Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 16:27

 

A Marchémoret sur la départementale 401 près des 2 méthaniseurs GRTgaz installe un poste de rebours pour transférer le  « trop plein de gaz » vers son réseau de transport national.

 

En effet le village rural de Marchemoret  de 200 logements et moins de 600 habitants ne pourra pas absorber le gaz fourni par les 2 méthaniseurs dont les exploitants annoncent pour l’un 2000 maisons chauffées et pour l’autre  6000 habitants fournis en gaz et eau chaude.

 

 

Pour fournir du gaz aux autres

en oubliant de raccorder au réseau du gaz de ville

 les villages ruraux environnants  !

 

Sur fond blanc : villages non raccordés au réseau gaz de ville

Sur fond blanc : villages non raccordés au réseau gaz de ville

 

Cette installation servira  en fait à fournir du gaz aux villes françaises raccordées au réseau du gaz de ville mais pas pour alimenter les villages ruraux voisins de Marchémoret comme :

Montgé en Goële, Cuisy, Vinantes, Le Plessis aux bois, le Plessis l’Evêque, Iverny, Forfry, Gesvres le Chapitre, Marcilly… qui ne sont même pas raccordés à ce réseau.

 

https://opendata.grdf.fr/explore/dataset/communes-desservies-en-gaz/map/?location=9,48.49568,3.21213

 

 

Paru sur mag journal 77 

 

Mareuil-lès-Meaux  Biométhane : le surplus local sera redirigé vers des conduites de transport nationales [Vidéo]

Marchémoret : 2 méthaniseurs et un poste de rebours pour fournir du gaz aux autres !

 

 

Écrit par Hélène Rousseaux

 mardi, 21/07/2020

Le chantier du poste rebours a commencé et se terminera à l'automne.@GRTgaz/Luc Maréchaux

 

Les travaux de construction du premier poste "rebours" ont commencé en février, à Mareuil-lès-Meaux. L'installation va permettre de faire remonter le surplus de biométhane du réseau local de distribution vers le réseau de transport national de gaz de GRTgaz. Une réunion publique d'information aura lieu en septembre dans la commune. 

 

Le surplus biométhane issu des usines de méthanisation de la région, comme à Chauconin-Neufmontiers, ou encore à Boutigny, va être redistribué vers le réseau de transport national de gaz de GRTgaz. Le premier « rebours » francilien permettra d’injecter ainsi sur le réseau national près de 200 GWh par an de biométhane, soit l’équivalent de la consommation d’environ cinquante mille foyers chauffés au gaz.

Le dispositif place Mareuil-lès-Meaux parmi les pionnières en Ile-de-France et dans le peloton de tête pour les actions en faveur de l'environnement. Le maire, Pascal Machu explique : "C'est une réelle opportunité sur la commune et ça montre qu'on est à la croisée des méthaniseurs de la région. Nous avons étudié les chiffres et nous sommes arrivés à la conclusion que dix mois sur douze, on aura davantage de production de gaz que de consommation. Comme localement, pour les unités de production, on ne peut pas le stocker, on doit le compresser et l'envoyer ailleurs."

Ainsi, il s'agira de récupérer le gaz en provenance des usines de méthanisation environnantes, lequel arrivera par des conduites de GRDF en basse pression. Il sera ensuite compressé et renvoyé en haute pression par d'autres canalisations, passant de 7 bars à son arrivée, à 70 bars en repartant. 

La plateforme rebours de compression du gaz qui s'implante à Mareuil ne représentera aucun coût pour la commune. Le maire souligne : "Le terrain avait été acheté au syndicat intercommunal d'assainissement en 2015."  L'installation est prise en charge par GRTgaz : son côut s'élève à 3,9 M€.

Frédéric Moulin, délégué territorial Val-de-Seine chez GRTgaz, précise : « En Ile-de-France, nous sommes fortement engagés dans le développement de gaz renouvelables. Nous accompagnons les porteurs de projets pour les conseiller, les orienter et leur proposer des solutions de raccordement à notre réseau de transport. »

L’installation rebours en construction représente, particulièrement pour Mareuil, "une avancée marquante" qui soutient le développement de la filière méthanisation en Ile-de-France. Cette dernière inscrit à son actif déjà dix-sept sites de production en fonctionnement. De nombreux autres projets de méthanisation sont en cours de développement.

En Seine-et-Marne, département leader de la méthanisation en Ile-de-France, deux unités de méthanisation injectent sur le réseau de transport de gaz de GRTgaz : Bassée Biogaz et Nangis Biogaz envoient 30 GWh/an de biométhane, l’équivalent de la consommation annuelle de près de sept mille cinq cents foyers chauffés au gaz, ou encore de cent trente bus roulant au GNV/bioGNV. Toujours dans le département, GRTgaz alimente le réseau de distribution publique de GRDF et trente sites industriels.

 

https://www.magjournal77.fr/vie-locale/item/53867-meaux-biomethane-le-surplus-local-sera-redirige-vers-des-conduites-de-transport-nationales-video

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche