Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 20:10

 

 

Le chantage à l’emploi

que les riverains

des sites dangereux

n’acceptent plus 

Boues rouges de Cassis

ou

exploitation de carrière sur le site pollué

du Fort de Vaujours

 le même combat !

 

 

 

Extrait article paru sur le site Reporterre :

Boues rouges : un chantage à l’emploi pour polluer les calanques

30 janvier 2016 / Hélène Servel (Reporterre) 

 

Le chantage à l’emploi que les riverains des sites dangereux n’acceptent plus :  Boues rouges de Cassis ou exploitation de carrière sur le site pollué du Fort de Vaujours, le même combat !

Depuis 50 ans, les rejets de l’usine d’alumine de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, finissent en mer Méditerranée, y crachant arsenic, titanium, mercure ou encore uranium. Le préfet a prolongé l’autorisation de rejet, avec le feu vert de Manuel Valls et d’Emmanuel Macron. Une grande manifestation a lieu à Marseille samedi 30 janvier.

 

Marseille, correspondance

Tout a commencé en 1821, date de la découverte de la bauxite, le minerai permettant la production d’aluminium, aux Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Son extraction a été permise par la mise au point d’un procédé chimique développé à partir de 1893 à Gardanne (Bouches-du-Rhône), en dissolvant l’alumine par de la soude. Aujourd’hui, la forte coloration rouge du résidu issu de cette réaction suscite l’ire des associations de défense de l’environnement. Et pour cause, depuis 1966, ces résidus sont rejetés dans la mer par une canalisation de 50 km de long.

Actuellement, l’usine de production d’alumine de Gardanne appartient à Alteo, le plus grand producteur mondial d’« alumine de spécialité », notamment destinée à fabriquer des écrans à cristaux liquides. Employant plus de 400 personnes, l’usine représente un vivier d’emploi dans une région fortement touchée par le chômage. C’est l’argument-massue que l’entreprise renvoie à ses détracteurs. Mais José Bové, eurodéputé Vert, ne l’entend pas de cette oreille :« Alteo appartient à HIG Capital, un fonds spéculatif dont les activités sont très floues. Ils misent toute leur communication sur de l’intox et du chantage à l’emploi. En disant : “On veut préserver les emplois”, ils peuvent continuer à polluer et surtout à faire du fric sans dépenser un centime. »…….

 

 

 L’intervention directe de Manuel Valls

La période d’autorisation touchant à sa fin en décembre 2015, le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a rendu sa décision le 30 décembre dernier. Résultat : même si l’arrêté préfectoral admet la réduction de pollution que pourrait induire l’arrêt du rejet des boues rouges, il octroie un délai supplémentaire de six ans à l’industriel pour continuer à rejeter ses effluents et mettre en place un traitement complémentaire.

Tout ça se joue sur fond de révélation du Canard enchaîné de l’intervention directe de Manuel Valls dans la décision du préfet. Ségolène Royal confirme cette version alors que Matignon dément en expliquant que « la décision du préfet est fondée sur l’avis d’une commission indépendante ». Mais pour José Bové, la décision est illégale : « Le Premier Ministre, Manuel Valls a personnellement donné l’ordre de reconduire l’autorisation de rejets liquides en mer de l’usine d’alumine Altéo de Gardanne au cours d’une réunion interministérielle le 3 novembre 2015. En cela, il a outrepassé ses pouvoirs et a illégalement empiété sur les compétences de la Ministre de l’Ecologie, seule autorité hiérarchique de la Préfecture en ce qui concerne la police de l’eau et les installations classées pour la protection de l’environnement »écrit le député.

Bref, de quoi se fâcher tout rouge, et c’est d’ailleurs ce qu’ont prévu de faire des dizaines d’associations et collectifs dont l’Union calanques littoral, Collectifs littoral, The Ocean Nation devant la préfecture, à Marseille, le 30 janvier 2016. Un recours hiérarchique est également lancé contre le préfet, accusé d’avoir outrepassé l’avis du ministère de l’Écologie.

La manifestation est prévue samedi 30 janvier, à 14 h, devant la préfecture, place de la République. Gari, de Massilia Sound System, et Sergent Garcia seront aussi de la partie pour mettre l’ambiance. Une pétition est en ligne jusqu’à fin janvier pour demander l’arrêt total des rejets de boues rouges. Même si elle ne le sont plus.


[1] Cf. l’enquête et les analyses indépendantes menées par le Monde diplomatique à ce sujet.

 

Article complet :

http://www.reporterre.net/Boues-rouges-un-chantage-a-l-emploi-pour-polluer-les-calanques

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ADENCA - dans SANTE PUBLIQUE
commenter cet article

commentaires

Recherche