Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 10:23

 

Le District de Paris (aujourd’hui Conseil Régional IDF) a décidé dans les années 60 d’envoyer les activités polluantes vers Mitry-Mory, Claye-Souilly, c’est ce que nous apprend un document confidentiel du BRGM daté du 10/11/1963, pour extrait :

 

« A la demande  du District de la Région de Paris, une étude a été entreprise, en liaison avec la BCEOM, sur le site proposé entre Mitry-Compans et Claye-Souilly (SetM) pour l’implantation d’industries polluantes. ».

 

Vous avez bien lu c’était une étude confidentielle financée par l’argent du contribuable qui avait pour but d’implanter des activités polluantes dans le bassin versant de la Beuvronne.

 

Le site initialement prévu dans cette étude n’a pas été retenu, peut-être trop proche du Canal de l’Ourcq dont l’eau est utilisée pour partie pour remplir les lacs parisiens et arroser les pelouses de Paris.

 

Ce sera Mitry-Compans un peu plus au nord qui sera alors choisi. Cette zone compte aujourd’hui 7 sites SEVESO dont 3 à seuil haut, 4 sites pollués inscrits dans la base Basol et est survolée par les avions d’aéroport de Roissy, elle a vu s’implanter autour d’elles nombre de sites polluants : industries chimiques, décharges, carrières remblayées par des déchets….

 

Depuis des années nous demandons à ce même Conseil Régional IDF de financer une étude épidémiologique dans ce secteur, nous avons rencontré plusieurs vice président du CR IDF chargé de l’environnement et même l’actuelle vice présidente du CR IDF chargée de la santé Laure Lechatellier (EELV) qui semblait bien trop occupée par d’autres sujets et a dû nous quitter en pleine réunion sans jamais donner suite à notre demande.

 

 

Le Conseil Régional doit réparer les erreurs passées qui ont consisté à créer des injustices environnementales en accumulant une masse de sites polluants dans le bassin versant Beuvronne.

Il doit participer au financement d’une étude épidémiologique afin de connaître l’état de santé de ces populations victimes d’injustices environnementales, cette étude ne peut plus attendre, elle doit être réalisée maintenant.

 

 

La question du jour :

Dans un pays qui se dit démocratique est-ce normal que la plus importante collectivité de France  le CR IDF trouve de l'argent  pour financer le projet privé de "Villages dits Nature", mais n'en trouve pas pour financer une étude sur l'état de santé d'une population victime d'injustices environnementales ?

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche