Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 16:41
La Reneuse (affluent de la Beuvronne) à Gressy, après le rejet des eaux d'ADP

La Reneuse (affluent de la Beuvronne) à Gressy, après le rejet des eaux d'ADP

 

Pour permettre aux avions de Roissy de décoller, en cette période d’hiver rude, ADP déverse des centaines de tonnes de produits dégivrants sur les avions et sur les pistes, produits chimiques qui se retrouvent pour partie dans la rivière Beuvronne.

 

La Beuvronne, une rivière qui devait atteindre un bon état en 2015, mais  l’ETAT français, n’ayant  pu respecter ses engagements,  a dû demander à l’Europe, une dérogation de  « 12 ans » de plus pour tenter d’améliorer la qualité de l’eau de cette rivière, l'une des plus polluées de Seine et Marne.

 

 

Un objectif

qui semble bien difficile à  atteindre

 pour cause

la bienveillance de l’ETAT

envers l’industriel pollueur ADP.

 

 

Un arrêté interpréfectoral « loi sur l’eau » de 2008 obligeait ADP Roissy à respecter certaines prescriptions pour réduire la pollution de ses eaux reversées dans la rivière Beuvronne.

 

Lors des derniers hivers rudes, ADP n’a pas été en mesure de respecter ses obligations et a dû demander des dérogations à la police de l’eau pour déverser des eaux chargées de polluants dépassant les normes autorisées.

 

Cette situation est due au mauvais état du réseau d'assainissement d’ADP, que l’industriel n’a toujours pas mis aux normes, pour éviter de reverser  dans la Beuvronne les résidus de produits dégivrants déversés sur les avions et sur les pistes, notamment Glycol avec additifs chimiques, dont nous ne connaissons pas la composition, il paraît que c’est « un secret industriel ».

 

 

Dans l’attente « du bon vouloir » de l’industriel ADP, pour financer  un dispositif de gestion efficace de ses eaux usées, les préfets ont autorisé en 2012 ADP à reverser des eaux pluviales plus chargées en polluants dans la Beuvronne, c’était une situation « dite transitoire », qui devait durer 1 an, mais en 2013 la situation « dite transitoire » a été prolongée de 3 ans, puis en 2016 de plus de 2 ans (jusqu’au 1/6/2018). (1)

 

 

9 ans déjà

que l’arrêté « loi sur l’eau » a été pris

et qu’ADP

n’est toujours pas en mesure de le respecter !

 

 

Mais pendant ce temps là

qui paye l’addition ?

 

Les populations de Claye-Souilly et d’ailleurs qui boivent l’eau du captage d’Annet sur Marne ont vu leur note d’eau potable augmenter d’année en année, pourquoi ?

 

 Est-ce pour partie à cause de la mauvaise qualité de l’eau brute, pompée à Annet sur Marne, qui doit subir une dépollution plus importante pour être consommable ?

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

 concernant le prix élevé de l’eau

 à Claye-Souilly

 nous vous conseillons

de contacter

Yves Albarello

Député maire

 

 

 

 

 

(1) Arrêté préfectoral n° 2016/DDT/SEPR/009 du 8/2/2016

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article

commentaires

Recherche