Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 17:50

 

 

Notre eau : notre or(12)

Paris protège ses captages d’eau et envoie les mâchefers de son usine d’incinération d’ordures ménagères d’Issy les Moulineaux dans la décharge Veolia de Claye-Souilly située à proximité du plus important captage d’eau de Seine et Marne : Annet sur Marne.

 

Paris ne doit pas se préoccuper seulement de sa population mais penser aux risques qu’elle peut faire prendre aux populations du nord-ouest 77 qui reçoivent ses mâchefers sur leur territoire.


VEOLIA CS 19.4.2013
Veolia Claye-Souilly 19/4/2013

Paru sur le site Lyon Capitale.fr :
Mâchefer : 270 000 tonnes par an dont on ne sait plus quoi faire

Par Emmanuelle Sautot

Posté le 09/07/2012  à 08:30 |  vu 3466 fois | 

 

En Rhône-Alpes, les résidus d’incinération, autrefois largement recyclés sous la voirie, font peur à la fois aux élus et aux professionnels du bâtiment. Le risque ? Unepollution des sols aux métaux lourds et aux dioxines. Le chantier du futur stade de l’OL a failli en être recouvert… de 100 000 tonnes.

Les mâchefers sont les cendres résultant de l’incinération des poubelles. En France on en produit 3 millions de tonnes par an, dont 270 000 tonnes en Rhône-Alpes. Depuis plus de vingt ans, ils sont réutilisés à travers la France pour remblayer routes, parkings, bâtiments, collèges, centres commerciaux, stades de football, carrières d’équitation…

“Il y a dix ans, dès qu’on pouvait mettre du mâchefer, on le faisait. L’avantage, c’est qu’il necoûtait presque rien et qu’il avait de bonnes propriétés mécaniques, explique un terrassier lyonnais qui a préféré gardé l’anonymat. Mais maintenant, tous les professionnels savent que c’est une vraie saloperie et qu’il contient plein de polluants...”

Depuis le 1er juillet, une nouvelle réglementation encadre plus sévèrement le recyclage du mâchefer et réduit son utilisation, au vu de ses teneurs intrinsèques en éléments polluants et en métaux lourds.

Une vraie bombe à retardement est sur le point d’exploser : nos poubelles débordent et produisent des milliers de tonnes de déchets chaque jour, dont les filières de retraitement sont saturées.


© F.Catérini/Inédiz

Lyon Capitale a visité le site de stockage de Bourgoin-Jallieu, où 260 000 tonnes cherchent usage. Le bon plan du remblai de l’OL Land ayant fait long feu, la question de l’enfouissement se pose, avec son coût…

-----------------

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/univers/Actualite/Le-mensuel/Machefer-270-000-tonnes-par-an-dont-on-ne-sait-plus-quoi-faire

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche