Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 14:20

VILLEPARISIS L'ambresis 09.2012 2

Lieudit l'Ambrésis Villeparisis

Paru dans le Parisien 77 :

La butte de déchets inquiète les associations

FAUSTINE LÉO | Publié le 30.10.2012, 07h00

 

 

villeparisis, le 17 octobre. Arguant obtenir de meilleures récoltes, l’agriculteur a fait réhausser de 2 m ce champ de 18 ha avec des déchets de chantiers de BTP, une solution plus économique que l’apport de terre. | (lp/f.l.)

 

  

Les défenseurs de l’environnement y voient une décharge de plus. L’agriculteur incriminé, Roger Legrand, s’en défend ardemment, arguant avoir voulu rehausser de deux mètres ses 18 ha de champs pour de meilleures récoltes. Toujours est-il que la Direction départementale des territoires (DDT) a ordonné à la société RTR, qui apportait des déchets issus de chantiers du BTP, de cesser toute activité sur la parcelle de l’Ambrésis à Villeparisis, le long de la Francilienne.


« Ce remblaiement a eu lieu sans les autorisations nécessaires, estime l’administration. Le stockage des déchets inertes n’est possible que dans un centre de stockage régulièrement autorisé et soumis à autorisation préfectorale. » « Mais je n’ai jamais voulu faire une butte, s’insurge Roger Legrand. Juste éviter à mes cultures de pourrir parce que le terrain est indrainable. Je me suis inspiré d’un collègue de Saint-Cyr-sur-Morin. Ce n’est pas la panacée mais je n’ai pas d’autre solution. Des prélèvements ont été faits sur les camions. J’ai voulu me blinder mais aussi ne pas mettre n’importe quoi dans mon champ. »
L’agriculteur, qui a opté là pour une solution bien plus économique que l’apport de terre, assure ainsi qu’aucune analyse n’a révélé de pollution. « Je ne demande pas mieux qu’à être contrôlé », poursuit celui sur les champs duquel ont déjà été érigés des remblais, à Claye-Souilly, devenus parc du Papillon-de-la-Prée. « En plus, le champ est le long de l’A 104, je ne peux vraiment pas me cacher. J’avais des autorisations de la mairie. » Ce que dément la municipalité. « Nous n’avons jamais rien accordé, insiste Jean-Claude Poupet, adjoint à l’urbanisme. Certes, le Code de l’urbanisme ne demande pas d’autorisation pour un rehaussement de moins de deux mètres et de moins de 20 ha. Mais pas le Code de l’environnement. C’est d’ailleurs nous qui avons averti les services de l’Etat. »

En question, les dégats sur la nature

Ce sont d’ailleurs les éventuels dégâts sur la nature qui inquiètent l’Association de défense de l’environnement de Claye-Souilly et ses alentours (Adenca). « C’est en bordure d’une zone humide, à proximité du bois régional du Moulin-des-Marais et du ru des Grues, affluent de la Beuvronne et du canal de l’Ourcq, énumère sa présidente, Mireille Lopez. On ne sait pas ce qui peut s’écouler de ces déchets. On ne peut tout de même pas implanter des décharges n’importe où. » Elle craint surtout une régularisation a posteriori de la situation. « Dans la pratique, ça se passe souvent comme ça », regrette Franck Rolland, conseiller municipal EELV à Villeparisis. La DDT déclare, quant à elle, que « les services de l’Etat sont en lien constant avec l’entreprise concernant ce dossier. Différentes solutions sont à l’étude, celle qui sera la plus favorable à l’environnement sera retenue ».

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/la-butte-de-dechets-inquiete-les-associations-30-10-2012-2276411.php

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche