Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 11:47

 

Claye-Souilly

Quelques jours avant Noël une petite fille d’une dizaine d’années meurt d’une leucémie.

Plusieurs années plus tôt  c’était un petit garçon qui décédait également d’une leucémie sur cette commune.

 

C’est dans le cadre de l’aménagement du territoire engagé dans les années 60 par Paul Delouvrier, responsable du District de Paris, que l’on décide d’implanter des activités polluantes dans le secteur de Mitry-Claye, où l'on pratiquait l'agriculture intensive,  c’est à cette même période que fut décidé l’implantation de l’aéroport de Roissy.

 

Le district de Paris est devenu ensuite Conseil Régional d’Ile de France mais la situation n’a pas changé.

 

Une surveillance sanitaire des populations

a-t-elle accompagné

l'implantation de ces sites polluants

et de l'agriculture intensive?

 

Pas à notre connaissance.

 

Pour en quelque sorte endormir les populations très inquiètent, dans le courant de 2015, le ministère de l’écologie a décidé de financer un état des lieux de l’environnement (pollution eau, air et sol), on appelle cela une étude de zone, un terme très flou qui laisse croire aux populations que l’on va se pencher sérieusement sur leur état de santé.

 

Mais Marisol Touraine n’a pas du tout l’intention de financer une étude épidémiologique de la population comme nous le précise l’Agence Régional de Santé dans son courrier reçu en décembre dernier.

 

Peut-être dans 5 ans lorsque l’étude de la pollution de   zone sera terminée on se penchera sur votre santé.

 

Mais pendant ce temps-là

des enfants meurent

sans que leur famille

ne puisse

savoir pourquoi ?

 

 

Pour Adenca le compte n’y est pas

cette étude de zone

doit être accompagnée de suite

par une étude de l'état de santé

des populations

 

Le Ministère de la Santé possède des statistiques sur la santé des populations mais nous les cache. A plusieurs reprises des élus et associations ont demandé à l’Agence Régionale de Santé de fournir ces informations mais l’ARS fait la sourde oreille.

 

 

Un ETAT qui regarde ailleurs

et semble plutôt vouloir intimider ceux

qui tente d’informer les populations

 

Notre  présidente, contactée en 2008 par les Renseignements Généraux,  est probablement fichée  « S » comme les terroristes pour avoir voulu informer au travers des médias de l’implantation d’une décharge près d’une école maternelle à Fresnes sur Marne et du  risque pour la santé des enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ADENCA - dans SANTE PUBLIQUE
commenter cet article

commentaires

Recherche