Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 18:59
FORET REGIONALE DE MONTGE EN GOELE    : Le Conseil Départemental 77 acceptera-t-il de classer l’alignement de Platanes comme arbres remarquables ?
FORET REGIONALE DE MONTGE EN GOELE    : Le Conseil Départemental 77 acceptera-t-il de classer l’alignement de Platanes comme arbres remarquables ?

 

Allée de Platanes 

Forêt Régionale de Montgé en Goële

 

 

Le Conseil Départemental 77 (CAUE 77) classe chaque année des arbres remarquables.

Dans la forêt régionale de Montgé en Goële, un seul arbre est classé, il s’agit d’un hêtre, ce classement date de 2015.

 

ADENCA  a demandé que la magnifique allée de Platanes soit classée comme arbres remarquables.

 

Ce patrimoine doit être reconnu pour la beauté des sujets mais également pour le lien qu’il entretient avec l’histoire locale et nationale en souvenir du Baron André d’Eitchal, maire de Montgé en Goële de 1919 à 1929, qui oeuvra pendant de nombreuses années pour le soutien aux blessés militaires et pour l’assistance des populations des régions sinistrés par la 1èreguerre mondiale.

C’est son épouse Madeleine qui fit planter la magnifique allée de platanes qui subsiste

encore aujourd’hui.

 

http://adenca.over-blog.com/2017/05/nord-ouest-77-foret-regionale-de-montge-en-goele-un-banquier-d-origine-allemande-la-protegea-un-industriel-allemand-veut-la-detruire

 

 

Les deux conseillers départementaux du canton de Dammartin-en-Goële Marianne Margaté et Bernard Corneille soutiennent la demande de notre association et nous les en remercions.

 

Le dossier est aujourd’hui entre les mains de Patrick Septiers, président du CD 77, souhaitons qu’il donne une suite favorable à notre demande.

 

 

FORET REGIONALE DE MONTGE EN GOELE    : Le Conseil Départemental 77 acceptera-t-il de classer l’alignement de Platanes comme arbres remarquables ?

 

Hêtre remarquable

forêt régionale de Montgé en Goële

 

Voici sa situation :

49° 02' 34" N     02° 45' 11" E

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 18:10
Villenoy : environnement du futur complexe scolaire

Villenoy : environnement du futur complexe scolaire

 

Cette sucrerie a un lourd passé industriel, elle a vu le jour en 1870 et a fermé ses portes fin 2002, à la suite de quoi la préfecture imposa à l'exploitant des mesures de dépollution du site.

 

 

Hormis l'emplacement sur un ancien site industriel, cette future école se trouvera :

 

 

Des pollutions résiduelles

sont-elles

encore présentes sur le site ?

 

 

Pour le savoir et ne pas faire prendre de risques aux enfants en bas âge qui devraient fréquenter ce groupe scolaire  il serait nécessaire que la mairie fasse effectuer une EQRS "Evaluation Quantitative  des Risques Sanitaires" qui permettra de définir si le site peut être utilisé pour y construire une école et de contrôler si une pollution n'a pas migré vers la nappe phréatique.

 

Pour protéger la santé et la sécurité de ses futurs écoliers, Michel Venries, maire, et les conseillers municipaux de Villenoy ont-ils l'intention de faire réaliser cette étude ?

 

Pour le savoir nous vous conseillons de les contacter

 

Nom & prénom

Profession

Gérard BEAUJEAN

Retraité salarié privé

Franck BILLY

Fonctionnaire de catégorie B

Micheline BRETHIOT

Retraité salarié privé

Viviane BRIENT

Autre retraité

Chrystel CHIARELLI

Fonctionnaire de catégorie A

Carlos DA CRUZ

Employé (secteur privé)

Philippe DECRULLE

Autre retraité

Hervé DEROY

Journaliste et autre média

Michel DESANGIN

Retraité des entreprises publiques

Michelle DESESSARD

Retraité de l'enseignement

Harry DINSMORE

Retraité salarié privé

Mireille ENDRESS

Employé (autres entrep. publiques)

André ESMERY

Fonctionnaire de catégorie A

Isabelle FERRE

Ministre du culte

Pascal GRIMAUD

Journaliste et autre média

Patrick JARDINIER

Employé (autres entrep. publiques)

Nadia KOZA

Journaliste et autre média

Gilbert LAMOTTE

Retraité salarié privé

Sandra LEROY

Permanent politique

Marie-France MAHOUKOU

Enseignant 1er deg.-directeur école

Stéphanie MERCADIER

Enseignant 1er deg.-directeur école

Daniel SARTORY

Retraité salarié privé

Guyslaine SILVA

Employé (secteur privé)

Béatrice VANHAUTE

Enseignant 1er deg.-directeur école

Michel VENRIES

Retraité fonct.publique (sf enseig.)

Arlette WINTZER

Retraité salarié privé

Myriam ZARJEVSKI

Professeur du secondaire et techn.

Source : site Mairie de France

 

 

 

 

 

Paru dans le Journal la Marne :

 

Villenoy. Un groupe scolaire en projet dans l’ancienne sucrerie

Lors de la cérémonie de vœux, vendredi 12 janvier, Michel Venries, le maire, a annoncé le plus gros projet de la ville : la création d'un nouveau groupe scolaire.

Publié le 19 Jan 18 à 7:56

Villenoy : la population inquiète après l'annonce de l'implantation d'un groupe scolaire sur l'ancien site industriel de la sucrerie !

Les plans du nouveau groupe scolaire ont été actés par la mairie et le cabinet d’architecte. (©La Marne)

La totalité du projet ne verra le jour que dans neuf ans,mais le projet est acté par la municipalité : la création d’un nouveau groupe scolaire dans l’ancienne sucrerie. En raison de l’augmentation constante de la population, les structures maternelles et primaires ne pouvaient plus absorber la totalité des enfants. L’école maternelle a déjà été agrandie, en passant de 4 à 7 classes.,,,

C’est donc, l’ancienne sucrerie qui a été choisie pour accueillir ce nouveau groupe scolaire. « Il faut que cet espace soit utilisé, cela fait des années qu’il ne s’y passe rien », ajoute Michel Venries. En effet, un bâtiment va être démoli, celui des anciennes écuries, ce qui permettra de laisser un espace suffisant pour construire une école maternelle, une école primaire, une cantine, un centre de loisirs, un préau et deux cours de récréation.,,,,,

 

 Pour financer ce projet qui devient prioritaire, la municipalité a fait des demandes de subventions. « Nous avons prévu un budget de 15 millions d’euros », détaille le maire. ...

 

Maëlys DolboisLa Marne

 

PUBLICITÉ

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 18:41

 

 

Un peu d’histoire :

 

C’est Etienne Phileas Bénard, le fils d’un maire, qui fit construire ce château dans un pseudo style Louis XIII sur un parc de 45 ha vers 1840/1850.

 

Le terrain sur lequel se situe ce château avait eu pour propriétaire la duchesse Melchior de Polignac puis vers 1822 Jules Botot, maire de Claye-Souilly, fils de François Marie Botot, l’éminence grise de Barras.

 

Puis le château fut acquis en 1891 par M et Mme Languet dont les descendants

les Vernhes resteront propriétaires jusqu’en 1957, date à laquelle la commune se portera acquéreur pour y implanter un cours complémentaire (l’ancêtre du collège). C’est le maire André Benoist, qui mena les longues et difficiles démarches pour aboutir à l’acquisition du château et de 12 hectares de terres,  pour cause d’utilité publique.

 

Le château,  inhabité depuis de nombreuses années, était en assez mauvais état et la commune rénovera plusieurs pièces pour permettre l’implantation de 6 classes.

 

C’est en 1960 que la toiture sera refaite.

 

En 1967 le collège quitta le château pour s’implanter dans le collège actuel des Tourelles.

 

En 1970 la mairie sera transférée dans le château des Tourelles.

 

 

Conseil municipal du 6.8.1957 :

 

 Le maire informe qu’à la suite de l’ordonnance d’expropriation d’une partie de la propriété Verhnes, rendue par le tribunal civil de Meaux le 5.2.1957, la commission arbitrale d’évaluation s’est réunie à Melun le 22.7.1957 afin de déterminer le montant des indemnité à verser aux héritiers Verhnes en raison de leur dépossession, éviction, troubles dans la jouissance et toutes les causes que devant cette commission il avait maintenu  l’offre d’indemnité de dépossession de 11 250 000 F fixé par le service des domaines alors que Me Poignard au nom de M. Pennaforte, administrateur judiciaire représentant les consorts Verhnes réclamait une indemnité de 35 000 000 F , qu’au cours de leur délibération les membres de la commission, à la majorité des voix ont fixé l’indemnité à la somme de 15 000 000 F avec pouvoir de possession de la partie expropriée. Le maire informe également le conseil que M. Pennaforte fait appel de la décision de la commission arbitrale d’évaluation et assigne la commune devant la chambre du Tribunal Civil de première instance de Meaux.

Le conseil donne mandat à M. le Maire de poursuivre cette affaire.

Le conseil après en avoir délibéré considérant l’extrême urgence des travaux à effectuer dans certaines pièces du château pour la rentrée des classes, considérant que la prise de possession est subordonnée au paiement de l’indemnité fixée par la commission arbitrale.

Autorise M. le maire à en verser le montant afin de commencer les travaux dans les plus brefs délais, c’est-à-dire dès qu’un état des lieux prévu par la procédure aura été dressé.

 

 

 

 

 

 

 

Clocher rénové par l'entreprise Legendre de Claye-Souilly  (photo collection Legendre)

Clocher rénové par l'entreprise Legendre de Claye-Souilly (photo collection Legendre)

  

 

  Concernant les travaux, nous regrettons que ce ne soit pas l’entreprise Legendre de Claye-Souilly qui ait  été choisie, une entreprise connue  de longues date pour être spécialisée dans la réfection de toiture d’église.

 

 

Journal La Marne 30.5.1963

La réfection des clochers de nombreuses églises de la région est due à l’entreprise Legendre.

C’est en 1920, venant de Rambouillet, puis de Mitry que s’installait à Claye-Souilly M. Legendre.

Au prix d’un dur labeur il allait en quelques années monter une entreprise importante, connue et réputée dans toute la région.

Aujourd’hui l’entreprise Legendre est devenue l’ Entreprise Legendre frères et Cie.

Philippe Legendre qui est président de la Chambre Syndicale des Entrepreneurs de l’arrondissement de Meaux et son frère Gilbert ont repris le flambeau continuant dans les meilleures traditions de travail de l’entreprise y apportant des modernisations et des techniques nouvelles indispensables de nos jours.

L’entreprise compte actuellement une cinquantaine d’employés et dix camions, de ces camions jaunes que l’on rencontre souvent, sillonnent les routes de notre région couvrant un rayon d’action de 50 kms.

Ce n’est pas sans surprise que nous avons appris à l’occasion des rencontres que nous avons eues avec les directeurs, que l’Entreprise Legendre s’est spécialisée, voilà déjà quelques années dans la réfection des clochers d’église.

Il fallait pour ce travail, une technique très particulière, notamment dans le principe d’échafaudage. Ce fut un succès, et de nombreux clochers doivent aujourd’hui leur bel aspect à l’Entreprise Legendre......clochers de la région : Mitry, Compans, Dampmart et tant d’autres, débordant même du cadre local.

On vint de loin s’inspirer et user de la technique employée, et des échafaudages tubulaires.

Mais les clochers et leur couverture n’étaient qu’un compartiment de l’activité de la maison, un compartiment qui a laissé totalement la place aux travaux de l’entreprise générale : Maçonnerie, chauffage, plomberie, couverture, un domaine moins artistique sans doute, mais qui demande bien des connaissances, un domaine où il y a également beaucoup à faire, dans une époque où on semble s’être résolument tourné vers la construction.

L’entreprise Legendre frères et Cie fait face, s’adaptant aux besoins et aux désirs grandissants des individualités et des sociétés, perpétuant un renom que ses directeurs, ses cadres, ses ouvriers, ont su lui donner. J.R.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 10:46
Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

 L’article L2212-2 du CGCT stipule clairement que :

« La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques.

 Elle comprend notamment : ... 5º Le soin de prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature... » .

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019983190&cidTexte=LEGITEXT000006070633

Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

 

Extrait du courrier adressé à M. le Maire de St Thibault des Vignes le 5/10/2018

avec copie à Madame la Préfète

par le Collectif

« C dans l'Air » de St Thibault des Vignes

 

« Une entreprise de démolition est actuellement à l'œuvre dans la commune de Saint Thibault des Vignes pour déconstruire plusieurs maisons situées au 11-17 Rue de Torcy.

Ces travaux ont commencé dans la semaine du 17 septembre.

Or, depuis le début des travaux, cette entreprise brûle chaque jour (depuis 15 jours) à l'air libre des déchets de démolition et des déchets verts, produisant des feux à une hauteur de 2 mètres. Nous ignorons la toxicité exacte de cette fumée quotidienne. De plus, une remorque de désamiantage installée sur le terrain nous indique une présence d'amiante.

 

Au terme de cette première semaine, une habitante alerte la Mairie pour "des odeurs nauséabondes et de la fumée". Des riverains nous informent également: "le 20 et le 21  septembre, il a y eu une épaisse fumée et des picotements à la gorge".

 

Le Commissariat de Lagny  et l'ASVP de la commune sont informés le 24 septembre au matin. L'ASVP de commune est passé plusieurs fois à notre demande, et le vendredi 28 septembre elle y était allée avec un élu.  Le lundi suivant, le 1 octobre, nous constatons à nouveau deux foyers de feu. Nouveau contact avec l'ASVP........ »

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 21:13
Sita Villeparisis

Sita Villeparisis

 

 

 

Les Hauts de France n’ont pas de décharge de déchets dangereux et n’en veulent pas, alors pour leur rendre service vous en reprendrez bien jusqu’en 2027 des déchets dangereux à Villeparisis.

 

Et puis il y a aussi tous les déchets les plus dangereux produits par les incinérateurs d’IDF (REFIOM) qu’il faut bien enterrer quelque part.

 

Près de 80% des incinérateurs d’IDF viennent déverser ces déchets chez vous, même les exploitants d' incinérateurs des Yvelines comme Thiverval Grignon ou Carrières sur Seine font traverser  toute l’IDF à leurs REFIOM pour les enterrer à Villeparisis, alors qu’ils possèdent une décharge de déchets dangereux près de chez eux.

 

Comme Suez Minerals ne peut pas s’étendre sur son site, l’industriel demande à stocker ses déchets sur les flancs de sa montagne d’ordures, les associations environnementales craignent que des glissements de terrain ne se produisent et  que des risques de coulées de boues et d’inondations, en cas de fortes pluies, n’impactent les communes de Villeparisis et Courtry.

 

 

 

Un manque de transparence ?

 

 

Mais ne vous faites pas de soucis, l’industriel gère la situation, il a fait réaliser une étude d’impact et une étude de danger qu’il n’a même pas accepté de  fournir aux membres de la commission de suivi de site.

 

 

Secret Défense ?

 

Non le Secret Défense c’est à côté, sur l’ancien site du CEA  Fort de Vaujours, géré  aujourd’hui par son voisin Placoplatre.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 11:11
Veolia Précy sur Marne : Quai de déchargement d'ordures

Veolia Précy sur Marne : Quai de déchargement d'ordures

 

 

Pour, semble-t-il, verdir son image, l’exploitant de décharges Veolia désire étendre son quai de déchargement de Précy sur Marne afin de recevoir plus d’ordures par voie d’eau, notamment de l'agglomération parisienne.

 

Actuellement ce quai de déchargement lui permet de recevoir journellement 3 péniches d’ordures, il souhaiterait augmenter cette capacité des 2/3 afin de pouvoir recevoir 2 péniches d’ordures supplémentaires par jour.

 

Son objectif serait d’ordre environnemental, mais l’industriel oublie de préciser l’impact négatif sur la commune de Fresnes sur Marne.

 

En effet le port de Précy sur Marne se trouve à environ 3 kms de sa décharge de Claye-Souilly et le transport des ordures, entre la Marne et son site, s’effectue à l’aide de camions semi-remorque porte containers qui doivent traverser Fresnes sur Marne.

 

Dans l’une de ses documentations l’industriel indique que 2 péniches contiennent environ 500 tonnes de déchets, soit environ 25 semi-remorques.

 

15.8.2018 Péniche d'ordures Veolia à Lagny sur Marne

15.8.2018 Péniche d'ordures Veolia à Lagny sur Marne

 

 

 

 

La ville contre la campagne !

 

La ville qui envoie ses ordures chez les autres sans se préoccuper des impacts sur la santé et l’environnement des populations des villages ruraux qui les reçoivent.

 

 

 

Des habitants

de plus en plus inquiets

pour la santé de leurs enfants !

 

 

Quand la commune

financera-t-elle

l’implantation d’un point

de contrôle de la qualité de l’air

sur l’école maternelle ?

 

 

Un projet qui avait été évoqué il y a quelques années mais qui ne semble plus être à l’ordre du jour.

 

 

Pour consulter le projet en cours d’instruction :

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01118p0214.pdf

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires nous vous conseillons de vous rapprocher de vos conseillés municipaux :

 

 

Gérard BECHE

Retraité salarié privé

Denis BONHOMME

Fonctionnaire de catégorie B

Souad BOURAOUI-ANCELOT

Employé (secteur privé)

Guillaume CHARITAT

Employé (secteur privé)

Franck DAVID

Agent technique et technicien

Christian DUBOIS

Retraité salarié privé

Carole DUPONT

Huissier

Michel LEFEBVRE

Industriel-Chef entreprise

Jean-Lucien LEFORT

Agriculteur-propriétaire exploit.

Nicolas MARIER

Cadre supérieur (secteur privé)

Céline ORGIAZZI

Chirurgien

Christiane PAGEOT

Professeur du secondaire et techn.

Monique ROCQUE VEUVE LENEEZ

Retraité des entreprises publiques

Carole SICA

Fonctionnaire de catégorie C

Frédéric VOITRIN

Employé (secteur privé)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 20:08
Venez ramasser les châtaignes dans la forêt régionale de Montgé en Goële avant que le Conseil Régional IDF n’autorise la destruction de cette forêt !

 

 

 

La forêt est splendide à cette période,  aujourd’hui nous avons rencontré des familles, qui venaient ramasser les châtaignes, elles y croisaient des joggeurs et aussi des étudiants qui profitaient de la lumière et du soleil de l’été indien pour venir y dessiner.

 

Des plaisirs simples, mais le petit peuple du nord-ouest 77 n’en demande pas plus, il veut simplement garder cette forêt c’est sans compter avec le Conseil Régional d’Ile de France qui a déjà autorisé le carrier allemand Knauf à détruire une partie de cette forêt en exploitant une carrière de gypse à ciel ouvert au lieudit « le bois des sables », carrière qui va être remblayée par des déchets.

 

Car lorsque le Conseil Régional IDF a créé un PRIF Plan Régional d’Intervention Foncière, les petits propriétaires qui voulaient protéger cette forêt ont vendu volontiers leurs parcelles de forêt à cette collectivité, pensant que le Conseil Régional IDF allait la protéger pour les générations futures.

 

Mais les élus du Conseil Régional IDF semblent vouloir détourner le PRIF de son objet initial qui est de protéger la forêt, ils ont même voté un schéma SDRIF qui décrète que le gypse est une “richesse d’importance nationale” et d’intérêt communautaire.

 

N’acceptez pas

que le Conseil Régional IDF

détourne

le Plan Régional d’Intervention Foncière

de son objet initial :

protéger la forêt de Montgé en Goële.

 

 

 

N’acceptez pas d’être considérée

comme une population « d’aucun intérêt »

alors que le gypse est considéré

comme une “richesse d’importance nationale” et d’intérêt communautaire.

 

 

 

 

 

 

 

Châtaigniers dans la forêt de Montgé en Goële

Châtaigniers dans la forêt de Montgé en Goële

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 20:16
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 13:01

 

 

 

 

Pourquoi les documents de

l’enquête publique

 

ne sont pas mis en ligne comme prévu ?

 

 

Le service urbanisme que nous avons contacté ce matin n’a pas pu nous renseigner, quant au commissaire enquêteur, il est sur répondeur.

 

 

Entre l’argent des ordures

et la protection de l’environnement

il faut choisir ?

 

Il est vrai que le sujet divise la population, certains n’y voient qu’un avantage financier :

une décharge ça rapporte gros à la commune et comme cela ils paieront moins d’impôts, de toute façon ils sont venus à Villeparisis pour le travail et comptent bien y rester le moins longtemps possible et vendre avant  que l’immobilier ne soit trop déprécié.

 

Mais ceux qui ne veulent pas quitter la commune,  parce qu’ils y ont leurs racines, s’inquiètent quant à la dégradation de leur environnement et des risques sur leur santé et celle de leurs enfants.

 

 

 

 

 

Site de la mairie de Villeparisis :

Enquête publique SUEZ

30 septembre 2018


L’Enquête publique SUEZ concerne le « Projet d’extension de l’installation de stockage de déchets dangereux de Suez Minerals France » et a lieu du 1er au 31 octobre 2018 à la mairie de Villeparisis.

Le document est consultable du 1er au 31 octobre 2018 :
– Au guichet unique

– En cliquant sur l’image

……

 

https://villeparisis.fr/enquete-publique-suez/

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 19:56
Le Château des Tourelles 09/1904 vue sur l'allée dénommée aujourd'hui André Benoist (collection Baron)

Le Château des Tourelles 09/1904 vue sur l'allée dénommée aujourd'hui André Benoist (collection Baron)

 

 

 

 

Depuis 2007 les locaux de l’ancienne gendarmerie étaient inoccupés, les élus ont décidé d’y implanter une crèche, une bonne nouvelle pour les parents de jeunes enfants qui la réclamaient depuis longtemps.

 

 

Un peu d’histoire :

 

L’allée qui longe cette ancienne gendarmerie est dénommée André Benoist, en souvenir

de cet ancien maire qui engagea une procédure d’utilité publique, longue et difficile, afin que la commune puisse se porter acquéreur du Château des Tourelles et de ses 12 hectares attenant, allant jusqu’à la nationale 3.

 

C’est en 1964 que la commune cèdera gratuitement le terrain des jardins du château au conseil général de Seine et Marne pour y implanter une nouvelle gendarmerie.

 

 

 

 

Pour diluer la circulation dans  l’allée André Benoist les élus vont-ils ouvrir cette voie vers le lotissement de la Concorde, au niveau du jeu de boules ?

 

L’avenir nous le dira…….

 

 

 

Le projet de crèche sur le site pollué de l’usine Wabco semble être enterré et nous nous en réjouissons.

 

 

 

 

Paru dans Mag Journal 77 :

Claye-Souilly ► Une crèche à la place de l’ancienne gendarmerie : c’est confirmé

28SEP2018 

 

 

Lors du conseil du mercredi 26 septembre, le maire de Claye-Souilly a confirmé la création d’une crèche intercommunale de quarante berceaux, en lieu et place de l’ancienne gendarmerie.

L’idée de construire une crèche dans les locaux de l’ancienne gendarmerie, inoccupée depuis fin 2007, remonte à l’année dernière. Le bâtiment est actuellement utilisé par les ouvriers, qui travaillent sur le chantier de construction du nouveau centre administratif de la Ville et sur celui du futur conservatoire de musique et de danse.

Renaud Hée, porte-parole du groupe d’opposition municipale Rassemblons-nous pour Claye-Souilly, a souhaité connaître l’état d’avancement du projet et savoir s’il était possible d’y adjoindre un Ram (relais d’assistantes maternelles). Le Ram est un lieu privilégié d’information, de rencontre et d’échange au service des parents, des assistantes maternelles et des professionnels de la petite enfance.

Pour juin ou septembre 2019

Le maire a confirmé, mercredi soir, la validité du projet : « Avec le Département, la Carpf est favorable à la création de quarante berceaux, accompagnée d’un Ram. Le projet devrait voir le jour en juin ou septembre 2019, c’est-à-dire à la fin des travaux du centre administratif et du futur conservatoire. Il s’agit d’un projet intercommunal puisque la compétence de la petite enfance relève désormais de la Carpf (communauté d’agglomération Roissy Pays de France) ».

Néanmoins, il reste à déterminer si l’ancien bâtiment des gendarmes contient ou non de l’amiante. Dans l’affirmative, les travaux de désamiantage retarderont inévitablement le calendrier de livraison de la structure. « De même, en cas de présence d’amiante, la Carpf pourrait être amenée à renégocier le prix d’acquisition du bâtiment » a précisé Yves Albarello.

Une rue dédiée aux services publics

Après réalisation du projet, le maire a précisé que « l’allée André-Benoist deviendra l’allée des services publics ». Outre la crèche et le Ram, elle comprendra en effet le bâtiment historique de la mairie, qui servira à terme aux mariages et aux expositions, le centre administratif, le conservatoire de musique et de danse, le gymnase des Tourelles, la salle Planète-Oxygène, le boulodrome, l’IME (Institut médico-éducatif), le collège Parc des Tourelles, le foyer André-Burel, la Poste, la médiathèque. Enfin, juste en face de cette dernière, se trouve l’espace André-Malraux ».

http://www.magjournal77.fr/claye-souilly-une-creche-a-la-place-de-lancienne-gendarmerie-cest-confirme/

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche