Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2018 1 11 /06 /juin /2018 16:22

 

 

 

Yves Albarello, le président du syndicat de la rivière basse Beuvronne, a-t-il fait réaliser des analyses des eaux et des sédiments de cette rivière près de l’école rue du Maréchal Joffre, suite aux problèmes rencontrés la semaine dernière par les écoliers (vomissements et maux de tête) qui ont dûs être évacués 2 fois dans la semaine ?

 

 

Dans un article du journal « le Publicateur » de 1885 on y  apprend qu’afin de soutenir les fondations de cette école construite sur un sol marécageux on a dû battre des pieux.

Dans les années 1970/1980 des travaux importants ont dû être réalisés pour consolider les fondations de cette école, proche de la rivière Beuvronne,  dont la cave est souvent très humide et parfois inondée, notamment en période de fortes pluies.

 

 

Les infiltrations d’eau dans la cave

 signalées dans le courrier de la mairie du 8/6/2018

proviennent-elles de la Beuvronne ?

 

 

A cette question nous n’avons pas de réponse.

 

 

Ce que nous savons c’est que depuis des décennies la rivière Beuvronne est très polluée, la situation ne semble d’ailleurs pas beaucoup s’améliorer pourtant un syndicat est en charge de la basse Beuvronne.

 

Pour pouvoir consulter les archives de ce syndicat, c’est le parcours du combattant, notre association en a fait l’expérience il y a quelques années, elle a dû faire un recours auprès de la CADA, commission d’accès aux documents administratifs, pour qu’enfin le président du syndicat, Yves Albarello, autorise cette consultation.

 

 

A la consultation de ces documents nous avons appris qu’une étude de la pollution de la Beuvronne avait été réalisée en 2015.

 

On peut lire dans la synthèse de l'étude  des résultats des analyses de l’eau :

«  Sur les deux stations de la Reneuse et du ru des Grues, la teneur en oxygène est extrêmement faible avec une concentration en oxygène dissous de 0.64mg/l. D’un point de vue biologique, il est considéré que sous 3mg/l la vie piscicole est impossible et les espèces les plus sensibles demandent 7mg/l. »

 

« Sur les deux stations de la Reneuse et du ru des Grues, les concentrations en ammonium sont très nettement supérieures au seuil de mauvaise qualité. Une concentration maximale de 18mg/l a été relevée sur la station 1  de la Reneuse(amont) soit plus de 4 fois le seuil de mauvaise qualité.

 

Les valeurs montrent la présence d’une forte pollution avec les effluents urbains  : STEP sur le ru des Grues et les mauvais raccordements sur la Reneuse. »

 

« sur l’intégralité des stations, le taux de matière en suspension dépasse largement le seuil de mauvaise qualité »

 

Concernant résultats de l’étude des sédiments, on peut lire :

« Le ru des Cerceaux, la Reneuse et le ru des Grues souffrent de pollutions aux métaux lourds »

Les analyses des métaux lourds dans les sédiments dans la Reneuse, en aval du pont francilienne,  font ressortir des taux élevés de pollution qui ne permettent pas leur épandage sur les terres agricoles.

 

Ces métaux lourds sont en particulier :

- PCB,  zinc, plomb, une concentration de 10.25 mg/kg d’arsenic et une très forte pollution au cuivre en aval de Villeparisis après avoir reçu les eaux de ruissellement du site pollué Basol (1) de l’ancienne usine Labaz (groupe Sanofi) de Villeparisis de conditionnement chimico-pharmaceutique, précédé par une usine de fabrication de peintures et vernis.

Ironie du sort  les résultats de la dernière campagne de prélèvement d’eaux souterraines mené au droit du site de cette ancienne usine le 20/9/2011 ont notamment montré  des concentrations en augmentation chrome, cuivre, nickel, plomb, zinc et arsenic.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche