Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2018 1 26 /11 /novembre /2018 11:13
 

Ce dépôt pétrolier est situé dans le village rural de Compans, qui compte moins de 1000 habitants, à environ 650 m se trouvent des habitations, à 400 m on trouve la voie ferrée transportant des voyageurs, le lycée Honoré de Balzac se trouve à 1500 m.

 

Ce site est classé dans la base Basol des sites et sols potentiellement pollués.

 

Ce dépôt pétrolier de 98 528 m3 est  destiné à ravitailler en carburant les stations services, grandes surfaces, industriels…., il  a été autorisé en 1972 par le préfet Charles Rickard, c’est lui qui autorisa également  l’implantation à Mitry-Compans d’un autre site classé aujourd’hui SEVESO  et l’implantation de la 1ère décharge d’ordures ménagères à Claye-Souilly, Fresnes sur Marne, Charny, qui est devenue aujourd'hui la plus importante de France.

 

 

L’exploitation débutera en 1974, c’est la Raffinerie du Midi qui sera le 1er exploitant.

 

Ce site classé aujourd’hui SEVESO à hauts risques sera repris en 2005 par CCMP.

 

 

Dans les années 60, l'ETAT a chargé Paul Delouvrier de réorganiser la région parisienne, en soulageant Paris de ses industries polluantes et dangereuses pour les renvoyer vers la grande banlieue et particulièrement vers ce secteur du nord-ouest 77 (décharges, sites Seveso, industries chimiques, centrales à bitume, entreprise de traitement de déchets....)

 

 

Rien que dans la zone industrielle de Mitry-Compans

on compte

6 sites Seveso dont 2 à hauts risques.

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2018/04/zone-industrielle-mitry/compans-pollution-des-eaux-souterraines-par-l-industriel-ccmp.html

http://adenca.over-blog.com/2016/11/nord-ouest-77-zone-industrielle-mitry-compans-seveso-a-hauts-risques-depot-petrolier-ccmp.html

http://adenca.over-blog.com/2016/11/ccmp-compans-seveso-a-hauts-risques-information-du-public.html

http://adenca.over-blog.com/article-zone-industrielle-mitry-compans-les-site-seveso-a-hauts-risques-ccmp-gazechim-et-gerep-122633154.html

 
Paru dans le Parisien 77 :
Seine-et-Marne : une trentaine de Gilets jaunes bloquent un dépôt pétrolier à Compans

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne|Hendrik Delaire|26 novembre 2018, 10h42|MAJ : 26 novembre 2018, 10h50|0

 

 

Compans, ce lundi matin. Une trentaine de gilets jaunes bloquent depuis 10 heures l’accès au dépôt pétrolier de la CCMP. LP/Hendrik Delaire

Seine-et-Marne : une trentaine de Gilets jaunes bloquent un dépôt pétrolier à Compans
 

Ce site distribue du carburant et du fioul de chauffage dans le nord de la Seine-et-Marne ainsi qu’en Seine-Saint-Denis, dans le Val-d’Oise, l’Oise et l’Aisne.

Une trentaine de gilets jaunes bloquent depuis 10 heures ce lundi matin l’accès au dépôt pétrolier de la Compagnie commerciale de manutention pétrolière (CCMP) à Compans, près de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Impossible pour les camions-citernes d’entrée ou de sortir du site. La police nationale est sur place depuis l’arrivée des Gilets jaunes.

 

 

 

 

En temps normal plus d’une centaine de camions-citernes entrent et sortent du site chaque jour. Le dépôt de la CCMP distribue du carburant et du fioul de chauffage dans le nord de la Seine-et-Marne ainsi qu’en Seine-Saint-Denis, dans le Val-d’Oise, l’Oise et l’Aisne, tous des départements voisins du premier.

 

Ce groupe de Gilets jaunes du nord de la Seine-et-Marne s’était donné rendez-vous ce lundi en début de matinée sur le parking d’une grande surface à Claye-Souilly, en bordure de la D 212, la départementale qui mène justement à la zone industrielle de Mitry-Compans, à quelques kilomètres au nord du point de départ.

 

Ce groupe de Gilets jaunes du nord de la Seine-et-Marne s’était donné rendez-vous ce lundi en début de matinée sur le parking d’une grande surface à Claye-Souilly, en bordure de la D 212, la départementale qui mène justement à la zone industrielle de Mitry-Compans, à quelques kilomètres au nord du point de départ.

 

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/compans-une-trentaine-de-gilets-jaunes-bloquent-un-depot-petrolier-26-11-2018-7953633.php

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 19:11

 

 

 

Une nouvelle commission de suivi de site devait être réunie à l’automne pour que les participants donnent leur avis sur  l’étude d’impact du nouveau projet d’extension de la décharge.

 

Voir notre article de juin dernier :

http://adenca.over-blog.com/2018/06/la-prefecture-va-t-elle-autoriser-la-decharge-suez-sita-villeparisis-a-en-reprendre-pour-5-ans.html

 

Or à ce jour aucune CSS n’est programmée et de surcroît l’industriel ne répond pas aux demandes des associations qui souhaitaient obtenir :

 

- les 2 études préventives de stabilité du massif de déchets effectuées par Ineris
- l'étude d'impact.

 

 

 

La préfète a-t-elle reçu des instructions

 du nouveau Ministre de l’Ecologie

François de Rugy

 afin de ne pas contrarier l’industriel ?

 

Nous n’en savons rien

 

Ce que nous savons c’est que les commissions de suivi de site ne semblent n’être que des chambres d’enregistrement où l’industriel fait un compte-rendu de son année d’exploitation et où les associations, choisies par la préfecture, obtiennent rarement les réponses à leurs questions et les documents qu’elles réclament.

 

C’est la dite concertation à la française

 

 

 

Cela montre-t-il

le peu de considération de l’ETAT

envers les riverains

des sites polluants ou dangereux ?

 

 

A vous de juger

 

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 11:11

 

 

 

Nous apprenons que dans les anciennes carrières Placoplatre situées à proximité du Fort de Vaujours nichent 13 espèces de chauve souris protégées parmi les 20 espèces connues en Ile de France.

 

Concernant les espèces de chauve-souris nichant sur le fort de Vaujours, fort situé en majorité sur le 77, nous n’avons aucunes informations.

 

Le Conseil Département 77 finance régulièrement des actions en faveur de la préservation des chauve-souris au sud 77 mais aussi dans la vallée du Morin, notamment au travers de Seine et Marne Environnement, une association créée à l’initiative du CD 77 et largement financée par vos impôts.

 

Bien que les riverains du nord-ouest 77 versent leurs impôts comme les autres il semblerait que peu ou peut-être pas d’actions aient été financées  par le CD 77 dans ce secteur en faveur de la préservation des chauve-souris.

 

 

Pour mémoire Seine et Marne Environnement a pour partenaire l'Unicem, Union Nationale des industries de carrières et Matériaux de construction dont Placoplatre est adhérent.

https://www.unicem.fr/cartographie/

 

 

 

Pour savoir si

 

Xavier Vanderbise

Maire de Courtry

et

Vice Président du Conseil Départemental

 

va demander qu'une étude

sur les chauve-souris 

soit financée par le CD 77

sur le Fort de Vaujours

contactez-le

 

 

Paru sur le site Atome 77 :

 

Opération « chauves-souris » en Bocage Gâtinais
Les 30 juin et 1er juillet 2017
Seine-et-Marne environnement, agence environnementale du Département, organise un week-end de prospection sur le secteur du Bocage Gâtinais afin d'inventorier les chauves-souris et d'améliorer les connaissances sur ces animaux.

De nombreux bénévoles seront sur le terrain 
le 
30 juin au soir et le 1er juillet 2017 
à la recherche de chauves-souris

Nichés dans les combles, greniers,granges (etc.), ces petits mammifères protégés sont très utiles à la régulation des insectes la nuit. De nombreux bâtiments peuvent abriter des chauves-souris en reproduction.Toutefois, leur présence est souvent très discrète.
Pour contribuer à la démarche et permettre l'intervention des bénévoles, les particuliers et collectivités sont invités à autoriser l'accès à leurs bâtiments. Des créneaux de passage peuvent être fixés au préalable auprès de Seine-et-Marne environnement afin d'organiser au mieux les interventions et d'optimiser la prospection.
Plusieurs objectifs à cette opération : sur le plan national, participer au suivi des populations de ces animaux pour les évaluations Natura 2000, au niveau de la région, contribuer auplan d'action chiroptère, et, à l'échelle du département, contribuer à la connaissance de la nature seine-et-marnaise.
L'opération, menée en 2014 sur le territoire de la Bassée et en 2015 sur les vallées des 2 Morin, ont contribué à l'amélioration des connaissances par la découverte de colonies de reproduction d'espèces peu communes.

Les attentes sur le territoire du Bocage Gâtinais sont d'autant plus fortes du fait d'un territoire préservé avec d'importantes potentialités d'accueil.

L'opération est financée par la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Energie d'Ile-de-France et le Département de Seine-et-Marne.

 

Aidez Seine-et-Marne Environnement en donnant accès à vos combles, greniers, granges... Et, si vous aussi êtes sensibilisés à la cause de ces petits mammifères et souhaitez participer à la démarche, alors n'hésitez pas à contacter Seine-et-Marne Environnement, en précisant vos disponibilités pour l'opération de prospection "chauve-souris".

Pour fixer un rendez-vous pour le passage d'un bénévole

Seine-et-Marne environnement - Tél. 01 64 31 11 18 - Courriel : contact-1@me77.fr

http://www.atome77.com/articles/1625/Ecologie/Operation-%AB-chauves-souris-%BB-Bocage-Gatinais.htm

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 16:34
Implantation du projet ECT encadré en violet

Implantation du projet ECT encadré en violet

 

 

A Annet sur Marne les habitants ont encore en mémoire les importantes inondations de juin dernier où une centaine d’habitations ont été inondées suite au débordement, entre autres, du ru de Louche.

 

L’exploitant de décharge ECT a déposé  le 21/9/2018, en mairie, une demande de permis d’aménager sur un terrain de  4.8 hectares, situé à proximité du ru du Louche, pour l’implantation, entre autres de talus boisés. (cadastre C216, C787, C887)

 

Le dossier étant en cours d’instruction en mairie, nous ne connaissons ni la hauteur  de talus, ni le type de terres (ou peut-être déchets inertes)  qui devraient permettre la constitution de ce talus.

 

Sur ce même terrain la préfecture a refusé à 2 reprises l’implantation d’une décharge ISDI.

En effet ce terrain se trouve dans le périmètre de protection rapproché du captage d’eau d’Annet sur Marne, en enveloppe zone humide Classe III.

 

Un aménagement « dit paysager » est instruit par la mairie et non par la préfecture, cet aménagement peut recevoir le même type de déchets qu’une décharge ISDI, l’avantage pour l’exploitant étant que ce sont les services de la mairie qui sont en charge du dossier  et qui n’ont souvent pas les moyens humains de contrôler comme  ceux de la préfecture.

 

Pour mieux comprendre le principe voir l’exemple de Montgé en Goële :

http://adenca.over-blog.com/2016/02/nord-ouest-77-montge-en-goele-une-decharge-deguisee.html

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

 nous vous conseillons de contacter

Christian Marchandeau

Maire d’Annet sur Marne

qui a tous les éléments en mains.

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 18:39

L’implantation d’une décharge de déchets dangereux, près de Meaux, sur les communes de Villenoy/Isles les Villenoy pourrait-il avoir un impact  économique négatif  sur les ventes de  fromage « Brie de Meaux » ?

Nous n’en savons rien.

 

Ce que nous savons c’est que les vignerons du Tricastin  ont obtenu l’autorisation de rebaptiser leur appellation passant de « Côteaux de Tricastin » à « Grignan-Les Adhémar » (1), les vignerons cherchaient  depuis de nombreuses années à se démarquer de la centrale nucléaire voisine.

(1) https://dico-du-vin.com/coteaux-du-tricastin-aoc-rhone/

 

 

 

 

 

 

Paru sur le site « Le Monde » :

Les vignerons du Tricastin vont rebaptiser leur AOC

Les vignerons du Tricastin ont obtenu mercredi 9 juin l'autorisation de rebaptiser leur appellation "Grignan-Les Adhémar", pour se démarquer de la centrale nucléaire voisine.

Le Monde.fr avec AFP |  • Mis à jour le 

 

Handicapés par la notoriété de la centrale nucléaire voisine mais également par la petite taille du vignoble, les vignerons du Tricastin ont obtenu mercredi 9 juin l'autorisation de rebaptiser leur appellation "Grignan-Les Adhémar". La cinquantaine de professionnels du vin composant l'Institut national des appellations d'origine (INAO) a émis un avis favorable sur cette demande déposée il y a presque deux ans, principale étape vers le changement de nom de l'appellation drômoise.

 

"La confusion avec la centrale, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Mais ce n'était pas le seul problème de l'appellation", estime Brice Eymard, responsable des études chez Inter-Rhône, la structure chargée de promouvoir les vins des côtes du Rhône. Avec 50 000 à 60 000 hectolitres de vin par an, les 6 appellations d'origine contrôlée (AOC) du Tricastin pointent loin derrière les vins de Bordeaux (5 millions d'hectolitres) ou les côtes du Rhône (3 millions), souligne l'économiste. "Dans la grande distribution, elles n'ont pas les volumes suffisants pour rivaliser. Dès que les prix des grosses appellations baissent, les petites, comme le Tricastin, le Ventoux ou le Languedoc, souffrent si elles ne peuvent pas miser sur leur image", explique-t-il.

 

UNE DÉCISION "EXCEPTIONNELLE"

 

Les viticulteurs du Tricastin, qui bénéficiaient d'une AOC depuis 1973, cherchaient depuis des années à se démarquer du complexe nucléaire implanté à partir de 1974-1975 dans trois communes voisines. Une série d'incidents sur ce site, à l'été 2008, a précipité leur décision. Malgré un cortège d'analyses démontrant l'absence de radioactivité suspecte dans le vignoble, l'appellation a perdu "40 % de son volume en deux ans" et les arrachages de vignes ont atteint 600 hectares en 4 ans, laissant 2 100 hectares pour l'AOC, a rappelé Henri Bour.

La nouvelle appellation d'origine contrôlée (AOC) fera pendant deux mois l'objet d'une "procédure nationale d'opposition", destinée à recueillir d'éventuelles contestations, avant d'être homologuée par un décret du ministre de l'agriculture. "Je suis soulagé et très satisfait. Les vignerons avaient besoin de se débarrasser de cette image qui leur collait injustement à la peau. Le boulet est enfin coupé, ça va débloquer la situation", s'est réjoui le président de l'appellation, le viticulteur Henri Bour.

Il espère que le nouveau nom, tiré de la commune drômoise de Grignan (où résidait la marquise de Sévigné) et de la famille noble régnant sur la région au XIIe siècle, entrera en vigueur "dès la récolte 2010" pour les six vins concernés. Sur fond de réforme générale des appellations en Europe, les vignerons drômois comptent présenter "un nouveau cahier des charges avec un rendement abaissé, un encépagement déterminé, une interdiction de pratiquer le désherbage total et une incitation au développement de la culturebio", précise M. Bour.

 

L'INAO a souligné qu'il s'agissait d'une décision "exceptionnelle, qui n'a pas vocation à devenir une doctrine".

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/09/les-vignerons-du-tricastin-vont-rebaptiser-leur-aoc_1370014_3244.html

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 11:32

 

 

Au pays des décharges

 comment avoir accès à un médecin à domicile de jour comme de nuit

si vous n’avez pas de véhicule à disposition   ?

 

Fresnes sur Marne

Isles les Meldeuses

Montgé sous Dammartin

Villeneuve sous Dammartin....

 

L’ETAT connaît ces communes rurales quant-il s’agit d’y implanter des décharges  mais ne semble pas beaucoup se soucier des difficultés des populations pour se faire soigner.

