Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 10:48
canal de l'ourcq

canal de l'ourcq

 

En effet par arrêté préfectoral du 23 juillet 2015 certaines communes de Seine et Marne sont en restriction d’eau pour le lavage des véhicules, lavage des trottoirs, arrosage des pelouses, alimentations des fontaines publiques, remplissage des plans d’eau…..

 

Sont concernées par ces restrictions d’eau les communes de Montgé-en-Goële, Monthyon, Oissery, St Pathus, St Soupplets, Marcilly …. situées dans le bassin versant de la Thérouanne.

 

Ironie du sort la Thérouanne est l’une des rivières qui donne ses eaux au Canal de l’Ourcq, canal qui fournit Paris en eau non potable.

 

Car il faut savoir que Paris prend l’eau de la Seine et Marne sans compter pour nettoyer ses égouts, ses trottoirs, arroser ses parcs et ses jardins, alimenter certains de ses lacs….

 

A notre connaissance à ce jour le Préfet de Paris n’a pris aucun arrêté pour restreindre la consommation d’eau à Paris alors que le Préfet de Seine et Marne l’a fait.

 

C’est probablement au titre de la solidarité régionale que les populations du nord-ouest 77 doivent restreindre leur consommation d’eau pour permettre à la capitale de dépenser sans compter l’eau de la Seine et Marne.

 

Le même système que pour les ordures de Paris qui sont déversées sans compter sur nos espaces agricoles, au titre de cette même solidarité régionale.

 

 

 

Une situation inacceptable 

qui ne peut pas

perdurer

 

 

(1)  http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Eau/Gestion-de-crise/Secheresse/Mesures-de-limitation-des-usages-de-l-eau

 

 

Paru sur le site Paris :

Paris compte un second réseau consacré à l’eau non potable. Reportage au Bassin de la Villette dans l’une des trois usines de production.

· 8 juillet 2015—

· Mis à jour le 20 juillet 2015—

· Eau et assainissement

 

C’est une entrée discrète au numéro 4 du quai de Seine. « Usine de la Villette », indique un panneau apposé près d’une porte bleue. Ici, la production ne s’arrête jamais : 7 jours/7, 24 heures/24, cette usine d’Eau de Paris filtre de l’eau non potable. 180.000 m3 sont prélevés chaque jour dans le Bassin de la Villette tout proche. « On prend l’eau en surface », précise Didier Cannet, responsable de la maintenance du service des installations. Avec Austerlitz (13e) et Auteuil (16e), la Villette est l’une des trois usines dédiées à l’eau non potable.

La galerie de l'usine. François Grunberg/Mairie de Paris

Paris est une des seules capitales au monde à disposer d’un second réseau, aux côtés de celui consacré à l’alimentation en eau potable. L’histoire remonte à la construction des infrastructures parisiennes au 19e siècle par l’ingénieur Eugène Belgrand. Au départ, le réseau privé est alimenté par les eaux de sources, tandis que l’eau du réseau public provient de la Seine et la Marne.

1700 km de conduites

Au total, 1700 km de conduites sont aménagés sur le territoire de la capitale. Actuellement, quelques 300 personnes travaillent à l’entretien du réseau.

François Grunberg/Mairie de Paris)

De l’intérieur, l’usine est de taille modeste. « Tout est piloté à distance, indique Didier Cannet. On intervient seulement en cas de souci et pour des opérations de maintenance ».

Dégrillage et tamisage

Première étape pour l’eau collectée, une grande grille. C’est là que sont bloqués les plus gros déchets : branches, pneus… Puis une seconde grille stoppe les herbes, les plastiques…

Après cette opération de dégrillage, l’eau chemine vers d’immenses tamiseurs, avant de disparaître sous terre vers la galerie.

Pour accéder à cet espace, il faut descendre une échelle accessible par une trappe située à l’extérieur de l’usine. Dans cette vaste salle, l’eau est invisible. On découvre d’immenses conduites en acier. Chacune relie l’un des trois pôles alimentés par l’usine et a sa propre couleur: Ourcq (en couleur sombre), Passy (en vert) et Ménilmontant (en bleu).

Au fond, des anti-béliers -des sortes d’énormes bonbonnes métalliques : ils permettent de limiter les risques de dégâts sur les canalisations en cas d’arrêt sur les pompes.

Où ira cette eau ?

Elle permet le nettoyage des égouts, des trottoirs, et l’alimentation des parcs et jardins. La demande en eau, notamment pour les égouts, est de plus en plus forte.

 

http://www.paris.fr/actualites/dans-les-coulisses-du-reseau-d-eau-non-potable-de-paris-2763

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article

commentaires

Recherche