Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 09:25
Nord-Ouest 77,  Zone Industrielle Mitry-Compans, Seveso à Hauts Risques : GAZECHIM conditionnement de chlore, ammoniac ….

 

Historique :

La Sté Gazechim est située 13-21 rue Denis Papin Mitry-Mory

Gazechim créée à Béziers en 1937 sous le nom de sté d’anhydride français.

Sur proposition de la DATAR(1)  cette société a fait une demande d’implantation, c’est le préfet Jacques Solier (2) qui lui donne l’autorisation d’exploiter en 1974, c’est lui qui autorisa également  l’implantation de la 1ère décharge d’ordures ménagères à Soignolles et Villeparisis.

 

L’exploitation débutera en 1976.

L’activité principale de l’entreprise est le conditionnement de bouteilles et de cylindres de chlore, d’ammoniac et d’anhydride sulfureux.(3 gaz toxiques)

 

L’entreprise est ravitaillée en majorité par wagons grâce à une ligne rattachée à la gare de Mitry-Claye

 

Ce site est aujourd’hui classé SEVESO à hauts risques en raison du stockage d’importants tonnages de  chlore, d’ammoniac, d’anhydride sulfureux

En 1998 certaines activités sont séparées de Gazechim et donne naissance à Gazechim PSC qui deviendra Quarechim puis Univar.

Univar, classé SEVESO SB est situé sur le même site, 2 autres sites SEVESO SB se trouvent dans l’environnement proche de Gazechim : Air Liquide et Messer.

 

A environ 600 m se trouvent des habitations, à 800 m on trouve un terrain de sport, l’école primaire du quartier de Mory et la gare de Mitry-Claye à 900m.

 

Concernant le traitement des eaux usées, c’est une station d’épuration commune qui traite les eaux de Gazechim et d’Univar, cette station est située sur le site d’Univar,

Adenca n’a pu obtenir aucunes informations concernant les contrôles réalisés sur cette station d’épuration.

Ironie du sort, Gazechim, pourtant l’un des principaux concernés, renvoie la balle vers Univar.

 

Quand aux eaux de ruissellement qui partent vers la Beuvronne, nous n’avons aucunes informations quant aux conditions de leurs contrôles avant rejet, les arrêtés préfectoraux de 1974, 1993 et 1997 n’apparaissant pas sur le site ICPE. (3)

 

L’effectif est de 21 personnes.

 

Date de la dernière inspection de la Driee : 7/4/2016.

 

 

(1) Créée en 1963 sous la présidence du Gl de Gaulle, la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR) avait un rôle de réflexion, d’impulsion et d’animation des politiques de l’État français en matière d’aménagement du territoire

 

 (2) http://adenca.over-blog.com/article-jacques-solier-prefet-de-seine-et-marne-du-10-3-1975-au-26-4-1978-124313833.html

(3) http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/rechercheICForm.php

 

 

Pour aller plus loin :

 

Explosion sur le site Gazechim Lavera 

 un mort et un blessé

https://www.youtube.com/watch?v=cxV2jnsv8zE

http://www.usinenouvelle.com/article/explosion-mortelle-dans-l-usine-gazechim-des-bouches-du-rhone.N144262

 

 

 

 

Paru dans le journal le Parisien 77 :

 Les dix usines et entrepôts les plus dangereux 

 |30 novembre 2011, 4h30 | 

Sur les vingt-huit PPRT (plan de prévention des risques technologiques) qui doivent être élaborés en Ile-de-France, pas moins de dix concernent des sites seine-et-marnais et la moitié d'entre eux sont d'ores et déjà approuvés. Sont ainsi dotés d'un PPRT la verrerie Keraglass de Bagneaux-sur-Loing, le dépôt d'engrais Sica à Gouaix, l'usine L'Air liquide de Moissy-Cramayel, le dépôt de produits chimiques Brenntag de Tournan-en-Brie et l'entreprise Kuehne & Nagel à Savigny-le-Temple. Des PPRT sont en cours d'élaboration autour des dépôts d'hydrocarbures et de gaz de CCMP et Gazechim à Mitry-Mory ou de la fabrique de détergents BASF (anciennement Cognis) à Meaux. L'usine avait d'ailleurs connu une importante fuite d'acide acrylique, le 19 mars 2004. La population n'avait été alertée que le lendemain du passage d'un nuage toxique.

Plusieurs centai
nes de kilos de ce produit nocif s'étaient échappées sous forme de gaz. Les sites Butagaz de Montereau-Fault-Yonne, Storengy de Germigny-sous-Coulombs et Total-GPN de Grandpuits complètent le tableau. Grandpuits se signale aussi par plusieurs incidents : le 27 juin dernier, un nuage rouge et brun de dioxyde d'azote a été relâché dans l'air après une panne électrique à l'usine d'engrais GPN. En septembre 2010, une fuite d'ammonitrate en provenance de l'usine avait pollué le ru d'Ancœur, un affluent de la Seine, sur 13 km. En 2009, trois fuites d'ammoniac s'étaient produites en un mois, dont une avait entraîné l'hospitalisation de plusieurs salariés de GPN.


 

  Le Parisien

http://www.leparisien.fr/bagneaux-sur-loing-77167/les-dix-usines-et-entrepots-les-plus-dangereux-30-11-2011-1745413.php

 

 

Partager cet article

Repost 1

commentaires

Recherche