 

 

Pour tous renseignements

 concernant ce sujet nous vous conseillons

 de contacter

Béatrice Abollivier

Préfète du 77

 

 

 

 

 

Secteur d’intervention

SOS MEDECINS

http://www.sosmedecins77nord.com/visites/

Secteur d’intervention

Liste des villes desservies 24h/24 – 7j/7

ANNET SUR MARNE
BAILLY-ROMAINVILLIERS
BORDEAUX
BROU SUR CHANTEREINE
BUSSY SAINT GEORGES
BUSSY SAINT MARTIN
CARNETIN
CHALIFERT
CHAMPS SUR MARNE
CHANTELOUP EN BRIE
CHELLES
CHESSY
CLAYE-SOUILLY
COLLEGIEN
CONCHES SUR GONDOIRE
CONDE SAINTE LIBIAIRE
COUPVRAY
COURTRY
CROISSY-BEAUBOURG

DAMPMART
EMERAINVILLE
ESBLY
FERRIERES EN BRIE
GOUVERNES
GUERMANTES
JABLINES

 LAGNY SUR MARNE

LE PIN
LESCHES
LOGNES
NOISIEL

MAGNY LE HONGRE
MITRY-MORY
MONTEVRAIN
MONTJAY LA TOUR
MONTRY
OZOIR LA FERRIERE
POMPONNE
PONTAULT-COMBAULT
PONTCARRE
ROISSY EN BRIE
SAINT GERMAIN SUR MORIN
SAINT THIBAULT DES VIGNES
SERRIS
THORIGNY SUR MARNE
TORCY
VAIRES SUR MARNE
VILLENEUVE LE COMTE
VILLENEUVE SAINT DENIS
VILLEPARISIS
VILLEVAUDE

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 10:47

 

 

Afin d'alerter la population de Claye-Souilly sur les risques de mouvements de terrain, la préfecture a demandé à la mairie de réaliser, en 2016,  un plan communal de sauvegarde,  à notre connaissance, ce plan n'a toujours pas été réalisé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait du courrier  de la préfecture du 13/6/2016, adressé à la mairie de Claye-Souilly par la préfecture :

 

 

Claye-Souilly sécurité  : pourquoi la commune n'a toujours pas réalisé son plan communal de sauvegarde  réclamé en 2016 par la préfecture ?

lien vers le courrier complethttp://www.claye-souilly.fr/documents/urbanisme/63-Informations-sols.pdf

 

 

 

Pour plus d'informations

nous vous conseillons de vous rapprocher de

Yves Albarello

maire de Claye-Souilly

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 14:12

 

Ne pas contrarier les industriels

de

l'aéronautique français ?

 

 

 

 

 

 

 

Comme l'indique l'article qui suit, l'ETAT français pourrait récupérer près de 3 milliards d'euros par an en taxant le kérosène, mais il semble que ce ne soit pas à l'ordre du jour, il semblerait que ce soit l'intérêt des industriels de l'aéronautique français qui soit pris en compte par le gouvernement et non celui de la transition écologique comme pour l'essence et le gas-oil,

 

 

Deux poids = deux mesures ?

A vous de juger

 

 

 

 

Extrait article du FIGARO du 16/11/2018

« il serait ainsi possible pour l'exécutif d'instaurer la TICPE sur le carburant des avions pour les vols domestiques, comme l'ont fait les États-Unis, le Brésil, le Japon, la Suisse, la Norvège ou encore les Pays-Bas. En échappant à la TICPE, mais également à la TVA, le kérosène est le seul carburant issu du pétrole qui est exonéré de taxes. De fait, une taxation du kérosène utilisé pour les vols intérieurs en France, représentant 20% du trafic aérien du pays, permettrait de recueillir près de 310 millions d'euros par an. Plus largement, en considérant tous les vols au départ et à l'arrivée du territoire français, le manque à gagner pour l'État se chiffre à hauteur de 3 milliards d'euros par an. »

 

Lien vers l'article complet :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/11/16/20002-20181116ARTFIG00206-carburants-pourquoi-les-avions-et-les-bateaux-echappent-aux-taxes.php

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 19:19

 

 

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

Pétition : stop aux cadeaux fiscaux accordés aux camions les plus pollueurs

En 2017, les poids lourds ont bénéficié d'un cadeau fiscal sur la taxe carbone sur le gazole de près de 900 millions d'euros. Or, ce mode de transport est un grand responsable de la pollution de l'air, du dérèglement du climat et contribue également à la perte de biodiversité. Avec ses futurs projets de loi sur les finances et sur les mobilités, le gouvernement peut mettre fin à ces cadeaux injustifiés qui freinent le développement d'une mobilité plus durable. Avec France Nature Environnement, demandez au Premier ministre l'arrêt de ces avantages fiscaux.

La pollution de l'air est la 3ème cause de mortalité en France. Parmi les premiers responsables, le transport routier, également premier contributeur d’émissions de gaz à effet de serre en France et l'un des responsables du déclin de la biodiversité. Face à ces enjeux, la France continue pourtant de favoriser le transport par camions en leur accordant des cadeaux fiscaux.

Ainsi, les camions à moteur diesel ne payent pas la totalité des émissions de CO2 qu’ils génèrent par leur consommation de carburant. Pourtant, cette taxe est payée par chaque automobiliste qui fait son plein. Rien qu'en 2017, ce cadeau fiscal représente près de 900 millions d’euros[1] pour le gazole routier des poids lourds. La loi sur les mobilités et la loi de finances préparées par le gouvernement pour la fin de l'année 2018 sont deux grandes occasions de corriger la trajectoire et de mettre fin à ces cadeaux qui freinent le déploiement d'une mobilité plus durable.

Avec France Nature Environnement, demandez la fin de ces cadeaux fiscaux au profit d'investissements dans les infrastructures et services qui rendront plus durable, souhaitable et vivable notre mobilité au quotidien : signez la pétition.

 

Monsieur le Premier Ministre,

Alors que la France a mené tambour battant en 2015 l’Accord de Paris sur le climat, sa politique fiscale favorise pourtant (encore) les modes de transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre et de polluants de l’air. Depuis 2015, le secteur du transport routier de marchandises est ainsi exonéré des hausses de la Contribution Climat Energie (taxe carbone) sur le gazole.

Autrement dit, contrairement aux automobilistes, les camions à moteur diesel ne payent pas la totalité des émissions de CO2 qu’ils génèrent par leur consommation de carburant. En 2017, ce cadeau fiscal s’élevait à près de 900 millions d’euros pour le gazole routier des poids lourds. Ce sont autant de moyens en moins pour engager la nécessaire transition vers une mobilité plus soutenable.

Favoriser ainsi le transport des marchandises par la route freine en effet le report vers des modes de transports moins polluants, comme le transport ferroviaire ou fluvial. Ce report est pourtant urgent quand on considère que la pollution de l’air est à l’origine de plus de 500 000 décès prématurés (avant 65 ans) en Europe par an et coûte chaque année 101,3 milliards d’euros en France !

Je vous demande donc, Monsieur le Premier Ministre, de supprimer cette exonération fiscale injuste et incompatible avec nos engagements internationaux en matière de lutte contre le dérèglement climatique et la préservation de la qualité de notre air !

Lien pour signer la pétition :

https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition%C2%A0-stop-aux-cadeaux-fiscaux-accord%C3%A9s-aux-camions-les-plus-pollueurs

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 15:22

 

Il semble que ce ne soit pas à l’ordre du jour pour l’instant, pourtant les élus de Chelles, dans les années à venir, préconisent d’ouvrir une baignade au moulin de Chelles dans la Marne.

 

Pour faire court le moulin de Chelles se trouve en aval proche du rejet dans la Marne du ru de Chantereine.

Projet d’exploitation de gypse à ciel ouvert Placoplatre Vaujours : l’industriel fera-t-il des contrôles de la pollution radioactive et chimique dans le ru de Chantereine ?

Site de la DRIEE IDF

http://www.prefectures-regions.gouv.fr/ile-de-france/Documents-publications/Pref-Actualites/2018/12-novembre/Qualite-de-l-eau-23-sites-pour-se-baigner-en-Marne-et-en-Seine

 

 

Pour protéger la sécurité des populations qui pourraient se baigner à l’avenir dans la Marne ne serait-il pas impératif que l’on connaisse l’état de pollution du Ru de Chantereine ?

 

 

Claudine Thomas

Adjointe au maire de Chelles

Sénatrice de Seine et Marne

et

Membre de la Commission de Suivi de Site

CSS

  Placoplatre Fort de Vaujours

 

Va-t-elle se pencher sur ce dossier ?

 

 

A notre connaissance l’élue n’a pour l’instant posé aucunes questions concernant la pollution du ru de Chantereine lors des réunions CSS.

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche