Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 18:48

Seine et Marne :

 les déchets, un sujet qui fâche

 

 

Quel avenir

 pour le Nord de la Seine et Marne ?

 

 

Dans les années à venir la population devrait augmenter de façon importante en Ile de France suite notamment aux projets Grand Paris et Grand Roissy.

 

Force est de constater que peu de collectivités en Ile de France et notamment en Région Parisienne s’engagent dans des actions visant à la réduction des déchets (mise en place de composteurs collectifs, de point de collecte journaux, cartons….., redevance incitative, création de recyclerie…).

 

Dans ces conditions le tonnage des déchets produit en Ile de France risque d’augmenter dans les années à venir.

 

Pour faire suite à l’article paru sur le site de l’Ordif (1) « Un gel de la création de toute nouvelle capacité » signifie qu’il ne sera plus créé en Ile de France de nouvelles décharges et incinérateurs, que le rééquilibrage régional ne pourra pas avoir lieu, que la Seine et Marne devra supporter encore et encore plus de déchets au titre de la solidarité régionale.

 

On ne peut pas concevoir que les ordures

puissent un jour s’entasser sur les trottoirs de Paris.

 

Si les lieux de stockage deviennent insuffisants, on augmentera les capacités de stockage des décharges existantes  et leur durée d’exploitation et en enverra vers les incinérateurs de notre département encore plus de déchets en provenance de toute l’Ile de France et même d’ailleurs.

 

En cette période électorale nous entendons beaucoup les élus de Seine et Marne  et futurs candidats aux élections cantonales  s’intéresser au problème de la  prospection du pétrole de schiste, des risques de pollution des nappes phréatiques, de l’utilisation de nos espaces agricoles, de la destruction de nos paysages…

 

Mais quand il s’agit des déchets ils se font beaucoup plus discrets, pourquoi ?

Depuis ces dizaines d’années que sont déversés ces millions de tonnes d’ordures sur nos terres agricoles, qui ont détruits nos paysages, pollués nos nappes phréatiques ….combien d’élus se sont émus de cette situation ?

 

 Combien d’études pour connaître l’impact de ces installations polluantes sur l’environnement, sur la santé des riverains ont été financées par les collectivités locales ou territoriales qui reçoivent cette manne financière que représentent les diverses taxes sur les déchets ?  A notre connaissance aucunes.

  

Qu’ont fait ces élus depuis toutes ces années pour empêcher que notre département devienne un dépotoir ?

 

Certains ont donné des avis favorables, encore et encore, soit pour l’implantation de décharges, soit pour leur extension et d’autres continuent à le faire.

 

Combien d’élus de Seine et Marne  ont soutenu des associations environnementales contre l’implantation de décharges ?

 

En Essonne et Yvelines il en est autrement, les élus soutiennent les associations contre l’implantation de décharges, deux exemples à suivre :

http://www.adse-saintescobille.com/

http://accet.groslieu.pagesperso-orange.fr/invitation/index.html

 

 

 

(1) Paru sur le site de l’Ordif :

 

Planification : la Région écrit au Préfet.


L'application de la loi Grenelle en question.

Dans un courrier adressé le 9 mars à Daniel CANEPA, Préfet de la Région Ile-de-France, Hélène GASSIN, vice-présidente chargée de l’environnement, donne l’interprétation du Conseil Régional de la Loi Grenelle 2.

Mme GASSIN constate que les plans Régionaux franciliens ont été établis après le 1er juillet 2008 et que, par suite, u
ne révision des plans n’est pas impérative dans le délai de trois ans prévu par l’article 78 de la Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement dite Loi « Grene
lle 2 ». La mise en révision est néanmoins envisagée sur la base de la situation donnée par les indicateurs du plan en 2013.

Le courrier évoque également le plafond de 60% de déchets non dangereux produits sur le territoire du plan et enfouis ou incinérés. La Vice-présidente déplore que les modalités de calcul de ce plafond soient peu précises. La représentante de l’exécutif régional indique néanmoins qu’étant donné la situation francilien
ne, l’application de cet objectif conduit à son sens « à un gel de la création de toute nouvelle capacité »
d’incinération ou stockage. Cette limitation apparaît applicable « dès maintenant lors de l’instruction des demandes d’autorisation ». 
 

Plus d’informations :
Courrier de la Région Ile-de-France au Préfet
 

Lien vers l’article :

http://www.ordif.com/public/actualite/planification-la-region-ecrit-au-prefet.html?id=15282&rub=8986

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche