Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 11:33

 

 

 

 

Claye-Souilly, l’envers du décor :

la qualité de l’eau du robinet ? 

 

Alors que le prix moyen de l’eau du robinet

 était en 2011 de

 5.55 € le m3

sur notre commune (1) 

 

Prix supérieur de 25% à  la moyenne de Seine et Marne

4.43 € le m3 (1)

 

Nous apprenons qu’en moins de 9 mois les références de qualité de l’eau du

robinet distribuée à Claye-Souilly n’ont pas été respectées  à 10 reprises

(dont 4 fois pour le seul mois de juin 2013)

 

 

 

Site du Ministère de la Santé

 

11.6.2013 bactéries coliformes

 

 

On peut lire sur le site du Ministère de la santé en date du 11/6/2013 :

« Eau non-conforme aux références de  qualité bactériologique en vigueur. Il est indispensable de rechercher l’origine de cette contamination afin d’y remédier »

 

Respectivement les 16/6, 11/7 et 22/8/2013 la référence qualité

Turbidité 

n’a pas été respectée

 

Depuis le 4/9/2013 nous constatons que plus aucuns contrôles ne figurent sur le site du Ministère de la Santé alors qu’en  septembre 2012 des contrôles apparaissaient

les 7, 10, 14, 18, 21

Pourquoi aucunes informations entre le 4 et le 21 septembre 2013 ?

 

 

 

Pour obtenir une réponse à ces questions nous vous conseillons de prendre  contact  avec Monsieur Jean-Luc Servières, adjoint au maire chargé de l’environnement, membre  du syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable.

 

(1)   Calculé sur la base de 120 m3 consommés annuellement voir détail ci-dessous : http://eau.seine-et-marne.fr/analyse-departementale

 

 

 Pour aller plus loin :

 

Site du ministère de la santé : http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html

 

Articles ADENCA:

http://adenca.over-blog.com/article-l-eau-destinee-a-la-consommation-humaine-sur-le-reseau-des-communes-d-annet-sur-marne-claye-souil-114785473.html

 
§§§§§§
 Paru sur le site de l’INVS  INSTITUT NATIONAL DE VEILLE SANITAIRE :
LE PROGRAMME EAU ET SANTÉ

Publié le 30/12/2008

Etude turbidité et gastro-entérites

Contexte

La sécurité sanitaire de l’eau de distribution se fonde essentiellement sur la surveillance de la qualité de l’eau. L’évaluation de la qualité microbiologique de l’eau se heurte cependant aux carences des indicateurs bactériens utilisés pour le contrôle réglementaire de la qualité de l’eau distribuée, comme Escherichia coli, jugés peu représentatifs du risque viral ou parasitaire. Dans ce contexte, un débat s’est ouvert dans les années 1990 sur la part de l’eau dans l’incidence des cas sporadiques (par opposition aux cas épidémiques) de maladies dues aux microorganismes d’origine fécale (gastro-entérites, hépatite A…). Ce débat reste d’actualité.

L’étude turbidité et gastro-entérites est la contribution de l'Institut de veille sanitaire à ce sujet. Elle vise à identifier les facteurs du risque hydrique et à évaluer leur effet. L’incidence des gastro-entérites est généralement estimée sur la base de données de remboursement des médicaments prescrits de l’Assurance maladie. Un lien est recherché avec différentes données issues de l’exploitation de l’eau et supposées représenter un risque : enregistrements de turbidité (mesure des particules en suspension), de concentration en désinfectant, mais aussi mesures bactériologiques, débit de la source ou de la rivière, débit distribué, comptage des interventions sur réseau pour réparation de fuite..

Principe de l’étude turbidité et gastro-entérites

Le but de l’étude est d’établir s’il existe une corrélation entre les pointes de turbidité dans l’eau distribuée et la survenue de cas de gastro-entérites. Le décalage lié au délai de distribution de l’eau et à l’incubation de la maladie doit être pris en compte. Cette approche statistique nécessite une grande quantité d’observation pour parvenir à des conclusions solides (6 ans). Il est à noter qu’aux niveaux enregistrés, la turbidité est imperceptible à l’œil.
Onze sites sont impliqués dans l’étude.

Le principe de l’étude turbidité et gastro-entérites consiste à rechercher si des variations d’indicateurs d’exposition aux agents pathogènes (par exemple la turbidité) sont statistiquement associées à des variations d’un indicateur d’incidence des pathologies infectieuses entériques (par exemple les gastro-entérites). Cet écho possède un temps de latence qui correspond à la somme du délai de distribution de l’eau, du temps d’incubation et du délai de consultation.

Menée en collaboration avec les opérateurs de l’eau, les retombées en santé publique devraient concerner la gestion technique de la production et de la distribution d’eau potable, mais aussi l’évaluation des risques infectieux d’origine hydrique et la réglementation.

Les années 2002 et 2003 ont été consacrées à la constitution du partenariat et au recrutement des sites. L’année 2004 a vu l’élaboration des premières procédures de correction et de validation des données d’exploitation. La collecte des données est terminée depuis 2008. La parution des résultats a commencé en 2010 et s'étalera sur plusieurs années

 

www.ars.iledefrance.sante.fr/fileadmin/ILE-DE-FRANCE/ARS/1_Votre_ARS/3_Nos_Actions/3_PRS/schema_prevention_28112011.pdf

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche