Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 19:05

 

 

EAU : La Seine et Marne en état de crise 

http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp

 

 

 

Pour arroser ses espaces verts,

 nettoyer ses trottoirs et ses chaussées, curer ses égouts 

  Paris nous dépossède de l'eau de nos rivières

(Beuvronne, Thérouanne...)

qui servent à alimenter le canal de l'Ourcq


 

 

Les Seine et Marnais

vont-ils être obligés de réduire leur consommation d'eau

pour permettre aux Parisiens

de continuer à utiliser notre eau sans se priver ?

 


Extrait article paru sur le site de la Mairie de Paris :

Le réseau d’eau non potable

 

[20/08/2012]

Paris a la particularité de disposer d'un réseau d’eau non potable, appelée également « eau brute », produite à partir de trois usines prélevant l’eau de la Seine et du canal de l’Ourcq.

Paris a la particularité de disposer, depuis le XIXe siècle, d’un double réseau garantissant la fourniture d’eaux de qualité différente : l’eau potable, destinée à la consommation humaine, et l’eau non potable, appelée également « eau brute », produite à partir de trois usines prélevant l’eau de la Seine et du canal de l’Ourcq. Cette eau fait l’objet d’une filtration grossière permettant d’y enlever les débris et particules supérieurs à 4 mm.
La quasi-totalité de l’eau non potable distribuée - 170 000 m3/j en 2009 - est consommée par les services municipaux pour l’alimentation des lacs et rivières des bois de Vincennes et de Boulogne, l’arrosage des espaces verts, le coulage des caniveaux et le lavage des trottoirs et des chaussées, et le curage des égouts. Les autres utilisateurs publics ou privés de l’eau non potable ne représentent que 2 % de la consommation : arrosage de certains parcs publics de l’Etat, production et distribution d’eau pour la climatisation, usages industriels divers….. 

Des études complémentaires ont été menées en 2010 et 2011

S’appuyant sur les recommandations des membres du jury, la Ville a confié à l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) la réalisation d'une étude sur les usages possibles du réseau d'eau non potable sur le long terme, notamment face au changement climatique. Parallèlement, Eau de Paris et le Service Technique de l'Eau et de l'Assainissement ont étudié l'optimisation des moyens de production et de disrtibution du réseau d'eau non potable.

 Ces études ont montré que l'abandon du réseau présenterait des inconvénients environnementaux et financiers majeurs : il faudrait remplacer l'eau non potable par de l'eau potable pour nettoyer tous les trottoirs, remplir les lacs des Bois de Boulogne et de Vincennes, arroser tous les jardins ou nettoyer les égouts. Enfin, le coût de la suppression serait de cinq à sept fois plus important que celui de son maintien, notamment parce qu'il faudrait installer de nouvelles conduites d'eau potable et démanteler les canalisations d'eau non potable.

 

C'est pourquoi le Conseil de Paris a voté à l'unanimité le maintien du réseau et l'optimisation de son fonctionnement en mars 2012.

http://www.paris.fr/pratique/environnement/eau/le-reseau-d-eau-non-potable/rub_134_stand_94116_port_3119

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article

commentaires

Recherche