Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 21:48

 

 

 

Vive inquiétude à Villeroy 77

après la mise en liquidation judiciare de la  Société LGD Développement

 

En effet nous venons d’apprendre que la Société LGD Développement

Rue Albert Garry Prolongée à 94 Limeil-Brévannes

placée en liquidation judiciaire le 28 avril 2011 par le Tribunal de Créteil

qui a laissé une montagne de déchets sur la commune de Limeil Brévannes

oeuvrait également  route départementale 129 à Villeroy (77)

 

 

 

Que va devenir la montagne de déchets

stockés illégalement

par cette société  à Villeroy ?

 

Qui va payer pour l'enlèvement  des déchets ?

 

 

 

 

Paru sur le site du Parisien 94 :

Limeil-Brévannes: le maire veut faire bouger la montagne

Le maire de Limeil a adressé hier un courrier au ministre de l’Environnement pour débloquer les 9 M€ nécessaires à l’enlèvement du tas.

AGNÈS VIVES | Publié le 08.06.2011, 07h00

 

 

 

limeil-brÉvannes, hier. Depuis 2002, les détritus s’accumulent et forment un énorme tas nauséabond. (LP/MARC MENOU.)

Nouvelle démarche pour faire bouger la montagne. Hier, le maire de Limeil-Brévannes, Joseph Rossignol (Parti de gauche), a saisi la ministre de l’Environnement afin d’obtenir de l’Etat l’évacuation des 150000 t de déchets du site de LGD Développement qui polluent le quotidien des habitants de Limeil et Valenton. Selon les estimations officielles, il faut 9 M€ pour dégager cette butte haute de 25 m.



« Le tas ne peut pas rester là, martèle Joseph Rossignol. L’Etat dispose d’un fonds pour aider les collectivités. » L’élu n’accepte pas d’attendre les résultats des mesures prises par le préfet. Les clients de LGD, responsables de leurs déchets, sont recherchés. Dans les jours qui viennent, le tas doit être arrosé pour éviter les incendies à répétition. Une réunion publique est organisée demain avec les riverains pour faire le point sur ce dossier et envisager les actions possibles.

Des manquements à la réglementation

Elus et riverains s’interrogent sur la « complaisance » des services de l’Etat. Car cette montagne ne s’est pas créée du jour au lendemain. C’est en 2002 que LGD, après une tentative à Valenton, s’installe sans autorisation à Limeil. A l’époque, Patrick Bueno, coactionnaire, veut monter un centre de transit et de tri de déchets industriels. « Avant 2002, il n’y avait pas d’autorisation à avoir », prétend-il. La législation change. Pour préparer sa régularisation, le gérant s’adjoint les services du cabinet Huglo-Lepage, spécialisé dans les affaires d’environnement. Une enquête publique est ouverte. Valenton et Limeil s’opposent farouchement. « On a dénoncé les nuisances, la poussière, le passage des camions, les odeurs », se souvient Jean-Claude Peter, de l’association des riverains (Adrerg). A la surprise générale, le préfet de l’époque suit l’avis favorable de ses services. LGD doit simplement respecter certaines règles (hauteur, traçabilité des déchets…) « M. Bueno avait un projet ambitieux, écolo même, souligne son ex-conseil, Me Huglo. Mais on n’a pas réussi à fédérer les gens. »

Pendant trois ans, le centre de transit tourne à plein. En 2008, le maire de Limeil sensibilise l’Etat sur des manquements à la réglementation. « Il avait son projet de quartier écolo en face. Je le gênais », insiste Patrick Bueno. Des contrôles sont réalisés. Pour les services de l’Etat, tout est conforme. Un an plus tard, le tas commence à se former. Jusque-là, LGD se servait du centre d’enfouissement de Villeau (Eure-et-Loir) pour décharger ses camions. Sauf qu’en juillet 2009 la décharge est interdite. « On a voulu me faire couler, se défend Patrick Bueno. J’ai peut-être fait des erreurs. Toutes les sociétés sont négligentes. Le métier n’est pas encore bien défini. »

Et le patron d’assurer avoir voulu se mettre en conformité à Limeil. La montagne grimpe. Les mises en demeure se succèdent. LGD continue. Dans la balance, une trentaine d’emplois. Ce n’est qu’en novembre 2010 que les autorités feront cesser l’activité. L’actuel préfet, qui « suit de près » le dossier, assure que ses prédécesseurs « ont fait ce qu’il fallait ».

Le Parisien

Lien vers l'article :

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/limeil-brevannes-le-maire-veut-faire-bouger-la-montagne-08-06-2011-1485172.php

 

 

 

Sur le même sujet :

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/cinq-mesures-d-urgence-contre-la-montagne-en-feu-20-05-2011-1458085.php

http://ex.pompier.free.fr/viewtopic.php?p=5596

 

http://www.metrofrance.com/paris/limeil-hantee-par-son-mont-d-ordures/pkfo!Usw2DYfEuKZQy9SaKDrcg/

 

http://www.leparisien.fr/limeil-brevannes-94450/le-sort-de-lgd-doit-servir-d-exemple-en-ile-de-france-11-06-2011-1489246.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche