Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 21:51
 

En effet Jean-Jacques Barbaux veut que la Seine et Marne continue à recevoir les ordures des autres mais pour cela il faudra verser de l’argent.

 

Continuer à détruire le nord-ouest Seine et Marne cela n’a pas l’air de gêner le président du Conseil Départemental, il est vrai qu’il ne vit pas au milieu des décharges, il vit à Neufmontiers en Brie, un secteur épargné par ce type de pollution.

 

Alors qu’importe que les populations du nord-ouest 77 supportent les ordures des autres, prennent des risques sur leur santé et boivent de l’eau puisée au pied des décharges,

 

Jean-Jacques Barbaux a besoin d’argent :

- pour faire des routes que défoncent chaque jour les milliers de camions d’ordures qui arpentent la Seine et Marne

-  pour favoriser le  "business du lobby agricole" qui pour transférer plus facilement ses céréales à destination de l'étranger souhaiterait faire élargir la Seine pour permettre à des péniches de plus  grandes contenances de rejoindre  Rouen, le premier port céréalier d'Europe.

 

 

 

M. Jean-Jacques Barbaux

la santé des populations du nord-ouest 77

n’est pas à vendre

 

 

Nos enfants

ont le droit comme les vôtres

de vivre

dans un environnement sain

 
 
 
Paru dans le Parisien 77 :
Déchets : le département veut transformer une nuisance en atout

01 septembre 2016, 16h20|0

De l’argent pour recevoir les ordures des autres c’est ce que veut Jean-Jacques Barbaux !

Villeneuve-sous-Dammartin. Les déchets de chantier forment des buttes de remblai qui modifient ici et là le paysage seine-et-marnais. (LP/Faustine Léo.)

 

 

 

 

Face aux montagnes de déchets des chantiers de la région, le conseil départemental a décidé de changer de stratégie. Et a choisi le pragmatisme.

 

Le plan de prévention et de gestion des déchets de chantier (Prédec) adopté l’an dernier à l’unanimité par le conseil régional permettait à la Seine-et-Marne de bénéficier d’un moratoire de trois ans dans le département interdisant la création et l’extension de sites de stockage et fixant le plafond de la capacité d’accueil à 4 millions de tonnes.

 

Jusqu’à ce qu’en mars le préfet de région demande au tribunal administratif d’annuler le plan. « La Société du Grand Paris estime ne pas avoir d’autre solution pour les 40 millions de tonnes de déchets que vont produire les travaux du Grand Paris Express », regrettait Jean-Jacques Barbaux, le président (LR) de l’assemblée départementale. Or, avec treize installations de stockage de déchets inertes et une multitude de carrières de remblayage, la Seine-et-Marne a reçu entre 2009 et 2013 26,7 millions de tonnes de déchets, soit 80 % des déchets inertes stockés en Ile-de-France.

 

« L’Etat estime que la Seine-et-Marne est la réceptacle des déchets de chantier. Nous allons le concevoir, mais nous exigeons des contreparties », avance le cabinet de Jean-Jacques Barbaux. Or, pour le moment, il n’y en a pas. Pas question de subir ». Le département souhaiterait des financements pour aménager des routes et la mise en grand gabarit de la Seine entre Nogent-sur-Seine et Bray-sur-Seine.

 

Estimant qu’il y a « une véritable économie du déchet de chantier », le département voudrait créer une filière permettant de les recycler, transformer la nuisance en atout. « Il faudra assurer la traçabilité, poursuit le cabinet. Mais il faut d’abord que l’Etat, les entreprises et les collectivités locales s’assoient autour de la table ».

  leparisien.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche