Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 19:33

Paru sur le site France Nature Environnement :

Forum Mondial de l’Eau : tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle n’en trouve plus…

 

 

A partir de ce lundi, le 6e Forum mondial de l'eau se réunit pour une semaine à Marseille. L’objectif affiché est ambitieux. Trouver les solutions pour assurer l'accès de l'humanité à l'eau potable et à des sanitaires décents alors que les pressions sur la ressource augmentent : changement climatique, augmentation des prélèvements pour certains usages et pollutions accentuées.

Facile d’en parler, plus difficile de la partager

Les précédents forums, réunis tous les trois ans depuis 1997 à l'initiative du Conseil mondial de l'eau, une instance de coopération entre ONG, gouvernements et organisations multilatérales, étaient essentiellement consacrés à établir un diagnostic sur l'accès à l'eau dans le monde. Celui de Marseille s'intitule "Le temps des solutions" et a ouvert une plate-forme de solutions en ligne. De là à ce qu’elles s’appliquent il y a un pas que la volonté politique et des moyens financiers nouveaux devront aider à franchir.

20.000 participants de 140 pays sont annoncés : institutions, entreprises, associations, élus locaux. L'ouverture a été assurée par le Premier ministre. Le président de la République ayant finalement renoncé à se rendre dans la cité phocéenne. C’est dire l’importance accordée à l’événement…

La "puissance du progrès technologique" ne suffira pas

Le Premier ministre a souligné la nécessité de fonder l’économie sur le respect de l’environnement mais FNE regrette l’insistance avec laquelle il a présenté l’innovation et les « technologies vertes » comme la solution aux problèmes posés par la gestion de la ressource en eau. La « puissance du progrès technologique » prônée par François Fillon, sera inopérante sans l’avènement d’un nouveau modèle agricole, réduisant considérablement ses prélèvements et ne contribuant plus à la dégradation de la qualité de l’eau.

Jean-Claude Bévillard, vice-président de FNE en charge de l’agriculture : « seule une agriculture de haute valeur environnementale, diversifiée, adaptée aux sols et aux climats est à même de rétablir un bon état des eaux souterraines et des rivières.»

L’or bleu aiguise les appétits et assoiffe les peuples

Pour les représentants de la société civile, le Forum de Marseille est l'occasion de rappeler que « l'or bleu n'a pas de prix ». Leur Forum alternatif mondial de l'eau (FAME) qui se tient en parallèle du 14 au 17 mars avec plus de 2.000 représentants vise à dénoncer la tendance à la marchandisation de l'eau par les multinationales et plaide pour une distribution équitable.

Le partage des ressources d'eau est un sujet d'inquiétude et un enjeu de souveraineté des Etats quand 15% des pays dépendent à 50% d'une eau venue de l'extérieur. Les représentants de ces 140 pays, réunis mardi, devaient adopter une déclaration commune appelant à accélérer les efforts sur l'ensemble de ces problèmes. 2,5 milliards de terriens ne disposent pas encore de réseau d’assainissement efficace. La question de l’assainissement reste une question vitale, et pas seulement de confort ou de dignité. Les pathologies liées à l’eau insalubre restent une cause majeure de morbidité mondiale et leur coût social est gigantesque. Reste à savoir comment assurer de l'eau saine et une alimentation suffisante aux plus de 9 milliards d'habitants prévus en 2050 si les autres pressions ne cessent d’augmenter.

Bientôt, plus un verre pour la soif ?

La ressource abondante et de bonne qualité bientôt au rang des souvenirs ? La crise est à notre porte. En Europe, malgré les efforts de dépollution engagés, notamment grâce aux directives européennes (ERU, DCE…) nous constatons encore une lente dégradation de la qualité de l’eau ainsi qu’une réduction dramatique de la qualité biologique des milieux aquatiques. En France, les dégradations physiques infligées aux cours d’eau au fil du temps, ainsi que les prélèvements d’eau de plus en plus pressants aboutissent à une perte de qualité de l’eau. La pollution par les nitrates, phosphates, pesticides et divers produits chimiques aggrave encore cette situation. En conséquence, la potabilisation de l’eau demande toujours plus de traitements et parfois, des captages doivent être abandonnés. Ainsi, le paysage aquatique se banalise et devient le dépotoir de notre inconscience collective, qui se déverse ensuite dans les mers et océans.

Pour Bruno Genty, président de France Nature Environnement : « il devient urgent de prioriser les usages. Il faut réserver l’eau douce à ceux qui ne peuvent s’en passer. Si l’agriculture et l’industrie peuvent substituer aux techniques gourmandes en eau d’autres techniques plus durables, les humains ne peuvent décider de boire moins pour pouvoir garantir l’approvisionnement de ceux qui en font un usage commercial. Avant d’être une ressource géostratégique, l’eau reste une ressource vitale».

Jean-Claude Bévillard, vice-président de FNE et José Cambou, secrétaire nationale de FNE, assureront la représentation de France Nature Environnement au forum mondial de l’eau.

http://www.fne.asso.fr/fr/forum-mondial-de-l-eau-tant-va-la-cruche-a-l-eau-qu-a-la-fin-elle-n-en-trouve-plus.html?cmp_id=33&news_id=12680&vID=897

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche