Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 10:43

 

 

La restauration du Bois du Chêne est une bonne chose  pour cette commune martyre d’Isles les Villenoy mais La Communauté d'agglomération Pays de Meaux n'y ait pour rien, ni même les propriétaires de cette ancienne carrière qu’ils ont laissé s’enfricher.

 

Cette restauration est faite dans le cadre de la compensation obligatoire  suite  à la  destruction d'espaces naturels notamment à Mitry-Mory, Villeparisis et Mesnil-Amelot pour construire le CDG Express.

 

Plutôt que de réhabiliter des friches sur ces  3 communes la SNCF a choisi le terrain d’une ancienne carrière laissé à l’abandon par ses propriétaires, la SNCF va même réhabiliter un site dans le département du Val d’Oise à Marly la Ville, commune qui n’est pas concerné non plus par les travaux du CDG Express.

 

 

C’est  ladite « compensation  à la française »,  les industriels peuvent détruire des espaces naturels et des forêts sans obligation de réhabiliter un site à proximité et pas même dans le même département.

 

 

Pour mémoire Placoplatre a été autorisé à défricher 19 hectares de forêt à Villevaudé et va reboiser au sud et à l'est 77, voir notre article:

http://adenca.over-blog.com/preview/25d27ed48f1a2efd9ed0ceb78a78d4254ddc2ab9

 

 

 

 

 

Paru dans Mag Journal 77 :

Pays de Meaux ► Isles-lès-Villenoy : la restauration du Bois du Chêne a commencé
8/2/2019
La restauration du Bois du Chêne, à Isles-lès-Villenoy, a débuté mercredi 7 février. Le terrain avait été occupé, en 2017, par des Roms qui avaient quitté les lieux en abandonnant des monceaux de déchets divers. L’agriculteur, propriétaire du terrain, ne pouvant prendre à sa charge l’intégralité du nettoyage, le Pays de Meaux s’était saisi du dossier.

Le Pays de Meaux a fait appel à la Safer pour résoudre le problème des déchets dans le cadre du dispositif Archipel.

Archipel, né du partenariat entre Biotope, expert français en ingénierie environnementale, et la Safer de l’Île-de-France, opérateur foncier, a pour objectif d’accompagner les aménageurs publics ou privés vers des mesures compensatoires écologiques. Le terrain a été identifié comme compensation environnementale pour la SNCF qui prend en charge financièrement la réhabilitation et l’entretien pendant vingt ans. Le coût de l’opération est de 459 000 euros

Un apiculteur local s’est porté acquéreur du terrain et installera des ruches au printemps. Un programme de restauration de la faune et de la flore sera entrepris avec l’intégration d’espèces ciblées (chardonnet élégant, lézard des murailles…) et de semis de prairie.

Jean-François Copé, président du Pays de Meaux, déclare : « La restauration et la valorisation de ce terrain grâce aux mesures compensatoires organisées par le projet Archipel est une solution adéquate et utile à la préservation de l’environnement. Il est de notre devoir d’anticiper à la fois les changements énergétiques, climatiques et environnementaux. Grâce à l’intégration d’un apiculteur dans ce terrain, nous favorisons le développement économique d’une entreprise locale, tout en préservant la biodiversité. Ce projet est l’exemple même qu’il est possible de concilier un territoire vert, propre,  tout en poursuivant son expansion ».

https://www.magjournal77.fr/pays-de-meaux-isles-les-villenoy-la-restauration-du-bois-du-chene-a-commence/

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche