252 platanes  au début du 20ème siècle).

On y trouve également de l’ail sauvage, du muguet, des jacinthes sauvages, des iris, des buissons de rhododendrons…..

 

Cette butte est un réservoir hydrologique, ses sources alimentent plusieurs rivières  la Beuvronne, La Thérouanne, La Nonette qui baigne le château de Chantilly

 

 

 

 

 

 

forêt régionale de Montgé en Goële en automne

forêt régionale de Montgé en Goële en automne

 

Comme le dit 

Stéphane Bern

 notre patrimoine naturel

 doit être également

protégé.

 

Un cas d'école : la magnifique forêt régionale de Montgé en Goële que l'industriel allemand Knauf veut détruire pour ouvrir une carrière de gypse à ciel ouvert qu'on pourra ensuite remblayer par les déchets du Grand Paris.

 

Car l'industriel pourrait se contenter d'exploiter le sous-sol et laisser le sol, c'est-à-dire la forêt aux riverains, mais l'industriel allemand veut tout : le sol et le sous-sol.

 

L'économique avant tout

Les riverains

serviront comme d'habitude

de cobayes

 

Jean-Paul Huchon (PS) précédent président du Conseil Régional IDF avait déjà permis à l'industriel Knauf de détruire une partie de la forêt au lieudit le Bois des Sables, une paille, seulement 35 hectares.

 

La photo qui suit vous montrera l'ampleur des dégâts sur notre patrimoine naturel.

 

Destruction du Bois des Sables par l'industriel Knauf pour y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert

Destruction du Bois des Sables par l'industriel Knauf pour y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert

 

Quant à Valérie Pécresse (LR) elle ne semble pas se prononcer  sur ce dossier, ce qui ne laisse rien présager de bon pour les riverains.

 

Il est sûr que Valérie Pécresse préfère probablement protéger le patrimoine des Yvelines, comme la forêt de Rambouillet, département dont elle est l'élue.

 

D'ailleurs, la présidente du Conseil Régional IDF connaît-elle la forêt régionale de Montgé en Goële ?

Pas si sûr, car il semblerait qu'elle se déplace plutôt au nord-ouest 77 au moment des élections.

 

Pour aller plus loin :

http://www.leparisien.fr/saint-soupplets-77165/montge-en-goele-l-exploitation-du-gypse-en-foret-au-conseil-departemental-27-04-2017-6896115.php

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 11:56

 

 

 

Pas de contrôles = pas de problèmes pour les industriels

 

Depuis des décennies, alors que l'ETAT a autorisé, à la pelle, l'implantation d'entreprises polluantes et dangereuses (SEVESO) au nord-ouest 77, les inspecteurs des installations classées ont toujours été en sous effectifs dans ce secteur.

Aujourd'hui l'ETAT veut encore réduire les effectifs de cette administration .

 

Pas de contrôles

=

des problèmes pour les riverains !

 

Pour mémoire c'est l'inspection des établissements classées DRIEE 77 sous la direction du sous préfet Gérard Péhaut qui a découvert des installations non conformes à la législation à vigueur :

  • Wipelec Meaux près d'une crèche  où une partie du site a été fermé tant que les travaux de mises aux normes n'ont pas été réalisés
  •  
  • Wipelec Pomponne, près de la Marne, où des déchets dangereux ont été retirés en urgence avant les inondations de mars dernier
  •  
  • Gressy Auto Prestige à Messy, une entreprise qui polluait la Beuvronne et est aujourd'hui fermée
  •  
  • Men Autos Le Pin une casse illégale qui a pris feu et qui est fermée depuis.

...........

Et plus récemment ce sont les inspecteurs de la DRIEE 77 qui  surveillent toujours à Villeparisis l'ancien site du magasin Leclerc où des populations ont dû être déplacées pendant près d'une semaine suite à une fuite d'hydrocarbures.

 

L'administration des installations classées compte en son sein un bon nombre d'ingénieurs des mines, or la situation semble très grave puisque nous avons appris que demain ces ingénieurs seront en grève, une information annoncée par leur syndicat, la grève une pratique inhabituelle dans ce corps d'ETAT.

 

 

 

 

 

Paru sur le Site du Syndicat National des Ingénieurs de l'Industrie et des Mines

 

Publié le 18 septembre 2018

Communiqué de presse

 

Les Ingénieurs de l'Industrie et de Mines dénoncent les menaces que présente la réforme de l'État pour le développement économique et la prévention des risques

 

 

Le jour anniversaire de l'accident d’AZF, les ingénieurs de l'industrie et des mines, chargés du contrôle des sites présentant des risques industriels, seront massivement en grève pour attirer l'attention sur les conséquences prévisibles de la réforme de l'État en cours et la casse du service public.

 

À l’heure où le gouvernement dit vouloir dynamiser l’économie française, la réforme en cours va paradoxalement affaiblirlaprésence de l’État au plus près des entreprises.

À l’heure où la sécurité de l’industrie française (yc nucléaire) demeure une préoccupation majeure de nos concitoyens, la réforme en cours va affaiblir le contrôle de l'industrie.

 

L’État doit porter une politique économique et industrielle forte, structurée et assumée. Elle doit s’articuler autour d’une politique nationale unique de filières, dont les services déconcentrés de l’État doivent être le bras armé. Si des évolutions ou priorisations des missions de développement économique peuvent être envisagées, le maintien de seulement 120 agents[1] dans les services déconcentrés ne peut conduire qu’à un échec.

 

L'inspection des installations classées doit rester le garant d'un contrôle indépendant et de qualité, uniforme sur le territoire national, dans le respect de l’équité de traitement entre les industriels. L’affaiblissement de la chaîne de commandement de l’inspection des installations classées ne peut qu’inéluctablement diminuer le niveau de protection des populations vis-à-vis des risques industriels, notamment des sites Seveso.

 

Lourdement impactés par les réformes de l’État successives, les ingénieurs de l'industrie et des mines se mobilisent pour dénoncer les nouvelles menaces qui pèsent sur leurs missions. Un appel à la grève le 21 septembre 2018, jour anniversaire de la catastrophe AZF, est symbolique et marque le début d'une campagne de mobilisation, dont les actions pourront prendre d'autres formes. Les IIM déplorent la fragilisation de l’approche intégrée entre l’économie, les risques industriels l’énergie, et le numérique.

 

Les ingénieurs de l'industrie et des mines (IIM) constituent un corps d'environ 1900 ingénieurs exerçant, sous la gestion du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF), différentes missions régaliennes (à l’Autorité de Sûreté Nucléaire ou au Ministère de la Transition Écologique et Solidaire et dans ses services déconcentrés) ou d'animation (au MEF et dans ses services déconcentrés). Ils contribuent historiquement à la prévention des risques anthropiques, à la sûreté nucléaire et au développement économique et sont reconnus pour porter l’approche intégrée de l’industrie. Le Syndicat National des Ingénieurs de l’Industrie et des Mines (SNIIM) est le seul syndicat représentatif du Corps des IIM avec près de 93 % des voix lors des dernières élections syndicales.

 


[1]          Annonce du ministre de l'économie et des finances le 4 septembre 2018

https://www.sniim.com/les-iim-en-greve-p909

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2018 2 18 /09 /septembre /2018 12:31

 

 

 

A grand renfort de médias Yves Albarello, maire de Claye-Souilly, a posé la 1ère pierre de la future maison de santé de Claye-Souilly qui devrait accueillir au milieu de l'année prochaine des professionnels de santé, une bonne initiative, soutenue par l'Agence Régionale de Santé qui a classé Claye-Souilly en zone d'intervention prioritaire.

 

 

 

 

12.9.2018 Maison de santé

12.9.2018 Maison de santé

 

Pour en revenir au sujet qui nous préoccupe aujourd'hui.

 

Nous nous sommes rendus sur le site de la future Maison de santé et des logements sociaux munis du plan permis de construire et  du plan d'évacuation des eaux pluviales de la Zac du Bois des Granges.

 

Pour faire court la Zac du Bois des Granges est couverte par 2 bassins versants principaux :

 

La 1ère tranche d’habitations a été réalisée du côté bassin versant  Grand Champ/Fortes Terres (vers le Club hippique), de ce côté 3 bassins de rétention d’eau y ont été implantés.

 

La 2ème tranche d’habitations côté bassin versant ru Botteret (vers Mauperthuis ) comprend la Maison de Santé, les logements sociaux et plusieurs blocs d’immeubles collectifs et des maisons individuelles à construire, de ce côté aucun des 4 bassins de rétention d’eau prévus n’ont encore été construits.

 

 

Plan Bois des Granges de la mairie de Claye-Souilly complété par Adenca

Plan Bois des Granges de la mairie de Claye-Souilly complété par Adenca

 

 

Pourtant nous avons constaté que les travaux de la Maison de Santé avaient déjà commencé, la dalle est posée au sol, mais ironie du sort nous n’avons pas trouvé trace du bassin de rétention des eaux pluviales, seul un tuyau de fortune semble avoir été posé au sol pour évacuer les eaux pluviales.

 

 

 

 

17.9.2018 à gauche maison de santé, à droite terrain qui doit recevoir le bassin de rétention et au centre tuyau orange qui semble avoir été posé pour évacuer les eaux pluviales

17.9.2018 à gauche maison de santé, à droite terrain qui doit recevoir le bassin de rétention et au centre tuyau orange qui semble avoir été posé pour évacuer les eaux pluviales

 

 

Mettre la charrue avant les bœufs ?

 

 

Après les importantes inondations du quartier de Mauperthuis en juin dernier  n'aurait-il pas été plus sage de commencer par implanter  le bassin de rétention d’eau qui doit recevoir les eaux de ruissellements de la Maison de santé et des  logements sociaux ?

 

 

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

Nous vous conseillons de vous rapprocher  de

Jean-Luc Servières

Adjoint au maire chargé de l’assainissement

Et vice président chargé de l’assainissement à la communauté d’agglomération

 

 

 

 

Extrait article paru dans Mag Journal 77 :

http://www.magjournal77.fr/claye-souilly-la-maison-de-sante-ouvrira-en-juin-2019-le-maire-a-pose-la-premiere-pierre/

 

Claye-Souilly ► La maison de santé ouvrira en juin 2019 : le maire a posé la première pierre

14SEP2018 Sun-Lay Tan

 

La première pierre de la future maison de santé pluridisciplinaire de Claye-Souilly a été posée, mercredi 12 septembre. Le bâtiment implanté dans l’éco-quartier ouvrira en juin 2019.

 

La Ville a souhaité anticiper sur le risque de désert médical. Yves Albarello, le maire, déclare : « Nous sommes conscient du vieillissement de nos praticiens et qu’il faut agir pour renouveler l’offre médicale en attirant   de nouveaux professionnels de santé ».

 http://www.magjournal77.fr/claye-souilly-la-maison-de-sante-ouvrira-en-juin-2019-le-maire-a-pose-la-premiere-pierre/

 

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 20:40
La Beuvronnette

La Beuvronnette

un trou béant à la place de la Beuvronnette

un trou béant à la place de la Beuvronnette

« La Beuvronnette »

 

 C’était une bâtisse de caractère qui marquait le paysage, construite  au bord du canal de l'Ourcq, au début du 20ème siècle, dans le noyau historique de Claye-Souilly, sur un parc arboré de trois hectares (18 rue A, Briand), en pierres meulières, sa façade était agrémentée de bandeaux, briques de céramique verte et blanche, d’encadrements et de soubassements, couverture en tuiles plates et zinc, pointes de faîtage en zinc travaillées à l’ancienne, cheminée en briques, gouttières en zinc, balcon en ferronnerie. A signaler un mur de clôture en pierres meulières et briques et une très belle grille en ferronnerie datant de la même époque.

 

 

 Le sous-sol abritait la cave à vins et le fruitier.

 

 

 

 

Claye-Souilly, les élus viennent d’autoriser la destruction d’un patrimoine remarquable : La Beuvronnette !

 

                                   L’escalier en fer forgé (Collection Breton)

 

 

  Au rez-de-chaussée se trouvaient une entrée, deux salons, une salle à manger, un bureau et une cuisine, puis un très bel escalier avec rambarde en fer forgé début 20ème siècle conduisait au premier étage qui comprenait quatre chambres, une salle de bains, un cabinet de toilette, au 2ème étage il y a deux chambres et une salle de jeu.

 Dans le jardin, coulait une source qui alimentait un petit bassin.

 

 Sur le côté gauche se situaient deux grands garages et la maison des domestiques comprenant au rez-de-chaussée, cuisine, salle à manger, à l’étage 3 chambres (en 1926 il y avait une femme de chambre, une cuisinière, un chauffeur, un jardinier, une gardienne).

 

 La Beuvronne serpentait au milieu du parc, deux petits ponts permettaient la traversée de la rivière (1) (dans la 2ème moitié du 20ème siècle la propriété est découpée et le lotissement «Domaine de  la Beuvronne »  voit le jour).

 

 C'est Emile Mounier (1844-1906), notaire à Claye-Souilly de 1876 à 1901, qui la fera construire, son épouse y vivra jusqu'à sa mort en 1926, puis viendront y habiter leur fille Marie et son époux Pascale Greppe, notaire, qui avait pris la suite de son beau père à l'étude de Claye-Souilly, les époux Greppe prêtaient volontiers leur parc pour organiser diverses manifestations : kermesse paroissiale, compétition de tir à l’arc…..

Fervents catholiques ils reçurent Monseigneur Gaillard, Evêque de Meaux, à l'issue d'une cérémonie religieuse en l’église Saint Etienne de Claye-Souilly.

 

Vers 1940 c'est Jeanne Labrusse qui deviendra propriétaire, elle exploitait une entreprise de déménagement à Paris, elle y vivra avec ses fils Guy et Michel,

 

Vers 1953 la propriété sera revendue à la famille Breton (entreprise d'élevage de volailles),

 

Dans les années 60 c'est M, Soulier qui acquiert la propriété pour y implanter une maison de retraite « Les Jours Heureux » qui fermera en 2004,

 

Après sa fermeture le projet de Plan Local d'Urbanisme de 2006 fit déjà craindre le risque de démolition de cette propriété, c'est là qu'interviendra Yvonne Patron, une frêle octogénaire, née à Claye-Souilly, qui avait participé enfant aux fêtes organisées dans la propriété et qui voulait protéger ce patrimoine remarquable. Avec l'aide de ses amis, elle fit signer une pétition qui recueillit près de 200 signatures et qui permit d'attirer une attention particulière de la population sur cette propriété.

 

 

 Dans le Plan Local d’Urbanisme actuel, elle était classée comme élément remarquable de notre patrimoine et aurait dû être conservée mais les élus ont autorisé il y a quelques mois sa destruction.

 

 

 

Un projet immobilier d’ampleur

devant

être implanté à sa place

 

 

Pour aller plus loin :

 

Pascal et Marie Greppe, bienfaiteurs de Claye-Souilly

http://claye-souilly-decouverte.over-blog.com/article-23745425.html

 

Biographie de Yvonne Patron :

http://adenca.over-blog.com/2015/03/claye-souilly-yvonne-patron-nous-a-quitte.html

 

 

 

Sources :

Archives privées de la famille Breton

Blog Claye-Souilly Découverte

AD 77 : dictionnaire des notaires et études de Seine et Marne (imprimerie département 77)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2018 4 13 /09 /septembre /2018 15:48

 

 

 

Une nouvelle étude de l'ORS sur l'état de santé des Franciliens nous apprend que les seine et marnais meurent plus tôt que la moyenne des populations d’Ile de France.

 http://www.ors-idf.org/dmdocuments/2018/profilsTerritoires/2018_profil_territoire_77_nord.pdf

 

 

Pourquoi ?

 

Depuis des années ce même constat est fait sans que l’ETAT ne se penche sur ce dossier.

 

On apprend dans cette étude que dans certains territoires du 93 (sud est), pourtant défavorisés socialement, l’espérance de vie y est plus élevée que dans le nord 77, et  si l’on compare avec le sud des Yvelines, l’espérance de vie y est là-bas de 3 ans supérieure à la Seine et Marne.

 

 

Un état de santé plus défavorable

chez les adultes !

 

 

 

Pour le Nord 77 on y apprend :

 

• Un état de santé marqué par une plus grande importance des maladies chroniques (diabète, cancers, maladies cardiovasculaires) chez les adultes et les seniors.

 

• Un état de santé plutôt défavorable chez les adultes avec une surmortalité prématurée évitable +6,7 % et surtout chez les seniors (+65 ans et plus) qui présentent une surmortalité de +17,3 % confirmé par des forts taux de surmortalité pour les principales pathologies chroniques : +8,5 % pour la mortalité générale par cancers, +11,4 % pour le cancer du poumon, +9,1 % pour le cancer colorectal, +10,9 % pour les maladies cardiovasculairess, +26 % pour les maladies de l’appareil respiratoire.

 

A quoi est due cette surmortalité ?

 

A un environnement

détérioré ?

 

 

Le Nord 77 est survolé par 2 aéroports : Roissy et Le Bourget

 

Le Nord 77 possède :

- la plus importante zone industrielle de l’Ile de France à Mitry-Compans

- L’ancien  site pollué du CEA Fort de Courtry/Vaujours

- une quarantaine de sites pollués inscrits dans la base Basol

- une multitude de communes où les champs sont traités aux pesticides

 

Le Nord 77 est le réceptacle des ordures des autres, il « accueille » :

- 10 décharges

- 7 carrières remblayées par des déchets

- 3 incinérateurs

- à la pelle des entreprises de recyclage, concassage de déchets

- une quinzaine de casse auto

- sur les champs  d’une  vingtaine de communes sont étalés les déchets de station d’épuration

venant d’autres départements.

 

Le Nord 77 possède :

- 7 sites Seveso à hauts Risques (dont 4 à Mitry-Compans et Villeparisis)

- 11 sites Seveso seuil bas

 

Le Nord 77 est traversé par La Francilienne, les nationales 2, 3 et 4…..

 

Le Nord 77 possède l’une des rivières les plus polluées du 77 : La Beuvronne

A cause des stations d’assainissement non rénovées, des industriels autorisés par l'ETAT  à envoyer des eaux polluées dans cette rivière (ADP, exploitants de décharges ou  sites industriels divers...)

 

Le Nord 77 supporte d’importantes inondations en bordure de Marne, du Morin et de la Beuvronne

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

contactez  

Agnès Buzyn

Ministre de la Santé

Et

François de Rugy

Ministre de l’Ecologie

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche