Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 11:51

 

 

La Seine  et Marne

un département mauduit ?

 

Après les décharges, les incinérateurs, l'exploitation du pétrole, les projets  d'enfouissement de gaz carbonique CO2, d'extraction d'huile de schiste.....

va-t-on accumuler encore plus de sites Seveso ?

 

 

pour mémoire la zone industrielle de Mitry-Compans possède 6 sites classés Seveso dont 2 classés Seveso haut.

 

 

 

 

 

 

Paru sur le site Association de Défense de l'Environnement de Sénart et Environs :

 

article suite à manifestation du 01 décembre PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 03 Décembre 2010 14:55

article suite à manifestation du 01 décembre
République de S et M du 29 novembre 2010



Suit l'article du Parisien du 2 décembre 2010





Voici le résumé des entretiens que nous avons eu avec le président du SAN et le secrétaire du Préfet,
rédigé par le président de l'ADIR, M JF DUPONT.

 

Suite à l'entretien que le collectif d'associations contre les sites Seveso à Sénart (ADE, ADIR, DDNA,
ARNASSEN) a eu hier soir avec le président du SAN, JJ Fournier, ainsi que l'entrevue de ce matin avec
le secrétaire général de la préfecture à l'occasion du rassemblement organisé par le collectif, voici le point
de vue de l'ADIR:

 

- Le commissaire-enquêteur a rendu son rapport hier. Nous n'avons pas eu communication de son contenu.
 Le préfet doit statuer dans un délai de 3 mois. Auparavant, il doit recueillir l'avis du  

Conseil Départemental de l'Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques, qui se réunit
mensuellement..

Nous avons dit au secrétaire général qu' une décision du préfet favorable à la demande de Dentressangle ne
serait pas comprise par la population. Quelque soit l'application a respecter les règles en vigueur,

l'étendue des mesures de sécurité, l'autorisation d'un deuxième site Seveso haut sur la ZAC du Moulin à vent
serait perçue comme un déni par les habitants dont la plupart sont installés antérieurement aux sites de
Kuehne-Nagel et Dentressangle.

Il ne faut pas se tromper sur le niveau de sensibilité ou de mobilisation des riverains, qui font confiance
 aux associations pour suivre le dossier (PPRT en cours, recours en TA...), si la décision préfectorale était
favorable, celà constituerait un choc.

 


 

- A propos de notre demande de moratoire des implantations économiques et de tenue d'une table-ronde
 sur la cohérence de cette ZAC, le secrétaire général a répondu négativement, considérant que chaque
partie prenante ne manquerait pas à cette occasion de se retrancher derrière les textes et autorisations
 en vigueur. Il considère que la concertation et la détermination d'un nouveau cadre d'aménagement ne peut
venir qu'à travers l'élaboration du futur Schéma de cohérence territoriale (SCOT). Il prend note que le collectif
des associations ne s'oppose pas à l'implantation et ne demande pas de fermetures d'entreprises sur cette
 zone, avec la réserve que ces activités ne soient pas dangereuses pour les habitants et l'environnement.

 

.

 

Selon le président du SAN, le lancement de la procédure publique d'élaboration du SCOT aura lieu
début 2011 et se poursuivra jusque fin 2013. Les associations seront conviées à la concertation en temps
utile. Pour JJ Fournier aussi, le SCOT est le moyen d'améliorer la cohérence de l'aménagement de
secteurs comme cette ZAC. JJ Fournier considère comme totalement innadmissible le projet de deuxième
site Seveso sur la ZAC du Bois des Saints Pères et a rappelé la motion défavorable votée par le SAN
 et transmise au préfet. Il renvoie la responsabilité de la situation à la préfecture, qui délivre les autorisations
d'exploiter et supervise les permis de construire, à l'EPA qui n'est peut-être pas assez sensibilisé aux
risques industriels. Il reconnaît de la part du SAN un défaut d'expertise sur les implications de la
réglementation relative aux sites classés, qu'il entend corriger rapidement. Il ne donne pas suite à notre
 proposition de table-ronde, considérant que chacun, élus, associations, doit faire son travail de son côté
, dans le cadre des réglementations en vigueur, bonnes ou non.

 


 

Le résultat de ces entretiens n'est pas satisfaisant. Que devraient faire les riverains et citoyens selon les
autorités ? S'en remettre à la sagesse du préfet, aux textes en vigueur, à la vigilance des élus, aux résultats
hypothétiques au mieux dans trois ans d'une consultation d'urbanisme ? Nous sommes prêts à participer
à la concertation autour du projet de SCOT, mais nous ne voulons pas attendre trois ans pour pouvoir
éventuellement modifier la situation actuelle de la ZAC du Bois des Saints Pères qui est devenue
dès maintenant ingérable. C'et pourquoi nous considérons comme toujours pertinente notre proposition
 d'une table-ronde urgente sur les problèmes posés par cette ZAC, cette initiative n'étant en rien
antinomique avec la concertation plus large prévue pour le SCOT sur toute la ville nouvelle. A l'heure où
chacun utilise avec insistance la formule de démocratie participative, nous nous étonnons que les
représentants de l'Etat et des collectivités refusent de donner suite à la proposition de concertation de
proximité que nous avons exprimée.

Le collectif des associations contre les sites Seveso à Sénart sera amené à prendre acte de cette situation
pour poursuivre son action.


Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche