Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 11:55

Fort de Vaujours

Radioactivité. décontamination. perspectives

Question écrite du député Pascal Popelin

dont la circonscription couvre le secteur de Vaujours, Coubron….


Nous souhaitons que le député Yves Albarello dont la circonscription couvre Courtry, Villeparisis,  Le Pin…. travaille en coordination avec le député Pascal Popelin sur ce dossier.

 

 

14ème législature

 

Question N° : 47895

de M. Pascal Popelin ( Socialiste, républicain et citoyen - Seine-Saint-Denis )

Question écrite

 

Ministère interrogé > Écologie, développement durable et énergie

Ministère attributaire > Écologie, développement durable et énergie

 

Rubrique > environnement

Tête d'analyse > pollution et nuisances

Analyse > Fort de Vaujours. radioactivité. décontamination. perspectives

 

Question publiée au JO le : 21/01/2014 page : 584

 

Texte de la question

M. Pascal Popelin attire l'attention de M. le ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur le manque d'information à la disposition des riverains, des associations de défense de l'environnement et des élus locaux, s'agissant de la réalité du degré de pollution et de contamination aux agents radioactifs du site sur lequel était implanté le Fort de Vaujours. Cette ancienne fortification militaire, située à cheval sur les départements de la Seine-Saint-Denis et de la Seine-et-Marne (communes de Courtry, Coubron et Vaujours) a été utilisée de 1951 à 1997 par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA). Durant cette période, de nombreuses expériences en détonique nucléaire, dont la plupart demeurent classées « secret défense », y ont été conduites pour le compte de l'armée française. Selon divers témoignages recueillis par le tissu associatif, mais aussi par les médias auprès de professionnels ayant exercé sur le site au service du CEA, la manipulation des produits toxiques et radioactifs, le stockage de ces matières et la protection des employés seraient intervenus dans des conditions de sécurité et de préservation de l'environnement minimales. Les opérations de dépollution et de décontamination du site ayant eu lieu après l'arrêt des activités nucléaires du CEA auraient également été très restreintes. Des mesures réalisées en 2011 et certifiées par la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) témoigneraient en outre d'un taux de radioactivité 33 fois supérieur à la norme admise. Dans ce contexte, il souhaiterait avoir connaissance des mesures que le Gouvernement pourrait envisager de prendre pour d'une part, améliorer l'information à destination des populations riveraines sur la réalité du niveau de pollution du site et d'autre part, favoriser si nécessaire l'engagement de nouvelles opérations de décontamination.

 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-47895QE.htm

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche